Tout

  • Nos mots

     

     

    Nos mots    

    Question de puissance, il faut savoir les choisir
    Entre tous nos mots,  tous ceux-là que l’ont dits
    Certes parfois lancer là haut une imprécation
    mais ne pas mettre de violence pour ce poète

    Non ! Vous savez, parfois je me dis en vous lisant
    Je me dis bien que  je ne sais pas toujours  
    Tous ces mots, dans ce que vous voulez nous dire
    si cela  c'est bien compatible  et bien courant

    Avec  toute notre vie, celle là de notre quotidien
    il y a une vraie douceur dans un poème tendre
    je songe souvent aux empires qui n'ont pas existé
    en lisant des poèmes très doux qui sont fait de riens

    J’écoute le bruissement du vent dans les arbres
    Et je sais un ruisseau qui coule dans la campagne
    il ignore les fortes tempêtes, dans la mer en furie
    Il va de là-haut jusqu'au  bout de son fil de l’eau

    Poète pas plus petit, pas plus grand, juste un frère
    Calmes rêveurs qui noircissent les pages des cahiers
    Avec de multiples mots  qui nous parlent de tout
    Dans des presque rien très écrit et tellement fabuleux

    Bruno Quinchez Paris le 14 novembre 2019

  • Citations

    Citations

    Je fatigue et je me sens vieux, mais il reste mes envies d’écrire

    Je me tais par ce que  j’ai déjà beaucoup écrit beaucoup dit

    Là il fait froid parait il ? Dans les faits c’est entre cinq et huit degrés mais un froid humide qui nous refroidit

    La philosophie c'est ce truc trop  bizarroïde qui est hérité du passé, de nos jours il y a trop de bavards prétentieux qui se disent philosophes

    La poésie parait il c’est une chose  qui est parfois non comprise

    Le chien qui aboie, de quoi parle t il ?

    Le passé c’est aussi des myriades de vécus de gens d’autrefois             

    Le poème le plus simple ce sont ces mots « je t’aime ! »

    Le silence c’est ne rien dire sur ce monde complexe et parfois angoissant

    Les mots sont à choisir pour pouvoir dire de l’inédit

    Bruno Quinchez Paris le 14 Novembre 2019

  • des Haikais

     

     

     

    Des Haïkaïs

    L'automne et là
    Une lumière faible
    Quelques pluies froides

    Je n'aime pas trop
    Mois de novembre sombre
    Histoires de morts

    Ma mère morte
    Un cinq novembre passé
    Je pense à toi

    Paris le 5 novembre 2019

  • Un truc contemporain

                      Un truc contemporain

    Une réalité que je n'aime pas trop ! Le premier ministre israélien Netanyahou, il a permis à des colons israéliens de s'installer dans les territoires  déjà occupés par une colonie sauvage qui se renforce très fortement dans les territoire occupés ou du moins  sur le territoire de la Palestine telle que la voulait la réalité historique du passé commun, un territoire qui a été réoccupé après la guerre de 1967, Je ne sais plus que dire sur cette réalité ! Les israéliens, ils  ne parlent jamais des colonies et des territoires occupés, c'est beaucoup  plus hypocrite ça se passe avec des religieux qui ignorent certaines réalités humaines. Pour eux, un palestinien ça n'existe pas ! Ce n'est pas une réalité historique, du moins c'est ce que j'entends dire par ces intégristes israéliens qui sont ainsi par là même un peu racistes, ne m'accusez pas d'antisémitisme, cette réalité elle est quasi incontrôlable ! J'ai des amis juifs qui partagent mon point de vue sur ce sujet et ce n'est pas toujours facile pour eux

    Bruno Quinchez Paris le 31 octobre d’après un truc entendu à la radio

  • Halloween

    Halloween

    Là en ce moment, j’attends mon jeune voisin
    Il doit passer, le visage tout grimé, pour me quêter
    Je ne sais pas, s’il connait exactement Halloween
    Une fête où les morts se lèvent pour vous quêter

    Cette fête bizarroïde qui a été  imposée par les médias
    Quand j’étais gamin, j’ignorais totalement Halloween
    C’est une histoire que j’ignorais, mon vécu était différent
    Notre monde, il  était  aussi un monde pas très sympathique

    Je sais que ce gamin, Mon voisin il passera chez moi ce soir
    Sa mère, elle m’a dit d’y penser et de prévoir  aussi leur visite
    Je n’aime pas cette période d’halloween et tous ses morts
    Mais j’aime  bien ce gamin qui croit toute les choses qu‘on lui dit

    Je suis descendu en bas et j’ai acheté un paquet de bonbons kréma
    Je verrais bien comment ça va se passer, je médite sur ce temps
    Entre des gamins joueurs, et des fantômes qui se baladent chez nous
    J’aime parfois et d’autre non je ne sais pas ce que j’aime vraiment

    Le  ciel me dit aussi des silences calmes et sereins dans ma vie
    Mais je me dis : Sacrés gamins!  Venez donc nous faire la quête !
    Des bonbons pour vous plaire, Pour moi ça sera un bon sourire
    Je ne sais pas si vous savez ce que je pense et ce que je ressens

    Peut être que vous vous en fouter, car je ne suis que votre voisin
    Et parmi nous, vous tous nos voisins, je ne sais pas si vous faites des calculs
    Oui celui là je l’aime bien ! Tant pis si je ne me donne rien pour ma quête
    Dans les faits,  je sais des bonbons et je sais aussi  des comptabilités

    Bruno Quinchez 31 octobre 2019 Fête d’Halloween
     

  • Lumière de Novembre

     

     

     

    Lumière de novembre

    Un temps triste qui vient entre demain et novembre
    Quelques fleurs sur des tombes pour honorer nos morts
    Les brouillards de novembre dans un temps plus sombre
    Nuit d’hiver,  le soleil qui se couche beaucoup plus tôt
     
    Je me sens vieux en voyant cette période qui vient là
    Je suis un solitaire, j’ai peu de gens que j’aime et à qui causer
    Fragile ? Peut-être !  Je n’aime plus dire des poèmes bavards
    Peut être chez vous, vous vous inquiétez, de savoir quelques amis

    C’est curieux vous savez, maintenant on est à la fin d’octobre
    C’est bientôt la toussaint, et après vient la fête des morts
     Il y a juste un peu avant Halloween qui est un truc celtes
    Mais personnellement… Non moi   je ne pense pas à mes morts

    Ma mère, elle est morte au début de novembre 2005
    Et six mois avant, elle a souhaité ses quatre-vingt ans
    Mais je sais que pour moi dans ma mémoire elle est vivante
    Et elle n’est pas une morte qui git dans un caveau sombre

    Pour mon père vous savez, c’est un peu pareil, oui il me manque
    Mais pour tous les deux, je n’irais pas me prosterner sur leur tombe
    Dans ce cimetière familial où ils reposent ensembles tous les deux
    Je pense aussi à mon frère ainé Gérard qui est mort en 2016

    Je ne sais que dire pour lui car il n’aimait pas les idées religieuses
    La nuit qui vient et le début de novembre, un mois plus sombre
    J’ai fait un peu d’ordre chez moi, un grand débarras, et c’est plus rangé
    J’ai rentré deux azalées en pots, que j’ai mis à la place de l’espace  libéré

    Je me dis parfois que de voir vivre mes azalées !  Oui ça me convient
    J’imagine déjà des trucs comme l’éclairage du soleil et l’arrosage en continu
    Je ne sais pas si je songerais à mes morts, là je vivrais avec ces azalées
    Le soleil qui brille, cela  même en automne, il donne de la vie à mes fleurs

    Bruno Quinchez Paris le 30 octobre 2019

  • Plaidoyer pour une responsabilité face à l'économie (reprise d'une discussion)

    Plaidoyer pour une responsabilité face à l'économie (reprise d'une discussion)

    Chère madame, sans vouloir vous offensez
    Je préfère payer des impôts que donner mes sous
    A des entreprises qui ne feront
    Jamais de cadeau sur mes prestations sociales,

    Vous me direz que les pauvres n'ont qu'à bosser,
    C'est exactement le même cliché que vous employez
    En disant que si l'état est riche
    C'est par ce qu'il possède beaucoup

    (Ce qui est faux les impôts ont été baissés
    Pour des raison de clientélisme politique)
    C'est grâce à la productivité des entreprises,  
    Ce qui ne prouve rien,
     
    La démocratie c'est la répartition
    Des richesses par la redistribution,
    Aujourd'hui il y a des riches
    Qui sont encore plus riche

    Il y a aussi plus de pauvres
    Et ce n'est pas une bonne philosophie,  
    Ma philosophie viendrait plutôt de celle de Keynes
    Qui était pour une circulation de l'argent

    Et non pas une capitalisation
    Pour fonds de pension comme en ce moment,
    Cela pour dire simple l'épargne elle tue le présent
    Qui est le profit maximum pour fonds de pension

    Et l'appauvrissement général des populations
    Qu'elles soient moyennes et même les cadres,  
    La bourse n'est pas une pensée à long terme,
    Alors je préfère une capitalisation donnée

    A un état qui peut me garantir le long terme,
    Vous êtes de ces gens plein de sous
    Qui n'ont jamais utilisé les services sociaux
    Ne croyez pas que ces services soient inutiles

    Avant mon opération à cœur ouvert j'aurais raisonné
    Comme un égoïste qui ne veut pas payer ses impôts
    Maintenant je raisonne autrement c'est un fait
    Et nul ne peut vous dire tout notre usage des services sociaux

    Mais ne les négligez pas les statistiques sont là
    On dit parfois que les chiffres cautionnent les mensonges
    Ce n'est pas plus vrai qu'un discours politique
    J'aimerais parfois que l'argent devienne serviteur

    Je sais trop de maffieux qui s'enrichissent
    Dans  des sociétés anonymes et la spéculation
    L'impôt dans ces cas là, il n'existe plus vraiment
    La bourse qui monte c'est aussi un truc de fou

    Je ne suis pas prophète mais ce monde est instable
    Les ressource, elles ont beaucoup diminué
    Avec une population humaine qui est  en grosse croissance
    Bref je vois là dans ces faits de notre quotidien mal vécus

    Toutes les conditions elle sont suffisantes
    Pour faire un grand Krach
    C'est de la folie de faire confiance
    A la spéculation maffieuse

    Car elle est capable d'envisager
    Le pire pour pouvoir gagner plus
    De nos jours je ne sais pas,
    A qui je dois faire confiance,

    Dans tous nos politiciens
    Faire confiance c'est donner un pouvoir
    Mais pour nos politiques je ne sais pas
    Parfois j'ai de mauvaises impression

    Paris 30 mars 2005 remis en forme et ajouts le 28 octobre 2019

     

  • Des Haikais

     

     

     

    Des Haïkaïs

    Douce lumière
    Celle-là qui éclaire nos vies
    Et permet de voir

    Un grand silence
    Dans nos vies ordinaires
    Peut- être un absent

    Ce hier du passé
    Aujourd'hui qui est bien là
    Demain ses questions

    Savons nous vraiment
    Entre tous nos choix permis
    Ceux que l'ont choisi

    Dans mon noir je dors
    Des nuits, où je rêve beaucoup
    D'autres je médite

    Lumière brille
    Encore en ces temps vécus
    Octobre qui vit

    Paris le 26 octobre 2019

  • Léonard da Vinci

    Léonard da Vinci

    Ce monsieur de la  grande renaissance italienne
    Il me pose des questions sur notre modernité
    car il sait des trucs techniques assez actuels
    Bref un moderne dans un monde post moyen âge

    Dis donc Léonard d'où viens-tu  donc vraiment ?
    Je sais des choses modernes dans tes croquis
    Et parfois je ne sais pas vraiment d'où ils viennent
    Serait-il  un homme de notre époque égaré à la renaissance ?

    Mona Lisa qui nous sourit c'est une vérité de toujours
    Je ne sais pas si un jour qui vient on me dira pourquoi
    Il y a  dans des presque riens des choses éternelles
    Je ne sais pas demain, Je sais un génie du Passé

    La lumière sur des œuvres de Monsieur Da Vinci
    Une petite lumière dans diverses peintures très travaillées
    Je ne sais pas si une œuvre devient vraiment éternelle
    Mais je sais les  tableaux de Monsieur Léonard da Vinci

    Paris le 25 octobre 2019

  • Mes photos

    Toutes mes photos que j'ai mises sur le site Piwigo

    https://victorugueuxzrazemotte.piwigo.com/

    Je suis libre de choisir ce que je veux, cela n'en déplaise à certains