Aphorismes du premier février 2016

Aphorismes du Premier Février 2016

A la lumière des philosophes des lumières, je ne sais toujours pas ce qu'est le racisme, l'intolérance et le vrai sur les rapports humains, je vous rappelle que Voltaire était esclavagiste et que les droits sociaux sont totalement oubliés de la révolution de 1789

À un enfant on pose des questions d’enfant mais certains enfants, ils ont des réponses qui étonnent encore les adultes

Ce qui est commun à tous ce sont des lois votées,  disputées, amendées et fortement discutées

J'aime le Jésus qui nous libère mais je n'aime pas toute la hiérarchie qu'est  devenue son église

Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi, ces terroristes se suicident en se faisant exploser par une ceinture d’explosifs. Non! Là ! Je me dis qu’il y a un tel déni de la vie que je comprendrais jamais cette formulation angoissante de leurs désespoirs

L’obscur est vu comme mauvais par les adorateurs de la lumière, je sais aussi des horreurs que la lumière permet. A savoir découvrir tous les monstres  très ordinaires de  toute les vies existantes selon Darwin qui sont dévoilées et qui sont aussitôt incomprises

La chèvre de monsieur Seguin, elle était certes bien imprudente en partant à l’aventure loin de monsieur Seguin, mais qui de nos jours ne rêverait pas d’un monde sans lois, ni police

La folie des hommes, elle commence avec cette mauvaise estimation de la réalité,

La lumière qui éclaire et l’ombre de son absence, ce ne sont  que des manières de voir l’éclairage des choses, il n’y a rien de mauvais dans l’ombre ou le non-éclairé, il n'ya que le fait d’être caché par l’absence de la lumière

La vérité de l'un, face à la vérité de l'autre, mais peut-on parler vraiment de La Vérité avec une Majuscule

Le cubisme que se soit en peinture ou en littérature, c’est de transposer une œuvre, dans un espace multidimensionnel.

Le fascisme ça commence par une idée de protection contre une classe dangereuse ou un groupe qui ne joue pas le jeu dans une république défaillante

Le surplus de lumière, celle-là qui vient d’un cerveau bien fait, mais cela ne garantit pas la vraie bonté, celle-là qui vient du cœur,

Le terroriste atteint plus facilement son but en faisant de nous des êtres craintifs qui demandent des protections

Les enfants du hasard et de la nécessité, bref tous nos jeunes actuels, ils sont bien les mêmes  que ceux qui sont haïs de ces fous suicidaires de Daesh.

L'idée morale, cela reste un vieux fond de notre éducation, qu'elle soit religieuse, républicaine, un idéal de vie ou un concept révolutionnaire

Non il n’y a pas de méchants à combattre, il n’y a que des hommes différents et qui pensent autrement que vous

Picasso faisait une œuvre qui ne finissait jamais. Toute sa vie Il a cherché l’indicible dans une forme un visage, ou bien dans l’objet qu’il voyait

Pourquoi y aurait il plus de vérité dans un récit  qui serait très long et  très bavard que dans une protestation très courte, celle là qui est due à une injustice flagrante

Sans vouloir faire l'éloge de la Police. Moi je balancerais toujours : " Mort aux vaches ! "aux pandores dans la rue, mais depuis novembre 2015 et les attentats, ils ont acquis un capital de sympathie de ma part

Un enfant fait des choses merveilleuses, il chante, il rigole, il joue et il fête et fait le monde à sa fantaisie cela sans se soucier des conséquences,  mais arrivent tous ces petits riens qui nous obligent, des lois idiotes que donnent la hiérarchie et l'ordre

Un tableau même très travaillé, cela reste  toujours une esquisse d’une chose à finir

Y aura-t-il un jour une seule vérité admise par tous, cela je ne le sais pas,  car c'est une idée de croyant, voire même une idée sectaire

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire