Des propos sur le temps en poésie

 

 

 

 

Des Propos sur le temps en poésie
 
Contrairement à ce que nous disait autrefois
Monsieur Jean-Pierre Rosnay...il y a urgence
Dans son monde, il reconstruisait son histoire
Les poètes pour lui, c'était des gens extraordinaires
 
Et Ils devaient sans doute faire un monde meilleur pour demain
Et quelques politiciens qui venaient aux spectacles du club des poètes
Car ils croyaient que les poètes ils font de la politique
La résistance a crue dans certains poètes face aux nazis
 
Désolé pour jean Pierre les politiciens qui venaient
Ils ne sont que des bavards, et pas vraiment des purs
J’aimais Marcelle qui nous disait des poètes du passé
Savoir cette choses que la poésie, elle n'est pas une technique
 
Moi ! Je vous dis : Non ! Il n'y a pas vraiment d’urgence...
Il faut le temps qui varie, pour aimer sentir les vents frais
 S’apercevoir qu’une lumière diffuse, elle est parfois aimée
 Ce sourire que parfois la vie nous esquisse dans des riens
 
De nos jours, je sais beaucoup trop de connexions
De ces folies, dans les choses lues et des publicités
Je vis dans un monde qui est sans la réalité de la nature
J'ignore parfois toutes ces choses de l'ordinaire rural
 
J'aime la douceur du vent frais, celle du printemps
Je regarde fleurir chez moi les fleurs qui sont en pot
Peut être ! Ne pas savoir les quatre saisons qui passent
La campagne qui me disait plein de choses sur la nature
 
Et parfois je sais tous les fruits plus ou moins sucrés qui murissent
Et qui parfument par leurs arômes les feuilles d’automne
Pouvoir rallumer le feu dans la cheminée de ses rêves
Alors laisser les flammes nous fasciner par leurs danses
 
Et là ! Devant l’âtre dans un songe qui soit paisible,
Alors écrire un poème sur ces flammes qui bougent
Celles- là qui éclairent la salle où vous êtes,
Vie de campagne, loin du Paris trop urbain
 
Tout en abandonnant l’ordinateur connecté
Laisser la rêverie, me dicter un poème
Je redoute parfois les propos d'internet
Et je sais que j'aime cette douceur d’automne

 
Bruno Quinchez Paris le 2 juin 2020

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire