Chroniques des temps qui passent

  • des Haikais

     

     

     

    Des Haïkaïs

    L'automne et là
    Une lumière faible
    Quelques pluies froides

    Je n'aime pas trop
    Mois de novembre sombre
    Histoires de morts

    Ma mère morte
    Un cinq novembre passé
    Je pense à toi

    Paris le 5 novembre 2019

  • Un truc contemporain

                      Un truc contemporain

    Une réalité que je n'aime pas trop ! Le premier ministre israélien Netanyahou, il a permis à des colons israéliens de s'installer dans les territoires  déjà occupés par une colonie sauvage qui se renforce très fortement dans les territoire occupés ou du moins  sur le territoire de la Palestine telle que la voulait la réalité historique du passé commun, un territoire qui a été réoccupé après la guerre de 1967, Je ne sais plus que dire sur cette réalité ! Les israéliens, ils  ne parlent jamais des colonies et des territoires occupés, c'est beaucoup  plus hypocrite ça se passe avec des religieux qui ignorent certaines réalités humaines. Pour eux, un palestinien ça n'existe pas ! Ce n'est pas une réalité historique, du moins c'est ce que j'entends dire par ces intégristes israéliens qui sont ainsi par là même un peu racistes, ne m'accusez pas d'antisémitisme, cette réalité elle est quasi incontrôlable ! J'ai des amis juifs qui partagent mon point de vue sur ce sujet et ce n'est pas toujours facile pour eux

    Bruno Quinchez Paris le 31 octobre d’après un truc entendu à la radio

  • Halloween

    Halloween

    Là en ce moment, j’attends mon jeune voisin
    Il doit passer, le visage tout grimé, pour me quêter
    Je ne sais pas, s’il connait exactement Halloween
    Une fête où les morts se lèvent pour vous quêter

    Cette fête bizarroïde qui a été  imposée par les médias
    Quand j’étais gamin, j’ignorais totalement Halloween
    C’est une histoire que j’ignorais, mon vécu était différent
    Notre monde, il  était  aussi un monde pas très sympathique

    Je sais que ce gamin, Mon voisin il passera chez moi ce soir
    Sa mère, elle m’a dit d’y penser et de prévoir  aussi leur visite
    Je n’aime pas cette période d’halloween et tous ses morts
    Mais j’aime  bien ce gamin qui croit toute les choses qu‘on lui dit

    Je suis descendu en bas et j’ai acheté un paquet de bonbons kréma
    Je verrais bien comment ça va se passer, je médite sur ce temps
    Entre des gamins joueurs, et des fantômes qui se baladent chez nous
    J’aime parfois et d’autre non je ne sais pas ce que j’aime vraiment

    Le  ciel me dit aussi des silences calmes et sereins dans ma vie
    Mais je me dis : Sacrés gamins!  Venez donc nous faire la quête !
    Des bonbons pour vous plaire, Pour moi ça sera un bon sourire
    Je ne sais pas si vous savez ce que je pense et ce que je ressens

    Peut être que vous vous en fouter, car je ne suis que votre voisin
    Et parmi nous, vous tous nos voisins, je ne sais pas si vous faites des calculs
    Oui celui là je l’aime bien ! Tant pis si je ne me donne rien pour ma quête
    Dans les faits,  je sais des bonbons et je sais aussi  des comptabilités

    Bruno Quinchez 31 octobre 2019 Fête d’Halloween
     

  • Plaidoyer pour une responsabilité face à l'économie (reprise d'une discussion)

    Plaidoyer pour une responsabilité face à l'économie (reprise d'une discussion)

    Chère madame, sans vouloir vous offensez
    Je préfère payer des impôts que donner mes sous
    A des entreprises qui ne feront
    Jamais de cadeau sur mes prestations sociales,

    Vous me direz que les pauvres n'ont qu'à bosser,
    C'est exactement le même cliché que vous employez
    En disant que si l'état est riche
    C'est par ce qu'il possède beaucoup

    (Ce qui est faux les impôts ont été baissés
    Pour des raison de clientélisme politique)
    C'est grâce à la productivité des entreprises,  
    Ce qui ne prouve rien,
     
    La démocratie c'est la répartition
    Des richesses par la redistribution,
    Aujourd'hui il y a des riches
    Qui sont encore plus riche

    Il y a aussi plus de pauvres
    Et ce n'est pas une bonne philosophie,  
    Ma philosophie viendrait plutôt de celle de Keynes
    Qui était pour une circulation de l'argent

    Et non pas une capitalisation
    Pour fonds de pension comme en ce moment,
    Cela pour dire simple l'épargne elle tue le présent
    Qui est le profit maximum pour fonds de pension

    Et l'appauvrissement général des populations
    Qu'elles soient moyennes et même les cadres,  
    La bourse n'est pas une pensée à long terme,
    Alors je préfère une capitalisation donnée

    A un état qui peut me garantir le long terme,
    Vous êtes de ces gens plein de sous
    Qui n'ont jamais utilisé les services sociaux
    Ne croyez pas que ces services soient inutiles

    Avant mon opération à cœur ouvert j'aurais raisonné
    Comme un égoïste qui ne veut pas payer ses impôts
    Maintenant je raisonne autrement c'est un fait
    Et nul ne peut vous dire tout notre usage des services sociaux

    Mais ne les négligez pas les statistiques sont là
    On dit parfois que les chiffres cautionnent les mensonges
    Ce n'est pas plus vrai qu'un discours politique
    J'aimerais parfois que l'argent devienne serviteur

    Je sais trop de maffieux qui s'enrichissent
    Dans  des sociétés anonymes et la spéculation
    L'impôt dans ces cas là, il n'existe plus vraiment
    La bourse qui monte c'est aussi un truc de fou

    Je ne suis pas prophète mais ce monde est instable
    Les ressource, elles ont beaucoup diminué
    Avec une population humaine qui est  en grosse croissance
    Bref je vois là dans ces faits de notre quotidien mal vécus

    Toutes les conditions elle sont suffisantes
    Pour faire un grand Krach
    C'est de la folie de faire confiance
    A la spéculation maffieuse

    Car elle est capable d'envisager
    Le pire pour pouvoir gagner plus
    De nos jours je ne sais pas,
    A qui je dois faire confiance,

    Dans tous nos politiciens
    Faire confiance c'est donner un pouvoir
    Mais pour nos politiques je ne sais pas
    Parfois j'ai de mauvaises impression

    Paris 30 mars 2005 remis en forme et ajouts le 28 octobre 2019

     

  • Léonard da Vinci

    Léonard da Vinci

    Ce monsieur de la  grande renaissance italienne
    Il me pose des questions sur notre modernité
    car il sait des trucs techniques assez actuels
    Bref un moderne dans un monde post moyen âge

    Dis donc Léonard d'où viens-tu  donc vraiment ?
    Je sais des choses modernes dans tes croquis
    Et parfois je ne sais pas vraiment d'où ils viennent
    Serait-il  un homme de notre époque égaré à la renaissance ?

    Mona Lisa qui nous sourit c'est une vérité de toujours
    Je ne sais pas si un jour qui vient on me dira pourquoi
    Il y a  dans des presque riens des choses éternelles
    Je ne sais pas demain, Je sais un génie du Passé

    La lumière sur des œuvres de Monsieur Da Vinci
    Une petite lumière dans diverses peintures très travaillées
    Je ne sais pas si une œuvre devient vraiment éternelle
    Mais je sais les  tableaux de Monsieur Léonard da Vinci

    Paris le 25 octobre 2019

  • Quelques Haïkaïs

    Quelques Haïkaïs

    Je me disais bien
    Que je vais ne rien dire
    Et puis non en fait !

    Octobre est là
    Triste automne pluvieux
    Mais c'est très normal

    Là ! Je m'achète
    Des gros pull-overs épais
    Mais j'ai aussi froid

    Je ne sais pas si
    Demain, il sera affreux
    Je vois des anxieux

    L'avenir qui vient
    ça sera plus pour nous autres
    Des histoire morales

    Les écolos disent
    Des trucs pas très sympas
    Sur la réalité

    Je ne sais pas bien
    Si demain qui vient là
    Sera sans Maffia

    Bruno Quinchez Paris le 20 octobre 2019

  • Poème Pessimiste...

     

     

    Poème pessimiste

    Je ne sais pas si un jour,
    Mes poèmes que j'écris, ils seront lus,
    Dans des recueils de papier,
    Et qu'ils soient parus chez de grands éditeurs

    Oui c'est le résultat banal
    D'un manque de pouvoir, celui que je n'ai pas
    Celui d'un lancement irrésistible,
    Dans une grande campagne de publicité

    Il est plus dur de se faire connaitre,
    Chez les rentiers lecteurs
    Des gens, qui sont plus ou moins friqué
    Et qui ne vous lisent jamais

    Mais d'autres livres qui doivent  être lu
    Parce qu'ils l'ont entendu dire
    Dans des médias assez puissants,
    Et qui sont plein de choses trop convenues

    L'écriture ? Parfois il paraitrait
    Que ce sont ces choses incroyables
    Un gamin qui lit, il ne sait pas toujours,
    Qui a écrit les choses qu'il aime

    Je sais trop d'adultes, dont on forge
    La manière de comprendre le monde
    Il n'y a pas plus de philosophie là dedans,
    Mais ce n'est que ce rien des médias

    Il faut et yaka ! Ce sont bien là
    De ces choses de mon vécu de poète
    Mais j'ignore aussi tellement
    Des ces choses vendues dans une économie réelle

    Je ne sais pas si le poète que je suis,
    Il est pertinent ou il est trop impénétrable
    Mettons le temps qui vient
    Comme un truc qui soit totalement imprévisible

    Dans le ciel !  Je sais des milliers
    D'étoiles diverses et qui rigolent très fort
    Irons-nous les voir ? Nous les hommes !
    Ces petits hommes assez prétentieux

    Il faut et yaka, ceux- là,
    Ils restent des vérités d'humains, sans  avoir de vraies visions
    Le monde est trop grand,
    Et je me dis aussi que nos politiques, ils sont des irresponsables

    Qui donc oserait parler de ces choses,
    Celles que disent, nos écologistes bien trop angoissés
    Comment croire ! Soit au paradis ou soit à l'enfer !
    Dans un monde beaucoup trop matériel

    J'écris ce poème maintenant en espérant être lu,  
    Dans un avenir  qui sera beaucoup plus serein
    Demain ne nous appartient pas !
    Et vous les lecteurs du futur ! Sachez toute ma tendresse

    Bru no Quinchez  Paris le 19 octobre 2019

  • Propos sur le CO²

    Propos sur le CO²

    J'entends sur ma radio des écologistes qui disent une vérité qu'il faut changer de vision sur le CO² comme un déchet, mais qu'il faut y voir une possible ressource pour les plantes, je sais c'est pas facile à comprendre, c'est une vérité trop mal comprises, certes produisons moins de CO², mais surtout sachons le recycler

    Bruno Quinchez Paris le 14 Octobre 2019

  • Quelques aphorismes octobre 2019

     

    Quelques aphorismes octobre 2019

    A force d'écrire il me vient des mots plus ou moins cohérents, mais leurs assemblages plus ou moins hasardeux, il donne de ces choses assez poétiques

    Danièle Messia, une dame de mon passé que j'aime bien de nos jours pour ces chansons ? Mais m'a-t-elle vraiment connu ? Je ne sais pas vraiment ! à part certaine paroles qu'elle dit dans ces chansons

    Dieu pour moi c'est surtout l'idée d'un partage entre tous, et que ce Dieu il aime toutes les vies quelques soient elles

    En 1972 à Talence Gironde, j'ai eu, un coup de foudre pour une dame et j'en suis resté longtemps amoureux, mais je ne sais rien de ce qu'était cette dame, Je sais aussi cette peur que je suscite quasiment tout le temps avec ma dinguerie. Alors était-ce un ange qui m'a parlé avec la lumière dans ses yeux ?

    Faire silence ou savoir se taire cela permet de contempler sans tous les bavardages

    Je ne sais pas si un jour nous irons hors de notre petite planète, Il ya un fait que nous sommes de super prédateurs qui avons beaucoup abimé notre planète

    J'ignore parfois si je dois me taire, je sais trop de choses qui viennent sans doute d'un monde télépathique et il ya plein de trucs qui sont dans ma tête, on me compare à un Mandarin chinois, ça me fait sourire, mais ma vie, elle est sans empereur mais des hommes trop ordinaires

    La philosophie c'est cette croyance bizarre, qu'en mettant des mots sur ce monde ou nous vivons avec ces mots nous le comprendrons mieux,

    La poésie Quesaquo ? Je connais une multitude de poètes, avec autant de poésies

    La Véritable puissance de l'argent, c'est avant tout son pouvoir corrupteur, Un pouvoir qui annihile toutes les idées politiques plus ou moins généreuses

    La vérité Quesaquo ? Voilà une belle question ! Je pense que si il ya une vérité, c'est un partage entre tous

    L'au de-là je ne le connais pas ! Il m'est arrivé de faire quelques petites expériences de pensées, où j'oubliais ce monde et mon corps... La seule chose qui m'a remis dans cette réalité quotidienne, c'est la pensée télépathique d'une voix que j'entendais

    Les disparus, bref tous les gens proches qui sont morts, je ne sais quel est leurs propres monde je crois profondément que leurs au de-là, Il est fait avec leurs propres croyances

    Les histoires de prévisions de la climatologie et ses températures élevées, je ne sais que dire! Je sais aussi que de nos jours la terre est bien abimées par des histoires de sous un peu partout
     
    Ma sœur Marie Christine elle fête ses soixante neuf ans aujourd'hui, comment perçoit-elle cet âge qui évolue? Perso je me sens vieux, quoique je sois plus jeune qu'elle

    Mon Père et ma mère, ils me regardent sur une photo faite autrefois, je me souviens d'eux mais ils me manquent

    Pour le paradis je l'imagine incarné dans un repas commun qui est partagé par des amis et des gens que j'aime, cela un peu comme la cène évangélique et les disciples autours de Jésus

    Pour moi il y a autant de philosophes que d'humains

    Pour moi, L'enfer c'est croire que demain est écrit irrémédiablement, cela n'en déplaise à certains croyants qui croient certaines prophéties

    Qu'est ce que notre science elle est capable de faire, Je pense qu'elle peut tout faire mais il ya des réalités de l'économie trop gourmande qui nous font éviter certains trucs, le voyage dans l'espace temps en est le meilleur exemple

    Zigma zizyphe zieute le zizi des zinzins zazou

    Bruno Quinchez Paris le 13 octobre 2019

  • Quelques réflexions techniques sur la littérature

    Quelques réflexions techniques sur la littérature

    Moi l’auteur j’écris :
    Une ombre furtive dans la nuit
    Elle assassine dans le noir,
    Voilà l’intrigue qui est posée,

    Faut-il appeler Scotland-Yard,
    L’inspecteur Harry ou Colombo ?
    Déjà le décor est planté
    Cela sera-t-il du fritz Lang ou de l'Hitchcock ?

    Je ne sais pas encore mais le meurtre
    Figure de style obligatoire, il est là
    Il faut alors lancer les limiers….
    Non ! Peut-être pas, je me vois rien

    En refaisant crimes et châtiments,
    Pour le meurtre et la rédemption du criminel
    Et ses rapports avec son poursuivant
    Ceci en 500 pages, mais c’est déjà fait…

    Vous ai-je tenu en haleine ?
    Certainement ! Et si j’annonce
    Que plusieurs crimes seront faits
    Car Ils ont déjà été signalés

    Dans cette ville où nous vivons
    Par le commissaire de police
    Qui est chargé de notre sécurité
    Des petits meurtres de rien du tout

    Là Je vous vois bien !
    Vous allez sûrement dire
    Encore un serial-killer
    Avec des profilers et tout le tralala…

    Eh puis non! Je vais vous décevoir
    L’assassin, il est parmi nous
    Et il porte un masque  sur le visage
    Pour Pouvoir rester  anonyme

    Comme la mort rouge de Poe,
    Cela reste un mythe dan une histoire…
    On ne chasse pas les mythes  vous savez
    Car on les laisse  roder la nuit…

    A moins que ce soit Là  
    Une histoire de vampires
    Alors faut sortir très vite
    Son BradStock et Dracula…

    Non ! Ce n’est pas un vampire,
    Mais un assassin ordinaire
    C’est une histoire criminelle
    Que j'ai lue dans ma lointaine jeunesse.

    Je l’avais lue dans la bibliothèque de mon père
    Dont le titre était l’anthropophage d’Estreville…
    A noter que cet homme a bien existé
    Mais je ne me rappelle plus des détails…

    La mémoire est assez sélective
    Notez bien aussi que ces détails
    Ils doivent être croustillants…
    Ou parfois très absurdes

    Je me rappelle de ce japonais
    Qui était anthropophage
    Qui est devenu une vedette au Japon
    Pour le fait de raconter son histoire…

    En ce qui concerne mon histoire,
    Elle est finie, le soleil se couche...
    Les inspecteurs Colombo et Harry,
    Ils ne sont pas vraiment concernés

    Ce soir nous dormirons tranquilles
    Et ils rêveront sans assassins
    La nuit est  toute pleine  de faits
    Entre des meurtres et nos vies

    L'amour est un temps partagé
    Et parfois nous nous aimons
    Très tranquilles dans la nuit obscure
    Qui est, parait-il pleine d'horreurs

    Paris 18 juin 2005 et le 13 octobre 2019 pour la remise en forme