litterature
Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter litterature
compteur gratuit pour blog
compteur de visite

Chroniques des temps qui passent

Haïkaïs Pré-électoraux

Haïkaïs pré-électoraux

Demain on verra
Entre le meilleur vote
Et ce choix affreux

Mélenchon c'est bien
Et je voterais pour lui
ça c'est mon choix

Pour Fillon voter
C'est prendre ses casseroles
Celles qu'il a au cul

Pour Marine Le pen
Je sais tout le passé enfouis
Mauvais souvenirs

Pour monsieur Macron
Je sais aussi son programme
Je n'aime pas trop

Pour Benoit Hamon
Je ne sais pas trop demain
Manque de Vision

Poutou le Coco
Le communisme est rare
Préservons-le
!

Cheminade
Je ne sais pas, j'ai pas lu
Laissons les rêveurs

Pour Dupont Aignant
J'aime bien quelques trucs dits
Mais pas tout aussi

Pour le Lassalle
Je sais vaguement sa vie
Quelques Baratins

Asselineau
Je ne sais pas trop aussi
Un opportuniste

Nathalie Arthaud
Une femme différente
De la Marine

Paris le 22 avril 2017 veille d'élections présidentielles

Haïkaïs encore du temps qui passe

Haïkaïs encore du temps qui passe

Dans les trois jours
La campagne est finie
On passe outre

Un jour qui viendra
Je n'écrirais plus du tout
Cela je le sais

Le bout du monde
Il n'est jamais très lointain
Mais le saviez-vous ?

j'imagine des fois
Des choses d'autrefois
Mémoire vécue

Ce chien noir tout seul
Qui aboie fort dans ma nuit
Vit sa liberté

Un enfant qui vient
Des vieillards qui se meurent
Ainsi va la vie


Paris le 20 avril 2017

Haïkaïs d'un temps qui passe

Haïkaïs d'un temps qui passe

Le temps qui vient
Où je n'attends plus rien
Et c'est plutôt bien

Ces élections là
Comme un rêve qui passe
Ou demain affreux

Non ! Je ne sais pas
Et vous non plus je le sais
Ce qui sera bon

Mois d'avril passe
Viennent les jours de mai
Pleins de souvenirs


Paris 19 avril 2017

Haikais du 29 mars 2017

Haïkaïs du 29 mars 2017

Hier j'étais ici
Aujourd’hui je suis là-bas
Demain je sais pas

Pour l'idée d'aimer
C'est la foi toute nécessaire
Dans l'être aimé

Parole très vraie
Une arme bien douce
Face aux violents

Mort paradoxe
Vivre, survivre, aimer
Et ne pas savoir

Haïkaïs de la Lune

Haïkaïs de la Lune

Hier Lune Noire
Aujourd'hui un fin croissant
Comme virgule

la Lune maigre
Qui grossit lentement
La pleine Lune

Femmes enceintes
Dans tous les calendriers
ceux de la Lune

Mon ami Pierrot
Sans colombine aimée
Nostalgies du temps

Lui offrir des fleurs
Printemps primesautier
Et toutes ses fleurs


Paris le 28 mars 2017

Haïkaïs du printemps

Haïkaïs du printemps

Nous sommes ainsi
Et depuis deux à trois jours
Enfin au printemps

Exit l'hiver froid
Vivent les giboulées de mars
Le temps qui change

Ça cause beaucoup
Pour le moment en France
Mais que des promesses

 

Paris le 23 mars 2017

Haïku... Etc... Etc...

Haïku... Etc.. Etc...

Déjà pour ce hier
Alors  pour ces lendemains
Nous les verrons bien

Paris 17 mars 2017

Haïku de mars variable

Haïku de mars variable

Le mois avance
Avec toutes ses variations
Bientôt le printemps

Paris 9 mars 2017

Haïku de mars (suite)

Haïku de mars (suite)

Aujourd'hui la pluie
Averses en continu
Le soleil absent

Paris le 6 mars 2017

Haïku de la famille

 

Haïku de la famille

Un d'abord, puis deux
Puis un trois et un quatre
Le compte y est

Haïkaïs du 2 mars 2017

Haïkaïs du 2 mars 2017

A cause de rien
Oui! Alors on verra bien
Ce temps qui nous vient

Météo du cœur
Entre crises de larmes
Et un désir fort

Lumière sombre
Ou le sommeil des vies
Silences trop durs

Un immense ciel
L'affranchi très inculte
Se perdre dedans

Chats noirs, chats trop gris
Chagrins de poètes aigris
Chats identiques

Mars qui est bien là
Mitigé mi chaud, mi froid
Mais, on s'y fait bien...

Haïkaïs du 10 février 2017

Haïkaïs du 10 février 2017

J'ai bien dormi
Et ma tête qui va mieux
Tous nos lendemains

La nuit repose
En nous la fatigue
Des matins heureux

La joie venait
Toujours après la peine
Les jours s'en vont

Et sous le pont neuf
L'eau qui s'écoule aussi
Que vienne l'heure

Guerres du passé
Un présent qui déçoit
L'horreur de toujours

Haïkaïs pour mes soixante-cinq ans

 

Haïkaïs pour mes soixante-cinq ans

C'est y soixante cinq
Et je suis un vieux machin
Con-vaincu j'sais pas
 
Passages de vies
Entre hier et les lendemains
Que me reste-il

L'espoir fait vivre
Du moins je le croyais bien
J'ignore demain

Un vieux sage ?
Mon cul ! Putains d'illusions
Vous vivrez sans moi

L'avenir vient
J'en rêvais souvent
Maintenant j'attends

Paris le 31 janvier 2017 mon aniveraire

Haikais du trente janvier 2017

 

Le petit matin
jour à neuf heure moins vingt
Les jours rallongent

J'entends dans ma rue
Un chien qui aboît fort
silence plus rien

Matin de janvier
Je vois l'âge avancer
Mes soixante-cinq

Paris le 30 janvier 2017

Haïkaïs au 16 janvier 2017

Haïkaïs au 16 janvier 2017

Eric Tabarly
Il a fini dans la mer
Et pas dans un trou

Une année vient
Mais que vous dire de nouveau
Dit cette année

Je suis bien trop las
Et madame plus sage
Allez donc savoir!

Du temps qui passe
Janvier froid ou humide
Ainsi vont nos vies

Je rêve souvent
Ce que j'aurais pu être
Je ne suis que moi

Le quinze janvier
Bientôt soixante-cinq-ans
C'est dur de vieillir

"Il n'y a pas,
De plus grande joie,
Que celle qu'on n'attend pas"

Sophocle

cisou9 a écrit:

À qui tu le dis
Regarde sur mon profil
je préfère ton âge !!

Tu vieillis aussi
Mais tu n'es pas moi Victor
Qui a ses ennuis

Ce chien dans le froid
Et moi qui suis bien au chaud
avec le confort

Est il bien moral
De de ne penser qu'à soi
Et d'oublier la mort

J'aime bien l'hiver
Et ce froid qui purifie
Les fleurs reviendront

 

Paris le 16 janvier 2017

L’hiver 1954 et un rappel en 2017

L’hiver 1954, et un rappel en 2017

Dans la rue un homme qui a froid, il meurt sans chaleur
Personne ne lui tend la main, et il est vraiment trop seul
En son temps, il y eut un homme, comme l’abbé Pierre
Et lui on l’écoutait, car on avait du cœur pour partager

De nos jours, je sais ces étrangers qui meurent de froid
Eux sans doute, ils doivent crever sans vrais problèmes moraux
Non  là ! Je suis cynique mais que dire dans ces temps de froid
La morale commune de nos jours, c’est débrouille-toi tout seul !

Je ne sais pas quoi dire, je sais cette population qui est paupérisée
Et qui souffre à la recherche d’une aide, un boulot ou un logement
Il y a tellement de difficultés pour intégrer un monde qui soit sûr
Les gamins actuels doivent faire des carrières très labyrinthiques

Mes contemporains, ils ne croient plus dans tous les politiques
Par un manque de confiance dans les institutions françaises
Plus d’abbé Pierre et Coluche qui manque de sous pour continuer
Moi ! J’étais plus heureux avant, j'avais aussi confiance en demain

Pauvres enfants de cette génération, celle qui vient maintenant
Ma génération, c’est celle des rentiers qui oublie ses difficultés passées
La seule chose qui l’intéresse, c’est des histoires de plus de jouissance
Elle s’est battue pour des droits incroyables, mais elle a oublié ses enfants

Ces enfants qui sont vraiment désespérés, par ce monde de poubelles
Nos enfants, ils sont bien dans la merde que je les plains vraiment
Il y a un homme dans la rue meurt de froid, mais que dire là-dessus
La solidarité, C’est une valeur chrétienne que partageaient beaucoup

j’ignore s’il y a une morale à faire à ces enfants tout déboussolés
Crever seul, ce n’est pas une valeur de solidarité, des choses manquent
Monde fait d’individualistes, qui ne s’intéressent qu’à eux-mêmes
Je sais bien quelques exceptions, mais il n’y a pas de relais chez les politiques

L’abbé Pierre et Coluche sont vus comme de vrais saints contemporains
Eux au moins ils s’intéressaient à cet autre qui crève en bas de la rue
Ma vie n’est pas de prêcher, mais je n’aime pas cette époque d’égoïstes
Ce monde qui balance entre le sexe, les médias et tout le mépris

Je sais toujours ce que j’aurais pu devenir dans le mauvais destin
Devrais-je un jour rendre des comptes à ceux qui m’ont aidés
Oui certainement! Je parle pour le présent qui est là…. Et pas d'hier
Un enfant peut comprendre la confiance ! De nos jours c’est dur

Dans la rue un homme meurt de froid, y a-t-il une fatalité ?
Battons-nous sans violence avec de la tendresse et de la solidarité
Crèvera-t-il par un manque ou serons-nous là ? Et serons-nous présents pour lui ?
La morale, c’est une réalité nous qui manque dans un monde sans vraies convictions

Paris Vendredi 13 janvier 2017

 

Haïku pour un grand navigateur

Haïku pour un grand navigateur

Boucler la Terre
En moins de cinquante jours
Chapeau le marin


Paris le 27 décembre 2016

Que dire ? Que faire ? S'indigner et après fermer sa gueule

Que dire ? Que faire ? S'indigner et après fermer sa gueule

Récemment j'ai reçu une lettre des personnes, une revue d'informations de Neve Shalom, un village en Israël avec lequel j'avais des contacts amicaux, des gens dans une communauté où cohabitent des israéliens arabes et juifs... à savoir qu'ils sont avant tout israéliens et qu'ils sont soumis aux lois d'Israël.... Il y a le soucis que j'en ai  de ne pas donner des conseil en dehors de la réalité qu'ils vivent... Je ne suis pas un prophète, ni de malheur ni très optimiste pour demain... Je ne sais pas  quelles réponses à leur donner... C'est en lisant cette petite lettre et leurs commentaires sur la politique qui est maintenant très à droite des divers gouvernements Netanyahou qui sont de plus en plus racistes, cela au sens exacts du terme...Il est interdit par la  mémoire de la shoah, toute la mauvaise conscience des gens d'après guerre  et  par tous les juifs qui vivent en dehors d'Israël que de dire  que ces israéliens sont racistes... Mais moi je le dis bien, c'est maintenant hélas une réalité... A savoir ne mélanger pas tout ce que je dis que l'extrême droite en Israël est raciste et je ne dis pas autre chose... Que pourrais-je répondre à mes amis de Neve shalom...  Tenez  fort et bien la vie communautaire et les partages entre communautés dans votre village, vous avez foi dans l'avenir et le partage entre  tous les hommes... Pour moi ,vous restez une élite  qui existe fortement par la réalité que vous représenter dans tous les cœurs, cela dans une réalité  qui devient très dure en Israël...  Dans le même genre des réactions morales... Que faire et que dire face à la brutalité de gens comme Poutine ? Un affreux qui assassine sans que personne ne réagisse... Je sais ainsi quelques gens indignés mais il y en a hélas si peu... Je connais des gens sur un site de littératures d'internet Atramanta  qui se proposaient d'envoyer des messages à l'ambassadeur de Russie... Oui ! Cette idée est généreuse, mais elle est si peu partagée...  Si c'était plus médiatique voire une grande pétition plus médiatique, avec des milliers de signatures, là j'y croirais plus mais là c'est juste donner ses coordonnées à des loups pour qu'ils puissent vous manger, nous  tous les pauvres pacifistes tellement doux ... Je ne signerais que lorsque je verrais plus de gens qui seront  vraiment solidaires des gens d'Alep...Qui donc  a réagit pour Srebrenica, les divers massacres en Tchétchénie, au Rwanda, au Cambodge et les toutes diverses guerres récentes ?

Paris le 15 décembre 2016

Soleil d'hiver

Soleil d’hiver


Petite lumière froide d’un pâle soleil de l’hiver
Je sais des histoires lointaines qui sont horribles
Des gens martyrisées dans leurs chairs et leurs âmes
Les mêmes que ceux-là que nous voyons chez-nous

Il y a de lointains soleils d’Afrique et qui sont très chaud
Et pauvres hères qui dorment dehors, isolés dans le froid
Ils sont là couchés sous un pont par la peur de nous ici
Mais je me dis : Sommes-nous meilleurs que ceux-là ?

Alep ville rasée qui est pilonné sous un tapis de bombe
Ce sont des bains de sang qui me rappellent Guernica
Où les nazis expérimentèrent leurs armes de destruction
Guerre d’Espagne, cette guerre qui a précédée les carnages

Cet homme fragile et peureux, il me tend la main, c’est un frère
Pourquoi devrais-je maudire une des conséquences de nos actes
Tous nos propres engagement et actions de guerres d’un passé récent
Pourquoi sommes nous allés combattre en Afrique, je ne sais pas

Qui peut me dire quel est la portée réelle de nos actions
Hollande envoie un porte-avion pour bombarder Daesh
Et Daesh nous renvoie des fous qui se font exploser Ici
Poutine est un assassin qui ne sera jamais jugé, cela je le crois

Demain il y aura des guerres sanglantes et cela je le sais
Mais serons capable d’accueillir les réfugiés chez nous
La France est un pays accueillant, mais elle est aussi raciste
La France des droits de l’Homme qui est face à La droite la plus dure

Je regarde ce soleil d’hiver, pas très chaud, et je songe à tout cela
J’hésite entre rester un chrétien qui soit plutôt doux et aimant
Ou alors deviendrais-je un monstre de colère, déjà prêt à la violence
Ma vie a été dure, mais je reste un doux et cela par convictions

Paris 14 décembre 2016

 

Haïkaïs des angoisses

Haïkaïs des angoisses

Pleurer ou rire
Ce sont les deux extrêmes
Et moi j'oscille

Un jour qui viendra
Où je ne serai plus là
Mais je ne sais où

Y a-t-il secrets ?
Ceux qui se gardent toujours
Dans nos cœurs heureux

Cette image
D'une fin attendue
Vivre éternel

L'enfant est divin
Le vieillard qui est un sage
Et le baratin

Pourquoi croyez-vous ?
Et vous oubliez la réalité
Vivre, survivre

Dieu, un jour bénis
Descendit sur la Terre
Mais rien ne changea

Brouillards des êtres
Et un vide dans les âmes
A qui donc parler ?

Dans un smartphone
Il y avait tout un monde
Qui devint notre...

Aujourd'hui treize
C'est  bien la sainte Lucie
Qui regarde le ciel ?

Paris 13 décembre 2016

Haïku du solstice

Depuis hier treize
Les jours qui se rallongent
Solstice d'hiver

Paris le 14 décembre 2016

Haïkaïs pour nos lendemains

Haïkaïs pour nos lendemains
 
Matins de l'hiver
Et tous les soirs de printemps
Du temps à vivre
 
Tout l'ennui obscur
De ses mauvais souvenirs
Et revivre sans
 
Ce froid qui nous tue
Et cette lumière très pâle
Qui nous éclaire
 
Matin qui viendra
Je ne saurais plus du tout
Ma vie est passée
 
Vieillard vert de gris
Qui parle de nos guerres
Enfants sans espoir
 
Un jour ou l'autre
Mais je ne sais pas encore
La vie ressurgira
 
La prophétie dit
Il y aura  des d'horreurs
Puis viendra la paix
 
Prophètes bavards
Ou bien tous les gens de peu
Demain est à voir

Paris le 11 décembre 2016

 

Haïkaïs urbains...

Haïkaïs urbains...

Dans ce matin frais
Je me suis levé très tôt
Sans vrai problème

Un Paris qui dors
Et moi qui est prêt à tout
Essayer encore

Un grand silence
Perturbé de temps en temps
Par des bruit dehors

Je tapote ici
Sur mon petit clavier blanc
Un sacré bavard

Déjà but café
Une heure matinale
Bien réveillé

Voitures Passent
ça se réveille un peu
des bruits urbains

J'imagine bien
Cet oiseau qui chante
Malgré les grands froids

Paris le premier décembre 2016

 

Haïkaïs d'hiver

Haïkaïs d'hiver

Soleil froid d'hivers
Avec  cet éclat doré
Réfractions glaces

Cristaux de givre
Qui marquent bien ce grand froid
Mourir dans la rue

Pour le chauffage
J'ai bien tout calfeutrés
Courants d'airs stoppés

ici à Paris
Mais je ne sais pas chez-vous
C'est le grand calme

Où sont les vivants
Les oiseaux  sur les branches
Des arbres tous nus

Là ! je regarde
Le jardin, toutes mes fleurs
Ben ça hiberne

Je pense souvent
Aux vivants dans ce grand froid
Et je m'inquiète

Paris le 28 novembre 2016

Haïkaïs du temps qui passe

Haïkaïs du temps qui passe

Je me croyais tous seul
Mais parfois mes rêves
Qui me parlent de toi

Parfois se taire
Tout comme une leçon
Du vrai silence

Que sera demain ?
Personne ne le sait
Demain est à voir

Un hibou, la nuit
Et la Lune qui se pose
Entre les arbres

On prend tous un train
Pour quelques part là-bas
Dans une gare

Les voyageurs
En partance pour demain
Sont attendus quai A

Le transsibérien
Ou tous les trains corail
Nous font voyager

Blaise Cendrars dit
Des choses sur la Russie
Et notre France

Les trains rapides
Créent une impression
D'ubiquité

Paris 19 novembre 2016

Triolets.... suite

Triolets... suite

Je vous savais parfois madame
Mais moi je ne savais pas
Si vous étiez vraiment libre

Je m'asseyais sur le sable
Je dessinais alors ton visage
Et la marée passait dessus

Un brouillard de novembre
Me parle de tous mes morts
Demain le onze novembre

Lumière jaune d'un cristal
Qui réfracte ce soleil couchant
Un éclat du soir d'automne

Le silence se fait maintenant
Une journée qui est passée
Et quelques moteurs pétaradent

Hier une élection aux USA
Aujourd'hui des discussions
Sur la réalité démocratique

L'année qui vient déjà
Refaire le monde à neuf
Et se faire avoir encore

Paris le 10 novembre 2016