litterature
Please do not change this code for a perfect fonctionality of your counter litterature
compteur de visite
compteur de visite
compteur de visite

Histoires et Géographie

ça y est ! C'est quasi le printemps

 

 

Dsc01286

 

Ca y est ! C'est quasi le printemps

Mes jacinthes sont toutes épanouies
La température ici à Paris c'est quatorze
Le soleils qui se couche plus tard
J'entends les oiseaux dans Paris

Très tôt le matin et assez tard le soir
Sans vouloir parler de mes hormones
Je sens arriver vraiment le printemps
Petite Jacinthe : Toi ! Tu me plais bien...


Paris le 6 mars 2018

Un enfant...

Un enfant...

On a tous été plus ou moins ce bel enfant
Il y a parfois de ces jeunes princes charmants
Mais Je sais aussi des vies  qui sont faites d'épreuves
Qui affinent toutes nos âmes qui restent graves

Malheureusement, je sais aussi que le jeune prince
Parfois il a  aussi de ces choix du cœur qui l'évincent
Notre monde, hélas ce n'est pas un paradis pour enfant
Il y a aussi de ces génies puissants  et des malfaisant

J'aime beaucoup mes rêves, tous ceux de mon passé
Malheureux je vois des ces rêves qui sont tous cassés
Entre le petit prince de saint Saint-Exupéry, et les évangiles
Je sais de ces vécus partagés par des adultes fragiles

Un enfant tout innocent fait aussi quelques cochonneries
Entre se curer le nez et nous dire quelques âneries
Je sais qu'il n'a pas la perversité d'un adulte mature
Mais faire de lui un savant, cela ferait une toute petite nature

Paris le 2 février 2018

Ce même texte dit par une machine

La machine astread (voix de Céline)

Un enfantun-enfant.mp3 (188.27 Ko)

Haïkaïs de la Lune

Haïkaïs de la Lune

Hier Lune Noire
Aujourd'hui un fin croissant
Comme virgule

la Lune maigre
Qui grossit lentement
La pleine Lune

Femmes enceintes
Dans tous les calendriers
ceux de la Lune

Mon ami Pierrot
Sans colombine aimée
Nostalgies du temps

Lui offrir des fleurs
Printemps primesautier
Et toutes ses fleurs


Paris le 28 mars 2017

Pleine Lune exceptionnelle le 14 Novembre 2016

Le 14 novembre 2016 18h 30 heure de Paris une Lune exceptionnelle, la pleine Lune qui sera au périgée de son orbite, soit la période où la Lune est la plus proche de la Terre...Copier coller du site Techno-sciences à savoir aussi que tous les fous du net en parlent...

Lundi 14 novembre 2016, se produira une super Lune. L'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides de l'Observatoire de Paris livre quelques prédictions chiffrées sur ce phénomène.
Avec une récurrence de 1 an et 48 jours, le phénomène n'est pas rare. Deux conditions prévalent à son apparition:
- que la Lune soit pleine;
- et qu'elle soit au plus près de son périgée, lieu de l'orbite lunaire où la distance Terre-Lune est minimale.
Le 14 novembre 2016, à exactement 12h 21m en temps légal français, la Lune sera à son périgée, à une distance de 356 509 km. Elle atteindra sa phase de pleine Lune à 14h 52m TLF.
Image

L'orbite de la Lune ne décrit pas un cercle parfait autour de la Terre, mais une ellipse. La distance Terre-Lune varie donc considérablement: la Lune peut se situer exactement entre 356 400 km au plus près de la Terre (périgée) et 406 700 km au plus loin de la Terre (apogée).
© Y. Gominet / IMCCE / Observatoire de Paris


La Lune pourra paraîtra plus grosse que d'habitude, avec un diamètre apparent maximal de 33,5986'. La Lune ne sera pas pour autant plus brillante. En effet l'éclat lunaire dépend également d'autres conditions relatives notamment à la distance Terre-Soleil et à la position de la Lune par rapport à la direction Terre-Soleil.
 

Observable à partir de 18h30
Bien évidemment, le 14 novembre 2016, à 12h 21m , la Lune ne sera pas observable depuis le territoire français métropolitain.
Le meilleur moment pour l'observer au plus près de ce périgée est peu après son lever.
La Lune se lèvera à 17h42m mais il faudra quand même attendre un peu pour pouvoir confortablement l'observer, disons à partir de 18h30. Elle sera encore basse sur l'horizon et son observation pourra en outre bénéficier de l'effet d'illusion lunaire, la rendant plus grande qu'elle n'est du fait de sa proximité avec des élèments visuels de l'horizon.
Sa distance à la Terre sera alors de 356 599 km. Elle pourra ensuite être observée durant toute la nuit avec une préférence en début de nuit jusqu'à minuit où sa distance sera alors de 356 709 km.

 

D'autres super Lunes remarquables...
À signaler: la dernière super Lune record remonte au 26 janvier 1948 pour laquelle la distance à la Terre était de 356 461 km.
La prochaine surviendra le 25 novembre 2034 avec une distance encore plus faible de 356 445 km.
Les super Lunes pour lesquelles la distance est plus petite que 356 400 km sont encore parfois appelées super lunes ultimes. On en compte moins d'une vingtaine depuis le début de l'ère chrétienne.
Dans l'intervalle 1000-2100, la super Lune ultime qui détient le record est survenue le 4 janvier 1912, sa distance à la Terre était alors de 356 375 km.
Il faut remonter au 19 décembre 796 pour trouver une distance à la Terre encore plus faible, de 356 355 km. La phase de pleine Lune n'était alors survenue que 40m après le passage par le périgée lunaire. Ces lunes ultimes ont tendance à disparaître avec le temps.

 

Source: Observatoire de Paris

Haïkaïs de Là-haut dans la montagne

Haïkaïs de Là-haut dans la montagne

La cime Là-haut
Je regarde tout en bas
Toute la vallée

Et la cheminée
Qui fume aussi chez-moi
Fait-on cuisine ?

Les petites fourmis
Celles qui sont tout là-bas
C'est tous mes voisins

Grimpé à la force
De mes petites jambes
la récompense

Hommage à Rutebeuf

Hommage à Rutebeuf

Petit vague à l'âme et un grand vague au cœur
Où sont- ils donc passé tous ceux-là d'autrefois
Ceux que j'aimais et avec qui je causais de tout
Je songe souvent à ce beau  poème de Rutebeuf

Celui ci qui parle de ses toutes ses  amour mortes
je sais pareil avec des amours qui s'en sont allées
Tandis que je continuais de vivre encore et d'écrire
Oui mes amours sont mortes aux temps qui passent

Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Ce sont amis que vent me porte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta
Avec le temps qu'arbre défeuille
Quand il ne reste en branche feuille
Qui n'aille à terre
Avec pauvreté qui m'atterre
Qui de partout me fait la guerre
Au temps d'hiver
Ne convient pas que vous raconte
Comment je me suis mis à honte
En quelle manière
Que sont mes amis devenus
Que j'avais de si près tenus
Et tant aimés
Ils ont été trop clairsemés
Je crois le vent les a ôtés
L'amour est morte
Le mal ne sait pas seul venir
Tout ce qui m'était à venir
M'est advenu
Pauvre sens et pauvre mémoire
M'a Dieu donné, le roi de gloire
Et pauvre rente
Et droit au cul quand bise vente
Le vent me vient, le vent m'évente
L'amour est morte
Ce sont amis que vent emporte
Et il ventait devant ma porte
Les emporta

Rutebeuf (1230-1285)

Une chanson qui colle bien à notre époque turbulente "Le CRS Mélomane" de R-WAN

Histoire de sourire un peu en ces temps de manifestations
"Le CRS mélomane" de R-WAN, une chanson qui date de 2012
NB c'est un fichier Daily-Motion plutôt que You-Tube mais c'est mon choix

Haïkaïs un peu avant le printemps

Haïkaïs un peu avant le printemps

Printemps qui vient
Un peu de froid et du soleil
Quelques abeilles

Dans mes pots de fleurs
Mes plantes sont en avance
L'hiver ? Pas vraiment

J'aime entendre
ces oiseaux au petit matin
Temps de leurs amours

Pâques qui arrive
Le vingt-sept du mois de mars
Avec nostalgie

Ma famille change
Entre des vieux qui partent
Et des naissances

Cette nuit passée
Entre le froid et le silence
J'ai bien dormi

Parfois je pense
Mais d'autre fois aussi
J'aime bien rêver

Fatigue donnée
Sa récompense sommeil
Un monde stressant

Une Fin d'empire

Une Fin d'Empire

Cette mauvaise impression qui persiste
Entre ce qui aurait dû être et ce qui n'est pas
Ils rejouent sans cesse la même chose réitérée
Entre une comédie triste et tellement ridicule

Et une tragédie qu'ils n'accepteront jamais
L'histoire n'est une blague que pour des amateurs
Qui rejouent encore et toujours la même scène
En dix mille ans, hélas il n'y a rien de nouveau

Les empires qui succèdent aux républiques
Puis les empires, ils tombent en décadence
Par de la corruption et des abus de pouvoirs
Alors reviennent toutes les invasions barbares

Tous ces gens attirés par le confort de nos vies
Et inexorablement l'empire s'écroule encore
Les citoyens ne sont déjà  plus des citoyens
Mais nous devenons ainsi tous des sujets

Des Serfs de grands fiefs, établis  sur des ruines
Les blasons ce sont les sociétés qui sont en bourses
 Et les armes employée ce sont les milliards de dollar
Il ne reste déjà plus rien de la culture ancienne

Que savez-vous de tous vos droits acquis autrefois
Ces progrès chèrement acquis  et  longuement espérés
Une loi les remplace, c'est la loi de votre seigneur
Le seigneur, il n'aime pas du tout qu'on lui parle d'impôt

Un monde, selon Marcel Proust

Un monde, selon Marcel Proust

Swann et la recherche du temps perdu
C'est vraiment pour moi un monde très lointain
Où il y avait encore quelques aristocrates
Entre un baron d'occasion et quelques duchesses

Bref ce monde d'avant la première guerre
Celle de 1914-1918 où disparu ce monde là
Mon grand-père y a vécu je le vois fantôme
Entre tous ses camarades qui sont morts bêtement

Et toutes ses conquêtes amoureuses dont ma grand-mère
Mathilde, une fille d'aristocrate de bonne famille
Et qui est morte à la naissance de ses jumeaux
Entre mon père et son jumeau dont je porte le prénom

Madame de Guérande sans doute, elle a existé
Monsieur Proust choisissait avec soin ses personnages
Sans avoir de nostalgie, je sais aussi que je n'y serais pas
J'ai déjà été le vilain petit canard dans mon adolescence

Je n’imagine pas ce monde de dandys, de demi-mondaines
Je pense parfois à Max Jacob qui vécu dans ces périodes
Et j'ai plus de sympathie pour ce poète resté très libre
Je ne sais pas pourquoi mais pour le Swann de Proust

C'est un personnage qui m'est totalement étranger
Y aurait-il quelques parts un monde aussi raffiné?
Car je sais toute la violence de notre modernité
Entre le voyeurisme, les médias et la presse people