Chroniques des temps qui passent

  • Essai d'écriture automatique

    Essai d'écriture automatique

    Ne sois pas trop intelligent !
    C'est ton cœur,
    C'est tes tripes
    Qui doivent parler

    Foutaises vers pervers
    Je veux jouir
    Dans cette courte vie
    Celle-ci où J'écris

    Je vis et j'aime
    Oui ! Je me bats
    Je suce jusqu'à l'extrême
    Mais, je n'en sais pas plus

    Le petit rien de la vie
    Je fantasme sur des fantômes
    Je vide la substantifique moelle
    Le tout petit rien

    Le petit vers de rien du tour
    Celui qui fouille de ça et de l)
    Et qui grouille de partout
    J'automate mes mots dits

    Et après je les lèche
    J'encense la vis
    Et ainsi je crée
    Par des blablas

    Dieu que cela est bon !
    Et cateara ex cathedra
    Un ciel bleu quelques nuages
    Des anges qui passent

    La prima donna
    Qui jouit intensément
    Entre des vers livres
    Oui des vers libres

    Tout ! Pour le coquin Paris
    Celui là qui rit de mes émois ?
    Et moi je suis l’organe
    De cet ordinateur neuronal

    Sur l'oreiller du mâle
    C'est Satan Trigmégiste
    Et patati et patata!
    Pas Tati! Pas Tchernia !

    Pas d'exclus!
    Je me rappelle!
    Rappelle-toi Barrabas
    Tu analyses  sans fin

    Sa géométrie curviligne
    J'aime les beaux seins
    Qui sont tous pleins de lait
    J'aime cette courbe des hanches

    D'une belle femme que j'aime
    A faire apprendre ce nombre tant utile aux sages
    Qui de tes remords peut priser le tabac ?
    Coups de tabac coups de pub !

    Putains de souvenirs
    J'ai longtemps vécu
    Et longuement rêvassé
    Sur ces grandes ondes

    Sous mes yeux endormis
    Et demi-clos
    Dans le temps qui passe
    Parmi tous ceux-là

    Le soir aux fonds des bois
    Le summum de l'orgas-miasmes
    Des tendres fillettes phanérogames
    Les mâles assis

    Les latences de l'incertain
    La flatulence du purin dénaturé,
    L'obscénité de ce mot anodin
    Et avoir le courage de désobéir

    L'ordre de cessez
    Ce rendez-vous avec la mort
    Et le temps qui jamais ne s'arrête
    Toujours dans le même sens

    Et ce nuage qui s'enfuit au loin
    L'horreur chaotique, d'un vécu
    La terreur galvanique autrefois
    Cinq milliards d'hommes

    Aujourd'hui sept milliards
    Et quelques cinq cent millions
    Notre  temps qui change
    Le climat est inquiétant

    Et autant de femmes sur terre
    Et autant qui reste  à venir!
    Dis donc ! Esprit... Es-tu las ?
    Et de quoi rêves-tu ?

    L'eldorado provisoire
    Pour tous les conquérants
    De tous les inutiles
    D'un monde à quérir

    O vers de Rimbaud !
    Over the rainbow !
    Aux verres deux reins beaux !
    Ovaire deux reins beaux !

    Paris 1989 Morsang sur/Orge  1995 Paris 26 juillet 2019

  • Ici à Paris il fait très chaud

    Ici à Paris il fait très chaud

    Là c'est aujourd'hui mardi 23 juillet il fair 36°C dehors d'après la météo de Paris et 34°C à l'intérieur sur mes thermomètres,
    le pire c'est jeudi dans 2 jours une prévision de 42°C puis ça se refroidit avec quelques orages,

    Un lien vers le site météo France à Paris...  https://www.lachainemeteo.com/meteo-france/ville-33/previsions-meteo-paris-aujourdhui

  • Le soleil de ce mois de juillet

     

     

    Le soleil de ce mois de juillet

    La lumière elle était là, bien assez tôt levée, dans le matin
    Mais moi calmement, je dormais tranquille, sans un vrai destin
    Je ne savais plus les chaleurs trop moites d'un été trop chaud
    Et je me disais en moi-même ! Suis-je vraiment ce gros fardeau ?

    Tranquillement couché dans mon lit, je me levais un peu plus tard
    Pour me réveiller, alors je prends un bon café, dans un bol, sans retard
    Il y avait un silence Impressionnant de l’absence de tous mes voisins
    Où étaient ils donc passé, cela je ne le sais pas ! Et c'est bien certain !

    Mais à savoir, qu’entre le froid et le chaud, ça m'allait plutôt bien
    Il ne fait pas vraiment chaud, et pas vraiment froid non plus presque rien
    Juillet était plus doux sans doute, que ce mois de juin très chaud
    Peut être un temps ordinaire de saison et pas le même niveau

    J'ai osé mettre chez moi, deux pots d'azalées, blanc et rose
    Mais ils ont rapidement souffert, le soleil les abime par overdose
    Je ne savais pas, ces histoires de chaleur, et de soleil beaucoup puissant
    Nous échappions à des chaleurs d'un juin très ensoleillé et trop  étouffant

    Pour les gamins, je ne sais pas s'ils aiment, cet été chaud qui passe
    Des fois je rêve d'être tranquille, de boire un verre très frais à une terrasse
    Mais j'ignore pour vous, ceux qui passer là, sur ce forum des poètes vivants
    Je ne sais pas ! Alors je me tais et je me dis la vie, c'est parfois très marrant

    Quelques gouttes sont tombées hier, mais cela n'a pas duré longtemps
    Notre jardin commun, i l est tout desséché, et cela depuis un petit moment
    Le ciel c'est ces choses bizarres, avec une météo qui reste trop aléatoire
    Un jour peut être nous verrons la pluie, et ça sera,  sans doute, très jubilatoire

    Le sens que nous donnons au temps, celui que nous vivons et la météo
    Un jour peut être nous saurons dire le vécu, est ce bien un vrai fléau
    Ce ciel de juillet ça devrait pourtant nous plaire par toutes ces vacances
    Le ciel est un baromètre de nos âmes, je sais que parfois, c’est une chance

    Un enfant ignore sans doute, toutes ces choses personnelles de notre propre vécu
    Peut être un jour je reviendrais cet enfant, pour le prix donné d'un milliard d'écus
    Cet enfant ! Celui que je redeviens, il ne sait vraiment pas, ce que disent mes contemporains
    Je sais dans le désordre, ces vagues de la mer, et tous ces gens qui sont dans leurs bains

    Bruno Quinchez Paris le 21 juillet 2019

  • Des tronches de mecs

    Je vois certaine photos concernant des hommes,

    qui sont mis dans les jolies filles,

    je rectifie pour rétablir la réalité sur mon site

    Regard d un ameridens 1

    Homme medecine un vieil indien navajo

    Nota bene de ce jour du 5 août 2019 je rajoute des tronches de mecs que j'avais déjà mises

    Entre mon frère Gérard qui est décédé en mai 2016 et des gens que j'aime bienFreterive 1993

    Gérard Quinchez, mon frère ainé disparu qui est maintenant beaucoup trop absent

    Cabu jean cabut

    Cabu! Jean Cabut, c'est un gars qui m'a formé sur tous les médias, cela dans un monde de brutes médiatiques

    Gotlib

    Marcel Gotlib, le créateur de plusieurs journaux de Bandes Dessinées, scénariste et dessinateur de Bandes Dessinées

    Pete Seeger un chanteur américain

    Pete Seeger, un chanteur de chansons populaires qui se situent entre le blues et le folk américain

    lucernaire-02.jpg

    Vincent Jarry... Artiste, Poète et Organisateur de l'association Poèmes en Gros, Demi gros et détails.Le lucernaire en 2002

     

    Jery Lewis

    Jerry Lewis... Un comique de cinéma qui est très populaire  en France

    L abbe pierre vieux

    L'abbé Pierre...Un vieux monsieur de l'église catholique, qui est aussi un homme très aimé des français

    Jean michel folon

    Jean Michel Folon...Un gars qui nous a aidé sur les images de la TV

    Rene petillon

    René Petillon un humoriste de Charlie hebdo qui nous faisait rigoler

    Le regard d un ecrivain en noir et blanc

    Curieusement cette photo Noir & Blanc de Paul Auster, elle m'attire par son regard

  • Qu'est ce donc que le concept de Liberté

    Quesaquo que le concept de liberté ?

    Il me vient une pensée qu’est ce donc que la liberté ? Je ne connais pas de réponse autre que d’avoir la possibilité qui m’est donnée de pouvoir choisir. En réfléchissant sur ce monde, il me vient des idées plus ou moins bizarres sur qu’est-ce que Dieu ? Pour certains, ils y voient le principe organisateur de ce monde, maintenant j’ai de gros doutes sur un Dieu tout puissant, ça ne peut exister sans que nous ayons la liberté de se poser des questions sur lui ou aussi de pouvoir nier son existence, personnellement pour moi je crois en un Dieu qui est indécidable, ce qui nous rend libres de penser ce monde il n’y a que le principe, de la Justice une notion transcendante que je retiens comme d’essence divine, mais je me méfie de ces gens qui parlent d’un monde bricolé par un esprit tout puissant, je suis désolé messieurs les créationnistes mais toutes nos visions actuelles, elles sont beaucoup plus complexes et elles ne concernent pas que notre petit monde humain, j’aime penser à des bestiole qui habitent notre même planète et de possibles êtres qui ne sont pas supérieur, ni inférieurs, mais seulement différents, ma liberté, elle est dans les regards que j’ai sur ce monde, il y a ainsi une réalité pleine de questions ! Oui je ne dis pas autre choses que ce que nous voyons, ben ça change et notre monde, il devient de plus en plus complexe par une multitude de choses qui viennent... Je me méfie de ce mot liberté qui est lié à l'argent et à la politique, je me méfie de ces gens du monde politique qui n'ont rien à foutre avec ce mot et l'utilisent pour des concepts politiques et qui le déforment par des dingueries politiques... Non ! Je ne suis ni libéral, ni libertaire, pout moi ma liberté, elle n'est pas dans des politiques qui s'arrangent de faire des chose qu'ils s'autorisent dans des communautés d'intérets

    Paris le 2 juillet 2019

     

     

     

  • Propos sur madame Marie, la dame du ciel

    vierge-de-guadalupe.jpg

    NOTRE DAME DE GUADALUPE UNE ICONE DE LA VIERGE DE L'AMERIQUE DU SUD

    Propos sur madame Marie, la dame du ciel

    Quelques part je suis assez attiré par tous les différents visages de la vierge Marie, mais je n’accepte pas du tout, depuis quelque temps, tous les propos anticommunistes, tous ceux là qu’on lui fait dire aux diverses apparitions, à savoir Fatima en 1917 OUI ! Ça coïncide avec la révolution russe ? ! L’anticommunisme ça marche trop facilement avec des gens du Vatican qui s’opposent aux marxistes…. Des fois je me pose la question, le Vatican et les fascistes, ont ils les mêmes origines ? Vous savez quand je pense à Jean-Paul II, il est trop basiquement anticommuniste et il n’a jamais été proches des pauvres mecs de Pologne tous ces gens trop pauvres qui vivaient à son époque et je ne saurais que dire aussi des réalités sociales de notre époque contemporaine après la chute du mur de Berlin et la fin du bloc soviétique, pour tout vous dire je préfère le pape actuel un certain François qui porte le nom d'un saint très aimé… Ce que je dis sur cet anticommunisme viscéral des curés,  ce sont hélas des choses pourtant bien réelles, je ne sais pas pourquoi cet anticommunisme est-il lié à la vierge ? La vérité, elle est sans doute aussi dans la réalité de l’inégalité des richesses, et sûrement devons-nous voir cette église qui est très argentée ? Oui ! Elle se tait depuis toujours là-dessus ! On ne peut prêcher l’Evangile, dans ce monde qui est beaucoup trop dur, tout en oubliant les pauvres qui vivent dans la rue. Pour moi, l'abbé Pierre, voilà un grand cœur que j'aimais bien !

    Paris le premier juillet 2019

  • Poème d'un temps qui passe

    Poème d'un temps qui passe
      
    J'aime le vent quand il souffle en rafales
    Dans les grands arbres de la grande ville
    Ce vent, il me dit un temps qui varie très vite
    Déjà qu’on nous annonce une grande canicule 
     
    je pense à mes dypladénias qui sont en fleur
    Et aux autres fleurs qui sont aussi bien là
    A savoir Je ne sais pas s'il pleuvra ou non 
    La chaleur, Oui ! Elle peut tuer c'est ce qu'on dit
     
    Le vent est beaucoup trop calme et silencieux
    On va crever de chaud dans un enfer moite
    Parfois je me dis, ils peuvent aussi se tromper
    J'ignore ce que seront demain et après demain
     
    Je sais seulement que j'ai fait quelques réserves
    Deux packs de six bouteilles soient dix huit litres
    Je me moque un peu de moi même on verra bien
    J'espère que ça ce passera plutôt bien cette canicule
     
    Dans ma mémoire du passé, le plus dur c'était la nuit
    Avec trente cinq degrés, dans un lit beaucoup trop chaud
    Il me vient cette idée, d'acheter un ventilateur, pour rafraichir
    Mais  je ne sais pas si ça vaut le coup pour après la canicule
     
    Je me souviens de ce vent dans mon passé déjà lointain
    Il remuait les branches des arbres dans la maison familiale
    Je sais des nuages qui s'agitaient sous les vents de l'été
    J'aimerais peut-être cet orage, celui qui  s'imposera sur la chaleur
     
    Je ne suis pas prophète je sais seulement ces petits riens
    Toujours imprévisibles et qui  passent parfois dans nos vies
    Le ciel qui varie, la canicule annoncée et le vent qui souffle
    Peut être que cette canicule, elle ne sera pas trop infernale
     

    Paris le 24 juin 2018

     

  • Une canicule très chaude qui est annoncée pour mercredi

    Une canicule très chaude qui est annoncée pour mercredi

    Il paraitrait d'après ce que disent les gens de la météo qu'on aura des température frôlant les cinquante degrés dans la région parisienne vers 48 °C enfin en verra ces températures extrêmes c'est très mortifère avec des décès chez les vieux et les malades curieusement ça devrait me concerner, mais là je ne sais pas trop nota bene j'entends dire sur la radui pas mal de choses entre des achats de ventilteurs et le fait que ça n'est pas si simple à comrendre certaines températures, car  avec l'humidité, elles ne sont pas exprimables en degré celsius, ça va être la ruée sur les bouteilles d'eau

    https://www.francetv... ... 03681.html

  • Ça va-t-y ou ça ne va pas ?

    Ça va-t-y ou ça ne va pas ?

    Je chantais parfois très joyeux parce que mon cœur était heureux
    D'autres fois je songeais à de ces choses qui ne sont pas rigolotes du tout
    Mais j'entendais un gamin qui gazouillait et qui blablatait tous ces petits mots
    Mon cœur alors il se rallumait et il voyait ainsi un monde qui sera sans vraie fin
     
    J'étais parfois trop amoureux d'une dame qui me réjouissait le cœur
    Je me retrouvais trop triste de savoir toute son absence très loin de moi
    Mais je savais des amies Ici qui m'écrivaient de ces mots très tendres
    Les mots que je lis, ils sont parfois de grands secours dans ma vie
     
    Je regardais ce ciel de Juin ,très chaud et un ciel  qui est bouché par les nuages
    J'ignore pourquoi je m'inquiétais alors de mon âge et aussi de ce mauvais temps
    J'aimais cette idée de  vouloir me retrouver tout nu dans un ciel chaud et lumineux
    Je rêve parfois de vivre dans une île lointaine avec ces gens, tous nus et proches de la nature
     
    Je tapotais sans grand problème entre toutes ces choses de ma vie trop solitaire
    Je me disais en moi-même quel ennui que de vivre seul et que devant mon ordinateur
    La raison, elle me disait que peut être il me manquait des contacts et des regards
    Alors j'irais me promener en pensant à vous ici et à tous mes amours trop absents

     

    Une lumière qui était dans mon cœur, elle me disait toujours : Bruno Je t'aime !
    Je sais aussi de ces fous médiatiques qui détruisent toutes les  belles histoires d'amours
    Parce que l'amour il ne sera jamais rentable, c'est un don qui est partagé par deux personnes
    La vie partagée, elle reste pleine, de secrets et de douceurs qui ne sont pas vendables

     

    Paris le 2 juin 2019

     

  • Colors of the days

    Colors of the days

    Parfois je rêve de couleurs qui sont diverses et variées
    Ni blanc, ni noir mais des couleurs dans diverses nuances
    Entre du bleu comme  ce ciel qui serait  sans  aucun nuage
    Ou le rouge écarlate d'un sang qui est versé pour la vie

    Mais je ne comprends pas toujours vos couleurs
    Pour moi le noir, c'est le repos d'une nuit calme
    Et le blanc toutes les couleurs possibles du présent
    Je ne sais pas m'inquiéter de demain ! On verra bien !    

    Se projeter dans l'avenir ! Voilà une drôle de pensée
    Je songe souvent que la mort,  ça serait un autre vécu
    Mais je n'ai jamais su comment  il sera, c'est encore à voir
    Il y a un enfant en moi,  et je dis qu'il n'a pas peur du noir

    Dans le ciel  et les étoiles, il y a des myriades de possibles
    Et dans tous  ces possibles, tout là-haut !  Moi je rêve parfois
    D'un lumière bleue dans un monde qui serait  ainsi tout bleu
    Ce n'est jamais que des pensées parmi toute celles que j'ai eues

    Paris le 31 mai 2019 un mois de mai qui finit