ATTENTE SOLEIL D'AUTOMNE

ATTENTE SOLEIL D'AUTOMNE

Messieurs, je n'attends plus rien de vous,
Ni de votre autorité,
Une vérité trop commune
Ni des Maîtres penseurs

Qui bavardent dans les médias,
Je n'attendrais jamais rien
De ces économies trop égoïstes,
Qui n’intéressent que les banquiers

Je vois votre avenir
Comme un grand vide,
Un vrai manque de choses humaines
C’est bien votre néant qui vient,

Car il est sans la projection de vos rêves,
Il ya dans les fait votre incapacité
À pouvoir être vraiment humain,
Et aussi toute votre incapacité d'aimer,

Je vois la vie qui va et qui vient
Comme étant la seule nécessité,
Non ! Je n'attends plus rien de vous,
Car autrefois Vous m'aviez trop promis

Cet aujourd'hui, qui est  trop fatigué
Je n'attends que la mort de vos projets,
Vous savez, je vous dis  Je n'espère plus
Que dans la vraie justice pour tous,

Mais Je m'attends à être nourri de vos rêves,
Hélas ! Je n'attends plus dans les choses courantes
Que la seule réalisation de vos cauchemars,
Je n'attends plus rien de vos potentielles virtualités,

J'attends pour demain le grand soir,
Pour encore pouvoir rêver sans vous,
Et pour toujours espérer, un monde meilleur
Je n'attends plus rien de vos éventuelles révolutions,

Oui ! Je n'attends rien des poètes appointés
Et j'attends encore des jacasseurs de fleurs,
Je serai le chien qui vous mordra,
Apprenant la révolte dans sa vie

Mon bon maître celui qui gouverne
Je n'attends plus rien de vous,
Et je n'aurais rien venant de vous,
Et vous savez, nous aurons tout

Et vous, mon bon maître,
Vous serez qu'une vieille histoire
D’un passé révoqué, sans reliquats

J'attends tout de demain,
Oui  mes lendemains qui viennent
Ils se feront sans vous et vos rêves

J'attends !

Bruno Quinchez Paris le 13 décembre 1997 Ste Lucie
Et rajouts Paris le 29 Novembre 2019

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire