litterature
Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter litterature
compteur de visite
compteur de visite
compteur de visite

Un vieux texte de mes archives Dans (Version I)

 

Dans (Version I)

Dans tes yeux, cette mer immense de nos origines,
Dans cette mer, l’huître, accrochée aux rochers,
Dans l’huître, la perle irisée de mille feux,
Dans la perle, l’iris de tes grands yeux,

Dans cet iris, la phosphorescence de myriades d’étoiles,
Dans ces étoiles, la perspective, infinie de notre univers,
Dans ce gigantesque univers, seuls nous-deux,
Toi, tu me souris, pour la beauté de ce jour,

Moi, ton unique amour, je te réponds, bonjour !
Je suis le pied noueux des vignes du seigneur,
Tu es, l’amphore antique, sous la mer,
Tu me mèneras dans le plus secret de tes rêves,

Je crois, que maintenant,
Mon trop long sommeil s’achève,
Frêle embarcation, sur tes ondes sinueuses,
Lentement, bercée, de la vague rythmée, le ressac,

Tel un soc, j’avance, sur ta surface, calme et sereine,
Je t’effleure, je vais, j’évolue comme la figure de proue,
Je suis ce galion ancien, et je suis chargé de ton or,
J’aime le sillon que je marque sur toi,

Osmoses, en toi, la mer de tous les abîmes,
Présences et mémoires, de l’éternité,
Des cycles lunaires, des marées,
Dans tes ombres, il y a ces abysses,

Ces abîmes, qui cachent tes secrets,
Obscurité des cavernes,
Densité d’un désir, lourdeurs de la chair,
Épanouissement des sens, senteurs marines,

Ta marée, la plus intime,
Irisations, rosées, nacre de la femme,
Je goûte les embruns salés

Fusion de nos corps enlacés,
Union de nos cœurs, affolés,
Je suis dans ta profondeur et j’y nage,

Tu m’entoures, tu m’envahis, je m’y noie,
Chaude mère, qui m’a enfanté,
Chaude mer, de nos origines,
Chaud fœtus de mon origine,

Bruno Quinchez (Morsang sur/Orge 1979 1988
Paris 1989 Morsang sur/Orge juin 1995)

Dans premiere versiondans-premiere-version.mp3 (453.88 Ko)

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire