Aphorismes divers et variés

  • Compilation d'Aphorismes du 19 septembre 2016

    Aphorismes du 19 septembre 2016

    À savoir ! J’aime le gars Jésus et son enseignement, mais je fuis de plus en plus les curés au verbe obséquieux et les églises tristes...

    Ce Dieu ! Le chef des armées... Celui-là ! C’est le Dieu vengeur, celui qui bénit toutes les guerres possibles, donc tous les massacres...

    C’est bizarre que notre monde religieux n’ait jamais été qu’un monde de la foi qui allait verticalement de la Terre au Ciel...

    Dans ma tête, j’entrevoie des vérités non-duales, ce qui est dur à exprimer dans ce monde de logiques dualistes, avec des bons et des mauvais...

    Des fois je trouve les athées comme des gens aussi chiants que les curés, je ne leur ai jamais demandé de me convertir...

    Est-ce que être enfin au paradis cela est-il vraiment le plaisir et la joie du Paradis...

    Faire confiance, une forme de la foi commune...

    Il n’y a pas besoin de crypter les informations, lorsqu’on ne sait pas utiliser les moyens d’informations...

    Il serait affreux de vivre dans un monde déterministe qui va de la naissance à la mort, j’accepte l’idée de mourir, pour l’au de-là je verrais bien...

    J’ai confiance dans plein de monde, tous ceux-là dans les gens qui m’entourent, mais pour la foi qui tombe là-haut du ciel telle que Dieu et les anges je ne sais toujours pas à qui m’adresser,

    J’ignore si un individu isolé est un solitaire qui pense l’univers, je sais des milliards de solitaires qui parlent de leurs mondes personnels...

    Je ne sais pas si vivre au paradis supposé avec des êtres qui sont tous parfaits et qui sont tous occupés seulement à prier un Dieu dont ils devraient avoir l’intimité, Ceux-là qu’ils sont Ils aimables ou aimants ? J’aurais l’impression triste de me retrouver dans une église triste avec des ego rangés en faisceaux et tous regardant un dieu inconnu qui est situé très loin dans un monde inaccessible et  Tous ceux-là tous malheureux, qui oublient de regarder simplement avec amour le voisin tout à coté...

    Je n’oublie jamais dans la prière, le Credo, celle du concile de Nicée ce passage qui parle de Jésus est descendu aux enfers et de sa grâce donnée, l’absolution de nos fautes, celle-là qui est donnée à tous...

    Je pense souvent à ces massacres par utilisation d’armes à feu, dont les USA ont la triste habitude...

    Je sais des enfers modernes qui ne doivent rien au diable et ses tourments... Oui ! Les humains, ils sont parfois capables du pire...

    Je sais des histoires terribles sur la guerre d’Algérie qui ont été cachées jusqu’à maintenant...

    Je suis certain que pour moi avoir ma foi, cela reste le résultat de petites expériences de pensées avec des dés qui m’obéissaient selon ma foi et une chose très intime et lumineuse qui m’est restée...

    Je tiens certains lieux de peines qui sont sans rémissions, de ces lieux du genre des hôpitaux psychiatriques, ils sont plus proches de ce que je considère comme l’enfer ou du moins la vision du Moyen Âge...

    L’enfer ? Il se videra peu à peu ou plutôt, je ne crois pas qu’il y ait des condamnations éternelles, ça revient à l’éternel débat sur les prisons comme des lieux d’amendements...

    L’excommunication ? C’est avant tout une idée de refus de coopérer, et non pas un mauvais état d’Esprit...

    L’idée de la Justice porte sur des faits établis et non pas sur des intentions, OUI !je n’ai jamais su cette culpabilité du péché par omission que nous enseigne l’Église...

    L’idée de Paradis, elle est liée à la béatitude de l’enfance...

    La communication internet, elle utilise des réseaux qui sont de plus en plus rapides, mais aucun cerveau humain n’est capable d’intégrer rapidement toutes les informations nouvelles...

    La conquête de l’ouest, certes elle justifiait le port des armes, mais de nos jours il ne reste juste que cette peur du voisin...

    La dame de mes pensées ? Non ! je ne sais pas si j’en suis encore amoureux ! Ou si je la garde comme une option possible pour l’au de-là, cela me demande vraiment beaucoup de foi face à la réalité de l'entropie du quotidien...Ressusciter les morts ? Non ! je ne suis pas Jésus...

    La liberté des hommes, c’est la même que celle de Dieu ! Alors arrêtez de décider pour lui !

    La sainteté et la santé sont très liées, j’ai du mal avec les saints débiles...

    La seule chose dont je suis sûr, c’est que nos lendemains, ils ne sont pas écrits, cela ne nous donne pas de plans sur l’avenir, parfois je songe à tous les rêves de ces enfants qui viennent...

    La seule position soutenable sur Dieu, c’est de laisser libre son existence ou non, c’est en soi une vérité indécidable qui reste une grande liberté donnée à tous...

    La vérité est un chemin parcouru en commun, peu nous importe les itinéraires enseignés, le but c’est l’ultime vérité, celle qui reste commune...

    La vraie richesse, elle est dans le partage et l’échange et non pas dans la capitalisation financière...

    Le lobby des armes aux USA, il est surtout basé, sur la peur de son voisin, qui est aussi armé...

    Le méchant c’est l’autre, les bons ils sont toujours semblables à nous-mêmes !

    Le monde des cieux avec tout le Tra-là-là des anges et du bon Dieu, il s’est dépeuplé avec notre regard moderne sur les objets célestes...

    Les enfers ne sont jamais que le lieu qui se situe en dessous...

    Les journaux d’autrefois nous faisaient des synthèses, ils laissaient passer toutes les nouvelles, sauf celles qui ne plaisaient pas aux politiques...

    Les réseaux neuronaux ? Ils sont plus compliqués par leurs connexions que toutes les machines programmées...

    Les saints parfaits du paradis ! Sont-ils des gens plaisants ?

    Les USA comme fauteurs de guerres ? Ben Oui ! Et cela depuis les années 1940...Tout le surplus des armes produites par le complexe militaro-industriel des USA, cela justifie tous les conflits depuis cette époque et tous les morts au service de la cause démocratique, du moins cette fausse vérité que nous sert les gens du Pentagone... Oui ! On est loin du message évangélique du gars Jésus...

    Ma foi ? Elle se résume en peu de chose, passer d’un monde de la statistique à un monde de la volonté aimante...

    Mes mots, ils sont impuissants à parler d’une réalité biblique qui est celle d’un jardin du style des oasis du désert... Pour moi le Paradis ça serait de vivre en harmonie avec tous les habitants de la Terre... Que cela soit, les hommes, les animaux et les plantes... Bref les diverses choses vivantes dans l’ordre des vies communes...

    Personnellement j’ai une foi qui se passe de la théologie classique... Celle-là qui n’est jamais qu’une suite de baratins incontrôlés sur un Dieu qui reste lointain...

    Pour Dieu j’ignore ce que vous y mettez dedans ! Il y a trop d’humains qui pensent pouvoir s’approprier Dieu...

    Pour moi ! Je vous le dis ! c’est un grand blasphème que ces clercs qui bénissent les soldats qui vont en guerre...

    Pour moi, Dieu, il affectionne tous les êtres vivants...

    Quand on connaît toutes les destructions faites à la faune et la flore terrestre, je me dis que les contacts avec les extraterrestres, ça sera long à venir ou du moins que cela devienne acceptable par les hommes...

    Quelle est l’intelligence d’un moteur de recherche comme Google, une machine de statistiques gigantesques qui traitent des réseaux de cerveaux qui communiquent sur le WEB...

    Quelques fois je me reconnais dans ce fameux slogan hippies « Faites l’amour pas la guerre », il faut dire que je me souviens toujours de la guerre du Viêt-Nam qui a radicalisée beaucoup de convictions chez les pacifistes...

    Septembre s’avance et je vois les nuits s’allonger, l’avantage c’est avoir la fraîcheur pour dormir mais l’hiver qui vient ça m’angoisse tout de même un peu...

    Si j’avais eu des prières à faire, ce que je demanderais à Dieu... C’est non pas d’aller au Paradis ! Mais d’avoir la santé du cœur, de l’esprit, de l’âme et de redresser ma pauvre vie d’humain tordue par le poids du malheur...

    Si tout est possible pour nous les êtres humains, La chose qui en découle logiquement c’est qu’il existe une morale absolue du bien et du mal...

    Un jour ! Tôt ou tard... Nous devrions aller dans les étoiles, mais il faudra préparer notre humanité aux voyages interstellaires et préparer les hommes aux contacts avec les Extra-terrestres...

    Voilà ! il faut voir dans les manichéismes divers de notre Terre et dans la pensée dualiste commune, cette logique duale qui est un peu idiote, qui explique et qui justifie aux yeux des hommes tous les motifs possibles de guerres contre des gens qui ne pensent pas comme vous...

    Y a-t-il une chose qui vous aiderait ? Personnellement je sais que ma confiance dans ceux qui m’ont aidés dans mon passé et la foi que j’ai dans ceux que j’aime, ces deux choses là, elles m’aident beaucoup...

    Paris le 19 septembre 2016


     

  • Aphorismes au 29 août 2016


     

    Compilation d’aphorismes 29 août 2016

    À tout dire je ne sais pas si vous comprendrez mes aphorismes... Peut-être, y ai-je mis des choses que je croyais simples mais pas toujours évidentes

    Beaucoup de temps passé à dormir, à manger, à faire ses besoins, à travailler quand on a du travail, un tout petit peu de temps à faire l’amour mais tellement peu de temps à réfléchir

    Contre le passage du temps il n’y rien à faire, sinon accepter de laisser les âges faire de vous un immortel, celui qui change et qui sait que demain, il est toujours à voir

    Délirer, c’est comme lire une lecture de choses qui sont en vous-même, ne croyez pas le délire mauvais car ça fait parfois autant de bien qu’une bonne cuite dans des moments d’angoisse

    Engager voilà un mot bizarre, ça peut être un placement financier, un choix qui est soit idéologique ou soit un genre de sacerdoce, j’ai connu des gens biens qui s’engageaient pour les autres...Qui ne connaît pas ce slogan de la légion étrangère... Engagez-vous ! Rengagez-vous !

    Faiblesse des filles et le machisme... Pensez-vous sérieusement que les femmes soient fragiles, je sais des femmes qui se comportent mieux que des hommes face à la douleur

    Grappiller un mot qui me plaît bien ! Grappiller des graines dans une vigne ou bien grappiller des mots de ça et de là, dans des livres qui sont rangés dans les étagères d’une bibliothèque

    Hallucinations ou visions ? Parfois il y a des choses bizarres qui échappent à la logique des classements des psychiatres normatifs

    Inquiétez-vous plus, de savoir ce que vous êtes, de ce que vous aimez et de ceux qui vous aiment ! Cela est bien plus important que de savoir si vous êtes bien classé au classement des saints qui vont au paradis

    J’ignore ce que vous, vous pensez ! Alors laissez-moi tranquille ! Nos mondes de pensées, ils ne sont pas les mêmes

    Kérygme ! Voilà un mot bizarre ! Ce mot ! Il signifie tout simplement la proclamation d’un Jésus qui s’engage envers tous les hommes

    L’illusion la plus simple et la plus commune, c’est de se penser ou de se croire aussi éternel que le soleil qui va durer au maximum cinq milliards d’années... Petit homme ! Apprends la modestie

    Lorsque l’on cesse de croire dans ses propres illusions, ce monde celui-là qui nous entoure, il cesse d’exister pour nous ou plutôt, c’est un monde sans nos possibles rêves qui soient à construire demain...

    Miracle des miracles, je suis vivant, je sais parfois des choses lointaines et des morts vécues comme des passages entre des mondes passés et les mondes en devenir, j’ignore ma mort, je ne sais jamais que des passages...

    Nue et sans honte, elle me regardait et je l’admirais femme toute déshabillée... Elle n’était pas gênée par mon regard et elle portait pour seul vêtement son regard très fier de ce qu’elle était...

    Ors de l’alchimiste qui sont tous obtenus avec sa persévérance, sa longue calcination, son épuration patiente... Oui ! L’âme de l’alchimiste était devenue d’un or pur

    Par intermittences, ce sont des flashs dans ma vie, il m’arrive parfois de percevoir un autre monde beaucoup plus bizarre que ce monde très commun

    Quand vous saurez pourquoi vous êtes susceptibles d’être aimés, alors peut-être cesserez-vous d’avoir peur de l’autre...

    Rien pour aujourd’hui ! J’attends encore ce Dieu silencieux, celui-ci qui reste caché pour qu’il me libère de moi-même et que cela se passe très loin de vos Dieux fous... Tous ceux-là qui vous écrasent de vos certitudes

    Séduire, c’est vieux comme le monde ! De nos jours la séduction, c’est la publicité qui ne s’intéresse plus qu’au portefeuille...

    Timide comme un jeune enfant, mais être aussi un humain capable d’envisager le monde comme un vieillard omniscient

    Un chien fidèle et un adorateur d’un Dieu tout-puissant, ils sont bien comparables ! Oui ! Cela me pose des questions sur la foi que vous avez dans ce Dieu tout-puissant et aussi sur le regard de ce chien qui croit en nous

    Valeur morale donnée, valeur marchande, le mot valeur c’est un mot valise avec de multiples sens, notre monde marchand entretient patiemment ce double-sens

    Wahhabites ? Évangélistes ? Juifs ultra-orthodoxes ? Voilà des défis qui sont encore et toujours à soutenir pour pouvoir vivre dans un monde multi-religieux

    Xéno... L’étrange étranger des Grecs, un peu barbare, un peu client, un peu fournisseur, un peu ami, un peu ennemi, mais celui-là reste l’autre, celui qui n’est pas grec

    Y-a-il un Dieu différent dans chaque religion ou n’est-ce que le même ? Alors pourquoi celui-ci est-il toujours incompris ?

    Zéro et l’infini, un potentiel vide ou un potentiel infini, et selon l’idée que nous avons de ce monde, c’est un problème mathématique que se pose la Physique contemporaine pour des singularités Insondables

    Paris le 29 août 2016


     

  • Compilation d'aphorismes au 26 juillet 2016

    Compilation d’aphorismes du 26 juillet 2016 avec des ajouts de mes tercets reformatés

    À faire l’impossible, nul n’est jamais tenu

    Ailleurs ! C’est déjà plutôt beaucoup de lieux, mais il n’y a jamais qu’un ici et maintenant, de la nostalgie de tous mes voyages de jeunesse ?

    Aller plus loin que soi-même, mais apprendre à voler pour affronter le vide

    Automne quelques odeurs feuilles mortes ramassées le feu qui les consume les chasseurs sont prêts cache-toi bien petit lapin, automne, la saison de la chasse,

    Autrefois pour les hommes, la lune, la nuit et le soleil, le jour, ils n’étaient que des luminaires.

    Aux bons innocents les mains pleines de rêves d’avenir

    Aux jeux d’échecs, une pensée duale, c’est vaincre l’autre ou bien mourir mais moi, la vie multiforme et grouillante, elle m’étonnera toujours

    Avant de laisser fermée la lumière de tes deux grands yeux fatigués pense encore et toujours à ceux-là !

    Avec le temps on oublie rien de rien, on s’habitue, c’est tout ! Jacques Brel, une version moins pessimiste

    Avec le temps tout va tout s’en va et on oublie Léo Férré, une version pessimiste

    Bof ! De super bof ! Entre ce qui est prévu et la météo depuis le mois de mars j’ai appris à ne pas faire confiance aux gars de la météo

    C’est l’ouverture de la saison d’hiver le ski, la glace et la neige sont là pour chaleur et lumière encore du temps la simple couleur blanche unit tout le spectre visible ne dit-on pas ? Du bruit blanc

    C’est la valse à quatre temps des quatre saisons qui passent automne, hiver, printemps, été

    C’est le mois d’août un soleil en exil renonce a son empire céleste

    C’est vraiment un drôle de regard que celui d’un expert

    Cailloux dans le ciel un Sahara de poussières diverses et toutes inaccessibles. Nota Bene ! j’ai un peu plagié Mouloudji

    Ce soir j’ai fait un peu de cuisine, je ne fais pas très souvent la cuisine mais chez moi ce soir ça embaume

    Ceci dit parfois des petits riens, qui arrivent dans ma vie, ils me font aussi sourire,

    Celui qui écrira l’équation, dites du grand tout universel, il aura la grosse tête d’un thaumaturge

    Ces jours heureux, j’avais encore un cœur très amoureux, je vis son absence comme ce vide de libertés non habitées, longtemps j’ai marché simplement sur cette corde raide

    Cette nuit froide de novembre il a neigé sur Paris et toutes ses rues grises seules les voitures restent toutes blanches

    Chaque jour apportent leurs rations de faits, suffisent aux moines qui raturent sur la réalité, mais qu’y a-t-il de réel dans une belle équation ?

    Choisir Dieu ou diable tous ces choix donnés, c’est plutôt limite

    Comme il était sûr d’avoir toujours raison, tous les commentaires que l’on faisait, lui étaient insupportables.

    Concernant l’impossible c’est une option que vous ignorez, personnellement j’ai eu de vraies surprises

    Concernant la pratique de l’alchimie, elle demande avant tout le feu sacré ou la foi. Je ne sais pas ou je ne sais plus ou n’ai-je jamais su répondre ?

    Concernant la réalité la plus commune je doute de tout ce que je vois, car ce ne sont que des illusions

    Dans ce monde de vampires boursiers il faudrait être un vrai dément psychopathe pour donner des proies à ces prédateurs

    Dans la grande forêt ancestrale un arbre monde gigantesque avec toute une myriade d’oiseaux

    Dans la nuit noire très tard, entendre cris du plaisir, d’un amour qui va très fort,

    Dans la recherche scientifique, depuis l’épuisement des nouveautés on est passé de l’étonnement. Tiens pourquoi ça marche ! À l’agacement, tiens pourquoi ça ne fonctionne pas !

    Dans le brouillard de mon passé des lointains souvenirs de femmes aimées, elles me donnent envie de leur rester fidèle. De nos jours il y a les femmes couguar qui sont de mon âge, ou à peu près, mais non je n’aime pas trop !

    Dans le sens de la vue, il y a la précision du regard, qui permet de comprendre

    Dans le silence de l’amer, il y a comme l’écume des jours elle est extrêmement amère

    Dans un petit lac bleu de montagne des poissons vifs tout fait d’argent ils nagent dans l’eau très claire et froide, le pécheur tranquille et patient, là, sur la berge, il casse la croûte, un bel après midi qui passe les poissons nagent indifférents, au vermisseau qui est au bout du fil, ils nagent dans l’eau sans faim

    Dans un temps donné, il y a déjà mille façons, de dire le monde,

    Dans une boite il y avait tous les vents mauvais, mais par curiosité il fallut que pandore l’ouvre. De nos jours je sais qu’il existe de multiples boîtes de pandores et heureusement elles ne sont pas si évidentes au commun

    Déjà savoir marcher sur un fil demande une confiance en soi ce n’est pas donné à n’importe qui

    Demain est déjà ailleurs tout là-bas où vous n’êtes pas tranquillement au soleil

    Demain je ne serais plus là et je le sais, mais aussi aurais-je rejoint mes amis là- bas ? Je ne sais pas ! Un ailleurs absolu.

    Depuis bien des éternités, il y a ainsi dans notre ciel, la lune change ses formes arrondies et évolue lentement, d’abord croissant, puis quart, puis la lune toute pleine

    Des voix sans timbres ? Sans doute causez-vous aux anges ou bien à vous-même

    Dieu ! Dit-il en priant, mais resté tout seul, il ne l’entendait pas, il pensait alors.

    Don Quichotte cœur noble, un chevalier resté sans maître, mais avec tous ses rêves,

    Don Quichotte de la manche, chevalier à la triste figure, et redresseurs de tous les torts,

    En Amérique, aux USA, le concept de réparation morale, il n’existe plus, il y a juste l’estimation des sous que vous pouvez réclamer pour un problème donné et cela quelques soit-il.

    En ce jour de juillet, j’écris moins de poèmes, mais curieusement, s’ils sont plus lus, je ne sais toujours pas ce que les gens en pensent, car je n’ai que des statistiques d’internet.

    En ce qui concerne l’art, ce n’est jamais que du hasard, que l’on soumet à son regard,

    En vieillissant le solitaire que je suis, il devient agoraphobe, cela me fait éviter beaucoup de choses comme les réunions de familles nombreuses et certaines manifestations de rue

    Éros et Thanatos sont aussi des frères, l’amour que je tiens, il n’est plus Éros mais Agape qui est la patience de tous les saints qui aiment sans jamais évoquer le sexe

    Essayer de marcher sur l’eau, comme le faisait le gars jésus, demande beaucoup de foi

    Être soi-même ce n’est pas un luxe mais une normalité le temps qui attends ce n’est pas le temps qui espère juste un temps à passer

    Fiat lux ! Dit-il songeur ! En allumant sa lampe dans la pièce sombre

    Fleurs de givres, encore étonnées d’être les fleurs de l’automne passager, des rosiers qui sont en boutons

    Fondamentalement je ne suis pas sûr, que nous puissions comprendre ce monde, alors croire en son destin. Ben ça aide à vivre

    Fondamentalement, je reste fidèle au gars Jésus qui résume bien le fond de ma pensée. Plus j’avance, plus je donne raison à Jésus, mais certainement pas à tous les disciples de Jésus qui ne font jamais que leurs petites cuisines à leur manière.

    Galet plat, jeté habilement, ricoche dans l’eau, puis, il rebondit encore, plusieurs fois de suite et une fois arrivé en bout, il coule sans rémission aucune

    Ici il y a des lois que tu ne peux renier, comme l’énergie, l’entropie, le temps, tu peux les nier, mais elles existent,

    Il en est de la nostalgie, comme d’un remord ruminé, qu’elle soit bonne ou une mauvaise rumination

    Il manque à la physique tout le monde de la psychologie je sais pas trop s’il y a une frontière.

    Il se souvient alors de ce que disait cet imbécile heureux, mais il avait tellement de choses à dire qu’il n’avait plus le temps de dire quoique ce soit

    Il vaut peut-être mieux pour les Extra Terrestres que nous ne puissions aller dans les étoiles c’est l’idée qui me reste de l’au de-là

    Il y aurait plus à dire sur nos hommes politiques que sur leurs programmes, dans les faits nos hommes politiques, ils sont plutôt décevants dans leurs manques d’ambition

    Il y eut un jour, et il y eut une nuit et Dieu vit alors que cela était bon, la Bible de mémoire

    Ils. Les gars de la météo prévoient des températures élevées alors ! Pas d’orages ! S.V.P. ! Ce matin de juillet le ciel est très lumineux, mais là j’attends encore

    Indignez-vous si vous le voulez mais ne manquez pas non plus de décider de votre avenir

    Insensiblement la lumière décroît, le coucher rouge d’un soleil d’automne puis petits matins rosés avec le gel

    j’ai aussi quelques idées bouddhistes sur la faute et la justice qui va avec, à savoir que la notion de péché et le commerce de la grâce, ça reste des histoires de sous.

    J’aime assez Stéphane Hessel, et son petit livre protestataire, mais peut-être pas nos hommes politiques.

    J’écoute les gouttes d’eau qui tombent de mon robinet mal fermé comme une musique plutôt subtile par les micro-différences entre deux gouttes, soit en tonalités ou soit en rythmes, mais je sais aussi qu’il y a beaucoup de gens que ça agace ou qui pense à de l’argent qui se perd dans une fuite

    Je dis que vous vivez avec votre propre illusion

    Je m’agace souvent, par ce ton moraliste qui se dégage de mes écrits, alors si vous voulez bien j’évite, je n’ai pas de morale à prêcher, je n’ai rien d’un curé et vous avez votre vie

    Je manie plus facilement l’ironie que la philosophie des systèmes.

    Je me consterne encore de voir la bourse s’anéantir par ses intérêts personnels

    Je me dis que ce n’est pas la peine de faire comme Jésus qui est trahi chaque jour par tous les clercs qui se foutent parfois de vous.

    Je ne sais pas si je voterais en 2017, tous les candidats, ils ne me plaisent pas, car ils n’ont pas vraiment de solutions à nos problèmes

    Je ne suis pas si sûr qu’il y ait des lois éternelles et cela même en physique.

    Je ne vous ai jamais demandé de croire en quoique ce soit

    Jésus, il est nettement suffisant pour ce monde où nous vivons, mais quand je vois les problèmes qu’entraînent l’argent, le sexe, la volonté de dominer des hiérarchies religieuses.

    L’amour d’une putain, comme un Graal éternel, ce n’est jamais ridicule,

    L’amour que l’on donne, tout ce que l’on reçoit des autres, ils font ainsi nos vies

    l’au de-là et demain m’échappent, mais je me refuse de jouer les prophètes de ce monde meilleur.

    L’avenir qui appartient à tous les rêveurs ceux qui refont le monde chaque jour.

    L’homme est debout et il vous tend sa main le premier la saisit et il la serre amicalement mais le second qui passe en lui donnant la pièce

    Là ! Dans ma cuisine, je découpe une pomme grise quatre quartiers égaux dans l’assiette un goût fruité et une envie de tarte

    La balance dans une main, et le glaive dans l’autre, la justice est raide droite

    La condition de tous les amoureux c’est un grand trouble parait-il ! Mais elle est tellement bonne

    La fin de l’URSS, elle est survenue pour des questions de gestions économiques mafieuses, plutôt que par l’existence d’une vraie démocratie comme le rêvait Michaël Gorbatchev

    La foi ? Ben ça aide à vivre l’idée d’une cause juste qui sert de moteur à sa vie c’est avant tout une idée religieuse

    La folie ? Cela reste un combat perpétuel entre l’imaginaire et le réel, il n’y pas de relations qui soit plus complexe

    La goutte qui tombe, elle descend vers la mer et elle redevient nuage

    La grande question de la physique et de la métaphysique concerne l’entropie de ce monde où nous vivons car toute l’organisation de ce monde en découle.

    La haine et l’amour, cela ne sont pas des options choisies, mais des ressentis.

    La loi qui est dite la loi du talion, elle était avant toute une manière de pacifier les âmes, de passer d’une vendetta toujours mortelle par ces incessantes représailles, à un jugement qui soit équilibré, le jugement donné par un juge qui estimait le poids des choses. l’idée, c’est de faire un jugement équilibré d’où l’expression. Un œil pour un œil, une dent pour une dent.

    La lumière des petits matins, tous les soleils qui se couchent et la vie qui continue

    La lumière donnée comme connaissance des autres, cela dévoile toute notre faiblesse ou notre propre nudité,

    La lumière éteinte revenait alors avec tous mes doutes du jour, je songeais alors à toutes celles que j’avais entrevues un instant et qui d’un sourire malin, m’avait allumé d’un gros désir animal

    La lumière peut être si forte quelle éblouie

    La mort des beaux papillons n’est guère plus importante pour les oiseaux qui les mangent

    La mort est une absence, un repos, une peur, une sagesse de vie mais pour l’au de-là je ne sais pas trop quoi en dire

    La nudité en art, elle reste très appréciée, mais surtout par les hommes

    La nuit je suis heureux de me soustraire à vos regards

    La question du pouvoir par le discours, nous faisaient dire autrefois : d’où parles-tu ? Qui es-tu ? De nos jours plus personne ne sait bien qui nous parle et de quoi.

    La révolution ? C’est une idée pour les opprimés, c’est une idée dites de gauche, mais dans notre époque qui songerait à faire une révolution conservatrice pour avoir plus de sous ? Madame Thatcher et monsieur Reagan sont les révolutionnaires conservateurs des années 80

    La sagesse ! Quesaquo ? Je reste un fou impertinent qui continue de vous faire réfléchir

    La terre molle dans ses mains le potier étire le colombin et monte ainsi la matière

    La terre qui se repose aimablement dans mes deux mains noircies de terre je mets en terre mes fleurs maintenant

    La traque ou la chasse, c’est une vieille activité, qui nous vient de très loin,
     

    La vie qui n’arrête jamais, cela change tout le temps, et c’est plutôt fascinant

    Le barbare c'est l'autre, celui que l'on veut ignorer, car il est  trop différent

    Le chien qui pisse ici, il avait cette chienne là-bas dans un monde de chiens

    Le désordre vous savez c’est quasi toute la nature avec juste un tout petit rien

    Le mot juste à la juste place, voilà ma philosophie poétique

    Le photographe saisit un instant précis tandis que le peintre décrit une ambiance se sont des fabricants d’images, très différents

    Le pire c’est certainement de savoir où sont les problèmes et de ne pouvoir rien faire pour les résoudre

    Le poète a toujours raison ! Qu’est-ce qu’il est chiant, ce poète plutôt bavard !

    Le poète Paul Verlaine disait, laisse un peu jouer le hasard, dans le choix de tes rimes,

    Le poids de tous les mots, dans cette balance ultra précise, mais des mots qui sont légers,

    Le pouvoir ? Il serait lié à la puissance, mais suis-je un doux pacifiste ou un impuissant commentateur ?

    Le principal concept du bouddhisme c’est le non attachement à ses illusions et d’admettre un non dualisme

    Le seize juillet c’est bien tard pour qu’une hirondelle nidifie c’est au plus tard au printemps

    Le sentiment amoureux, c’est bien une réalité à deux, qui vous isole du reste du monde

    Le seul but de la philosophie, c’est de poser et de répondre à toutes les questions

    Le silence ? C’est un repos et parfois le bruit est vu comme musical, j’évite ces musiciens qui considèrent le bruit comme une musique

    Le silence qui s’en va, le bruit qu’on entend, la musique des mots

    Le silencieux se lève rallume sa cigarette et laisse la conversation.

    Le soir s’endormir tranquille, et le matin tout refaire à neuf, tout qui change, rien ne change

    Le soleil se lève le soleil se couche la nuit tombe, etc. etc.

    Le solitaire patient qui reste entier et seul à écrire toutes ces idioties, bien trop vagues dans un site trop dépeuplé et plutôt vide

    Le temps cyclique des quatre saisons qui passent c’est le temps de la nature, la fleur fanée d’hier, la rose d’aujourd’hui les graines de demain

    Le temps passe inexorable, jamais il ne repasse, non jamais, sur toutes nos erreurs passées

    Le texte est très écrit, comme son cœur est bien bon, et lui, il continue encore,

    Le vent coquin qui souffle sur les braises d’un désir et qui rallume cet incendie

    Léo ferré disait : la mort c’est l’infini son éternité, personnellement, ça me fait penser à un grand désert, pas si sûr qu’on y retrouve tous ceux qu’on aime

    Les cercles de silence, ils font un vacarme singulier dans leurs propres consciences

    Les concepts dans des systèmes qui sont très construits, c’est juste le rangement d’un petit monde dans des petits tiroirs

    Les cyniques du temps des Grecs ils étaient vus comme des débauchés, car ils qui se permettaient tout, ils faisaient l’amour sans retenue un peu partout, un peu comme nos hippies des années soixante-dix

    Les doux rêveurs que nous étions et la cruelle réalité où nous sommes, les temps ont bien changés,

    Les géants qui menaçaient Don Quichotte, ils sont plus crédibles pour lui que la menace du temps qui passe

    Les quatre chevaux de l’apocalypse, ils sont en retard sur les dates prévues ! Ce n’est pas sérieux messieurs dames de la Bible.

    Les rails parallèles de nos destins vies enchantent de nos deux rêves, ils se rencontrent aux bords de l’infini

    Les sages antiques causaient grec ou latin, longtemps les maîtres, de la philosophie scolastique, ils ne voyaient que le latin ou le grec et ils se foutaient pas mal des idées de ces sages du passé

    Les serments d’amours, s’écrivent sur l’écorce ou le sable, les lois se gravent dans le marbre

    Les temps qui arrivent sont redoutables me dit-on, mais ils ne seront jamais pires

    Les terres vierges où nous rêvions d’aller vivre libre sans les cons elles ont toutes été violées.

    Les territoires du vide sont infinis chez les bouddhistes, le vide il est vu comme potentiel(s)

    Les traces de souvenirs fréquentent tout notre présent par des histoires néfastes

    Lorsque le soleil défunt, il ne se lèvera plus du tout la terre, elle sera déjà oubliée depuis longtemps

    Malgré nous ils nous restent mais qui donc monsieur ? Tous ces grotesques doctes

    Marcel Proust a ainsi retrouvé tout le temps qu’il croyait perdu dans ses rêveries du passé

    Matin de juillet ! Matin frais ! Hier temps chaud et du soleil ! Plutôt marre du temps pourris

    Moi ! Je deviens anarchiste et je militerais pour une utopie libertaire, sans chefs, ni police. Malgré tout je sais bien que cela restera toujours une utopie non réalisée, car cette idée est fondamentalement irréaliste politiquement, mais c’est toujours bien d’en rêver.

    Mon paradis ne saurait exister, dans un monde où seule ma vérité, soit la vérité qui s’impose,

    Mystère, telle est le nom de l’énigme, de la Babylone moderne contemporaine avec toutes ses séductions incroyables

    N’est il pas croyable que les gens généreux, ils ne s’arrêtent qu’à vos malheurs

    N’oublie jamais, que c’est fait avec la même chose, le soleil et la bombe à Hydrogène

    N’oubliez pas Lucifer, le porteur de lumière, avec tout l’orgueil du savoir

    Nuit après nuit la mort devient compagne comme l’habitude d’une absence vide

    Ou est-ce ? Dans quelle étagère ? Ou courges et poivre ? Je ne sais pas ! Hélas !

    Oui ! Je m’intéresse à vous et à tout ce que vous aimez mais gardez donc vos petits sous

    Oui j’ai oublié ce matin de vous dire bonjour m’en voulez vous ?

    Papa et maman ! Que vous êtes loin maintenant. Je pense parfois à vous, à vos manies, à vos qualités et à toutes les phrases que vous avez dites, en bref, à tout ce qui vous faisait en tant qu’humain

    Papillons de nuit, tournent autours de la lumière, papillons du jour qui butinent les fleurs colorées, la lumière permet d’apprécier diverses couleurs

    Parfois ! J’ai cette belle idée, d’avoir et de faire un monde meilleur sur notre terre, le paradis ça reste une option pour des mystiques éthérés et ce n'est pas vraiment mon idéal.

    Parfois j’ai l’impression d’avoir tout vécu, dans les faits, c’est plus un vécu par procurations que des histoires vraiment vécues

    Parfois je préfère l’obscurité, par simple et vraie pudeur, devant tous les regards inquisiteurs,

    Parfois le poète cherche sa rime, joue comme un cruciverbiste, dans un jeu littéraire,

    Partir un matin, c’est pourrir un peu, déchéance du temps qui passe

    Personnellement pour moi ! La mort ben je ne la connais pas et puis je m’en fous, j’ai plus peur de mal vieillir que d’entrer dans le non-être, mais je n’ai pas d’idée là-dessus

    Plic-ploc ! Elle fait la pluie sur le toit de tôle grise ouverte aux quatre vents

    Plus j’avance plus je suis las et j’ai alors comme une envie de tout oublier

    Pour arrêter les pendules, il faut la même foi en soi-même, que de vouloir marcher sur l’eau,

    Pour jouir de la vie, il faut compter sans doutes, sur tous les autres

    Pour la morale et la justice aux USA ? Vous vous apercevez alors qu’elle est bizarrement basée sur la valeur marchande de vos sentiments humains

    Pour les anges des neutrinos, pour le divin des photons et pour les hommes des K watts

    Pour les anges des neutrinos, pour le divin des photons et pour les hommes des kilowatts

    Pour les recueils papiers, ils avaient l’avantage d’avoir leurs lecteurs et aussi d’avoir leurs critiques écrites en noir sur blanc

    Pour les transhumanistes, il existe un objet futur serait d’une singularité informatique faites avec des petits circuits électroniques très réduits, personnellement j’en rigole, ces circuits seront toujours limités en connexions. Je pense qu’il faudra pas mal de temps avant d’arriver à la complexité d’un cerveau humain

    Pour plus de justice il faut des lois, pour piller l’économie il faut des lois, mais l’esprit des lois quelle rigolade,

    Pour pouvoir s’abandonner, il faut aussi pouvoir se retirer, dans un nid tranquille et douillet

    Pour qu’un poème soit juste, privilégiez toujours le sens, plutôt que la rime,

    Pourquoi devriez-vous me faire confiance ? Voilà une jolie question ! Dans les faits, ma vérité, elle est basée toujours sur votre doute, je ne sais pas si vous comprendrez un jour la philosophe de Socrate

    Pourquoi donc je vous demande les gens gentils sont-ils insignifiants ? Vous vous aimez trop les emmerdements !

    Pourquoi parles-tu du paradis ? Serais-tu de ces cinglées qui confondent le réel et les rêves,

    Pourquoi vis-je ici ? Monsieur ! Pourquoi ! Je vous aime ? Madame ! Non! Pour moi ! Cela je ne le sais pas bien.

    Pourquoi vous faut-il donc une éprouvette, pour tester la qualité de la réalité qui vous entoure, alors que savoir bien regarder suffit seulement

    Puis question des poètes divers et variés. Je l’emmerde le Poète ! Je reste un être humain, tout simplement humain

    Quels âges avez-vous ? J’ai dix-milles ans bien tassés et guère d’illusions

    Question à un physicien intelligent qu’est-ce donc que la réalité ? Et pas d’autres questions posées

    Question de toutes les prophéties faites dans le passé nous concernant, je suis assez déçu des prévisions écrites mais assez content qu’elles soient erronées

    Rêver, aller et revenir, partir encore rêver à la mort et essayer de vivre et refaire chaque jour nouveau.

    S’il n’y avait pas un peu de hasard dans le cours de nos vies, nos vies seraient ennuyeuses, « Totor dans ses œuvres », Le joueur de carte avec une très bonne main de jeu est aussi rare qu’un chercheur avec des formulations toutes nouvelles, en général le joueur bluffe parce qu’il na pas de jeu, « Totor dans ses œuvres ». La citation c’est l’art du bluff en philosophie, « anonyme », Nota. Bene. Je mettrais bien cette citation en abîmes pour dire qu’elle est vide, « Totor dans ses œuvres »

    Sans doute ! Et je le sais bien aussi nous possédons un corps et une âme mais possédons-nous tous nos rêves ?

    Se battre longtemps comme don Quichotte contre des moulins à vent, et un jour perde la foi,

    Si les mots n’étaient pas usés jusqu’à la corde la vérité serait simple avec nos mots communs, il faut nettoyer et faire reluire nos vieux mots

    Si vous croyez en vous-même c’est déjà un bon point d’appuis tout le reste est sujet à interprétations

    Si vous voulez le pouvoir, pour être le chef incontesté, commencez par des promesses,

    Soleil qui se lève et qui rosit tout à l’horizon, c’est l’aube qui vient

    Songea-t-il un jour d’orage très noir et très sombre que si la lumière luit partout et elle brille tous les jours, certains orages paraissent aussi sombre que l’enfer

    Thanatos est un ange tout comme Éros, il me veille autant que le bel Éros amant de Vénus, pulsion de la vie mais aussi pulsion de la mort

    Toute la physique moderne, elle ne se soucie assez peu de l’humain, il y a là un vrai manque

    Un clown bien triste qui se couche fatigué en songeant aux lendemains qui viennent, le matin, il fait sa première blague du jour.

    Un désert sous le ciel bleu sans rien qui bouge dedans pas de place pour la vie

    Un enfant bien vivant regarde avec curiosité son grand-père racornit, il met sa petite main dans la vieille main ridée complicité de l’instant

    Un enfant plutôt rêveur, assis là, il refait le monde, nous avons tous été cet enfant

    Un enfant qui babille, et qui imite les oiseaux, comme un bel innocent,

    Un humain il me parle il me dit des choses, mais il est si loin de ma petite vie ordinaire que je ne comprends pas toujours

    Un individu naît aujourd’hui il vit un certain temps puis il s’en va pourquoi s’inquiéter alors que seul compte de vivre le présent

    Un jour il se perdit dans un tout petit monde ce n’était que le sien

    Un jour qui vient ou l’autre j’aurais ainsi oublié toutes vos chiquenaudes

    Un jour qui vient, demain ou après-demain, j’ai envie de me taire définitivement, dans les faits je reporte toujours la date. Alors dois-je y voir comme une idée de mort littéraire ?

    Un peu de physique s’il n’y avait pas un peu de hasard dans le cours de nos vies, nos vies seraient ennuyeuses.

    Un photon issu sans doute d’une étoile lointaine, il arriva jusqu’à mes yeux encore bien étonnés, c’est le message d’une histoire très ancienne

    Un seul regard vous manque et tout est dépeuplé ici, et là laissez donc réfléchir les miroirs

    Un truc qui est à rappeler devant les horreurs qui sont dues aux fous de Daesh et tous ses terroristes de tous bords qui sèment la haine, la haine détruit, elle consume, l’amour rassemble, il est nécessaire pour pouvoir vivre en commun.

    un truc vraiment rigolo c’est que je vous fascine encore malgré toutes vos déceptions

    Une copine qui voulait me draguer, parlait d’équations à plusieurs inconnues, mais je suis resté fidèle à une seule

    Une jolie fleur, donnée dans un printemps fleuri, une gerbe abondante, offerte un été prospère et tous les fruits mûrs aux temps d’automne

    Une nuit noire très intime, être tous deux dans un lit, c’est bien plus beau que le reste

    Une nuit plutôt calme, et qui est très, très noire, me va bien pour me reposer

    Une question que je vous pose pourquoi n’y a-t-il pas eu de guerre nucléaire ? Nous étions déjà tous prêts pour l’auto suicide

    Une rumeur qui courrait, on avait bien vu l’homme qui avait vu on, et on le disait partout.

    Une seconde d’éternité c’est déjà très long pour un cœur amoureux

    Une vision qui se veut profonde et obscure, elle n’a rien à faire des ouvriers qui travaillent dans la Mine, c’est un épiphénomène d’une pensée ténébreuse

    Vous attendez quoi ? S.V.P. la fin des haricots, le Messie du grand soir, le dernier train, pour l’ailleurs absolu ou encore la mort ?

    Vous crèverez comme vous avez vécu sans jamais rien comprendre de ce que vous avez vu

    Vous croyez-vous aux probabilités ? Ben pas moi ! Je crois à la volonté juste une petite nuance sur la réalité déjà savoir marcher sur un fil demande une confiance en soi et ce n’est pas donné à n’importe qui

    Vous n’aimez pas toutes mes petites histoires vous préfériez sans doute des recettes de cuisines désolé madame ! Mais je ne suis pas cuisinier

    Vous recherchez la vérité comme la perle fine ! Des cochons l’ont jetée dans un tas de merde et maintenant il faut plonger dedans pour la récupérer

    Voyager en chambre est un beau programme littéraire, ce sont aussi des exercices d’imagination plutôt que de vrais dépaysements

    Y a-t-il une seule vérité chez tous les inquisiteurs ?

    Y aurait-il un homme qui se dévoue pour rendre les hommes plus humains et moins dépendants de l’argent ?

    Copyright Bruno Quinchez

    1, rue Haxo 75 020 Paris le 20 juillet 2016

  • Les mots...énième version

     

    Les Mots...  énième version sur le sujet

    Je peux vous dire, Il y a tout de même de grosses différences
    Entre un vocabulaire pauvre qui est limité à 500 mots
    Et la grande érudition, de ces mots très rares voire néologique
    Verlaine dans un de ses textes très connu, l'art poétique

    il nous disait d'avoir un peu de hasard dans ses choix
    Un vocabulaire riche,  il exprime des nuances variés
    Les mots que l'on possède, ils sont un peu de nous-mêmes
    Il y a des styles divers de poésies, et parfois des mots valises

    Mais savoir mettre le mot juste, c'est un don de créateur
    Les mots nous disent plus sur nous que nous le croyons
    L'univers peut être vu comme formé et créé par les mots du verbe
    La science, elle est aussi faite avec des mots, des hypothèses, des calculs

    Un enfant même bavard, il ne possède pas les mots d'un adulte
    Mais déjà son monde est  très riche parfois ce monde, il nous échappe
    De même un être fruste nous parle et s'exprime sans de vraies nuances
    Mais ses mots qu'il utilise, ils sont  toujours justes pour lui-même

    il y a des mots qui tuent  irrémédiablement et d'autres qui nous apaisent
    La politique et les médias prolifiques, ils usent des mots passe-partout
    le vrai travail en littérature c'est de les nettoyer, de leur redonner du sens
    Le poème il parle pour le monde où nous sommes, ou il parle pour soi-même

    Paris le 9 juin 2016

  • Aphorismes du 30 avril 2016

     

     

    Aphorismes du 30 avril 2016

     

    À savoir ! Ce qui serait le plus atroce, c’est d’être fataliste et de ne rien faire pour changer ce monde déjà bien abîmé

    C’est à chier se disait-il en regardant sa Télévision et plus jamais il ne l’alluma.

    C’est curieux que l’argent donne une telle puissance, car je sais les stérilisations de tout ce qu’il touche, je me dis alors que l’argent mène à la mort, l’argent c’est la mort.

    Chaque enfant qui naît est redevable d’une dette envers ses parents, nous adultes contemporains nous somme redevable d’une dette sur la nature que nous laissons à nos enfants

    Dans les faits nos politiques, ils se foutent bien de nos pensées, la politique c’est une chose pensée et décidée par des technocrates européens

    De nos jours j’ai l’impression que les transhumanistes ils sont en train de nous préparer des très grandes découvertes sur nous-mêmes et aussi des super conneries inégalitaires

    Demain il y aura un ciel, un soleil, des nuages, mais pour le reste je ne sais pas, il faut être un grand fou pour prédire demain

    En relisant Astérix, de Goscinny et Uderzo, j’y vois dans la dernière page le repas des gaulois, comme une vision heureuse d’un paradis où nous bâfrons tous ensemble, pour moi c’est une vision qui dans son essence, elle est assez proche du repas de la cène ou plus simplement ce qu’on appelle la communion eucharistique

    Fondamentalement le bon est le bien ne sont jamais que des pensées égoïstes que je choisis par confort, à dire vrai le bien et le mal sont basés sur des valeurs communes, ce qui est bien pour tous, c’est au-dessus de mon petit moi

    Jamais non jamais ! Vous ne saurez où se trouve Dieu, le Paradis, l’Enfer Et Cætera.

    Je ne sais pas ou je ne sais plus s’il y a des choses plus importantes que d’autres, la chose que je sais maintenant c’est d’écouter et de répondre à toutes demandes

    Je situe Dieu quelques par entre moi-même et nous tous, je ne l’isole pas dans un homme, un objet.

    Je suis un carnivore, mais je n’ai pas conscience d’un mal, certains végétariens, ils peuvent me comparer à un nazi par mon peu de considération de la souffrance, mais là nous abordons des frontières de notre conscience européenne où la souffrance animale est exclue à cause de passages écrits sur ce sujet dans la bible

    Je tiens à l’idée de Jardin pour parler de notre planète, certes de nos jours nous l’avons beaucoup abîmée, mais je sais des histoires d’autrefois ou des hommes ils ont refaits des paysages en plantant des arbres dans des déserts.

    La démocratie ? Ça reste cette illusion que notre parole donnée, elle est entendue donc appliquée.

    La différence entre un homme est un singe cela reste sa capacité crâniennes et de notre capacité d’analyser notre réalité, mais il reste une grande part du singe dans nos rapports hiérarchiques, sexuels et nos sentiments comme le juste, la confiance la colère

    La lumière de l’âme se reconnaît, à ce qu’elle n’éblouit pas ni ne brûle

    Le problème avec Dieu, c’est de savoir où vous le situez.

    Le sage ? Une espèce de vieux machin qui est revenu de tout ? Non ! La sagesse, elle reste une joie d’enfant

    Le singe reste un animal, l’homme est un singe, est-ce que l’homme est un animal

    L’idée égalitaire reste une utopie désirable qui est entretenue pour que nous vivions ensemble, je ne sais pas si la moyenne des qualités, c’est différent de la médiocrité

    L’ignorance doit être vue comme l’inertie, la résistance de la masse au changement

    Longtemps ? j’ai regardé ma télévision et cela m’occultait mes propres rêves. Depuis que j’ai récupéré mon temps de cerveau disponible mes visions du monde sont plus libres et plus prolifiques

    Ma propre idée du bien et du mal, c’est basé sur l’idée de l’intérêt. Ce n’est non pas celui de l’usure de l’argent mais l’intérêt que je porte sur cette humanité si fragile et qui est aussi parfois tellement dévastatrice

    Madame Marie ! J’opte pour une vision apaisée où vous me parlez d’un monde à venir qui vit en paix

    Mon idée sur ce monde, elle reste la mienne,  je n’aime pas ce monde, mais je n’ai jamais essayé de croire que j’en étais le maître et que pouvais faire quoi ce soit pour en guérir et modifier toutes ses progressions folles. Mais ! Mais !

    Mystère tel et le nom de l’énigme, j’ignore si dans ma vie, je résous ou je dissous, le problème

    Non ! Je ne sais pas s’il est bon de mourrir pour une juste cause, je sais seulement que je ne suis pas tout seul que je n’ai rien d’un colibri pompier solitaire qui essaierait d’éteindre un feu de forêt et j’accepte l’idée d’un bien commun et d'une action commune.

    Oui ! Dieu, il est est partout et nulle part et il n’appartient à personne

    Parmi les hommes d’une époque troublée, ne résistent au nivellement des horreurs vécues que les hommes fermement convaincus de la justesse de leur croyance dans l’humain

    Pendant la guerre de 1939-1945, les valeurs humanistes, républicaines et même les valeurs chrétiennes de partage et d’entraide, elles ont été très secouées, par des trahisons, des renonciations et des silences, voire une confiance mal placée dans le sauveur de la France,

    Pour faire beau je dirais que la foi, elle permet aux homme de foi; beaucoup de choses incroyables, je dirais même qu’elle permet et autorise à faire le pire comme le meilleur

    Pour pouvoir juger ce monde affreux il faudrait être un extraterrestre, oublier notre propre humanité et avoir la folie de la juger

    Pourquoi écrire ? Oui ! Je sais maintenant que c’est pour laisser une trace.

    Redevenir un enfant c’est déjà savoir s’émanciper de l’idée de hiérarchie, des conventions et posséder encore un bon regard sur la réalité, cela même si l’on connaît déjà toute  la méchanceté de cette réalité

    Résister est un concept mécaniste, cependant  ce concept doit être aussi vu comme la défense de valeurs essentielles qu’une  volonté hostile veut faire disparaître

    Serpent crotale, Vipères, Cobra, et autres joyeusetés qui rampent et qui mordent, ce sont des animaux venimeux et dangereux, pourtant je tiens l’homme comme encore plus dangereux par ses effets sur la nature.

    Si on invente une machine qui voyage dans le temps, l’idée des paradoxes temporels,  ce serait plus à voir avec un espace imaginaire que des uchronies créés et détruite par des actions dans le temps, ces chemins temporels, ils sont à voir dans un monde purement complexe, la linéarité du réel mathématique n’existe plus donc l’idée même de la causalité

    Truc ou pas truc ? Les spectateursintrigués devant le tour du magicien, ils doutaient de tout

    Un débat qui revient ces temps ci, c’est la souffrance animale, c’est une chose que nos sociétés contemporaines, elles n’acceptent plus à la suite des vidéos faites dans des abattoirs cella qui sot passée sur internet,

    Un enfant, je le sais, il est vierge de tout, mais pourquoi donc les religions nous balancent : Le péché originel, le karma de nos vies passées et même tous les facteurs de l’hérédité de nos ancêtre. Non ! Cet enfant il n’a que faire de toutes ces malédictions.

    Un regard, un simple regard, cela nous dit plus qu’un gros livre, je ne sais pas si les aveugles perçoivent toutes les subtilités du moment d’une situation vécue, je sais seulement la vie grouillante et tout l’imprévu du non-écrit

    Y a-t-il ici et maintenant, un monde meilleur ou pire qu’il était hier, ou qu’il sera demain ?

  • Aphorismes du 7 février 2016


    Aphorismes du 7 février 2016

     

    À chaque jour son emploi, il y a des jours cruels, des jours tendres et pas mal de jours d’ennui

    Bizarrement je sais bien qu’un jour je serai mort, mais vous savez cela ne me tracasse pas trop

    Chiche de vouloir changer alors commencez avec vos petites habitudes qui nuisent à votre santé, Non je rigole il y a encore trop de conseils dont on ne veut rien entendre

    Des animaux qui se regardent dans un miroir, ils cherchent, cet autre qui se cache dans le miroir ? Dans notre psychologie, je songe au regard sur moi-même et à l'autre

    En entendant ma radio, en regardant ma Télévision, en pianotant sur les réseaux, internet je me sens vraiment très seul, j’aimerais toucher, sentir bref embrasser la vie

    Encore faut-il avoir le temps pour rêver, tout ce temps qui nous est laissé dans un emploi qui est toujours un temps d’angoisses, de stress, de recherches

    Faut-il savoir pourquoi nous devons faire confiance à nos hommes politiques, ils ignorent quasiment les réalité des électeurs qui ont voté pour eux

    Gardons toujours l’espoir, celui qui nous fait vivre, celui qui s’oppose à l’entropie, la mort, la disparition de ces choses que l’on aime

    Hier j’étais léger, insouciant et peut être un peu bête, mais avec l’âge nous prenons du poids, de l’expérience et une dégradation irréversible des corps

    Il y a là-bas je le sais une vérité, plus incroyable que celle que je sais ici, Mais est une vérité qui est comparable à la nôtre

    Je sais des choses idiotes, je sais aussi des choses très intéressantes, mais j’aime ces deux chose d’un même amour de la vie,

    J’ignore mais vous peut être le savez-vous ce qui donne du sens à la vie

    J'irais bien dans des îles sauvages et lointaines, mais j'en ai déjà le spleen... Vous savez c'est ce sentiment d'être perdu dans une île isolée au milieu d'une étendue gigantesque

    La manière la plus simple d’écrire c’est la notation alphabétique, je ne sais pas si l’orthographe simplifiée, soit plus cohérente, Je songe à tous les rapprochements phonétiques possibles

    Le but de ma vie c’est surtout de survivre et d’espérer construire un monde meilleur

    Mon être, il est fait de la matière et de l’esprit, je ne sais pas faire de distance entre l’esprit et la matière

    Nostalgie d’être né dans une époque plutôt heureuse, celle des trente glorieuses, pourquoi l’époque contemporaine serait-elle pire ou meilleure ?

    On est celui-là qui parle, mais on c’est moi aussi il est celui-là, je vous cet affreux propagateur de rumeurs où il y a cet anonyme qui parle pour tous

    Pacifique, c’est le nom d’une étendue d’eau lointaine qui a été découverte par les Européens dans les années 1500 et qui a été vue comme plus calme que l’océan atlantique

    Quantum d’énergie, quotas laitiers, ce sont des quantités de matières régit par des lois qu’elles soientt la normalisation en physique ou d’âpres combats entre Bruxelles et les agriculteurs français

    Qu’attendez vous ? Un monde meilleur, un sauveur, un amour, un travail ou la mort

    Rationnellement il y a plus de choses matérielles que de choses spirituelles. Je me dis souvent que l’Art n’est pas rationnel et il ne peut être mis dans les marchandises

    Silence des hommes, silence de Dieu, Je ne sais pas si ce sont les mêmes silences, ce n’est pas Dieu qui est sourd, mais que peut-il entendre tous les vacarmes que font les hommes

    Terrible idée de penser que la violence qui nous agresse doit être combattue par encore plus de violence, la logique d’œil pour œil, dents pour dents, ça finit par des guerres implacables

    Unité de pensée, ce n’est pas l’idée bizarre de monopole de la vérité mais l’intégrité d’un être qui pense et défends son point de vue

    Verra-t-on demain ce que nous rêvons aujourd’hui

    Y aurait-il quelques parts la solution ?

  • Aphorismes du premier février 2016

    Aphorismes du Premier Février 2016

    A la lumière des philosophes des lumières, je ne sais toujours pas ce qu'est le racisme, l'intolérance et le vrai sur les rapports humains, je vous rappelle que Voltaire était esclavagiste et que les droits sociaux sont totalement oubliés de la révolution de 1789

    À un enfant on pose des questions d’enfant mais certains enfants, ils ont des réponses qui étonnent encore les adultes

    Ce qui est commun à tous ce sont des lois votées,  disputées, amendées et fortement discutées

    J'aime le Jésus qui nous libère mais je n'aime pas toute la hiérarchie qu'est  devenue son église

    Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi, ces terroristes se suicident en se faisant exploser par une ceinture d’explosifs. Non! Là ! Je me dis qu’il y a un tel déni de la vie que je comprendrais jamais cette formulation angoissante de leurs désespoirs

    L’obscur est vu comme mauvais par les adorateurs de la lumière, je sais aussi des horreurs que la lumière permet. A savoir découvrir tous les monstres  très ordinaires de  toute les vies existantes selon Darwin qui sont dévoilées et qui sont aussitôt incomprises

    La chèvre de monsieur Seguin, elle était certes bien imprudente en partant à l’aventure loin de monsieur Seguin, mais qui de nos jours ne rêverait pas d’un monde sans lois, ni police

    La folie des hommes, elle commence avec cette mauvaise estimation de la réalité,

    La lumière qui éclaire et l’ombre de son absence, ce ne sont  que des manières de voir l’éclairage des choses, il n’y a rien de mauvais dans l’ombre ou le non-éclairé, il n'ya que le fait d’être caché par l’absence de la lumière

    La vérité de l'un, face à la vérité de l'autre, mais peut-on parler vraiment de La Vérité avec une Majuscule

    Le cubisme que se soit en peinture ou en littérature, c’est de transposer une œuvre, dans un espace multidimensionnel.

    Le fascisme ça commence par une idée de protection contre une classe dangereuse ou un groupe qui ne joue pas le jeu dans une république défaillante

    Le surplus de lumière, celle-là qui vient d’un cerveau bien fait, mais cela ne garantit pas la vraie bonté, celle-là qui vient du cœur,

    Le terroriste atteint plus facilement son but en faisant de nous des êtres craintifs qui demandent des protections

    Les enfants du hasard et de la nécessité, bref tous nos jeunes actuels, ils sont bien les mêmes  que ceux qui sont haïs de ces fous suicidaires de Daesh.

    L'idée morale, cela reste un vieux fond de notre éducation, qu'elle soit religieuse, républicaine, un idéal de vie ou un concept révolutionnaire

    Non il n’y a pas de méchants à combattre, il n’y a que des hommes différents et qui pensent autrement que vous

    Picasso faisait une œuvre qui ne finissait jamais. Toute sa vie Il a cherché l’indicible dans une forme un visage, ou bien dans l’objet qu’il voyait

    Pourquoi y aurait il plus de vérité dans un récit  qui serait très long et  très bavard que dans une protestation très courte, celle là qui est due à une injustice flagrante

    Sans vouloir faire l'éloge de la Police. Moi je balancerais toujours : " Mort aux vaches ! "aux pandores dans la rue, mais depuis novembre 2015 et les attentats, ils ont acquis un capital de sympathie de ma part

    Un enfant fait des choses merveilleuses, il chante, il rigole, il joue et il fête et fait le monde à sa fantaisie cela sans se soucier des conséquences,  mais arrivent tous ces petits riens qui nous obligent, des lois idiotes que donnent la hiérarchie et l'ordre

    Un tableau même très travaillé, cela reste  toujours une esquisse d’une chose à finir

    Y aura-t-il un jour une seule vérité admise par tous, cela je ne le sais pas,  car c'est une idée de croyant, voire même une idée sectaire

     

  • Aphorismes du 25 janvier 2016

    Aphorismes du 25 janvier 2016

    Certains patrons pratiquent l'esclavage sans  rien nous dire de la réalité de  la production

    Dans les conneries du passé nous n'avons plus de guerres classiques dans notre Europe mais je suis pas sûr que les néolibéraux européens ils savent toutes les horreurs qu'ils nous imposent en toute bonne conscience

    Fabriquer une voiture...Pourquoi pas ? Mais il faut penser à tout, la pollution, la fabrication, le carburant, l'avantage individuel , je ne sais pas si c'est une bonne idée, nous vivons depuis 100 ans avec un concept envahissant

    Il est assez idiot d'envisager le monde de la croissance,  celle-là qu'on nous sert comme nécessaire pour procurer à tous un emploi, dans les faits nous sommes limités par nos ressources

    Il faut inventer un monde plus flemmard et arrêter avec cette idée biblique du travail à la sueur de son front,

    Il me vient souvent l'idée d'un monde où le travail n'est pas d'assouvir la consommation mais il ne se justifierait que par son utilité sociale

    Il ne viendrait à personne de travailler pour rien c'est déjà une réalité sociale très ancienne, issue d'une histoire sociale ou le travail et le capital était indissociable

    Je me battrais toujours contre cette philosophie absurde de Hobbes qui consiste à se méfier de tous les autres et en particulier contre le Léviathan, cette idée absurde de se battre contre un état qui redistribue

    Je me souviens de cette idée absurde de ces petits bourgeois des années 1990 du style des gens comme Margarette Thatcher et Ronald Reagan où il était question de faire fructifier son argent sans passer par une redistribution keynésienne

    Je ne suis pas marxiste, mais je sais que tous les combats révolutionnaire d'émancipations ils sont aussi vieux que notre monde politique, Monsieur Marx a juste calqué sa grille sur des réalités anciennes

    Je sais des patrons qui se moquent de leurs ouvriers, sans doute ne savent ils pas que sans ces ouvriers, la production n'existerait pas

    Je sais pas si un jour l'enfer sera une réalité mais je sais qu'on est déjà dans un monde plutôt merdique d'égoïsmes et d'individualismes

    Justice comme liberté, ce sont des mots piégés, il y a des ultra-légaliste qui imposent des lois iniques pour faire en toutes légalité plus d'argent au détriment d'une justice sociale bafouée,

    La flemme est une idée anti-sociale parait-il ! Mais il me vient toujours cette idée: Pourquoi bosser pour faire des conneries polluantes, chères et inutiles

    La honte serait de savoir, que toutes ses mauvaises erreurs, elles sont volontaires,

    La production, c'est une idée hasardeuse, un objet produit, c'est une marchandise à vendre mais il n'y a rien de garanti sur sa vente

    La vérité de notre monde économique c'est que descendre de plus en plus bas,les coût de production sans penser plus loin cela tue quasiment toutes les économies plus fragiles

    L'argent est un concept liant... Nous nous sentons obligés par les taux d'intérêts sur l'argent prêté, mais  dans les fait l'usure de l'argent, il n'enrichit que peu de monde

    Le bien commun est une idée qu'il faut voir à une dimension proprement humaine... Certes, il y a des idées généreuses, mais il ya  plus de différence entre ce qui doit être fait par tous les hommes qu'il n'y a de personnes humaines...

    Le désordre, c'est un concept social, dans la nature, c'est un ordre naturel,

    Le mot juste reste une chose facile à comprendre, la justice c'est  beaucoup plus compliqué car il y a des lois pour tout,  pour faire du fric, pour protéger, pour punir et  pour garantir des droits acquis...

    Le schisme le plus récent, ça a été de séparer le travail du capital

    Les conflits pour les ressources,  ils ne sont  jamais et cela hélas pour la vie de nos sociétés que des pis-aller dans notre monde fini, nous avons atteint les limites de notre petite Terre

    Les voitures électriques encore une mauvaise idée, les batteries sont chères, polluantes car elles créent des déchets d'une chimie sale, des batteries qui sont limitées en durée d'usages, de plus il faut produire de l'électricité avec un mauvais rendement... Bref on passe d'un mauvais concept entre ce qu'est déjà la voiture thermique à un concept qui est encore bien pire

    L'idée morale de ce qui est bien et bon, c'est encore un concept compliqué, Il y a des différence  sur le bien et le bon, demander donc à un ouvrier, un écologiste ou même un patron ce qu'ils pensent et disent sur ce qu'il faut faire,

    Parfois je songe à ce qui est et ce qui devrait être, c'est là que je m'aperçois que je n'ai rien d'un Dieu créateur

    Se lever le matin une nouvelle journée qui vient et qui passe, la mort elle attendra encore son terme

    Toutes les idées de croissances exponentielles de nos bourses, elles sont toutes insoutenable dans notre monde réel

    Un Néolibéral c'est un fou qui croit que les statistiques remplacent l'idée de la justice, il est idiot de croire à la main du marché dans un monde de spéculateurs

    Un vieil amérindien disait lorsque l'homme blanc aura épuisé toutes les ressources de la nature pour en tirer de l'argent il s'apercevra que l'argent ne se mange pas...

  • Quelques aphorismes 24 janvier 2016

    Quelques aphorismes 24 janvier 2016

    Brailler si vous voulez, mais laissez Dieu tranquille !

    Ce presque-rien dans un je-ne-sais-quoi, je laisse cela  à Vladimir Iankelewitch,

    Demain vous verrez sans doute des promesses non tenues, ne soyez pas déçus vous avez déjà vu pire

    Derrière la vitre  de mon chez-moi il y a le froid de l'hiver, je sais cette chance d'avoir un toit

    Il n'y a aucune séparation entre le coté imaginaire de la lumière et le coté réel de la matière

    je ne connais pas demain ni vous, heureusement pour nous tous

    Je ne sais pas adorer, aussi bizarre que ça paraisse je ressens cela comme une démission de la raison

    La manière la plus simple de dire les choses, cela reste d'avoir des connaissances précises de vocabulaire et de savoir les placer dans une phrase avec une syntaxe bien construite par une orthographe et une grammaire bien comprise

    La matière qui vous fait, elle est aussi le support de votre âme, nous ne somme pas des anges ni des robots

    La musique d'un vent léger et l'orage d'une symphonie bien trop humaine

    La richesse c'est un mot sur le pouvoir, une réalité pécuniaire et sociale et une capacité d'un savoir et d'un faire vivre

    La sagesse sans aucun doute c'est d'admettre l'existence de l'autre

    La sécurité qu'on nous sert se moque de la liberté qu'on nous ôtes

    Le con c'est l'autre! Mais quoi de plus banal que se confronter à la médiocrité

    Le temps qui vient, le temps qui passe et les lendemains dont nous rêvions

    L'empathie est une idée passe partout, j'aime mieux des concepts comme le désir, la passion, l'envie ou même la compassion

    L'informatique s'intéresse aussi à des concepts de plus en plus proches de notre humanité, mais je n'arrive pas à comprendre se que mettent nos informaticiens dans le mot empathie, l'empathie pour un robot, je ne sais pas trop!

    Mon nombril ne vous intéresse sans doute pas, mais c'est pareil pour moi je me fous de votre nombril

    Nos politiques se comportent comme des gestionnaires de l'argent qui est prêté

    Pour aller plus loin dans nos rêves il faut aller piller les banques, ou les forcer à nous donner leur argent

    Un chien c'est peut-être notre adorateur, mais pouvons nous le décevoir ?

    Un enfant je le vois comme un sage qui ose poser les questions les plus importantes celles-ci qui sont tellement impertinentes

    Y aurait-il quelques choses de plus vrai ?

  • Aphorismes 9 juillet 2015

    Aphorismes  9 juillet 2015

    Dans ma rue, je vois des fantômes, sans domicile, sans argent, sans rêve et leurs regards sont terriblement humains,  de cette humanité oubliée, bafouée, niée

    Demain est une question, hier est une mémoire, aujourd'hui  est un vécu

    Dieu pour la milliardième fois n'est pas un problème alors ignorez-le !

    En Art le concept le plus facile à comprendre, c'est que l'artiste n'existe que par nos regards

    Epsilon avec plus ou moins rien du tout, c'est la nuance chez les matheux, chez  les artistes comme les peintres ou les musiciens c'est juste une question de perception très fine

    Il me vient souvent cette pensée que dire du jouir ? Absolument rien! L'épicurisme reste une philosophie sans ambition autre que de ne pas se poser de vrais problèmes

    Je sais maintenant que je n'ai plus peur de la mort et de l'oubli, je me contente seulement  d'avoir écrit des choses dont j'espère la survie

    La folie serait parait il une question de limite entre soi-même et les autres,  il n'y a pas de vraies limites de séparations  sinon l'intégrité mentale que permet une volonté bien formée

    La morale que je  vous propose, c'est de faire de sa vie non pas une escalade vers un absolu, mais de choisir parmi ce chemins tous les autres ici et là  pour en découvrir  les beautés

    La nuit 'est une période de repos, de chasses chez les animaux et parfois aussi le temps des amours dans un lit

    L'absolu reste une chose non descriptible que ça soit pour Dieu, L'univers et ses limites, L'idée que l'on se fait de mots comme Amour, Justice ,Mort,  Néant,  éternité voire même  la simple idée de temps et de sa fin

    Le brouillard cache parfois cette lumière crue, où les choses sont mises à nu

    Le néant n'est pas une éthique soutenable, Il n'y en  a rien à dire,

    Le regard qui est donné comme un passe port vers d'autres mondes intérieurs

    Le suicide de la pensée n'est pas une philosophie, mais un vide

    L'intelligence cela ne constitue pas un obstacle à l'échange si l'on accepte de se mettre au niveau de ses interlocuteurs

    Parmi les grand philosophes de tous les temps je tiens, Jésus, Socrate et Nietzche comme irremplaçables, les autres comme Kant,  Voltaire, les philosophes des lumières, Marx, Schopenhauer, Spinoza   sont justes des créateurs de systèmes

    Quoi de plus con qu'un disciple... Sinon une institution avec  tous ses dogmes

    Sans des  regards bienveillant, ironique, hargneux, nous ne sommes que des fantômes invisibles

    Souvent on sait des choses sans savoir d'où elles viennent et parfois une pensée est alimentée par des rêves et des réflexions personnelles que proposent ses rêves

    Un savant dans le passé c'était un homme cultivé et érudit, de nos jours un chercheur c'est un homme jugés sur le nombre de communications dans des revues scientifiques

     Y aurait-il plus de sagesse chez un vieux barbon très sage, très cultivé, très érudit que dans un regard d'enfant qui s'émerveille de ce monde qu'il regarde pour la première fois