Aphorismes du 25 février 2018

Aphorismes du 25 février 2018

« La Morale ? C’est toujours celle de l’autre ! » Une citation de Léo Férré

Certaines images me parlent de mon passé, tandis que d’autres, elles me parlent d’une pure beauté

Croire en un Dieu tout puissant ou assumer un inconscient collectif ? voilà la question  qui est à se poser  !

Dieu certes ! Mais vous qu’en savez vous ?

J’ai une oreille très mauvaise, je ne fais pas la différence entre un bémol et un bécards, je n’ai jamais pu jouer de la guitare dont pourtant j’aime bien les sons

Je collectionne des œuvres de différents peintres de mes amis, celles-ci elles me perlent de leurs visions de ce monde

Je suis plus sensible à une musique qu’à une image, quoique je comprenne mieux, ce que je regarde que ce que j’écoute

L’amour ? Il rassemble, tandis que la haine qui est son symétrique, elle reste une cause de discordes

La musique, elle me dépasse un peu, par le pouvoir des ces choses très évocatrices, bref  tout ce qu’elle permet à des artistes avec de bonnes connaissances musicales,

La photographie, elle me permet de capter des instants précis dans des  regards, sur une personne, une ambiance ou une partie d’un paysage, j’ai  ainsi appris en trente ans de pratique  à faire des cadrages assez précis

La religion qui nous relie au ciel, elle devrait aussi faciliter les contacts, entre divers humains de diverses religions

La violence commence avec un coup de poing elle continue avec des lois et s’impose par un catéchisme  pour les enfants, un catéchisme qui n’est pas forcément religieux,

Le bien , cela consiste en des choix personnels pour pouvoir vivre ensemble

Le crime le plus facile et le plus courant, c’est d’oublier son prochain et de le laisser mourir

Le mal c’est une liberté personnelle que l’on prends contre un avis commun , celui-là qui crée du désordre

Les choix qui nous sont permis sont plus liés à la nécessité qu’un véritable interdit 

Les gens  qui croient ne connaissent pas  toujours l’objet de leur croyance

Pour moi les images, elles restent purement  subjectives, car elle sont celles de notre propre regard

Pour parler du Diable, encore faudrait- il oublier, celui-là que vous croyez  mauvais !

Pourquoi devrais je vous dire tout ce que vous aimeriez entendre, je suis fondamentalement libre de toutes les idées de prêchi-prêcha

Un jour qui vient je ne serais plus là, ce qui n’a pas d’importance, c’est votre vie qui continue

Une image, c’est un artefact fait de souvenir et de supports,

Une société qui vivrait sans morale est ce une société  Libre ? Je songe à ces gens des îles lointaines  qui vivaient nus avant que les curé les forcent à porter des vêtements, Le pire serait d’oublier cette idée de morale pour faire n’importe quoi

Paris le 25 février 2018

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire