litterature
Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter litterature
compteur gratuit pour blog
compteur de visite

Formes courtes... Haïkaïs et Tercets

Haïkaïs Pré-électoraux

Haïkaïs pré-électoraux

Demain on verra
Entre le meilleur vote
Et ce choix affreux

Mélenchon c'est bien
Et je voterais pour lui
ça c'est mon choix

Pour Fillon voter
C'est prendre ses casseroles
Celles qu'il a au cul

Pour Marine Le pen
Je sais tout le passé enfouis
Mauvais souvenirs

Pour monsieur Macron
Je sais aussi son programme
Je n'aime pas trop

Pour Benoit Hamon
Je ne sais pas trop demain
Manque de Vision

Poutou le Coco
Le communisme est rare
Préservons-le
!

Cheminade
Je ne sais pas, j'ai pas lu
Laissons les rêveurs

Pour Dupont Aignant
J'aime bien quelques trucs dits
Mais pas tout aussi

Pour le Lassalle
Je sais vaguement sa vie
Quelques Baratins

Asselineau
Je ne sais pas trop aussi
Un opportuniste

Nathalie Arthaud
Une femme différente
De la Marine

Paris le 22 avril 2017 veille d'élections présidentielles

Haïkaïs encore du temps qui passe

Haïkaïs encore du temps qui passe

Dans les trois jours
La campagne est finie
On passe outre

Un jour qui viendra
Je n'écrirais plus du tout
Cela je le sais

Le bout du monde
Il n'est jamais très lointain
Mais le saviez-vous ?

j'imagine des fois
Des choses d'autrefois
Mémoire vécue

Ce chien noir tout seul
Qui aboie fort dans ma nuit
Vit sa liberté

Un enfant qui vient
Des vieillards qui se meurent
Ainsi va la vie


Paris le 20 avril 2017

Haïkaïs d'un temps qui passe

Haïkaïs d'un temps qui passe

Le temps qui vient
Où je n'attends plus rien
Et c'est plutôt bien

Ces élections là
Comme un rêve qui passe
Ou demain affreux

Non ! Je ne sais pas
Et vous non plus je le sais
Ce qui sera bon

Mois d'avril passe
Viennent les jours de mai
Pleins de souvenirs


Paris 19 avril 2017

Haikais du 29 mars 2017

Haïkaïs du 29 mars 2017

Hier j'étais ici
Aujourd’hui je suis là-bas
Demain je sais pas

Pour l'idée d'aimer
C'est la foi toute nécessaire
Dans l'être aimé

Parole très vraie
Une arme bien douce
Face aux violents

Mort paradoxe
Vivre, survivre, aimer
Et ne pas savoir

Haïkaïs de la Lune

Haïkaïs de la Lune

Hier Lune Noire
Aujourd'hui un fin croissant
Comme virgule

la Lune maigre
Qui grossit lentement
La pleine Lune

Femmes enceintes
Dans tous les calendriers
ceux de la Lune

Mon ami Pierrot
Sans colombine aimée
Nostalgies du temps

Lui offrir des fleurs
Printemps primesautier
Et toutes ses fleurs


Paris le 28 mars 2017

Haïkaïs du printemps

Haïkaïs du printemps

Nous sommes ainsi
Et depuis deux à trois jours
Enfin au printemps

Exit l'hiver froid
Vivent les giboulées de mars
Le temps qui change

Ça cause beaucoup
Pour le moment en France
Mais que des promesses

 

Paris le 23 mars 2017

Haïku... Etc... Etc...

Haïku... Etc.. Etc...

Déjà pour ce hier
Alors  pour ces lendemains
Nous les verrons bien

Paris 17 mars 2017

Haïku de mars variable

Haïku de mars variable

Le mois avance
Avec toutes ses variations
Bientôt le printemps

Paris 9 mars 2017

Haïku de mars encore

Haïku de mars encore

Aujourd'hui soleil
Le temps n'est pas très chaud
Ça varie vite

Paris le 7 mars 2017

Haïku de mars (suite)

Haïku de mars (suite)

Aujourd'hui la pluie
Averses en continu
Le soleil absent

Paris le 6 mars 2017

Haïku du choix électoral

 

Haïku du choix électoral

Beaucoup d'angoisses
Avec ces élections là
Et pas de vrais choix

Haïku de la famille

 

Haïku de la famille

Un d'abord, puis deux
Puis un trois et un quatre
Le compte y est

Haïkaïs du 2 mars 2017

Haïkaïs du 2 mars 2017

A cause de rien
Oui! Alors on verra bien
Ce temps qui nous vient

Météo du cœur
Entre crises de larmes
Et un désir fort

Lumière sombre
Ou le sommeil des vies
Silences trop durs

Un immense ciel
L'affranchi très inculte
Se perdre dedans

Chats noirs, chats trop gris
Chagrins de poètes aigris
Chats identiques

Mars qui est bien là
Mitigé mi chaud, mi froid
Mais, on s'y fait bien...

Haïku du premier Mars

Haïku du premier mars

Mars qui nous attaque
Avec giboulées et vents
Tout le calendrier

Haïkaïs du 10 février 2017

Haïkaïs du 10 février 2017

J'ai bien dormi
Et ma tête qui va mieux
Tous nos lendemains

La nuit repose
En nous la fatigue
Des matins heureux

La joie venait
Toujours après la peine
Les jours s'en vont

Et sous le pont neuf
L'eau qui s'écoule aussi
Que vienne l'heure

Guerres du passé
Un présent qui déçoit
L'horreur de toujours

Haïkaïs pour mes soixante-cinq ans

 

Haïkaïs pour mes soixante-cinq ans

C'est y soixante cinq
Et je suis un vieux machin
Con-vaincu j'sais pas
 
Passages de vies
Entre hier et les lendemains
Que me reste-il

L'espoir fait vivre
Du moins je le croyais bien
J'ignore demain

Un vieux sage ?
Mon cul ! Putains d'illusions
Vous vivrez sans moi

L'avenir vient
J'en rêvais souvent
Maintenant j'attends

Paris le 31 janvier 2017 mon aniveraire

Haikais du trente janvier 2017

 

Le petit matin
jour à neuf heure moins vingt
Les jours rallongent

J'entends dans ma rue
Un chien qui aboît fort
silence plus rien

Matin de janvier
Je vois l'âge avancer
Mes soixante-cinq

Paris le 30 janvier 2017

Haïkaïs du 29 janvier 2017

Haïkaïs du 29 janvier 2017

Calfeutré au chaud
Je regarde l'hiver froid
Avec des frissons

Mais à vrai dire
Mes frissons sont rétrospectifs
Pas que la fièvre

Je sais trop bien
Celui que j'aurais pu être
Cela sans aide

Le passé enfouis
Tout ce terrible passé
Est-il bien fini ?

En ce matin là
C'était un peu moins froid
Mais de presque rien

Se soucier demain
Et ignorer tous ceux-là
de notre présent

Haïkaïs du temps qui passe

Petits voyages
De tous ceux faits en chambre
Imaginaires

Le jour qui vient là
Et toutes mes nuit passées
à me souvenir

Nager dans de l'eau
Ou bien vivre le ré-el
Parler de demain

Ma solitude,
Aussi toutes les vôtres
Elles se partagent

le temps qui passe
Laisser ses grains de sel blancs
Dans nos cheveux gris

Vieillards incroyables
Ceux que nous croyons être
De vieux gamins

Paris le 29 janvier 2017

 

Haïkaïs du 29 janvier 2Ième

Froid sec, et très dur
La mécanique stridulait
Dans son mouvement

Locomotive d'or
Aux vapeurs toutes grises
Crachait sa fumée

Le chef de gare
Aiguillait tous les convois
Aux hasard des vies

Chefs d'orchestre
Il dirigeait cent facteurs
Qui emménageaient

Une lumière bleue
Indiquait les jours présents
Nous oublions tout

La  tyrolienne
Dans ma petite radio
Irradiait de joies

Un sac de poussière
Dans toutes les réalités
De la religions

Un chanteur déçus
Déchet de déchirure
Chutait en chantant

Temps abandonné
Par de blafards amours
L'automne mourrait

Paris le 29 janvier 2017

Un tercet

Un tercet

Je pense souvent à un sourire

Qui soit de la taille de l'univers,

Mais qui donc comprendra ma pensée ?

Paris 18 janvier 2017

Haïkaïs au 16 janvier 2017

Haïkaïs au 16 janvier 2017

Eric Tabarly
Il a fini dans la mer
Et pas dans un trou

Une année vient
Mais que vous dire de nouveau
Dit cette année

Je suis bien trop las
Et madame plus sage
Allez donc savoir!

Du temps qui passe
Janvier froid ou humide
Ainsi vont nos vies

Je rêve souvent
Ce que j'aurais pu être
Je ne suis que moi

Le quinze janvier
Bientôt soixante-cinq-ans
C'est dur de vieillir

"Il n'y a pas,
De plus grande joie,
Que celle qu'on n'attend pas"

Sophocle

cisou9 a écrit:

À qui tu le dis
Regarde sur mon profil
je préfère ton âge !!

Tu vieillis aussi
Mais tu n'es pas moi Victor
Qui a ses ennuis

Ce chien dans le froid
Et moi qui suis bien au chaud
avec le confort

Est il bien moral
De de ne penser qu'à soi
Et d'oublier la mort

J'aime bien l'hiver
Et ce froid qui purifie
Les fleurs reviendront

 

Paris le 16 janvier 2017

Quatrains courts

Quatrains courts

 

Se faire des carrés de vastes silences

Avec sa foi, de singulières patiences

S'enfouir, s’enfuir et se donner la paix

Dans cet intime de son propre palais

 

Partir très loin, tout là-bas dans l’au de-là

Pour rattraper cette âme dans le Sahara

Entre rose des sables et un grand amour

Quelques parts, enterré, dans un détour

 

Chanter que tout va bien pour soi-même

Alors que le cœur est triste et trop blême

Et parler d’amours, quelquefois se mentir

Dans un monde absurde, et sans repentir

 

Vouloir changer la vie pour quelques-uns

Tandis que d’autres crèvent, des humains

Bénir la foule et oublier tous les malheurs

Oublier Dieu, attendre les jours meilleurs

 

Demain raser gratuit et jurer le grand soir

Être idiot et savoir tout ce qu’on doit savoir

Enfant de la cinquième, refaire un demain

Tes yeux dans les miens, prendre ta main

Du bruit

Du bruit...

 

Ça crie dans cette tête qui pense

Et j’ai un grand besoin de silence

Du bruit qui est aussi une douleur

Je voudrais mourir pour m’oublier

 

Bruno Quinchez Paris le 15 janvier 2017

Haïku pour un grand navigateur

Haïku pour un grand navigateur

Boucler la Terre
En moins de cinquante jours
Chapeau le marin


Paris le 27 décembre 2016

Haïku Joyeux Noel

Haïku de Noël

Un joyeux Noël
Avec repas partagé
Et tous vos amis

Paris le 25 décembre

Haïkaïs des nourritures

Haïkaïs des nourritures

Confiture sucrée
Et avoir du diabète
c'est un  grand conflit

Mangeons sans fin
Des petites nourritures
Et n'avoir plus faim

Un jour qui viendra
Voir dans ce ciel étoilé
Un sourire aimé

La faim du monde
Sans doute une absence
De ne plus rêver

Folie officielle
Et rêves libres de fous
Mondes différents

Folie prédatrices
Et amour de toutes vies
Ne sont pas pareils

Paris le 21 décembre solstice d'hiver 2016