Quelques aphorismes 24 janvier 2016

Quelques aphorismes 24 janvier 2016

Brailler si vous voulez, mais laissez Dieu tranquille !

Ce presque-rien dans un je-ne-sais-quoi, je laisse cela  à Vladimir Iankelewitch,

Demain vous verrez sans doute des promesses non tenues, ne soyez pas déçus vous avez déjà vu pire

Derrière la vitre  de mon chez-moi il y a le froid de l'hiver, je sais cette chance d'avoir un toit

Il n'y a aucune séparation entre le coté imaginaire de la lumière et le coté réel de la matière

je ne connais pas demain ni vous, heureusement pour nous tous

Je ne sais pas adorer, aussi bizarre que ça paraisse je ressens cela comme une démission de la raison

La manière la plus simple de dire les choses, cela reste d'avoir des connaissances précises de vocabulaire et de savoir les placer dans une phrase avec une syntaxe bien construite par une orthographe et une grammaire bien comprise

La matière qui vous fait, elle est aussi le support de votre âme, nous ne somme pas des anges ni des robots

La musique d'un vent léger et l'orage d'une symphonie bien trop humaine

La richesse c'est un mot sur le pouvoir, une réalité pécuniaire et sociale et une capacité d'un savoir et d'un faire vivre

La sagesse sans aucun doute c'est d'admettre l'existence de l'autre

La sécurité qu'on nous sert se moque de la liberté qu'on nous ôtes

Le con c'est l'autre! Mais quoi de plus banal que se confronter à la médiocrité

Le temps qui vient, le temps qui passe et les lendemains dont nous rêvions

L'empathie est une idée passe partout, j'aime mieux des concepts comme le désir, la passion, l'envie ou même la compassion

L'informatique s'intéresse aussi à des concepts de plus en plus proches de notre humanité, mais je n'arrive pas à comprendre se que mettent nos informaticiens dans le mot empathie, l'empathie pour un robot, je ne sais pas trop!

Mon nombril ne vous intéresse sans doute pas, mais c'est pareil pour moi je me fous de votre nombril

Nos politiques se comportent comme des gestionnaires de l'argent qui est prêté

Pour aller plus loin dans nos rêves il faut aller piller les banques, ou les forcer à nous donner leur argent

Un chien c'est peut-être notre adorateur, mais pouvons nous le décevoir ?

Un enfant je le vois comme un sage qui ose poser les questions les plus importantes celles-ci qui sont tellement impertinentes

Y aurait-il quelques choses de plus vrai ?

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire