Tout

  • Des Musiciens dans le Métro

    Des Musiciens dans le Métro

    J'étais assis là très tranquille dans le métro où j'étais en transit
    Et je vois un type qui arrive dans la rame avec un bel instrument
    Un hautbois avec pleins de clés, et Il nous jouait des airs assez sympas
    Non Je ne sais pas lesquels exactement ! Mais moi ça m'a réjouit

    Puis il est passé après pour faire sa quête, cela en tendant sa main
    Je suis fauché et j'ai rien donné je lui ai dit que j'aimais bien sa musique
    Je ne sais pas s'il m'a compris Il ne m'a pas répondu, peut être un étranger
    Plus tard vers 16 h à la station Père Lachaise je vois deux noirs avec des gros trucs

    Entre instruments à cordes et caisses de résonances toutes rondes en bois travaillé
    Je n'aime pas me balader dans Paris, Je sais trop de ces trucs que je n'aime pas
    Mais ces musiciens là,  ils m'interpellent, car ça crée une ambiance dans le métro
    Bruno va te promener! Et laisse tomber ton ordi et tes baratins de poète sur TLP

    Paris 21 mai 2019

  • Un Haïku

     

     

    Un Haïku

    Savoir se taire
    Et laisser aller les vies
    Celles qui viennent

    Paris le  21 mai 2019

  • Souvenirs, dun ange 2

    Souvenirs, d'un ange...

    C'était hier, il y a longtemps et nous allions sur des chemins reculés
    Nous osions aller nous promener tous les deux très loin de la route
    Où nous cueillions des fraises rouges et des framboises sauvages
    Après avoir longuement marché sur des chemins boueux et sinueux

    Quelques lapins ou quelques lièvres nous narguaient puis ils fuyaient
    La nature qui sentait la bruyère ou le chèvrefeuille, des odeurs si particulières
    Nos jambes nues marquées et striées par les ronces et les piqures d'orties
    Tu avais la simplicité de la bonne amie, car tu n'étais pas encore désirable

    Même si en moi j'avais une grande affection pour toi comme ma copine
    C'est un jour passé certes, mais un jour sans de grands problèmes de vie
    J''étais encore un enfant, toi tu étais-celle là en qui j'avais la confiance
    je n'imaginais pas tes gambettes de femmes comme des choses désirables

    Nous étions tous les deux, tout aussi fragile et tout aussi stupidement innocent
    ces récoltes de fruits cueillis nous, les partagions, je savais ton goût pour les fleurs
    Ces fleurs, elles nous disaient notre avenir, tous nos amour et si nous étions aimés
    Je n'étais pas un ange mais le sexe ne me tourmentait pas et nous avions confiance

    Peut être un jour serais tu ma femme et nous ferions des enfants, c'était à voir
    Longtemps je me pris pour un ange et non en ce temps là je ne voyais pas tous tes appas
    Certes tu n'étais pas un garçon mais pour tes seins ton corps et tes hanches
    Notre puberté n'étais pas encore arrivé j'étais un petit garçon et toi une petite fille

    Je n'oublie pas l'innocence de cette période et tous les chemins vicinaux du passé
    Nos bleus aux corps, nos souvenirs heureux entre des griffures et de bons souvenirs
    Un vieux monsieur se dit qu'autrefois, ce n'était pas une histoire de cœur ou de cul
    Le désir ça s'apprend, notre monde, c'est ce désordre de la juste expression du désir

    Dans les faits non je ne suis pas vraiment un ange, mais un homme ordinaire
    Vous savez ce désir ça me travaille souvent sans me laisser vivre tout seul
    J'ignore pourquoi certaines choses, elles me travaillent, ma sexualité est en panne
    La Bandaison ça ne se commande pas ! J'ai juste des désirs dans quelques regards

    Et Oui! Moi! J'aime regarder les jolies dames toute nues sur mon ordinateur
    Je sais parfois faire des compliments à des jolies filles, celles-là que je vois !
    Je pense là ! à cette jolie fille noire que j'aie vue et que j'ai regardée ce matin
    Mais je sais toutes ces femmes; qui ne seront jamais; dans ma vie et dans mon lit

    Dans le temps du passé je me savais innovent et hélas beaucoup trop démuni
    S'Il était alors question de se fixer et de vivre avec une seule... Non ! Pas possible!
    Je n'ai jamais oublié une dame qui est venue vers moi, pour une histoire de sexe
    Je sais aussi qu'au même moment, j'avais un gros problème dans les débuts de ma carrière

    Le Bruno il vous aime certes mesdames ! Mais je me sens devenu vieux !
    Vous savez le désir, certes ce n'est pas une mécanique, mais c'est assez calme
    J'écris des kilomètres de choses sur l'amour! Deviendrais-je son rentier ?
    Dans ma jeunesse ! Oui je me sentais très libre, très aimé et aussi très disponible

    Paris 7 mars 2016 et dernière partie les 4 derniers quatrains 20 mai 2019

     

  • Propos sur de la musique

    J'ai de très nombreuses heures de musiques enregistrées, soient environ  20 Go ou 850 Fichiers MP3 de 5 mo à 115 mo entre divers styles,  j'en ai mis quelques-uns sur le site, mais les choses mises sur le site, elles ne peuvent dépasser 15 mo... Je vous renvoie donc à mon site de cloud Box.Com où j'ai mis tout ça à télécharger

    https://app.box.com/s/xrl8i0bjaxhf2b8auyvmymuwk2u8jdn5

     

  • Un texte de Jacques Prévert

    Et Dieu chassa Adam…

    Et
    Dieu chassa
    Adam à coups de canne à
    Et ce fut le premier rhum sur la terre
    Et
    Adam et
    Eve trébuchèrent dans les vignes du
    Seigneur la sainte
    Trinité les traquait
    mais ils s’obstinaient à chanter
    d’une enfantine voix d’alphabet
    Dieu et
    Dieu quatre
    Dieu et
    Dieu quatre
    Et la sainte
    Trinité pleurait
    Sur le triangle isocèle et sacré
    un biangle isopoivre brillait et l’éclipsait
    .

    Jacques Prévert dans "Recueil poétique"

  • Un truc qui m'agace !

    Quelques agacements en écoutant ma radio

    ça m'agace assez d'écouter France inter en ce moment  à savoir que quand ce ne sont pas des publicités pour des produits cosmétiques ou des produits sanitaires,  j'entends parler depuis quelques 6 jours maintenant et  à tous les journaux  de la radio, de ces deux militaires qui sont certes mort en héros mais ce n'est jamais qu'un truc assez commun dans l'histoire de notre armée... Bref ! Je n'aime pas cette dinguerie de vouloir faire des Héros de la France immortelle ces deux soldat  qui sont mort en service, certes c'était des soldats d'élite, mais qui donc dans ce monde des médias parle de nos élites sociales, dans une France qui vit  très bien sans armée

    Paris le 14 mai  2019

  • Sur le CO²... Quelques propos

    Sur le CO² et tous les fantasmes purement écologiques qui vont avec

    Le CO² et toute sa mythologie, un homme de 70 ans aura à sa mort rejeté en moyenne 16 respirations de 2 litres /minutes d'air, soient environ 45 % de CO² donc 0 90 litres *16 *60*24*365,25*70= 530167680 litres de CO², soient 530 000 mètres cubes de CO² soient 1 87kg/mètres cubes *530 000mètre cubes, soient environ 991 tonnes de CO² ou environ mille tonnes de CO² pour une vie humaine.

    Alors supprimons les hommes et il y aura moins de CO² produit et pour ce calcul c'est pareil pour toutes les vies qui utilisent la respiration et l'oxygène, le CO² ça va toujours avec la vie et c'est idiot d'en faire un poison, c'est un produit indispensable à la synthèse chlorophyllienne, on doit parler du cycle de l'oxygène et non pas de celui du CO²

    Puis concernant l'économie ? Quoi de plus handicapant que de taxer toutes les productions de CO² au nom d'une morale écologique idiote ou mal comprise. Quand va-t-on taxer les kilowatts et toutes les énergies; c'est au minimum aussi absurde, que de mettre une taxe sur le CO²

    Le CO² est un signe de la vie, ne taxons pas la vie ! Puis quand je sais les politiques allemandes en ce qui concerne l'énergie. Les centrales à charbon allemandes doivent être sans doute beaucoup plus pures écologiquement que nos centrales nucléaires françaises,

    Entre la peste et le choléra, il faut choisir ! Soient deux politiques énergétiques? Deux vérités différentes en de ça et au de là du Rhin.

    Paris le 12 novembre 2012 et reprise le 14 mai 2019 un sujet malheureusement toujours actuel

  • Votez ?

    Votez ?

    Bientôt une élection proche et qui est assez mal comprise
    Cette élection européenne qui vient là ! Est-ce un piège à cons
    Je ne le sais pas vraiment mais j'ignore encore beaucoup trop de choses
    Je me dis ainsi que je vais voter certes, mais pour après je n'en sais pas plus

    Quelques propos sur une réalité politique incontrôlée
    Je ne dis pas que des trucs absurdes, alors informez-vous!
    La politique marche avec des médias parfois intéressants
    Mais je sais trop de choses intéressées ou politiquement correct

    Pour des histoires de gros sous et ce que ça donnera dans cette élection
    Ce 26 mai 2019 il y a une élection européenne parait-il importante
    Mais personnellement, j'ai surtout cette mauvaise impression comme électeur
    Celle là de ne pas savoir pour qui je vote, et tout ce que fera mon élu après

    J'entends dire que cette élection... Non ! Elle n'est pas sérieuse !
    Et que le contrôle démocratique de l'Europe, ça n'existe pas vraiment
    Tous les députés européens, dans les fait, ils sont toujours blackboulés
    Par les gens non-élus, les fonctionnaires de la commission européennes

    Des gens qui décident de lois néolibérales qui sont à appliquer dans notre Europe
    Non ce vote, il n'est pas démocratique, nous vivons dans un monde absurde
    Le vote ça reste cette illusion puissante, dans un monde qui se dit démocratique
    Je ne sais pas que penser de ce monde politique totalement incontrôlé et incontrôlable

    Paris le 13 mai 2019

  • Des questions...

    Des questions...

    Y avait-il une réponse qui soit simple à la question?
    Vous savez, cette question bizarroïde qui nous interpelle
    Est ce que Dieux plus Dieux cela faisait-il  bien Quiatre ?
    Et ta mère, celle qui t'a élevé, était-elle vraiment une bonne mère ?

    Dans le silence de ma  vie sereine, je savais un calme repos
    Je me dis qu'il faut savoir oublier toutes ces questions idiotes
    Et Redevenir un vrai sage en oubliant les problèmes trop idiots
    Ou bien savoir enfin c'est toujours vrai dans nos petites vies

    Oui Les enfants, ils  ne se posent pas vraiment de questions
    Ils regardent vivre  leurs parents et parfois ils les interpellent
    Je suis maintenant, devenu hélas un vieux machin trop abimé
    Mais j'ai aussi appris à écouter les autres, ceux qui m'entourent

    Parfois je subis Des brimades par ce que je ne plais pas
    À ces affreux des médias politiques  et de la publicité ciblée
    Mais je me dis: Inventera-t-on un jour une vraie démocratie
    Où le pouvoir il sera  vraiment partagé par nous tous

    Le vieux machin, il ne sait pas vraiment  s'il va bientôt voter
    Car j'ignore qui fait quoi et surtout les idées données par les élus
    On me traite d'affreux Nazis par ce que moi je n'y crois plus
    Sans être un nazi, Non  je n'aime pas cette époque du fric

    Le vieux gamin que je suis  parfois il rêve de belles choses
    Comme d'une grande  fraternité, et d'une vraie égalité
    Mais de nos jours il est encore plus dur de croire à la liberté
    Je sais trop de pouvoir politiques  ceux dans tous les médias

    Il faudrait ! C'est sûr ! Revoir notre constitution  démocratique
    Et demander aux riches un vrai partage de ces richesses immenses
    Vous savez J'ai du mal à vivre dans ce monde des banquiers
    Jésus qui disait autrefois  qu'on ne peut servir deux maitres

    L'argent qui achète les âmes et qui  les détruit, en les ignoranT
    Mon banquer se souciera-t-il un jour qui vient de mon vécu
    Entre  tout ce que j'aime et ce que valent tous mes beaux rêves
    La matière c'est bien ce truc bizarre qui se vend et se manipule

    De nos jour Le Jésus, il serait sûrement  étiqueté communiste
    Et aucun religieux, dans les institutions ne lui ferait un bon asile
    L'argent qui tue les vies, c'est bien une réalité tristement matérielle
    Je ne sais pas à quoi rêve un banquier sinon des cours de la Bourse

    L'écologie cette chose qui parle de la nature, mais elle est mal comprise
    Mais peut-on parler des diverses choses qu'elle étudie et qu'elle préserve
    Les orangs-outangs, ils ont  sûrement cette chance de pouvoir être mis en avant
    Qui parlera de ce petit oiseau  et de ces insectes qui disparaissent

    Parfois je ne sais que dire je sais trop de ces chose pas sympathiques
    Le futur, il ne m'appartient pas, demain il échappe à ma vie trop simple
    Un gamin qui vit maintenant cela est une vie que je ne connaitrais pas
    Il n'ya pas de raisons que je me plaigne pour cette vie parfois fatiguée

    Il y a des milliards de possibles et je me dis qu'ils m'échappent tous
    Nous n'écrivons rien de ce que nous devrions écrire, La bourse pour horizons
    Il ya mille manière de rêver nos lendemains, mais Il y a peu de politique pour demain
    J'aime rêver des étoiles mais je sais des réalités qui sont bien trop matérielles

    Paris le 11 mai 2019

  • Le temps qui passe...

    Le temps qui passe

    Il était à peu près midi, qui sonnait à la vieille pendule
    Ces quelques douze coups, qui lentement se suivent
    J'écoutais ces sons, qui doucement, ils tintinnabulent
    J'écoutais en rêvant, sonner ces cloches, très furtives

    Le ciel, il était à l'heure, un soleil qui était déjà haut
    Et quelques nuages blancs, mois de mai, pas très chaud
    Les jours qui se suivent, mais parait-il que ça se réchauffe
    Je ne savais dire sur ce temps, qui est vu comme une étoffe

    Les bijoux du temps, ils s'éclairaient de nos presque-riens
    Je savais ainsi l'heure exacte, où tu me disais : Bruno ! Tu viens !
    Ce sont nos amours immortels, qui transforment notre vie commune

    Comment te dire, tous mes petites choses, et cela en ne pensant qu'à toi
    Je savais bien un temps passé, celui où j'étais un dieu inconnu, ou un petit roi
    Mais je me disais aussi, toutes ces choses, alors que vive toute la fortune

    Paris le 11 mai 2019 La sainte Estelle

  • Le dix mai 2019, une date

    Le dix mai 2019, une date

    Là en se moment, je vois, les nuages gris qui avançaient sous le vent
    Mais ceux là sont il chargés de pluies ? Oui c'est cela le plus souvent!
    Car je savais voir tous ces ciels tous gris et sans les eaux qui tombent
    La sécheresse de l'an passé, elle était dans ce ciel gris et trop sombre

    Quelque fois mon cœur, il était bien triste et il n'était pas très heureux
    La lumière qui était parfois oubliée dans un temps beaucoup trop affreux
    Mois de mai qui passe plus ou moins froid et les nuages bien trop présents
    Un temps qui devrait être très beau, mais quelques soleils qui sont bien absents

    Je méditais en moi-même, ce que je savais sur ce mois de mai, celui que nous vivons
    Quelques temps de ce mois entre mai soixante huit et quelques Temps des élections
    Je ne savais plus le mois de Marie, Je pensais à Notre république et tout son passé
    Mais je savais cette lumière de mai, et ses réalités de quelques vérités cadenassée

    Il eut fallu que la lumière, qu'elle soit là et qu'elle me parle des temps bénis des amoureux
    Il n'y avait, hélas je le sais ! Que des ces petits riens, qui nous donnent des trucs monstrueux
    Je ne sais pas si j'irais voter ce vingt six mai, j'ignore qui dit quoi ? Et qui tiendra ses promesses ?
    J'irais peut être me promener dans Paris, et je penserai sans doute à des histoires de fesses

    Petit Homme soit sérieux! Et dit toi bien que ce monde s'il ne t'appartient pas, il est bien là
    Si le ciel était plus clair, il m'eut sans doute suggéré un monde meilleur et quelques farfalas
    Mais je sais trop des temps plus obscurs, dans ces temps des saints de glace beaucoup trop froids
    Un enfant rigole et il me parle, de tous mes rêves de monde meilleur que je faisais autrefois

    Le temps qui passe, le climat qui change et le mois de mai qui avance très serein
    Je ne sais que des rêves de notre passé, et quelques temps lointains du monde ancien
    Demain sera-t-il plus chaud ? Je l'espère mais je ne connais pas notre lendemain
    Vous prendre dans la ronde des jours, et parfois essayer de vous donner la main

    Paris le 10 mai 2019 Une date qui est chargée d'histoires

     

  • Quelques propos sur la politique actuelle

    Quelques poposs sur la politique actuelle

    Je me suis fait traité de nazi par une dame bien pensante avec une culture de socialiste, cela de par le fait que j'avais du mal à croire à nos hommes politiques quand ils disent qu'ils sont socialistes ou bien des gens de la droite classique... Je vois certains communistes en Russie qui traitent basiquement de fascistes tous ceux qui ont le malheur de s'opposer à eux... Bref il ne me reste cette pensée qui est de croire encore à un humanisme non autoritaire et qu'il soit capable de gérer l'argent, J'aimerais assez un parti qui soit réellement socialiste, c'est basé sur un concept keynésiens et non pas une gestion par tous ces opportunistes friqués qui sont ceux des années post Mitterrand... Nota Bene  à que que je sache monsieur Macron notre président actuel il ne représente que 21% des électeurs, et il a été élu avec 60% d'abstentions

    Paris le 9 mai 2019

  • Poésies et Musiques...

    Poésies et Musiques...    
     
    Certes pour vivre, il faut aussi avoir quelques envies de musiques
    Entre le grand Beethoven, le génial Mozart, Ravel et tutti quanti
    Ceux là que je cite Ils sont bien là ! Dans nos vies et dans nos rêves
    Mais j'ignore encore quelle est cette musique unique, celle me plaira
     
    Il nous faut écouter encore beaucoup et bien plus de mille choses
    Entre des musiques qui soient surprenantes et des poèmes bien écrits
    Je sais quelques mots, de rien du tout mais accompagnés d'airs musicaux
    Nous ignorons parfois ces quelques musiques que font nos mots
     
    Un jour qui vient là ! Je verrais! Et non! Là je ne sais pas vraiment !
    Quelques poèmes qui sont débités et qui nous parleront de musiques
    Entre des ariettes qui sont plutôt légères et de grandes symphonies
    Il ya quelques musiques qui sont toujours très entrainantes et très gaies
     
    J'ignore quel est le musicien de notre présent ! Lui, Il me soutiendra alors
    J'imagine des musiciens français, entre Debussy, Fauré ou bien Ravel
    Une musique du passé, celle-là qui oublie des temps parfois si lourds
    Tous ceux- là que j'aime, Ils me diront des choses légères et aimables
     
    J'imagine des mélodies qui sont parfois très simples et lumineuses
    Pas de ces symphonies trop chargées par une Histoire parfois violente
    Nous réinventerons, sûrement un temps qui soit plus doux pour une paix vécue
    Nous n'irons pas, rechercher tous nos morts dans les décombres du passé
     
    Je fais là ce petit poème pour des airs nouveaux et qui restent doux
    Habitant d'un nouveau siècle, mais je sais bien qu'li est déjà mal en point
    Chantons les vies, toutes nos âmes, elles écrivent pour demain qui vient
    J'aime parfois ces musiques nouvelles parfois peu connues comme Arvo Pärt
     
    Je sais aussi un vingtième siècle passé qui fut beaucoup trop horrible
    Entre ses guerres fratricides et ses massacres beaucoup trop souvent
    Notre nouveau siècle, je sais bien qu'il connait déjà ses propres ennuis
    J'aime croire dans la vie, celle qui vient, j'écoute chanter les oiseaux

     
    Paris le 8 mai 2019

     

  • L'autre... Par Victor Hugo

    L'autre

    Viens, mon George. Ah ! les fils de nos fils nous enchantent,
    Ce sont de jeunes voix matinales qui chantent.
    Ils sont dans nos logis lugubres le retour
    Des roses, du printemps, de la vie et du jour !

    Leur rire nous attire une larme aux paupières
    Et de notre vieux seuil fait tressaillir les pierres ;
    De la tombe entr'ouverte et des ans lourds et froids
    Leur regard radieux dissipe les effrois ;

    Ils ramènent notre âme aux premières années ;
    Ils font rouvrir en nous toutes nos fleurs fanées ;
    Nous nous retrouvons doux, naïfs, heureux de rien ;
    Le coeur serein s'emplit d'un vague aérien ;

    En les voyant on croit se voir soi-même éclore ;
    Oui, devenir aïeul, c'est rentrer dans l'aurore.
    Le vieillard gai se mêle aux marmots triomphants.

    Nous nous rapetissons dans les petits enfants.
    Et, calmés, nous voyons s'envoler dans les branches
    Notre âme sombre avec toutes ces âmes blanches.

    Victor Hugo 1802-1885 Extrait du recueil L'art d'être grand-père de 1877

     

  • Choisir...

    Choisir...

    Un diable au verbe fulminant qui flashait tous ses mots
    Des myriades de rêves iridescents et si  incroyables entre tous
    Lui il crevait d'ennuis, solitaire face à tous ces obsolètes bavards
    Mystères de ses mots, myriades de sens plus ou moins évidents

    Le siècle était encore jeune, et les poètes parcouraient le monde
    Dans des lieux incroyables, de jouissances et de désirs fulminants
    J'étais un affreux parmi tous ceux-là, j'ignore ce que j'aimais le plus
    Je n'étais pas un seigneur, mais juste cet idiot aux rêves trop puissants

    Un enfant quelques part, il se balladait dans l'azur d'un ciel très pur
    Cet enfant qui croyait pouvoir écrire plus de belles choses pour ce temps
    Peut être il disait, les milles et une histoires qui sont déjà toutes écrites
    Il croyait pouvoir réinventer ce monde trop ordinaire et beaucoup trop banal

    Cet enfant avait pour prénom Arthur il était maintenant un poète connu
    Le ciel lui avait fait cette faveur d'être aimé parmi tous ceux là de notre passé
    Je savais seulement qu'il avait fait ses reniements avec l'âge, cela en vieillissant
    Quelques temps qui passent et quelques trucs incroyables dans la poésie

    Nyctalopes dans notre nuit trop noire, ces lumières qui nous éclairaient
    Le vingtième siècle qui eut des horreurs, entre les guerres et les racismes
    Ils ne savaient qu'aimer cet Arthur,  un poète d'un autre temps aussi affreux
    Je ne sais pas si un jour la poésie, elle ne parlera qu'à mon âme inquiète

    Le soleil de mai, il me dit parfois des enfants de Marie, et de ses amours
    La poésie charrie des fleuves de mots qui sont plus ou moins extravagants
    Tandis que je sais des froids de glace de ce mois qui est lumineux
    Mai qui honore les amoureux et les rêves plus ou moins violent

    Quelques mots qui me parlent de ces vies et de ces temps bénis
    Où les enfants retrouvent la douceur du printemps qui nous vient
    Un mot simple parfois me décris un monde qui est très immense
    Mais je sais des milliards de mots dans des livres divers et variés

    Oui ! Choisir entre protéger les animaux ou bien vivre un monde absurde
    Protéger par de lois salvatrices et non pas celles qui exploitent cette nature
    J'ignore ce que sera notre demain mais je sais toutes ces misères dans la vie
    Ne pas croire que cela sera simple et  vouloir se battre pour ces animaux

    Paris le 7 mai 2019