Mon pré-choix pour le concours RATP avril 2016

Un pré-choix entre les aphorismes que j'ai dû envoyer
Pour le concours de Poésie RATP 2016
A savoir aussi que je ne sais pas ceux que j'ai choisis

À un enfant, on pose des questions d’enfant
Mais certains enfants, ils ont des réponses
Qui étonnent encore les adultes

Non il n’y a pas de méchants à combattre,
Il n’y a que des hommes différents
Et qui pensent autrement que vous

La honte serait de savoir,
Que toutes ces mauvaises erreurs,
Elles sont volontaires,

Ce presque-rien,
Dans un je-ne-sais-quoi,
Je laisse cela  à Vladimir Iankelewitch,

Derrière la vitre  de mon chez-moi
Il y a le froid de l'hiver,
Je sais cette chance d'avoir un toit

La musique cela va du souffle d'un vent léger
Jusqu'au grand orage insurgé
D'une symphonie bien trop humaine

La vraie sagesse  du monde
Sans aucun doute possible
C'est d'admettre l'existence de l'autre

Dans ma rue, je vois des fantômes,
sans domicile, sans argent, sans rêve
Et leurs regards sont terriblement humains,  
De cette humanité oubliée, bafouée, niée

Demain, c'est une question,
hier, c'est une mémoire,
aujourd'hui, c'est un vécu

En Art,  le concept
le plus facile à comprendre,
C'est que l'artiste n'existe
Que par nos regards

Paris avril 2016 et copier coller  4 avril 2018

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire