Tout

  • Pensées du temps qui passe

    Pensées du Temps qui passe

    OUI ! Ce sont les sources de mes  mots

    Qui coulent ainsi de toutes mes pensées

    Beaucoup trop de mots et trop de poèmes

    La poésie seule elle est, et elle reste une

    Sans tous les errements des mes caprices

    Tous les ego qui chient de leurs nombrils

    C’est  vraiment dégueulasse un auteur

    Qui parle encore et toujours de lui-même

    Je m’en irais calmement vers mon deuil

    Dans un silence de paix enfin dans cette âme

    Oui ! Moi je vous oublierais,  de tristes nombrils

    Et vous… Vous continuerez de batifoler ici

  • Dans le noir

    Dans le noir

    Une lumière brille dans l'obscurité

    C'est un moine qui écrit un manuscrit

    Il travaille à la chandelle et sur une écritoire

    Il écrit sur un parchemin déjà utilisé

    Qu'il a longuement nettoyé en le frottant

    C'est un manuscrit qui est important

    Il est retranscrit d'un manuscrit arabe

    Cela parle de Aristote et de sa logique

    Et le moine se pose des questions

    Comment comprendre la pensée originale

    Alors qu'il n'a que les commentaires arabes

    L'accès cette pensée grecque est de seconde main

    Et le moine aimerait avoir des auteurs anciens

    Qu’ils soient plus anciens, de vrais originaux  

    Que  cela soit des originaux grecs ou latins

    Mais il doit se contenter de ce qu'on lui a fourni

    Comment traduit-on les terme de ce manuscrit

    Sans doute le traducteur a fait ses choix

    Il ne convient pas de faire de la logique sur la vérité de Dieu

    Et la théologie assure tout son droit de regard là dessus

    Mais le moine, il n'est pas un musulman

    Et il ne comprend pas tous les termes employés

    Il faudra qu'il en parle à un maître de théologie

    Pour qu'il puisse apprécier  toutes les nuances

    Nous sommes dans cette période obscure

    D'un moyen age assiégé par les barbares

    Et des conflits sans fin entre pays chrétiens

    Entre famines, des guerres et la peste noire

  • Le péché originel

    Le péché originel

    Vous êtes théologien, soit curé, soit pasteur, soit rabbin...  Et vous avez des complexes de culpabilités sur le péché originel  car vous trouvez cela un peu trop mythique,  on ne peut pas construire de bonnes hiérarchies religieuses  sur des mythes dont plus personne ne croit un traître mots,  le coup de la pomme est dépassé ? Sans doute!  Ne vous en faites pas,  je vais vous en donner  des motifs de vous sentir coupable,  primo vous avez inventé le profit...  Ce moteur inébranlable de la civilisation,  puis vous avez inventé votre propre dieu  pas l'indicible, non le dieu breveté made in ciel  avec plus de dix mille raisons de le craindre,  puis vous avez inventé la prêtrise,  et tous les avantages qui vont avec,  vous avez inventé l'économie de la grâce  une marchandise chèrement payée  par des années d'esclavages à votre service,  alors que je le sais bien cela  la grâce par sa définition est gratuité  et le dieu que vous adorez.  Un fourre-tout pour dominer le monde,  changez donc de péché originel  et rendez-nous dieu,  et la grâce en abondance

    Bruno Quinchez Victorugueux Paris le 27 février 2005

  • Deux poèmes sur le sujet "DIEU"

    Je suis Dieu…

    Je suis Dieu ! C’est certain je suis Dieu...
    Du moins c’est ce que je crois
    il y’a comme même un truc bizarre

    C’est quand je dis ça à mes copains
    Ils me disent qu’ils sont aussi Dieu
    Il y’a même une nana,
    Qui se prend pour la Déesse Mère !

    Vous savez cette déesse de l’antiquité
    Où tous les mecs baisaient avec !
    Le hic ! C’est que si moi je suis Dieu
    Il y’a tous les autres Dieux

    Qui se foutent de ma gueule !
    C’est pourtant vrai que je suis Dieu
    Par un petit effort de ma volonté
    Ils disparaissent dans le néant

    Quand je ferme les yeux !
    Mais qu’est ce que c’est chiant
    D’être Dieu, faut trouver un partenaire
    il y a même un gars qui se prétend Diable

    Je sais qu’avec ce mec je joue bien
    Des parties d’échecs interminables
    Mais ce salaud il est mauvais joueur
    Il triche en disant que je n’existe pas

    Puis en réfléchissant je me dis
    Qu’est ce que c’est chiant de bouffer tout seul
    Je crois ben que je vais inviter du monde

    Et là je me sentirais moins seul
    Mais les autres y savent pas que je suis Dieu
    Faut pas déconner avec Dieu…

    Paris Le 16 février 2005

    Puis non! J’ai plus envie

    Je n'ai plus envie d'être Dieu !

    Il faut dire que le boulot
    Comporte des responsabilités
    Toutes les conneries faites en mon nom

    Djihad, croisades, holocaustes humains
    Et tout cela, c'est à cause de moi
    Moi! Je ne suis pas un gars prétentieux
    Je n'ai jamais cru que je pouvais tout faire

    Je demandais juste un peu de participation
    À mon œuvre... Juste un peu de vie
    Pas des grands trucs du genre apocalypse
    Mais des trucs simples pour tous

    Que les hommes soient moins cons
    Mais parait-il... Tout ça c'est de ma faute
    Il y’a un imposteur qu'est passé
    Et qu'a dit: demain on rase gratis!
    Et pas mal y ont cru…Pauvre de moi!
     

    Je t’en prie... Toi! L'Homme
    De t'assumer et de ne pas me rendre
    Responsable de toutes tes conneries
    J'ai fait Le monde en 6 jours
    Puis au 7ième les hommes ont tout cassé
    De cette nature que j'avais faite belle

    Ils ont même inventé un truc incroyable
    Le Big-bang et l'Histoire
    Et moi là dedans qu'est-ce que j'y fais
    Dans ce putain de bordel cosmique
    Que les humains ont créé moi je peux plus rien
    Contre leurs conneries

    Je crois bien que je vais
    Tout recommencer au début...
    Y'a quelques choses qui m'échappent
    Mais je ne sais pas quoi

    J’me pose des questions…

    Paris Le 16 février 2005

  • Matins

    Matins

    Des chants aux matins
    Avant le beau soleil levant
    Des oiseaux chantent

  • Haikais sur la mer

    à la demande de Sabine Huchon 

    http://jattendsdoncjelis.unblog.fr/les-conditions-de-participation-a-lire-imperativement/

     

    Haïkaïs sur la mer

    Vents qui contrarient

    Ils soulèvent des vagues

    Les grains de la vie

     

    De jeunes marins

    Regardent le port qui fuit

    Ils laissent l’amour

     

    Il y a là la mer

    Qui  se déploie immense

    Ailleurs c’est là-bas

  • Un envoi à ma manière de Rimbaud

    Poème à la Manière d'Arthur Rimbaud

    L'étranger aux semelles de vents

    J'ignore qui je suis,
    J'ignore où je vais,
    Mon étoile polaire,
    Me suffira toujours!

    Paris le 31 août 2007

  • Envoi de haikais sur un autre site

     
    Le poème vit
    Dans l'instant qui est donné
    Par le poète
     
    Des vers mi-sages
    Ou bien des vers mi sots
    Juste le plaisir
     
    Avoir la sagesse
    De dire en très peu de mots
    Soit la vérité
     
    Je me sens drôle
    Parfois je me sais un fou
    Mais toujours poète
     
    Quelques mots choisis
    Ne seront jamais  inutiles
    Que des petits mots
     
    De Bruno Quinchez
    A Paris le seize mai
    il fait des Haikais
     

  • Un petit exercice de pensées coopératives

    Exercice de coopération sur la construction du futur

    Voilà je vous propose un petit exercice métaphysique. Comment voyez vous l'avenir ? Sachant que si vous vous l'imaginez mais vous n'êtes pas le seul, et que la pensée circule de partout. Cela que ce soit de vous vers les autres et vice versa ou d'époques à une autre. Je ne vois pas et je ne sais comment est le futur mais je sais qu'on peut compter sur les anges, les esprits, les banquiers, les savants, les poètes tous les rêveurs de la Terre pour y mettre un grain de sel. Sans doute que c'est ainsi une construction mi métaphysique, mi littéraire, voire un romans de SF en fabrication avec la participations de tous. NB il n’y aura pas de copyright ou de droits d’auteurs en perspectives alors allez y franchement

  • Quelques Haikai sur le vrai, le laid, le beau

    Y-aurait-il donc
    Une vérité dans un haiku
    Beauté n'est pas loi

    Plus sérieusement
    Je me méfierais toujours
    De l'apparence

    Ce laid qu'on maudit
    Mais le laid reste vrai
    Oui!Cela reste