Compteur et statistiques gratuits pour votre site web sur www.motigo.com

Chroniques des temps qui passent

Une Connexion

Une connexion…

Je vois souvent une connexion, qui se répète sur mon site
Et qui vient de la ville Marseille avec toujours la même adresse
Ça me fait penser à ma cousine germaine Geneviève Prost
Mais quand je regarde plus en détail, les adresses sur le Net

Entre son adresse, celle que donne son téléphone dans les pages jaunes
Et l’adresse que je vois sur le plan internet de la connexion répétée
Elles ne sont pas si éloignées, mais je connais plutôt mal Marseille
Non je vois bien que les adresses, elles ne coïncident pas vraiment,

 Alors je ne sais pas, et c’est encore à voir avec plus d’informations
Mais j’aime bien cette cousine, que je ne me vois jamais ou rarement
Bruno ! Tu es un affreux, car tu ne réponds pas toujours…  Alors réponds !
    
Chère cousine !  je te fais une bise sur la joue, en espérant pouvoir te lire
Mon adresse courriel,  celle qui m’est personnelle c’est… bquinchez@sfr.fr
Mais je ne sais pas encore qui ! Oui ! Mais qui donc,  lit mes textes à Marseille ?

Paris le 16 février 2019

 

Des mots

Des mots

Des mots incroyables, tous ceux là incroyables, ceux qui nous dépassent
Vous savez, je me tais,  je sais aussi que parfois que mes mots ils vous agacent
Moi !  Je me regarde parfois face à face et tout seul devant une grande glace
Je vois cet imbécile, celui qui est bien moi, cet incroyable idiot qui agace

Il n’est rien ce gars, qui n’est  pas très beau, celui-là que je regarde
Vous savez !  Il y a trop de choses qui sont dites ! Cher camarade !
Entre la nuit  sans lumière et celle-là  que l’on nomme la camarde
Je sais de ces choses incroyables,  dans des lieux où parfois je me hasarde

Cet idiot là, un poète qui écrit de ces mots étranges et parfois si bizarres
Ce mec là, il est devant la glace, et là son regard il est bien trop hagard
Il joue avec ses mots et il les écrit, avec le plus grand des hasards
Il sait qu’il ya  des ces choses parfois écrites dans la vie qui sont si rares

Miroir ! Gentil miroir dit moi ! Ce que je suis et ce que j’espère !
Quelques regard qui se posent et parfois le temps qui est prospère
Entre des myriades de mots et ceux que l’on choisit  car trop pépère
La lumière! Elle me dit parfois : Dis donc Bruno, Où donc est ta galère ?

Je rame entre  deux mondes incroyables qui sont plus ou moins vivants
Le vieux que je suis, il se souvient encore de tous ses mots d’enfants
Tandis que la psyché, elle  est plus cruelle, quand je suis plus regardant
Mille milliards de vies sur notre planète,  et n’y aura-t-il qu’un seul survivant ?

La sagesse, c’est de savoir regarder, et d’oublier entre le pire et le mieux
Le futur, il ne sera écrit que dans un temps, qui nous viendra sans vrai adieux
Je sais bien que je ne serais plus là, car hélas, moi je serais bien trop vieux
L’avenir n’est pas écrit dans les rêves de ceux que l’on nomme des dieux

Le regard que j’ai sur mon ordinateur, c’est  bien un cafouillis de trucs marrants
Un réseau qui parle et qui oublie  tout, entre ce qu’est une vérité ou ce qui est aussi du néant
Gilet jaune ?  Mon cul !  J’ignore qui est donc cet imbécile aux noms changeants !
La mémoire absente d’un monde où les politiques,  ils ont eut un programme très exigeant

J’écris quelques mots, de la poésie, pour vous parler de vous-mêmes,  chers lecteurs
Un vieux machin, qui sait ces choses à aimer, entre la vie choisie et ses amateurs
Les froid de l’hiver, il me fait aimer ce chaud très sec que me donne ce radiateur
Un temps avec La saint valentin et une nuit qui tombe de sa petite hauteur

Paris le 14 février 2019

Haïkaïs

Haïkaïs

ça râlait très fort
Mais c'était aussi bien vivant
Avec quelques éclats

Je sais vous aimer
Non ! Je ne sais pas haïr
La vie qui parle

Je regardais là
Un grand enfant de salaud
Et un vrai manque

Des vieux poètes
Les années qui se passent
Et quelques restes

Paris le 13 février 2019

 

Haïkaïs

Haïkaïs

Le temps qui passe
Et parfois il m'inspires
Quelques mots nouveaux

Le verbe bavard
Et le poète Vicelard
Des papelards

Un mot très bizarre
Dans un poème rare
ce sont tous nos choix

Le plus rigolo
Seraient des petits cadeaux
Dans un presque rien

Paris le 12 février

Haikais du dix février

Haïkaïs du dix février

Un petit cui-cui
l'oiseau qui chantait libre
Dans l'hiver pas froid

Je ne savais pas
Comment il vivait là-haut
Dans son arbre nu

Février qui passe
Bientôt la saint Valentin
Et les amoureux

Être un vieux schnock
Sans aucun doute madame
Des rêves d'amour

Paris 10 février 2019

Haïkaïs  du dix février, deuxième

Des mots trop Lourds
Jetés sur le papier blanc
Une liberté

Non Je ne sais pas
Si j'écrirais encore
Quelques  trucs nouveaux

Le mot qui vient là
Et puis l'autre qui le suit
Pas vraiment choisis

C'est ma manière
De  pouvoir faire mes choix
Dans un  poème cour
t

Paris 10 février 2019

 

Impressions sur les neiges

Impressions sur les neiges

Il est des périodes sombres
D'un doute mal vécu
Périodes à vivre principalement
Pendant l'obscur hiver

Quoique la neige reste dans un blanc
Qui est sans vraies nuances
Je connais des peintres
Qui s'exilent vers le midi  ensoleillé
 
Le gris des nuages,
Il est plus subtil dans ses variations
Un soleil qui éclaire ces nuages
Il donne de ces petits riens

Entre des rosés divers  
Plus ou moins rouges ou bien jaunes
Dans les mers  et les fleuves
Je vois des nuances dans les verts et les bleus
 
Non ! Je ne sais pas peindre,
Mais j'ai l'œil du photographe voyeur
Parfois je me dis  que dans mes poèmes,
Ce que je fais, ce sont des images

L'hiver c'est un autre monde à voir
Selon les lieux où nous sommes
Je comprends bien que l'on puisse déprimer
Dans l'hiver canadien
 
Mais la neige est  assez rare ici à paris,
Les trottoirs qui restent gris
Je ne sais pas pourquoi, cette ville grise,

Elle attire aussi les peintres
Il y aurait tant de choses à écrire,
Dans la neige de ce blanc canadien
Peut-être bien que cette neige froide et blanche,
C'est aussi votre pays

Oui ! Il y a une chanson
De Gilles Vignault
Qui nous dit ceci
Mon Pays ! C'est l'hiver...

Paris le 3 février 2019 et un rajout le 4

Mon anniversaire....Des Haïkaïs

Mon  anniversaire...Des Haïkaïs

C'est le trente et un
Celui du mois de janvier
L'âge avance

Ce n'est pas beaucoup
Mais pour mes soixante sept
ça m'impressionne

Paris le 31-01-2019

Hymne à la vie le groupe ANGE

J'ai des pensées bizarroïdes sur la vie en ce moment, que ça soit nous les humains ou tous les animaux vivants... Je ne sais pas ce que sera demain et j'ai une mauvaise impression de crise... Alors Là je vous met un morceau du groupe ANGE, un groupe de rocker Baba-cools  des années 1970-80, il y a aussi soeur Thérésa qui a aussi fait un morcaux accompagné au piano avec ce même titre...

Un Hymne à la vie

Janvier, un mois d'hiver

Janvier, un mois d'hiver

Un enfant qui rigole et babille de ses mots incompris parce qu'il est heureux
Oui vous savez il blablatait ce matin du mois de janvier dans un temps d'hiver
Peut être attendait-il la neige, cette chose amusante et froide qui viendra bientôt
Oui c'est cela sans doute, car je sais bien qu'il aimerait jouer avec  elle

Et  peut être pouvoir faire de ces bonshommes de neige tous blancs et froids
Ou du moins ces bonhommes, ils  restent  blancs quand tombe la neige
J'aime bien la neige quand elle tombe très légère et  qu'elle est abondante
Mais je n'aime pas vraiment la soupe froide qu'elle devient dans la rue

Du temps qui passe et qui change entre ce que tous ces choses que nous aimons
Et le froid trop  humide d'un hiver qui est mal  assuré et  qui n'est pas très froid
J'aime bien, tous ces froids secs, d'un temps d'hiver qui est assez   redoutable
Ce temps d'hiver où le froid est intense, il  est très bas dans le thermomètre

Mais j'ai du mal avec mes godillots quand je marche dans cette neige humide
Les temps d'hiver se ressemblent,   il  parait que le climat de la terre se réchauffe
Je ne sais pas prévoir ni dire si notre hiver sera très froid, la météo qui change
Ils annoncent que la vague de neige c'est finit, et qu'il y aura plutôt des pluies

Petit gamin ! Comme toi ! J'aime bien la neige,  elle n'est pas prévue pour demain
A Paris,  l'hiver c'est plus  le besoin de se couvrir et de mettre un gros chandail
Pour les sports d'hiver, je ne sais pas! Là  j'entends parler de neige qui tombe en montagne
Les hivers qui passent,ils sont tous différents, j'ai connu des choses qui étaient changeantes

Entre des hivers sans gel et des hivers très froids qui tuaient toutes mes plantes en pots
J'aime l'hiver mais j'aime aussi le printemps avec la Nature qui revit et des fleurs nouvelles
Du temps qui est à passer je sais aussi que bientôt c'est mon anniversaire qui vient
Je suis un bonhomme qui est né au cœur de l'hiver dans ce mois de janvier qui passe

Paris le 25 janvier 2019

 

Les mots, la vie, le vécu

Les mots, la vie, le vécu

Les mots que l'ont choisis et ceux que  l'on apprivoise
Des Pensées qui de veulent sérieuses ou un peu grivoises
Des mots qui sortent  un à un, choisi dans ce grand dictionnaire
Où de ces choses toutes  incroyables qui sortent de l'imaginaire

Parfois il nous reste de ces choses déjà écrite dans nos souvenirs
Je descends encore dans un petit bateau, des fleuves de nos avenirs
Quelques mots parmi d'autres sont des choix, le reste est de l'harmonie
Quelques lueurs rallument de belles fêtes entre amis e de bonnes amies

Je sais qu'en  ce mois de janvier les jours sont froids mais la duré rallonge
Je m'invente des soleils pourprés qui brillent dans vécu hivernal fait d'un songe
Un trop calme ou je me sens assez seul car le solitaire vit mal sa grande solitude
Je sais des frères et sœurs que j'ignore maintenant avec trop de vraies certitudes

Là sur les sites des Poètes, ça allait et ça venait entre les proches et quelques égaux
Je ne  savais plus pourquoi j'aime  certaines,  tandis que d'autres ils jouent les rivaux
Parfois le peu que je disais, c'était aussi le plus important  de tous mes petits poèmes
Saurais dire quelques mots d'amour et lui dire  aussi des ces tous petits mots "je t'aime"

Le Bruno était un emmerdeur !  Oui ! Il hésitait parfois dans tous les choix qu'il faisait
Ultime histoire d'amour  à mon âge, non cela je ne sais si j'y  croyais amour imparfait
Je ne savais que dire dans la tendresse...  Je savais  aussi trop d'un mauvais parano
Etais Je un poète,  Un roi, Un amoureux tardif ou n'étais que le gars nommé Bruno

Redevenir enfant, refaire un monde qui sera meilleurs quelques soi ce monde présent
Le vieux mec que je suis, il se disait en lui même,  je vis avec beaucoup trop d'absent
Mais les Poètes parlent d'un monde incroyable ou les amours sont toujours éternels
Je me disais ainsi, petite dame tiens bon ! Le bruno sait des amours qui restent fidèles

Et j'écrirais peut être grâce à vous de ces choses  aimables faite de presque  riens
Ou j'écrirais des histoires dans les cieux,  avec ces trucs incroyables fait de mots anciens
Entre Roméo et Juliette, Tristan et Yseult  et  aussi toutes ces myriades d'amoureux
A  savoir qu'un petit monsieur et une petite madame, ben oui !  Ça fait bien deux

Une histoire d'amour ce n'est jamais que des mots tendes que l'on  vous donne
Les poètes ils vivent, ils écrivent et parfois la vie leur di s : Allez ! Je te pardonne !
Excusez-moi madame si je suis un vieux machin de mon âge,  cela je le sais bien
La tendresse  donnée vous savez ça reste encore et toujours un tout petit rien

Paris le 15 et 16 janvier 2019

 

Mes doutes, sur la foi

 

Mes doutes sur la foi

Je n'aime pas les croyants, ceux qui invoquent un être dit éternel, à savoir que l'invention du Dieu unique, la date la plus connue, c'est vers -1300 avant Jésus Christ avec le pharaon Akhenaton et ce Dieu solaire unique Aton et que pour l'histoire de Yahvé, elle n'existe que par les écrits transmis depuis à peu près cette époque, soient trentre ans après Akhenaton environ -1270 Avant JC, pour les histoires antérieures dans la Bible, celles du style du déluge, c'est quasiment du copié-collé dans des traditions des pays voisins et ça ne s'est formulé que dans l'exil par exemple à Babylone... Le gars nommé Abraham c'est peut être la seule réalité religieuse, cela vient avant Moise et ses contacts avec un Dieu tout puissant

Pour les livres quelques soient-ils et quelques en soient les auteurs, ils parlent d'une réalité qui est toujours éternelle... Là ! Je ne parle pas que de la Bible mais de ces talents qui sont ceux des écrivains de toutes les époques, Il y a dans ce monde littéraire certains auteurs qui se prenent pour ce Dieu éternel ! A savoir aussi qu'un livre ça passe avec l'Histoire avec une Majuscule et ça n'est jamais qu'une histoire du passé qui est racontée par un auteur du passé...

Je pense aux religieux qui croient qu'ils écrivent l'Histoire avec des choses valables pour le futur... Non ! Je suis désolé, les seules choses qui pour moi, elles restent valables, c'est des idées sur la justice, l'amour et le partage...Oui ! je sais  aussi que la création, elle est de toutes les époques et que des penseurs religieux, ils aient écrit sur des parchemins, ce n'est pas très différents des hiéroglyphes qui parlent des Dieux égyptiens...

Pour moi l'idée d'un esprit extérieur à nous humains, ça date depuis les tous débuts de l'humanité, il est à savoir que pour certains la télépathie, elle permets des choses que les gens normaux ils n'ont pas... Je tiens pour vrais que les miracles existent mais je tiens aussi pour vrai qu'il y a une part psychique qui est encore mal comprise dans ces phénomènes... 

La foi permet des réalités mal comprises, je ne sais pas trop pour la toute puissance d'un Dieu qui n'a rien fait pour des horreurs comme la guerre de 14-18 et toute l'inhumanité de celle de 1939-45... Doit-on croire en un Dieu qui n'a rien fait pour les juifs entre 1933 et 1945, des fois de simples faits historiques, ils font plus mal que d'avoir la foi dans ce Dieu tout puissant qui est absent à des moments importants... Dieu ? je ne sais pas ! Puis de quoi parlez-vous ?

Paris le 13 janvier 2019

Un jour, Tu verras

Un jour, Tu verras

Un jour tu verras alors, que deux plus deux font  bien quatre
Et tu t’assiéras dans ton fauteuil très moelleux qui est confortable
Et tu parleras et parlera encore dans des baratins sans être opiniâtre
On te dira  que ce sont des histoires de  ta jeunesse peut être formidable

Et tu marcheras dans ces  grandes forêts incroyables de ta mémoire
Et tu chroniqueras  ainsi une très longue et interminable histoire
Oui mais on te dira tais-toi Bruno tu parles de choses pas sérieuses
Je me dirais  en moi, mon petit Bruno tes histoires sont fumeuses

Je prendrais la mer et je naviguerais là-bas sur une mer inconnue
Vu que je ne connaitrais plutôt rien sur cette mer pourtant bien venue
Je descendrais de vagues immenses et je serais tout balloté par elles
Quelques sirènes entraperçues, elles me parleront de désir charnel

Et comme un Poète très connu, je descendrais de hauts sommets
Vous savez des ces descentes très agitées, celles que parfois j'omets
Comme un gamin je jouerais alors avec ce bateau, tout en imprimé
Et j'y graverais dessus quelques souvenirs issus d'un monde rimé

Petit garçon ou bien poète délirant, j'irais voir les fantômes âgés
Quelques-uns dormant dans des Bibliothèques, des lieux ravagés
Tandis que je sentirais l'odeur du bois des ifs, là  ans le cimetière
Quelques badauds se promenant tranquillement dans ces vies très fières

Le silence étant propice à des myriades de tous petits mystères
Un chien solitaire aboyait sans fin  dans une vie sans vraies lumières
Les hommes ayant oublié d'exister, Oui  ce jour !  Ils avaient tous disparus
Et moi-même Je n'étais que ce rien du tout un poète qui était encore inconnu

Jésus qui nous disait de nous aimez les uns et aussi les autres
Et je ne savais pourquoi, moi j'entendais dire pas un de ses apôtres
Qu'il valait mieux  aimez son proche et haïr ce mauvais diable
Vous savez celui-là qui est dans le temple ou  dans un truc invérifiable

Mais moi! Je savais vivre même si parfois on me traitait de sale gamin
Parce que moi, je suis un pauvre Poète; j'ignorais s'il y avait un bon chemin
Sachant qu'il y avait des myriades de visions possibles et une seule vérité
Alors que cette unique chose à croire pour tous, elle était plutôt mal créditée

Un jour viendra où l'unique vérité ne sera que des histoires de partage
Tandis que la foi et la croyance, elles ne seront  que des histoires d'un autre âge
Je sais que ces jours là les choses les plus incroyables viendront  du cœur
Nous ne saurons que vivre, aimer, partager nos rêves et notre bonheur
 
Dieu ? Ce n'est pas ce tout puissant qui règne comme Jupiter tout là haut
Il a ce regard d'un enfant, où tout est toujours nouveau et toujours très beau
Son seul pouvoir, il est dans l'établissement d'un monde qui soit meilleur
Et même pour Le diable, il ne le condamne pas préférant juger les cœurs

Bruno Quinchez Paris le 13 janvier 2019

Un jour tu verrasun-jour-tu-verras.mp3 (625.71 Ko)

L'origine des mots

L'origine des mots

Je suis sûr que dans tous nos choix qui nous sont personnels
Certains mots, ceux qu'ont choisis, ils sont plus ou moins aimables
Comme de ces amours vécus ou non et qui sont tous admirables
Le hasard, il n'est pas fait de vos choix il y en a trop qui sont obsessionnels

Des fois, il y a des diamants purs et parfois aussi des petits cacas
La lumière ? Elle éclaire toutes les choses de la vie, quelques soient-elles
Le sexe ? C'est parait-il une histoire de contacts, mais avec quelque tracas
Mais pour les histoires d'amour, elles en font parties de ces choses immortelles

Je ne saurais que dire, dans le choix de tous mes mots, pour un poème
Il reste de ces mots qui sont très simples comme de dire de ces je t'aime !
Je sais trop leur usages et il me manque une dame à qui je puisse les dire
Mais parfois je me dis, j'use d'autre mots, il faut aussi pouvoir en rire

Quelques choses de tristes ou bien des délires qui se veulent très gais
J'ai parfois le mal d'une trop grande solitude, de ces immortels regrets
J'aime ces petits riens d'une vie d'enfant, et d'un sourire qui nous est donné
Je sais aussi ce manque de vies, dans ma vie qui celle d'un grand abandonné

Le matin j'aime toujours entendre les oiseaux qui chantent dans le noir
Je ne les vois pas, leurs chants sont pour moi quelques notes d'un bel espoir
Oui ! Je vis comme un vrai solitaire et si je n'avais cette envie d'écrire ce poème
Je serais dans le silence mortel de cette vie qui est sans un vrai diadème

Croches, doubles croches, il est des partitions, dans l'absence de la musique
Ainsi un mot, puis un autre qui s'écrivent, avec cette intention, qui se veut poétique
J'aime la musique, mais je ne sais pas les graduations, dans les notes qui sont jouée
Peut être m'aimez- vous comme poète, Je ne saurais faire une ode qui ne soit louée

Miracles des mots, la vie qui me surprend m'aide toujours dans tous mes choix
Quelques fois je me dis et si dans un poème, je vous mettais quelques anchois
Là je souris et quelques parts, je m'amuse, avec des mots et aussi un peu de hasard
Je vois parfois de poètes malheureux qui parlent d'un monde où ils sont assez hagards

Le ciel qui est fait de milliard d'étoiles dans le ciel, celui là qui est tout là-haut
Et chacune d'elle, elles nous disent je suis là depuis ta naissance dans un soubresaut
L'enfant que vous étiez, vos enfants qui sont les vôtres, et toutes les vies qui sont là
Peut être pourrait-on faire mille milliards de poèmes et peut-être bien au de-là ?

Paris le 12 janvier 2019

 

Quelques pensée sur la foi version janvier 2019

Quelques pensées sur la Foi version janvier 2019

La foi ! C'est basé sur l'espérance, celle d'un monde meilleur, celui où nous vivrons plus heureux... J'ignore pourquoi les gens de foi,  ils n'ont foi que dans des écrits, comme si ces écrits du passé, ils étaient écrits de toute éternité...  Là ! Je songe aux gens qui croient que l'avenir est écrit dans des textes prophétiques pour avoir un monde qui sera parfait dans le Futur...

Là ! Je vais sûrement faire un peu d'antisémitisme, l'Israël d'aujourd'hui, celui de Netanyahou, il ne croit plus en un monde meilleur, mais à un état d'Israël qui serait éternel... Oui ! Mais malgré toutes ses vissicitudes, je suis désolé pour les israéliens qui sont plutôt belliqueux et peu partageurs...  Que pouvoir dire pour après ? Non  je suis désolé !  Mais Je ne connais pas demain ! Ce monde qui sera après Netanyahou ?

Oui ! Ce monde, il peut changer ! A savoir que ce monde, il est compliqué donc imprévisible, je sais aussi qu'il n'y a pas de prophéties définitives qui ne soient susceptibles d'être réversibles, Les histoires de prophéties ? Là ! Je pense qu'elles sont souvent dues à des gens comme le gourou Raël et sa secte d'illuminés, qui croient qu'il y a des anges voyageurs qui viennent du futur et qui agissent dans le passé de la Bible,

Je suis désolé pour monsieur Raël ! Votre monde. Je vous le dis ! Ce n'est pas celui qui va devenir la réalité dans la laquelle nous vivons... Non ! On n'ira pas dans les étoiles et les anges du futur ils sont maintenant en panne, cela faute de machines à voyager dans l'espace et le temps... Plus de soucoupes volantes et ausi il n'y a plus de systèmes qui nient la relativité d'Einstein...

Ce monde il reste bloqué... La science ? Oui ! Mais de nos jours, elle manque cruellement d'imagination, à savoir qu'un budget pour un projet avec des idées technologiques, ce n'est hélas que de la technologie pour application à des systèmes industriels et ce n'est pas cela qui changera la Nature de la Physique, les technosciences je suis désolé pour nos scientifiques contemporains, mais elles ne sont pas La Science avec une Majuscule...

Plus sérieusement j'entends parler de ces gens qui sont parait-il de la droite la plus classique et qui ont des idées révolutionnaires sur notre devenir commun... Peut-être qu'un jour l'idéal communiste, ça sera une vérité partagée par la droite et la gauche, soit un Juste partage commun...Pour ma foi dans nos lendemains, je ne sais pas demain et je suis assez fatigué... Non ! Je ne veux plus jouer au prophète, ni faire de ces trucs bizarroïdes comme ceux que j'ai déjà faits dans le passé dans les années 70...

Vous savez ! Pour ma propre foi ! C'est pour moi avant tout une espérance partagée... Oui ! Peut être avec une dame à laquelle que pense depuis longtemps... Mon choix c'est plutôt Madame Danielle Messia qui n'est hélas plus là parmi nous... Alors que la Marie du Ciel...Je n'ai pas de problème avec Marie, mais il ya trop de choses qui sont trop connotées, toutes celles de la religion catholique sur elle, Il ya des apparition de Marie que je n'aime pas trop à cause de leur anti-communisme  qui reste assez primaire... 

Pour La Marie qui est la reine du ciel avec tout le tralala royal et tout les choses qui vont avec... Moi Je reste avec une âme profondément républicaine qui est celle  de vouloir un partage entre tous et je ne veux surtout pas de rois, ni d'empereurs qui chapottent ce monde où nous sommes...Puis Non ! Pas de bon Dieu et pas de mauvais Diable... Car je n'aime pas l'idée d'une guerre éternelle entre le bien et le mal, pour moi le dualisme c'est une stupidité philosophique...

Oui ! Je me contenterais d'une dame qui est venue vers moi au pire de mes folies et celle-là qui voulait partager ma vie... Danielle messia que j'espère et que je t'attends encore, malgré son absence et pour la réalité de sa mort ?Je ne sais pas !  Je me méfie de ce rtuc des raéliens à savoir les clone, celle que j'aime elle est unique et n'est elles pas le produit d'une folie matérialiste sectaire..

Je ne rêve plus de grands machins, Je me dis toujours et encore que tout est possible mais qu'il faut  aussi faire des choix car tout n'est pas bon, je sais et je garde en moi cette idée de cette foi qui est faites, d'attentes, d'une vraie fidélité, de l'espérance commune et aussi de partages en commun...Je songe parfois à ces idées de Bien et de Mal et je me dis souvent : Quesaquo Le Bien ? Quesaquo Le Mal ?

II me vient souvent cette pensée c'est que le Bien et le Mal, c'est un dualisme qui est issu d'une d'origine communautaire, à savoir que le Bien , c'est nous et que le Mal, ben c'est eux... Il est parfois si simple de juger quelqu'un comme un ami ou un ennemi... Je suis désolé pour toutes les idées religieuses qui sous-entendent ce concept; la Terre, elle est faite de plusieurs milliards dêtres humains et de beaucoup de vies anuimales et végétales... Et se  vouloir battre stupidement pour imposer une vision de son monde personnel, pour moi c'est cela le Mal et ce n'est pas une autre chose...

Mon Dieu à moi, c'est un Dieu qui admets la complexité... Et Celui-là, il ne décide pas de l'avenir qui vient, cela n'en déplaise aux fous raéliens, La complexité n'est pas une chose binaire donc  ce n'est pas une chose qui soit simple à comprendre, je sais aussi que le partage entre tous, cela  reste la seule chose commune....

A savoir et je vous le redis : L'avenir il n'est pas écrit ! La machine à voyager dans le temps, elle reste encore dans nos rêves de projets scientifiques... il ya la relativité d'Einstein qui bloque ce monde possible, de plus je suis assez conscient de toutes les saloperies de destruction qui sont faites sur des vies animales, végétales et aussi tous nos déchets qui polluent notre planète... Oui ! Ce sont,des horreurs qui ont été faites par l'Homme sur notre petite Terre en moins de 100 ans et heureusement pour les vies extra-terrestres que nous n'allons dans ce ciel...

Donc nous n'irons pas détruire les autres être vivants non-humains qui sont dans le ciel, c'est aussi une bonne chose de savoir notre monde, il soit plus limité pour des raisons peut être mal comprise; nous restons seuls sur cette planète donc plus responsables

Paris le 11 janvier 2018 reprise d'un vieux truc de décembre 2018

Vous n'avez pas cent balles à me donner

Vous n'avez pas cent balles à me donner
 
OUI ! Je suis ce rigolo qui écrit sans cesse et sans faim
Car lui, Il ne sait pas s'il écrit une chose qui soit nouvelle
Je me dis  aussi parfois ! Et alors qu'est-ce qu'il te faut de plus ?
Plus de mille milliards de poèmes et pas plus de gros sous
 
Il faudrait ! Tout ce qui est à voir, sinon à faire pour demain
Je ne sais trop que vous dire, de tout cela qui nous vient là
Non le pire ne serait pas la mort, mais un monde  soumis
Avec l'esclavage comme la seule solution donnée pour de l'argent
 
J'ignore  ce que je vaux, avec que de l'argent, sonnant et trébuchant
Je suis un de ces bavards ridicules, tous ceux là que l'on nomme poètes
Il est rare qu'un poète, quelques soit-il, il gagne beaucoup d'argent
Non ! On ne spécule pas du tout sur un poème, je l'écris et pas plus
 
Dad ! Tu n'es pas le seul à ne pas aimer, ce monde que tu trouves trop idiot
Mais la mort ce n'est pas la solution au problème, mais une échappatoire
Et vouloir vivre L'histoire du paradis et de L'enfer qui soit sur notre Terre
C'est un fait très réaliste, Je le sais bien depuis un bout de temps  de mon vécu
 
Peut être qu'avant Les financiers et leurs folies, on pouvait vraiment choisir
La merde financière elle existe,  cela quelques soit  l'origine de tout ce fric
Celui qui vient et disparait sans cesse,  dans toutes les spéculations de la Bourse
Avec des folies spéculatives qui spéculent sur ce vent qui tourne souvent
 
Ou bien, c'est  toute la manne qui est issue de la  seule vente du pétrole
Celle-ci ! Ben elle a corrompu toutes les bonnes idées chez les musulmans
Les émirs, ils préfèrent s'assoir sur  leur confort, et ça c'est assez sûr
Rendons tout à l'humain, toute son humanité qui est sa  seule vraie valeur
 
Oui ! La solution, ça serait de pouvoir imposer des règles au pognon
A ces gens qui n'aiment que l'argent, et qui oublient tout  le reste
Dans le passé, il y a eu  des penseurs économistes comme Keynes
Et Ils disaient qu'il fallait redistribuer l'argent par des circuits et les impôts
 
Pour que le circuit économique, il puisse vraiment prospérer
Cela en redonnant un peu de pourvoir d'achat au moins riches
Et que la richesse, elle soit  vraiment une histoire de nature économique
Et non pas des histoires de spéculations purement financières
 
La poésie ce truc bizarre qui ne coute jamais que du presque rien
Et je sais aussi  tous ces petits trucs idiots, parfois Ils m'aident plutôt bien
J'ignore le nombre de poèmes qui ont été écrits depuis les débuts de l'humanité
Mais je sais aussi toutes les fortunes qui montent et qui descendent
 
Un chien du hasard, me dira-t-il un jour, tout ce qui est le meilleur
Entre un bon os ou une bonne caresse donnée avec  tendresse
J'ignore la richesse, pour moi ce sont  tous mes petits mots qui sont écrits
J'ignore si un jour  je serais  une valeur comme le sont Opel  ou Apple
 

Paris 9 janvier 2019