Merci !

 

 

 

Merci !

Merci ! C'est assez gentil comme réponse
Et c’est, je vous le dis, toujours plutôt sympathique
Que d'être comparé à de grands bonshommes,
Je ne sais pas, si un jour je serais un grand

A vrai dire, il est plutôt vrai que là je subis
De nos jours et cela  hélas depuis un bout de temps
C'est une trop grande solitude de vieux mecs,
Vous savez ! J’évite maintenant les lieux publics

Des lieux où les poètes, ils discutent
Et de ces endroits où ils disent leur textes,
Moi je vous dis : Je n’existe que par le net !
Des endroits connectés, que je fréquente assidument

Il y a entre autres ce site littéraire Atramenta
Et aussi d’autres sites comme Toute La poésie
Mais moi je vais aussi sur mon propre site de blog
Où je sais très bien que je suis beaucoup lu

Parfois je me dis en me relisant, ainsi en moi-même
Sans doute je pourrais peut être, être beaucoup plus connu
Mais j'évite La publicité et je préfère rester silencieux
Il y a peut être ce grands désir et de vraies tranquillités,

Non ! Je n’ai pas envie d’avoir la grosse tête
Alors vous savez, je me dis que je m’en fous un peu...
Nota Bene, Il y a un fait, j'évite les réseaux sociaux
Et tous ce monde des bavard impénitents et terribles

Oui ce sont des lieux qui sont beaucoup trop bavards
Où il y a toutes les rumeurs possibles et répétées,
Celles-là qui ont souvent cours et cela trop facilement...
Il y a plus de mille manières de dire n’importe quoi

Vous savez déjà dans les années quatre-vingt,
Il y a une dame qui me draguait comme poète
pour que j'entre dans sa boite de Publicité et que je me vende
Des mots choisis pour son équipe de vendeurs en pub

Etre vu par elle, comme le créatif de nouveaux slogans,
Non moi ! Je n'ai pas du tout apprécié du tout ce truc là,
Non ! Je ne vends pas toute ma poésie ! Oui ! Je la vis
Faire quelques babillages, et ne pas être toujours sérieux

j’ignore ce que je deviendrais après ma vie qui passe,
puis je vous encore merci pour les comparaisons
Les grands hommes, ils demeurent bien connus
Les poètes célèbres, ils nous parlent et ils revivent

Bruno Quinchez Paris le 26 septembre 2019

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire