L'étranger...Une variation personnelle

L'étranger

C’est curieux je me sens parfois
Totalement étranger
Étranger à vous à vos soucis,
Étranger à cet univers
Que je regarde péricliter
Comme une absence
Parfois même je me dis
Les amis à quoi bon?
Étranger à vous, à vos soucis,
à cet univers, le vôtre
Un bon psychiatre
vous diagnostiquerait une déprime
Non ce n'est qu'une indifférence
comme un manque, une absence
J’ai trop rêvé, trop désiré,
trop attendu,
Je n’attends plus rien
que la plénitude du silence
Vous penserez en vous-même
Que mon âme est morbide
Certes vous aurez raison
Mais ce n’est pas que çà
C'est de s’apercevoir
Que je vivais avec des illusions
De ces illusions cruelles
Qui vous mordent
J’aspire à la nuit
pour m'y engloutir.
Je n’aime pas vivre
Dans un monde subit
S’engloutir à l’infini
Et avoir enfin une raison pour aimer
Je suis déçu par ceux que j’aime
Car ils aiment mais pas comme moi
C'est stupide mais j'aimerais tellement
Partager la même manière d’aimer
En fait non ! Je suis trop las
Mon âme est fatiguée de combattre
J’aimerais baisser les armes
Pour un peu de douceur
Ne pas vivre dans un bordel
Ni s'enferrer dans une secte
Mais avoir de la tendresse
Bordel de merde où je vis,
Une petite vie,
Une solitude de Fou
Une solitude Royale
Comment pouvoir espérer dire je t’aime
Elles me rêvent dans la nuit
Comme un Dieu ou un héros
Mais je ne suis pas un Dieu,ni un héros
Je ne suis que cet étrange étranger

NB je suis un passionné de la chanson
"The stranger" de Léonard Cohen

Bruno Quinchez Paris le 23 avril 2008
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire