Mon ordinaire...

 

 

 

Mon ordinaire...

Là ! J’ai une envie de cigare ! Oui ! Je me remets ainsi à fumer
Le sixième cigare d’une boite de dix, que j’ai achetée il y a quinze jour
Je fume très modérément ,juste pour un petit plaisir, que j’assume
Tabac de Sumatra, avec un mélange de tabac cubains, ça passe bien

Des petits plaisirs, dans un monde assez merdique ! J’ai aussi la chiasse
Ce n’est pas très poétique, mais je m’en fous ! C’est là tout mon ordinaire !
Cet après midi, il y a eut un petit orage, avec des coups de vents assez forts
J’ai eu deux pots de fleurs qui se sont renversés, Pas de problème je les a remis droits

Je n’ai plus envie d’écrire, de la poésie, alors je parle de mon ordinaire
Je ne suis pas vraiment un ange, je vis mal ma solitude de vieux mec
Peut-être l’ordinaire, je parle de nos vies, la mienne ou bien les vôtres, Ici sur TLP
J’ai mon cigare qui s’éteint et là je craque une allumette pour le rallumer

Il y a des petits plaisirs ordinaires, dune vie de mec, trop tranquille et sans gadgets
Avant j’aimais beaucoup écouter de la musique, maintenant je m’ennuies à l’écoute
Le cinéma ? Non! ça fait vingt ans que je n’ai pas vu un seul nouveau film, quelques soient ils
Je sais le plaisir d’écrire, et j’ai dû faire de très nombreux poèmes ! Mais non ! Je ne sais pas

Je crapote la fumée de mon cigare, en lisant ce que j’écris, sur mon ordinateur
Il est assez dingue de parler de poésie ,quand on parle de l’ordinaire de son vécu
Là je rigole peut-être ! Et je fume à nouveau mon cigare, avec de petites aspirations
Il ne s’éteint plus ! J’ai trouve le bon rythme pour le fumer ! Cela tout en écrivant

Un gamin écrit des poésies, et puis il vieillit, il travaille alors plus, tous ses poèmes
Le vieux gamin que je suis, il se met à causer de son ordinaire, une bouffée
Je ne sais pas si je sui sérieux, en écrivant ce texte ! Est ce bien un poème ?
Le soir qui se couche, des nuage blanchâtres dans le coucher de soleil

Le cigare est encore allumé, mais je trouve qu’il y a un gout qui ne me plait pas
A force de crapoter le goudron, il s’accumule et il n’y a pas de filtres dan ce cas
Je n’aime pas trop les cigarettes ! Peut-être vais-je arrêter de le fumer et le laisser ?
La poésie parait il, C’est un monde qui s’ignore et qui parle d’un autre monde

La nuit est tombée, c’est maintenant les soirs de l’automne, le cigare il fume
Je n’ai pas d’enfant, mais j’aurais aimé souhaiter son anniversaire à un de mes neveux
Trente ans pour lui et soixante-dix ans pour un de mes frères qui est maintenant mort
Il parait aussi que la Chine souhaite les soixante-dix ans de la Chine de Mao-Tsé-toung

Mon cigare est éteint, je ne le rallumerais pas, il a fait son temps de cigare
Je vais poster ce texte, sur Toute La Poésie... y verrez-vous un poème ?
La seule chose que je sais, c’est que j’écris trop facilement, c’est là toute ma vie de poète
Un jour qui vient ou je ne sais pas, peut être que Je me tairais et que je n’écrirais plus

Bruno Quinchez Paris le premier Octobre 2019
 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire