litterature
Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter litterature
compteur de visite

Chroniques des temps qui passent

Un hiver qui est là

Un hiver qui est là

Cette période qui est assez sombre de l'hiver
Elle est à vivre comme un passage de nouvelle année
Cette année 2017, elle aurait dû être celle de la fin du monde
Mais Lui... IL en a décidé autrement, alors soyons sage

Après la saint Nicolas, ce jour qui est cet aujourd'hui
Alors vient la sainte Luce, le treize dans une semaine
Et Noël et ses sapins qui brillent, avec les lumières du solstice
Perso je suis né par le choix de mes parents vers la fin janvier

Et je sais déjà que s'il fait très froid à ce moment là
Les jours, ils commencent à se rallonger vraiment
Et ceux-là, ils annoncent l'arrivé du beau printemps
Nous sommes maintenant, au plus sombre de cette période

Curieusement pour moi ! Ma tête, elle va beaucoup mieux
Peut-être que ce sont des souvenirs des Noël de mon enfance
De nos jours je n'aime plus du tout cette fête marchande des marmots
Je ne sais que dire de mes neveux, et là j'en perds tous mes mots

Mais je sais aussi tous ces grands froids qui sont très lumineux
Avec des soleils jaunes pâles dans un tapis de blanc neigeux
Je sais que j'aime cette période, malgré les grands froids
Je sais que ça ne dure jamais longtemps mais l'hiver il est bien là

Paris le 6 décembre 2017 saint Nicolas

Haïkaïs du 2 décembre 2017

Haïkaïs du 2 décembre 2017

Un bon silence
Je tente de me rafraichir
Ce regard d'enfant

Il me dit ses mots
Qui sont tendres et gais
Sans les rechercher

La petite fille
Que j'ai évoquée en moi-même
Car elle me réjouit

Je sais tout l'obscur
Je savais ma peur du noir
Je sais sa confiance

L'empire du cœur
Il est bien plus vaste
Que l'obscurité

Certes la fatigue
Mais savoir que demain
Resteront les vies

La fin du monde
Elle est dans cette foi triste
La mort attendue

Oui ! Oublions demain
Et vivons toutes nos vies
Vie c'est sourires

Paris le 2 décembre 2017

 

Haikais du 25 novembre 2017

Haikais du 25 novembre 2017

Matin  bien trop froids
Dans ce mois là qui avance
Novembre frisquet

Le temps qui change
Parfois j'entends mes voisins
Mais je les laisse

Faudra-t-il un jour
Que j'aille voir cet autre
Qui délire sec

Non ! Je ne sais pas
Entre ce qu'il y a en moi
Et ce que j'entends

Folie ! Direz-vous ?
Oui certes ! Mais où est-elle ?
J'entends plein de cris
...

Paris 25 novembre 2017   

 

Haïkaïs du 21 novembre 2017

Haïkaïs du 21 novembre 2017

Un rien qui me va
De multiples bavardages
Je ne le sais pas

Un jour peut être
Alors J'aurais écrit
Mon dernier Haïku

Croquemitaine
Et calembredaines
Bien trop certaines

Non ! Je ne sais pas
Où est donc la poésie
J'écris et ça vient

Chant désespéré
Est-il un hymne de vie
Ou de  vraie tristesse

Moi ! J'aime beaucoup
Je n'aime pas flagorner
Avec des ambitions

Un poète certes !
Mais pas meilleur que vous tous
Restons  modestes

L'amour ou l'humour
Certains qui ne savent pas
Toute la différence

Les chiens du hasard
Mordent la main amicale
Des poètes bavards

Paris le 21 novembre 2017

Haïkaïs 21 novembre 2

Vous le savez bien
Tous les bavards me fatiguent
C'est dur à vivre

Vous savez pour moi
Le rôle qui m'est promis
C'est pure folie

Je sais bien alors
Que tous mes mots choisis
Ils ont leurs valeurs

Entre ce je suis
Et celui que je ne suis pas
Ce sont tous mes choix

Le futur qui viendra
Et tout ce passé antérieur
Ne sont pas écrits

Le présent vécu,
Il vend hélas son âme
Pour des riens du tout

Paris le 21 novembre 2017

Haïkaïs du 15 novembre 2017

Haïkaïs du 15 novembre 2017

Un phare la nuit
Qui tournait et éclairait
Tous les albatros

il y avait jour
Il y avait aussi nuit
l'alternance

Pour la lumière
Elle nous tous mets à nu
Nuit reste secrets


Paris 15 novembre 2017

Haikais du 12 Novembre2017

Haïkaïs du 12 novembre 2017

Il n'y eut plus rien
Non celui-là n'était plus
Le temps qui passe

Se soucier d'être
Ou se croire immortel
Des choix ambigus

Le chien qui  aboie
Le poète, celui  qui écrit
Ce sont de vraies vies

La brume du passé
Et lumières d'automne
Toutes me refont

Ce matin me levais
Ce midi où je mangeais
Ce soir je médite

Édith qui édite
Nana qui médite
Que de redites

Paris le 12 novembre 2017

Haïkaïs d'automne...

Haïkaïs d'automne

Pendant l'automne
La terre reste chaude
Pour tous les sillons

J'ai ces mauvais jours
Comme des mauvais souvenirs
Que je n'aime pas

Les morts de ce mois
Ils sont bien assez nombreux
Dans toute ma vie

Oui ! J'aime mieux
Le mois qui viendra après
Noël et jour de l'an

Là ! Je médite..
Entre tous mes morts aimés
Et tous les décès

Paris le 6 novembre 2017

Des Haïkaïs

Haïku 30 octobre 2017

Un grain d'or tombe
Dans la petite coupelle
De l'alchimiste

Ce "Je", il m’ennuie
Et tu n'es hélas, pas le seul
A nous le dire

Haïku 29 octobre 2017

A vide ? C'est peu !
Alors s'il n'y a que rien
Que sont nos rêves ?

Haïkaïs de l'absence

Tous ces regrets là
Dans la mémoire présente
De la nostalgie
 
Léo Férré dit
Que cette nostalgie
ça intoxique
 
Garder le passé
Mais assumer le présent
Vivre encore
 
La solitude
Une réalité commune
Dans ce monde là
 
Se savoir aimé
Et se l'entendre dire
Cela fait du bien

Paris le 15 octobre 2016

Et pour demain ?

Et pour demain ?

Je lis souvent cette question : que restera-il de nous?
Je ne sais pas ! J'espère rester comme un être aimé
Mais à plus d'une génération ou deux ! Là je ne sais plus trop...
La poésie ? Elle parle aussi de ces humains qui ont été comme nous

Je sais quelques vers de François Villon qui est un vieux poète
Me concernant la seule chose que j'attends pour demain
C'est la libération de mes douleurs et pouvoir vivre par le souvenir
Parfois je me dis aussi que l'immortalité,elle se trouve dans un amour

La chose la plus simple qu'il y a dire dessus ! C'est je crois en toi !
La résurrection des corps! Pourquoi pas ? Mais dans un ailleurs
Il faut être un peu fou, pour attendre, ce demain qui viendra
Les prophètes, ils ne parlent que de leur propre monde à venir

Ils n'ont jamais imaginé un Monde où nous vivons tous maintenant
J'ignore de quoi sera fait ce monde qui viendra demain qui vient
Mais pas plus que vous, j'imagine ce dieu tout puissant et omnipotent
Qui ferait d'un rien du tout, un monde que l'on dit, tout à fait parfait..

Paris le 29 octobre 2017

 

Haïku

 

Haïku

Qui sait l'avenir ?
Demain qui reste à voir...
Et non-avenu

Paris le 28 octobre 2017

Haïkaïs du 16 octobre 2017

Haïkaïs 16 octobre 2017

Jamais rien de plus
Un silence expressif
Et moins que rien

Des fois je me dis
Bruno ! Pourquoi tu écris ?
Cela je ne sais pas!

Les mots les plus lourds
Ils pèsent trop dans nos vies
Et nous fatiguent

L'oiseau tout là-haut
Dans l'arbre plein de feuilles
Stridule ses mots

Paris 16 octobre 2017

Haïkaïs du 26 octobre 2017

Haïkaïs du 26 octobre 2017

Des fois se taire
Ce n'est pas mal non plus
comme une Fin

Chez moi dans ma rue
C'est des lampadaires puissants
qui éclairent la nuit

Paris 16 octobre 2017

Un être humain
C'est sans doute plus proche
D'un tout petit rien

Ce diamant si dur
Et ce petit caca de nos vies
Sont bien différents

Paris le 26 octobre 2017

 

Haïkaïs de la météo et du cœur

Haïkaïs de la météo et du cœur

Le temps qui varie
Un jour, c'est le grand soleil
Et d'autres la pluie

Matin sourire
Des soirs qui sont trop tristes
Nos cœurs qui varient

Paris le 25 septembre 2017

Haïkaïs de début d'automne

Haïkaïs de début d'automne

C'est un jour d'avant
Mais avant quoi donc monsieur ?
Cela je ne sais pas !

Il faut bien aimer
Cet automne qui est là
Avec ses fraîcheurs

Plus le temps passe
Et plutôt moins de soleil
C'est la vie qui va

Je ne sais pas trop
Tout l'effet de la lumière
Sur votre moral

C'est le temps donné
Pour ramasser les feuilles
Toutes à la pelle

Aussi pour dormir
Le soleil qui se couche tôt
Et nous plus tard

Paris 24 septembre 2017

Haïkaïs de septembre

Haïkaïs de septembre

Les temps qui changent
Peut être bien que demain
Je ne serais plus là

Mais pas vraiment peur
cette idée de m'échapper
Partir dans l'ailleurs

J'entends ma radio
Un cinéaste qui parle
De son nouveau film

"Le feu sacré" un film
Fait par un même regard
Avec quelques riens

Le scénario écrit
il n'est jamais le même
Que celui filmé

Un grand sourire
Demain qui lui appartient
Des rêves, de L'Art

Paris 16 septembre 2017

Le Brésil autorise la déforestation de quatre millions d'hectares de la forêt amazonienne

Le président du Brésil, Michel Temer nouvellement élu de la droite la plus conservatrice, il a décidé qu'on va déboiser quatre millions d'hectares de la forêt amazonienne, cela pour permettre la recherche minière, parait-il qu'il y a de l'or, du vanadium, du coltan, du fer etc. Il permet ainsi aux exploitants miniers de raser quatre millions d'hectares de la forêt primitive, il est à savoir aussi que ce président du Brésil, c'est aussi un grand producteur d'huile de palme qui est principalement produite à partir de palmier plantés dans des espaces déboisés... Et pour les animaux, les indiens la flore, ben le monsieur il ne sait pas trop à quoi ça sert...
http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-sud/bresil-4-millions-d-hectares-de-foret-amazoniene-livres-a-l-exploitation-miniere_1937484.html

Septembre... Version 3 septembre 2017

Septembre

Voici revenues les mélancolies
Froides et tristes du terme de l'été,
Où la clarté descend, inflexible,
A la rencontre de la nuit,

Mon cœur désabusé,
Il s'épanche d'un pleur vacant, sans bruit,
Le vent d'août m'éloigne des chaleurs
Des crépuscules tourmentés,

Sombre fraîcheur
De ces jours d'automne,
Qui viennent maintenant
Après cet été qui est dépassé

La lumière descendante  
Qui accroît mon cafard,
D'une tristesse, sans fin,
Cet exil amer,

Gracieuses fleurs s'anémiant,
Des souvenirs,
Accompagnant la moiteur des canicules,
Ardente et sans fards,

Dans la fusion aimable
Aux soleils torrides
De nos corps dénudés
Qui transpirent abondamment

Et aux sourires charmants,
Des femmes fleurs
Dans tous les soleils d'été
Où nous nous aimions
 
Les froids qui viennent
Les grands arbres
Qui se décharnent
De leurs feuilles,

Feuilles qui tombent sur le sol
Grands squelettes d'hivers,
Où nos cœurs se couvrent
D'un manteau de laine

Et de songes pervers,
Nuits de solitudes,
Voiles sans clarté,
Sombre automnes

O jour bénis!
O farouche soleils!
Où êtes-vous
Maintenant

Septembre est là
Les ténèbres confuses
De ces mois d'hivers,
Qui viennent

Avec la froideur des frimas,
Et elles coulent mes pensées
Dans ce moule où l'espoir
C'est ce triste et blême déjà,

Ah! Quand reverrons-nous
Tous les frissons charnels
Des lueurs de l'aube
Et les bleus réveils ?

D'un matin heureux
Dans une vie
Une seule vie
Avec toi

 
Bruno Quinchez (Morsang sur orge le 8 et 30 septembre 1996 rajout Paris 3 septembre 2017)

 

Haïkaïs du 27 août 2017

Haïkaïs du 27 août 2017

Le coq a chanté
Le soleil pas encore là
La nuit va finir

A la campagne
J'entends le coq chanter
A Paris... Calmos!

Le réveil chez moi
C'est ma petite radio
Qui s'allume matin

Radio qui cause
Des emmerdes de la vie
Des fois je zappe

Le soleil levé
De plus en plus tardivement
Les nuits rallongent

Août bien trop calme
Mais où sont-ils donc passés
Tous mes voisins

Il est cinq heures
Nous disait Jacques Dutronc
Là c'est dix heures
 
Paris le 27 août 2017

Haïkaïs du 25 août 2017

Lever ce matin
Du vingt-cinq août, calme
Déjà les poubelles

J'aime bien aussi
Laisser tous les gens dormir
calme reposant

Plus je vieillis seul
Plus j'aime, tous mes voisins
Solitude ? Certes !

Là ! Je tapote
Oui J'aime bien tapoter
Bavard sur clavier

Fin du mois aout
Les habitudes reviennent
Magasins ouverts

Paris 25 août 7h du matin
 
Août qui finit
Cela dans quelques jours
Voilà septembre
 
Orages et pluies
La lumière plus sombre
C'est le temps Ici

Si c'est la voile,
Là ! Je suis aussi perdu
Jamais fait bateau

Haikais du mois d'août (la suite encore)

Haïkaïs d'août (la suite encore)

Les chiens du hasard
Qui écrivent sans faillir
Les anges ? Non !

Le Poète écrit
Les poètes bavardent
Ainsi va la vie

Certains se disent
Pourquoi je n'écrirais pas ?
D'autres qui lisent

Le mois qui finit
Août qui change vite
Déjà septembre

Pourquoi "Le poète" ?
Comme disait Aragon
Perso je ne sais pas

un chien et un chat
Des vies antagonistes
Très familières

Les nuits rallongent
La fraîcheur qui s'impose
Été fatigué


Paris le 19 août 2017