Le temps qui passe...

Le temps qui passe

Il était à peu près midi, qui sonnait à la vieille pendule
Ces quelques douze coups, qui lentement se suivent
J'écoutais ces sons, qui doucement, ils tintinnabulent
J'écoutais en rêvant, sonner ces cloches, très furtives

Le ciel, il était à l'heure, un soleil qui était déjà haut
Et quelques nuages blancs, mois de mai, pas très chaud
Les jours qui se suivent, mais parait-il que ça se réchauffe
Je ne savais dire sur ce temps, qui est vu comme une étoffe

Les bijoux du temps, ils s'éclairaient de nos presque-riens
Je savais ainsi l'heure exacte, où tu me disais : Bruno ! Tu viens !
Ce sont nos amours immortels, qui transforment notre vie commune

Comment te dire, tous mes petites choses, et cela en ne pensant qu'à toi
Je savais bien un temps passé, celui où j'étais un dieu inconnu, ou un petit roi
Mais je me disais aussi, toutes ces choses, alors que vive toute la fortune

Paris le 11 mai 2019 La sainte Estelle

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire