Billets de bruno-quinchez

    • Bruno Quinchez
    • Retraité sans occupation
    • Paris

Centres d'intérêts : Tout et rien, j'ai vu tant de choses

Citation préférée :

Le Net est éphèmère...Le copier-coller reste de la bouillie de tchatches pour idiots formatés

  • Quelques Haïkaïs

    Quelques Haïkaïs

    Je me disais bien
    Que je vais ne rien dire
    Et puis non en fait !

    Octobre est là
    Triste automne pluvieux
    Mais c'est très normal

    Là ! Je m'achète
    Des gros pull-overs épais
    Mais j'ai aussi froid

    Je ne sais pas si
    Demain, il sera affreux
    Je vois des anxieux

    L'avenir qui vient
    ça sera plus pour nous autres
    Des histoire morales

    Les écolos disent
    Des trucs pas très sympas
    Sur la réalité

    Je ne sais pas bien
    Si demain qui vient là
    Sera sans Maffia

    Bruno Quinchez Paris le 20 octobre 2019

  • Le Berger... Francis Blanche

    Le Berger...

    Le berger écoute le vent
    Le berger compte les étoiles
    Le berger regarde le temps
    Grisailler son manteau de toile

    Le berger confie son troupeau
    A l'épaule de la montagne
    Le berger joue de son pipeau
    La voix du torrent l'accompagne

    Mais par les longues nuits d'été
    Couché, seul, sur le dos, dans l'herbe
    Compagnon de l'éternité
    Le berger
    Le berger

    S'emmerde...

     

    Francis Blanche

    .

  • Poème Pessimiste...

     

     

    Poème pessimiste

    Je ne sais pas si un jour,
    Mes poèmes que j'écris, ils seront lus,
    Dans des recueils de papier,
    Et qu'ils soient parus chez de grands éditeurs

    Oui c'est le résultat banal
    D'un manque de pouvoir, celui que je n'ai pas
    Celui d'un lancement irrésistible,
    Dans une grande campagne de publicité

    Il est plus dur de se faire connaitre,
    Chez les rentiers lecteurs
    Des gens, qui sont plus ou moins friqué
    Et qui ne vous lisent jamais

    Mais d'autres livres qui doivent  être lu
    Parce qu'ils l'ont entendu dire
    Dans des médias assez puissants,
    Et qui sont plein de choses trop convenues

    L'écriture ? Parfois il paraitrait
    Que ce sont ces choses incroyables
    Un gamin qui lit, il ne sait pas toujours,
    Qui a écrit les choses qu'il aime

    Je sais trop d'adultes, dont on forge
    La manière de comprendre le monde
    Il n'y a pas plus de philosophie là dedans,
    Mais ce n'est que ce rien des médias

    Il faut et yaka ! Ce sont bien là
    De ces choses de mon vécu de poète
    Mais j'ignore aussi tellement
    Des ces choses vendues dans une économie réelle

    Je ne sais pas si le poète que je suis,
    Il est pertinent ou il est trop impénétrable
    Mettons le temps qui vient
    Comme un truc qui soit totalement imprévisible

    Dans le ciel !  Je sais des milliers
    D'étoiles diverses et qui rigolent très fort
    Irons-nous les voir ? Nous les hommes !
    Ces petits hommes assez prétentieux

    Il faut et yaka, ceux- là,
    Ils restent des vérités d'humains, sans  avoir de vraies visions
    Le monde est trop grand,
    Et je me dis aussi que nos politiques, ils sont des irresponsables

    Qui donc oserait parler de ces choses,
    Celles que disent, nos écologistes bien trop angoissés
    Comment croire ! Soit au paradis ou soit à l'enfer !
    Dans un monde beaucoup trop matériel

    J'écris ce poème maintenant en espérant être lu,  
    Dans un avenir  qui sera beaucoup plus serein
    Demain ne nous appartient pas !
    Et vous les lecteurs du futur ! Sachez toute ma tendresse

    Bru no Quinchez  Paris le 19 octobre 2019

  • Quelques arbres plantés par mon père et ma famille

    Photo 1685Photo 1694Photo 1695Photo 1696Photo 1697Photo 1698Photo 1699Photo 1700Photo 1701Photo 1702Photo 1703Photo 1704

    Vous savez ! Là ils parlent de végétaux plutot banals
    Comme les prairies, les broussailles et toutes les cultures
    Dans nos imaginaires, nous rêvons tous, de planter un seul arbre
    Que nous espérons voir grandir, et se développer sans problème
     
    Que dire de ces arbres, qui ont été plantés par notre famille
    Je souris ! Mais je sais bien une dizaine de grands arbres
    qui ont été plantés par mon père, Il y a bien trente ans
    Mon pauvre père, qui n'est plus là depuis 18 ans
     
    Brunô Quinchez 18 octobre 2019

     

  • Jacques Brel une vidéo assez Poétique

    J'aime beaucoup Jacques Brel
    Mais le voir là, sur la scène dans une Vidéo
    C'est un tout autre monde à voir
    Avec la gestuelle du grand Jacques Brel

    C'est différent de ce qu'on écoute
    Les mimiques de Brel c'est assez étonnant
    Merci Emrys de Toute La Poésie
    De nous rappeler ces choses là

    Bruno Quinchez Paris le 17 octobre 2019

  • Il faut Libérer les vaches!

    Atom heart mother

    Atom Hearth Mother de Pink Floyd

    Il faut Libérer les vaches

    Je voudrais parler comme le dirais un indien celui des indes ou peut être l'amérindien de mes rêves, cela c'est mon inquiétude de voir toute nos vaches réduites à devenirs des machines à produire le lait, vous connaissez sans doute des élevages de porcs, où les porcs vivent avec un minimum de place et des conditions d'hygiène effroyables, là on veut mettre mille vaches en batteries pour produire, du lait et du méthane, oui! J'ai bien dit du méthane, une vache chie dans sa vie des tonnes de bouses et de géniaux ingénieurs, ils en ont conclut que la bouse de vache c'est la nouvelle ressource énergétique ! Vous croyez que je rigole ? Mais vérifiez bien! Toujours est-il que la brave vache de nos campagnes, elle va vivre dans un enfer productiviste avec la traite en continu, dans une stabulation sans liberté, pour fabriquer du lait qui sera sûrement de mauvaise qualité, cela vu les conditions de vie de ces pauvres vaches, on nous serine et on nous fait la morale avec les antibiotiques, les élevages tous confondus ils consomment 90% de la production d'antibiotiques,  de plus la productions de lait en stabulation, ça va faire des vache stressées, blessées par leurs stabulations forcées, avec des maladies due à leur manque d'espace, la maffia elle tue tout ce qu'elle touche là le marché du lait

    Bref il faut libérer les vaches !  Celles-ci, elles vous remercieront en donnant de nouveau une nourriture saine et non polluée

     

  • Propos sur le CO²

    Propos sur le CO²

    J'entends sur ma radio des écologistes qui disent une vérité qu'il faut changer de vision sur le CO² comme un déchet, mais qu'il faut y voir une possible ressource pour les plantes, je sais c'est pas facile à comprendre, c'est une vérité trop mal comprises, certes produisons moins de CO², mais surtout sachons le recycler

    Bruno Quinchez Paris le 14 Octobre 2019

  • Quelques aphorismes octobre 2019

     

     

     

    Quelques aphorismes octobre 2019

    A force d'écrire il me vient des mots plus ou moins cohérents, mais leurs assemblages plus ou moins hasardeux, il donne de ces choses assez poétiques

    Danièle Messia, une dame de mon passé que j'aime bien de nos jours pour ces chanson ? Mais m'a-t-elle vraiment connue ? Je ne sais pas vraiment! à part certaine paroles qu'elle dit dans ces chansons

    Dieu pour moi c'est surtout l'idée d'un partage entre tous et que ce Dieu il aime toutes les vies quelques soient elles

    En 1972 à Talence Gironde, j'ai eu, un coup de foudre pour une dame et j'en suis resté longtemps amoureux, mais je ne sais rien de ce qu'était cette dame, Je sais aussi cette peur que je suscite quasiment tout le temps avec ma dinguerie. Alors était-ce un ange qui m'a parlé avec la lumière dans ses yeux ?

    Faire silence ou savoir se taire cela permet de contempler sans tous les bavardages

    Je ne sais pas si un jour nous irons hors de notre petite planète, Il ya un fait que nous sommes de super prédateurs qui avons beaucoup abimé notre planète

    J'ignore parfois si je dois me taire, je sais trop de choses qui viennent sans doute d'un monde télépathique et il ya plein de trucs qui sont dans ma tête, on me compare à un Mandarin chinois, ça me fait sourire, mais ma vie, elle est sans empereur mais des hommes trop ordinaires

    La philosophie c'est cette croyance bizarre, qu'en mettant des mots sur ce monde ou nous vivons avec ces mots nous le comprendrons mieux,

    La poésie Quesaquo ? Je connais une multitude de poètes, avec autant de poésies

    La Véritable puissance de l'argent, c'est avant tout son pouvoir corrupteur, Un pouvoir qui annihile toutes les idées politiques plus ou moins généreuses

    La vérité Quesaquo ? Voilà une belle question ! Je pense que si il ya une vérité, c'est un partage entre tous

    L'au de-là je ne le connais pas ! Il m'est arrivé de faire quelques petites expériences de pensées, où j'oubliais ce monde et mon corps... La seule chose qui m'a remis dans cette réalité quotidienne, c'est la pensée télépathique d'une voix que j'entendais

    Les disparus, bref tous les gens proches qui sont morts, je ne sais quel est leurs propres monde je crois profondément que leurs au de-là, Il est fait avec leurs propres croyances

    Les histoires de prévisions de la climatologie et ses températures élevées, je ne sais que dire! Je sais aussi que de nos jours la terre est bien abimées par des histoires de sous un peu partout
     
    Ma sœur Marie Christine elle fête ses soixante neuf ans aujourd'hui, comment perçoit-elle cet âge qui évolue? Perso je me sens vieux, quoique je sois plus jeune qu'elle

    Mon Père et ma mère, ils me regardent sur une photo faite autrefois, je me souviens d'eux mais ils me manquent

    Pour le paradis je l'imagine incarné dans un repas commun qui est partagé par des amis et des gens que j'aime, cela un peu comme la cène évangélique et les disciples autours de Jésus

    Pour moi il y a autant de philosophes que d'humains

    Pour moi, L'enfer c'est croire que demain est écrit irrémédiablement, cela n'en déplaise à certains croyants qui croient certaines prophéties

    Qu'est ce que notre science elle est capable de faire, Je pense qu'elle peut tout faire mais il ya des réalités de l'économie trop gourmande qui nous font éviter certains trucs, le voyage dans l'espace temps en est le meilleur exemple

    Zigma zizyphe zieute le zizi des zinzins zazou

    Bruno Quinchez Paris le 13 octobre 2019

  • Quelques réflexions techniques sur la littérature

    Quelques réflexions techniques sur la littérature

    Moi l’auteur j’écris :
    Une ombre furtive dans la nuit
    Elle assassine dans le noir,
    Voilà l’intrigue qui est posée,

    Faut-il appeler Scotland-Yard,
    L’inspecteur Harry ou Colombo ?
    Déjà le décor est planté
    Cela sera-t-il du fritz Lang ou de l'Hitchcock ?

    Je ne sais pas encore mais le meurtre
    Figure de style obligatoire, il est là
    Il faut alors lancer les limiers….
    Non ! Peut-être pas, je me vois rien

    En refaisant crimes et châtiments,
    Pour le meurtre et la rédemption du criminel
    Et ses rapports avec son poursuivant
    Ceci en 500 pages, mais c’est déjà fait…

    Vous ai-je tenu en haleine ?
    Certainement ! Et si j’annonce
    Que plusieurs crimes seront faits
    Car Ils ont déjà été signalés

    Dans cette ville où nous vivons
    Par le commissaire de police
    Qui est chargé de notre sécurité
    Des petits meurtres de rien du tout

    Là Je vous vois bien !
    Vous allez sûrement dire
    Encore un serial-killer
    Avec des profilers et tout le tralala…

    Eh puis non! Je vais vous décevoir
    L’assassin, il est parmi nous
    Et il porte un masque  sur le visage
    Pour Pouvoir rester  anonyme

    Comme la mort rouge de Poe,
    Cela reste un mythe dan une histoire…
    On ne chasse pas les mythes  vous savez
    Car on les laisse  roder la nuit…

    A moins que ce soit Là  
    Une histoire de vampires
    Alors faut sortir très vite
    Son BradStock et Dracula…

    Non ! Ce n’est pas un vampire,
    Mais un assassin ordinaire
    C’est une histoire criminelle
    Que j'ai lue dans ma lointaine jeunesse.

    Je l’avais lue dans la bibliothèque de mon père
    Dont le titre était l’anthropophage d’Estreville…
    A noter que cet homme a bien existé
    Mais je ne me rappelle plus des détails…

    La mémoire est assez sélective
    Notez bien aussi que ces détails
    Ils doivent être croustillants…
    Ou parfois très absurdes

    Je me rappelle de ce japonais
    Qui était anthropophage
    Qui est devenu une vedette au Japon
    Pour le fait de raconter son histoire…

    En ce qui concerne mon histoire,
    Elle est finie, le soleil se couche...
    Les inspecteurs Colombo et Harry,
    Ils ne sont pas vraiment concernés

    Ce soir nous dormirons tranquilles
    Et ils rêveront sans assassins
    La nuit est  toute pleine  de faits
    Entre des meurtres et nos vies

    L'amour est un temps partagé
    Et parfois nous nous aimons
    Très tranquilles dans la nuit obscure
    Qui est, parait-il pleine d'horreurs

    Paris 18 juin 2005 et le 13 octobre 2019 pour la remise en forme

  • Un mauvais mythe pour le futur

     

     

     

    Un mauvais mythe pour le futur

    C'était il y a bien longtemps
    Sur une petite planète appelée Terre,
    Des hommes avaient inventé
    Des moyens extraordinaires

    De communiquer dans des réseaux
    Des myriades de connexions diverses
    Entre des individus sur leurs appareils
    Entre les ordinateurs et les portables

    On appelait ce Monde là le web
    Avec des enfoirés tous très évolués
    Car Ils avaient aussi décidé que le web
    Ça serait aussi une histoire de pognon

    Et ils mirent sur le réseau des pubs et des pubs,
    Il devint dur de savoir ce qu'était la réalité
    Le réel 'économique il restait un mystère
    Tandis que les marchands buguaient

    Puis arriva un jour le grand Krach,
    Où là ! Il n'était maintenant plus question
    De vouloir faire des choses dans l'inutile
    Alors les grands, les Politiques et les banquiers

    Ils décidèrent dans un accord commun que le web
    Ce n'était qu'un moyen de communication
    Qui étaient excessivement dur à contrôler
    Et ils décidèrent dans de grands discours

    Que tous les hommes et femmes
    Qui seraient pris en flagrant délit
    D'un délire de communication
    Ils seraient exclus de la communauté

    Et ils n'auraient pas, ainsi par un manque
    Tous les moyens communs pour vivre
    Et c'est ainsi mes enfants, que commença l
    La nouvelle ère de l'humanité sans les machines

    Et surtout plus du tout de communication
    Il n'y aurait plus de contacts autres
    Que celui de son proche voisin, à coté
    L'humanité ainsi revenue à l'âge des cavernes

    Mais autrefois avant cette époque terrible
    Il y avait aussi de ces trucs mythiques pour rêver
     A savoir 50 ans avant, Il y avait 10 hommes
    Qui étaient allés faire les zouaves sur la Lune,

    Des moyens techniques qui nous dépassaient
    On croyait que tout était possible et acceptable
    Le ciel était à conquérir, entre la Lune puis Mars
    Il ne s'agissait que d'avoir confiance en demain

    Mais mon enfant ! Là vous allez peut être!
    Rêver de cette époque idyllique de ce passé
    Mais Non ! Je vous dis : Elle ne reviendra pas...
    Car nous sommes devenus sans une vraie ambition

    Et vous devez maintenant apprendre à survivre
    À chasser les rats, dans la maison toute pleine
    Et à savoir faire du feu, avec des petits riens
    Pour survivre dans ce monde, beaucoup trop individuel

    Paris 6 avril 2005 Paris le 12 octobre 2019