Chroniques des temps qui passent

  • Propos sur madame Marie, la dame du ciel

    vierge-de-guadalupe.jpg

    NOTRE DAME DE GUADALUPE UNE ICONE DE LA VIERGE DE L'AMERIQUE DU SUD

    Propos sur madame Marie, la dame du ciel

    Quelques part je suis assez attiré par tous les différents visages de la vierge Marie, mais je n’accepte pas du tout, depuis quelque temps, tous les propos anticommunistes, tous ceux là qu’on lui fait dire aux diverses apparitions, à savoir Fatima en 1917 OUI ! Ça coïncide avec la révolution russe ? ! L’anticommunisme ça marche trop facilement avec des gens du Vatican qui s’opposent aux marxistes…. Des fois je me pose la question, le Vatican et les fascistes, ont ils les mêmes origines ? Vous savez quand je pense à Jean-Paul II, il est trop basiquement anticommuniste et il n’a jamais été proches des pauvres mecs de Pologne tous ces gens trop pauvres qui vivaient à son époque et je ne saurais que dire aussi des réalités sociales de notre époque contemporaine après la chute du mur de Berlin et la fin du bloc soviétique, pour tout vous dire je préfère le pape actuel un certain François qui porte le nom d'un saint très aimé… Ce que je dis sur cet anticommunisme viscéral des curés,  ce sont hélas des choses pourtant bien réelles, je ne sais pas pourquoi cet anticommunisme est-il lié à la vierge ? La vérité, elle est sans doute aussi dans la réalité de l’inégalité des richesses, et sûrement devons-nous voir cette église qui est très argentée ? Oui ! Elle se tait depuis toujours là-dessus ! On ne peut prêcher l’Evangile, dans ce monde qui est beaucoup trop dur, tout en oubliant les pauvres qui vivent dans la rue. Pour moi, l'abbé Pierre, voilà un grand cœur que j'aimais bien !

    Paris le premier juillet 2019

  • Poème d'un temps qui passe

    Poème d'un temps qui passe
      
    J'aime le vent quand il souffle en rafales
    Dans les grands arbres de la grande ville
    Ce vent, il me dit un temps qui varie très vite
    Déjà qu’on nous annonce une grande canicule 
     
    je pense à mes dypladénias qui sont en fleur
    Et aux autres fleurs qui sont aussi bien là
    A savoir Je ne sais pas s'il pleuvra ou non 
    La chaleur, Oui ! Elle peut tuer c'est ce qu'on dit
     
    Le vent est beaucoup trop calme et silencieux
    On va crever de chaud dans un enfer moite
    Parfois je me dis, ils peuvent aussi se tromper
    J'ignore ce que seront demain et après demain
     
    Je sais seulement que j'ai fait quelques réserves
    Deux packs de six bouteilles soient dix huit litres
    Je me moque un peu de moi même on verra bien
    J'espère que ça ce passera plutôt bien cette canicule
     
    Dans ma mémoire du passé, le plus dur c'était la nuit
    Avec trente cinq degrés, dans un lit beaucoup trop chaud
    Il me vient cette idée, d'acheter un ventilateur, pour rafraichir
    Mais  je ne sais pas si ça vaut le coup pour après la canicule
     
    Je me souviens de ce vent dans mon passé déjà lointain
    Il remuait les branches des arbres dans la maison familiale
    Je sais des nuages qui s'agitaient sous les vents de l'été
    J'aimerais peut-être cet orage, celui qui  s'imposera sur la chaleur
     
    Je ne suis pas prophète je sais seulement ces petits riens
    Toujours imprévisibles et qui  passent parfois dans nos vies
    Le ciel qui varie, la canicule annoncée et le vent qui souffle
    Peut être que cette canicule, elle ne sera pas trop infernale
     

    Paris le 24 juin 2018

     

  • Une canicule très chaude qui est annoncée pour mercredi

    Une canicule très chaude qui est annoncée pour mercredi

    Il paraitrait d'après ce que disent les gens de la météo qu'on aura des température frôlant les cinquante degrés dans la région parisienne vers 48 °C enfin en verra ces températures extrêmes c'est très mortifère avec des décès chez les vieux et les malades curieusement ça devrait me concerner, mais là je ne sais pas trop nota bene j'entends dire sur la radui pas mal de choses entre des achats de ventilteurs et le fait que ça n'est pas si simple à comrendre certaines températures, car  avec l'humidité, elles ne sont pas exprimables en degré celsius, ça va être la ruée sur les bouteilles d'eau

    https://www.francetv... ... 03681.html

  • Ça va-t-y ou ça ne va pas ?

    Ça va-t-y ou ça ne va pas ?

    Je chantais parfois très joyeux parce que mon cœur était heureux
    D'autres fois je songeais à de ces choses qui ne sont pas rigolotes du tout
    Mais j'entendais un gamin qui gazouillait et qui blablatait tous ces petits mots
    Mon cœur alors il se rallumait et il voyait ainsi un monde qui sera sans vraie fin
     
    J'étais parfois trop amoureux d'une dame qui me réjouissait le cœur
    Je me retrouvais trop triste de savoir toute son absence très loin de moi
    Mais je savais des amies Ici qui m'écrivaient de ces mots très tendres
    Les mots que je lis, ils sont parfois de grands secours dans ma vie
     
    Je regardais ce ciel de Juin ,très chaud et un ciel  qui est bouché par les nuages
    J'ignore pourquoi je m'inquiétais alors de mon âge et aussi de ce mauvais temps
    J'aimais cette idée de  vouloir me retrouver tout nu dans un ciel chaud et lumineux
    Je rêve parfois de vivre dans une île lointaine avec ces gens, tous nus et proches de la nature
     
    Je tapotais sans grand problème entre toutes ces choses de ma vie trop solitaire
    Je me disais en moi-même quel ennui que de vivre seul et que devant mon ordinateur
    La raison, elle me disait que peut être il me manquait des contacts et des regards
    Alors j'irais me promener en pensant à vous ici et à tous mes amours trop absents

     

    Une lumière qui était dans mon cœur, elle me disait toujours : Bruno Je t'aime !
    Je sais aussi de ces fous médiatiques qui détruisent toutes les  belles histoires d'amours
    Parce que l'amour il ne sera jamais rentable, c'est un don qui est partagé par deux personnes
    La vie partagée, elle reste pleine, de secrets et de douceurs qui ne sont pas vendables

     

    Paris le 2 juin 2019

     

  • Colors of the days

    Colors of the days

    Parfois je rêve de couleurs qui sont diverses et variées
    Ni blanc, ni noir mais des couleurs dans diverses nuances
    Entre du bleu comme  ce ciel qui serait  sans  aucun nuage
    Ou le rouge écarlate d'un sang qui est versé pour la vie

    Mais je ne comprends pas toujours vos couleurs
    Pour moi le noir, c'est le repos d'une nuit calme
    Et le blanc toutes les couleurs possibles du présent
    Je ne sais pas m'inquiéter de demain ! On verra bien !    

    Se projeter dans l'avenir ! Voilà une drôle de pensée
    Je songe souvent que la mort,  ça serait un autre vécu
    Mais je n'ai jamais su comment  il sera, c'est encore à voir
    Il y a un enfant en moi,  et je dis qu'il n'a pas peur du noir

    Dans le ciel  et les étoiles, il y a des myriades de possibles
    Et dans tous  ces possibles, tout là-haut !  Moi je rêve parfois
    D'un lumière bleue dans un monde qui serait  ainsi tout bleu
    Ce n'est jamais que des pensées parmi toute celles que j'ai eues

    Paris le 31 mai 2019 un mois de mai qui finit

  • Un Haïku

     

     

    Un Haïku

    Savoir se taire
    Et laisser aller les vies
    Celles qui viennent

    Paris le  21 mai 2019

  • Souvenirs, dun ange 2

    Souvenirs, d'un ange...

    C'était hier, il y a longtemps et nous allions sur des chemins reculés
    Nous osions aller nous promener tous les deux très loin de la route
    Où nous cueillions des fraises rouges et des framboises sauvages
    Après avoir longuement marché sur des chemins boueux et sinueux

    Quelques lapins ou quelques lièvres nous narguaient puis ils fuyaient
    La nature qui sentait la bruyère ou le chèvrefeuille, des odeurs si particulières
    Nos jambes nues marquées et striées par les ronces et les piqures d'orties
    Tu avais la simplicité de la bonne amie, car tu n'étais pas encore désirable

    Même si en moi j'avais une grande affection pour toi comme ma copine
    C'est un jour passé certes, mais un jour sans de grands problèmes de vie
    J''étais encore un enfant, toi tu étais-celle là en qui j'avais la confiance
    je n'imaginais pas tes gambettes de femmes comme des choses désirables

    Nous étions tous les deux, tout aussi fragile et tout aussi stupidement innocent
    ces récoltes de fruits cueillis nous, les partagions, je savais ton goût pour les fleurs
    Ces fleurs, elles nous disaient notre avenir, tous nos amour et si nous étions aimés
    Je n'étais pas un ange mais le sexe ne me tourmentait pas et nous avions confiance

    Peut être un jour serais tu ma femme et nous ferions des enfants, c'était à voir
    Longtemps je me pris pour un ange et non en ce temps là je ne voyais pas tous tes appas
    Certes tu n'étais pas un garçon mais pour tes seins ton corps et tes hanches
    Notre puberté n'étais pas encore arrivé j'étais un petit garçon et toi une petite fille

    Je n'oublie pas l'innocence de cette période et tous les chemins vicinaux du passé
    Nos bleus aux corps, nos souvenirs heureux entre des griffures et de bons souvenirs
    Un vieux monsieur se dit qu'autrefois, ce n'était pas une histoire de cœur ou de cul
    Le désir ça s'apprend, notre monde, c'est ce désordre de la juste expression du désir

    Dans les faits non je ne suis pas vraiment un ange, mais un homme ordinaire
    Vous savez ce désir ça me travaille souvent sans me laisser vivre tout seul
    J'ignore pourquoi certaines choses, elles me travaillent, ma sexualité est en panne
    La Bandaison ça ne se commande pas ! J'ai juste des désirs dans quelques regards

    Et Oui! Moi! J'aime regarder les jolies dames toute nues sur mon ordinateur
    Je sais parfois faire des compliments à des jolies filles, celles-là que je vois !
    Je pense là ! à cette jolie fille noire que j'aie vue et que j'ai regardée ce matin
    Mais je sais toutes ces femmes; qui ne seront jamais; dans ma vie et dans mon lit

    Dans le temps du passé je me savais innovent et hélas beaucoup trop démuni
    S'Il était alors question de se fixer et de vivre avec une seule... Non ! Pas possible!
    Je n'ai jamais oublié une dame qui est venue vers moi, pour une histoire de sexe
    Je sais aussi qu'au même moment, j'avais un gros problème dans les débuts de ma carrière

    Le Bruno il vous aime certes mesdames ! Mais je me sens devenu vieux !
    Vous savez le désir, certes ce n'est pas une mécanique, mais c'est assez calme
    J'écris des kilomètres de choses sur l'amour! Deviendrais-je son rentier ?
    Dans ma jeunesse ! Oui je me sentais très libre, très aimé et aussi très disponible

    Paris 7 mars 2016 et dernière partie les 4 derniers quatrains 20 mai 2019

    Souvenirs d un ange 02souvenirs-d-un-ange-02.mp3 (4.5 Mo)

    Un peu plus ironique avec tous les défauts d'un robot qui se trompe sur les mots

    Souvenirs d un angesouvenirs-d-un-ange.mp3 (713.47 Ko)

  • Des questions...

    Des questions...

    Y avait-il une réponse qui soit simple à la question?
    Vous savez, cette question bizarroïde qui nous interpelle
    Est ce que Dieux plus Dieux cela faisait-il  bien Quiatre ?
    Et ta mère, celle qui t'a élevé, était-elle vraiment une bonne mère ?

    Dans le silence de ma  vie sereine, je savais un calme repos
    Je me dis qu'il faut savoir oublier toutes ces questions idiotes
    Et Redevenir un vrai sage en oubliant les problèmes trop idiots
    Ou bien savoir enfin c'est toujours vrai dans nos petites vies

    Oui Les enfants, ils  ne se posent pas vraiment de questions
    Ils regardent vivre  leurs parents et parfois ils les interpellent
    Je suis maintenant, devenu hélas un vieux machin trop abimé
    Mais j'ai aussi appris à écouter les autres, ceux qui m'entourent

    Parfois je subis Des brimades par ce que je ne plais pas
    À ces affreux des médias politiques  et de la publicité ciblée
    Mais je me dis: Inventera-t-on un jour une vraie démocratie
    Où le pouvoir il sera  vraiment partagé par nous tous

    Le vieux machin, il ne sait pas vraiment  s'il va bientôt voter
    Car j'ignore qui fait quoi et surtout les idées données par les élus
    On me traite d'affreux Nazis par ce que moi je n'y crois plus
    Sans être un nazi, Non  je n'aime pas cette époque du fric

    Le vieux gamin que je suis  parfois il rêve de belles choses
    Comme d'une grande  fraternité, et d'une vraie égalité
    Mais de nos jours il est encore plus dur de croire à la liberté
    Je sais trop de pouvoir politiques  ceux dans tous les médias

    Il faudrait ! C'est sûr ! Revoir notre constitution  démocratique
    Et demander aux riches un vrai partage de ces richesses immenses
    Vous savez J'ai du mal à vivre dans ce monde des banquiers
    Jésus qui disait autrefois  qu'on ne peut servir deux maitres

    L'argent qui achète les âmes et qui  les détruit, en les ignoranT
    Mon banquer se souciera-t-il un jour qui vient de mon vécu
    Entre  tout ce que j'aime et ce que valent tous mes beaux rêves
    La matière c'est bien ce truc bizarre qui se vend et se manipule

    De nos jour Le Jésus, il serait sûrement  étiqueté communiste
    Et aucun religieux, dans les institutions ne lui ferait un bon asile
    L'argent qui tue les vies, c'est bien une réalité tristement matérielle
    Je ne sais pas à quoi rêve un banquier sinon des cours de la Bourse

    L'écologie cette chose qui parle de la nature, mais elle est mal comprise
    Mais peut-on parler des diverses choses qu'elle étudie et qu'elle préserve
    Les orangs-outangs, ils ont  sûrement cette chance de pouvoir être mis en avant
    Qui parlera de ce petit oiseau  et de ces insectes qui disparaissent

    Parfois je ne sais que dire je sais trop de ces chose pas sympathiques
    Le futur, il ne m'appartient pas, demain il échappe à ma vie trop simple
    Un gamin qui vit maintenant cela est une vie que je ne connaitrais pas
    Il n'ya pas de raisons que je me plaigne pour cette vie parfois fatiguée

    Il y a des milliards de possibles et je me dis qu'ils m'échappent tous
    Nous n'écrivons rien de ce que nous devrions écrire, La bourse pour horizons
    Il ya mille manière de rêver nos lendemains, mais Il y a peu de politique pour demain
    J'aime rêver des étoiles mais je sais des réalités qui sont bien trop matérielles

    Paris le 11 mai 2019

  • Le temps qui passe...

    Le temps qui passe

    Il était à peu près midi, qui sonnait à la vieille pendule
    Ces quelques douze coups, qui lentement se suivent
    J'écoutais ces sons, qui doucement, ils tintinnabulent
    J'écoutais en rêvant, sonner ces cloches, très furtives

    Le ciel, il était à l'heure, un soleil qui était déjà haut
    Et quelques nuages blancs, mois de mai, pas très chaud
    Les jours qui se suivent, mais parait-il que ça se réchauffe
    Je ne savais dire sur ce temps, qui est vu comme une étoffe

    Les bijoux du temps, ils s'éclairaient de nos presque-riens
    Je savais ainsi l'heure exacte, où tu me disais : Bruno ! Tu viens !
    Ce sont nos amours immortels, qui transforment notre vie commune

    Comment te dire, tous mes petites choses, et cela en ne pensant qu'à toi
    Je savais bien un temps passé, celui où j'étais un dieu inconnu, ou un petit roi
    Mais je me disais aussi, toutes ces choses, alors que vive toute la fortune

    Paris le 11 mai 2019 La sainte Estelle

  • Quelques propos sur la politique actuelle

    Quelques poposs sur la politique actuelle

    Je me suis fait traité de nazi par une dame bien pensante avec une culture de socialiste, cela de par le fait que j'avais du mal à croire à nos hommes politiques quand ils disent qu'ils sont socialistes ou bien des gens de la droite classique... Je vois certains communistes en Russie qui traitent basiquement de fascistes tous ceux qui ont le malheur de s'opposer à eux... Bref il ne me reste cette pensée qui est de croire encore à un humanisme non autoritaire et qu'il soit capable de gérer l'argent, J'aimerais assez un parti qui soit réellement socialiste, c'est basé sur un concept keynésiens et non pas une gestion par tous ces opportunistes friqués qui sont ceux des années post Mitterrand... Nota Bene  à que que je sache monsieur Macron notre président actuel il ne représente que 21% des électeurs, et il a été élu avec 60% d'abstentions

    Paris le 9 mai 2019