L'Autre

L’Autre

L’Autre
C’est cet extra
Celui qui habite dans l’ailleurs
Mais dont nous ne savons rien
que pourtant il existe

 

L’Autre
C’est le jardinier de Vénus
Lucifer
Au milieu des fournaises
de son Enfer

 

L’Autre
C’est cette étrange étrangère
Cette superbe négresse
Au plus pur masque d’ébène
Qui ce jour m’a fait rêver (bander !)

 

L’Autre
C’est cet argument
Pour la prison
Du bon docteur Lacan
Ce maître carcéral !

 

L’Autre
C’est ce bougnoule hilare
Qui a peur de moi
Aux rêves racistes
Qui l’excluent de ma vie

 

L’Autre
C’est ce gentil petit canard
Qui barbote
Nonchalant sur la mare
Et qu’attendent
Les chasseurs et les renards

 

L’Autre
C’est Sabrina qui avait sa solitude
À partager avec quelqu’un
Qui puisse l’aimer
Dans le Paris des sans-abris

 

L’Autre
C’est cette folie
Qu’il y avait dans mon regard
Moi ! Qui rêvait d’un paradis exclusif
Et pas de place pour tous les autres

 

L’Autre
C’est maintenant un bon rêve
De myriades d’autres
De myriades de différences

 

L’Autre
C’est ce monde si étrange
Aux milliards de rêves divers
Que font d’autres, autres

 

L’Autre
C’est la différence
Entre les fantômes
Trop familiers de mes nuits
Et ces habitants étranges
Du monde de mes jours

 

L’Autre
C’est ce proche,
Cet autre là-bas
Mon prochain qui vit
Qui prie un autre Dieu
Et qui rêve différemment

 

L’Autre
C’est la prochaine rencontre
De celles-là, aux hasards
Et que je ferais demain
Sur les chemins bizarres
De mon existence

 

L’Autre
C’est un regard d’amour
De peur, ou de haine
Un simple regard
Qui soit en profondeur

 

L’Autre
C’est ce prochain humain
Celui qui se cache parmi tous
Celui-là qui reste anonyme
Et que Jésus nous montre

Bruno Quinchez Morsang sur/Orge le 22 décembre 1996

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire