Humour

  • Contradictions ou des concepts opposés... des oxymores philosophiques

    Contradictions ou des concepts opposés, des oxymores philosophiques

    Je me suis amusé à faire sur le net des recherches avec des choses qui sont quasiment contradictoires, j'ai fait par exemple les items suivants "cochon casher" ou "cochon halal"... Le plus rigolo c'est qu'il ya bien des réponses et qu'elles sont toutes plus ou moins sérieuses, les chinois, ils vendent du cochon casher, soit un animal OGM qui permet de contourner les interdits... J'ai aussi fait ces mots "socialiste et libéral" mais vous savez... Ben  oui ! Ca existe, Il paraitrait que  nos socialistes du PS français, ils sont des sociaux libéraux... Encore, plus dur j'ai fait Juif et nazi quand ce ne sont pas des propos haineux, c'est la  grand-mère maternelle d'Adolf ou une dénonciation radicale de réalités antagonistes, un peu comme le feu et l'eau... Puis j'ai fait "mort et vivant" et  là il y avait du monde... Entre tous les films d'horreurs dont le plus célèbre reste la nuit des morts vivants, puis il me vient l'idée de tester votre idée de Dieu ! Et là ! Oui ! Vous savez ! Ca devient dramatique avec tous les conflits possibles entre un concept qui se veut indicible et toutes les religions qui revendiquent son exclusivité... Il me vient alors cette idée de tester le mot con, ce n'est pas facile de parler de ce mot car en résumé le con c'est toujours l'autre et jamais nous... Pour la réalité politique, celle qui nous concerne, c'est une totale schizophrénie entre l'Europe et toutes ses institutions libérales et notre désir profond à nous Français d'avoir une garantie de la protection sociale Française... Vous pouvez encore cherchez dans les concepts oxymores ou incompatibles comme "homme politique et honnête", celui qui promets et qui ne fait qu'un mandat électif à la fois

  • L'Art de la Formule

    L’Art de la Formule

    Je sais que nous sommes tous égaux ici sur terre
    Car aucun n’est  jamais supérieur aux autres
    Même si parfois, celui-là,  il joue le bon apôtre
    Dans un monde, où les lois, elles restent austères

    Cette fin que de  vouloir dire la plus simple des choses
    Ne serait-ce qu’une unité simple  dans une  belle équation
    Non moi ! Je ne saurais vous répondre à la question
    Une rose immortelle vaut elle toutes les autres roses ?

    Une idée qui se résumerait à peu  pour un bon matheux
    Et cela sans vouloir passer  pour un  comique affreux
    Un  est toujours égal à un, je vous le dis et cela partout
    Dirais-je alors aussi  ce classique : Tout est dans Tout

    Ces formules creuses qui parlent de ces riens de riens
    Je ne sais qu’en dire, il arrive parfois de très bons liens
    Entre ce qui se passe dans la réalité et dans une tête
    Je rigole peut- être,  je sais bien aussi  cette longue quête

    La formule la plus simple, celle qui nous fut donnée
    Cela reste à jamais, un ces conseils toujours très simples
    Aime et vit sans peur ! Ta faute te sera pardonnée !
    Respecte toutes les vies !  Jusqu’aux plus humbles

  • Sur les cons

    Sur les cons

    Une définition du con : Le con c’est l'autre, celui qui ne partage pas vos opinions sur ce monde tel qu’il va, la connerie elle n’est pas liée à l’intelligence et à la culture…

    Je connais des gens très cultivés et très intelligents qui sont des vrais cons parce qu’ils ne s’intéressent qu’à leur propre monde et qu’ils se soucient peu de vos réalités ou celle du commun...Ce manque de curiosité c'est une marque flagrante de la connerie…  Ceux-là vous demandent-ils des nouvelles sur votre santé ou votre famille ? Même parfois ils se foutent bien de vos petits problèmes existentiels, de vos angoisses ou de vos ressources…

    Le problème parfois  c’est que les cons possèdent  beaucoup de pouvoir… Que ce soit dans la politique ou  que ce soit dans les médias… Les cons sont inconscients de leurs propres conneries... Le con ce n’est jamais que l’autre celui qui n’est pas vous…

    Les penseurs, cela soi en philosophie ou soi en sociologie et cela quoiqu’ils disent, ils ne connaissent pas ce concept de cons car ils ne s’intéressent pas à l’autre dans toutes ses différences… Pour eux toutes les idées sont normalement comprises par tous les hommes... Mais Hélas ! Hélas! Cela n’est pas vrai… Je sais bien qu’il existe  des barrières mentales entre un concept philosophique et la compréhension du monde  par des individus… Cela à cause d’un brouillage dans un Tohu Bohu médiatique…  

    Sur internet, il y a plein d'idées fausses qui sont très répétées et qui sont toutes aberrantes... Je pense à toutes celles-là du genre des théories des complots… La fin du monde et toutes les conneries apocalyptiques qui sont malheureusement très communes dans ce monde de cons...

    Cependant, il ya une question qui reste  une question très difficile : Comment supprimer les cons ? La première idée qui vient à l’esprit, c’est de les supprimer, les liquider, bref de les tuer… Mais en soi, c’est déjà faire une grosse connerie… Je vois ainsi que le problème, il est beaucoup plus difficile qu’on ne le croit…

    Alors je pense qu’il faut sortir le con de sa crasse mentale, lui montrer à quel point il est nul mais je sais par expériences que cette seconde méthode n’est guère plus valable, un con que l’on vexe, ça devient un con méchant… De cette deuxième idée, je retiens l’idée de lui causer beaucoup mais en prenant soin de respecter sa personne… Pour la question du respect de sa personne, la question qui se pose c’est : Comment lui agrandir son petit horizon ?

    En psychologie, celle des militaires et des espions, on appelle cela le débriefing … Ou bien il ya cette chose simple, de lui faire découvrir un autre monde que sa propre obscurité trop limitée… Je sais bien ce qu'on appelle le conditionnement ou plus simplement le lavage de cerveau… S’il s’agit d’une personne qui est insérée dans un système étatique, la solution la plus évidente serait de le faire voyager en dehors de son propre pays, de lui faire découvrir les autres cultures du monde…

    En effet ! Cela lui montrerait la relative vérité des choses qu’il croyait vraies… Si c’est un homme de foi, je me dis aussi qu’il faut s’en méfier car là le sujet est délicat ! Il y a toujours chez les cons religieux, cette envie de vous convertir à leur propre vision de ce monde… Il faut donc prendre des distances et se prémunir de cette idée conflictuelle de débats sur ses visions personnelles... Il faut toujours respecter chez eux, l’humain qui pense, celui qui croit et qui doute…

    Là! Vous engagez de longues conversations dont le sujet ne portera pas sur l’objet de leur foi... Cela c'est encore une chose qui ne vous regarde pas, il faut leur demander comment voient-ils les autres, dans un monde concret celui du réel, celui du vécu, de tous ceux-ci ces autres qui sont en dehors de leurs propres communautés…Il est bon de  leur faire découvrir ce qui a de juste, de beau et de bon dans l’autre… Cela quelques soient leur manières de croire… Parler toujours et encore de cette humanité... Une vérité toujours partagée, expliquer simplement des choses concernant des réalités politiques ou économiques…

    Maintenant dans les cons religieux! Les pires sont sans doute, les cons religieux intégristes… De tous ceux-là qui ont des explications du monde qui sont tirées de leur foi et qui sont extraites d'un  manuel de catéchisme, de ces choses qui sont lues dans un livre... Il est là  assez difficile de parler avec eux des fondements leur foi personnelle… Mais il reste encore facile de parler de réalités humaines,  tout le vécu  face à ce monde où nous sommes…

    Pour les moralistes de tous poils qu’ils sont en général,  ce ne sont jamais que des gens de systèmes très hiérarchisés, voire sectaires…  Il est dur, de parler de toutes les choses  qui leurs déplaisent et ce n’est pas que vous soyez un homme bon ou mauvais, cela il ne le voit pas, ils ont leurs propre vision des bons et des mauvais,  si vous les contredisez vous êtes forcément un agent du diable... Il est facile pour vous de voir que vous échappez à leur conceptions personnelles… Là dans ces choses, je mets les toutes les choses sur la sexualité, le machisme et voire même une forme de racisme. Alors discuter avec ces gens là c’est quasi impossible ! Que faire ? Faut-il soi les tuer ou soi les stériliser…

    Vous savez croire dans un monde parfait où vous n'avez rien à y foutre, c’est une idée assez commune chez tous les révolutionnaires qui veulent imposer un ordre nouveau... Vous savez ce monde idéal et parfait, avec un homme radicalement nouveau… Cette idée, elle est tirée directement du gars Saint Paul Apôtre de Jésus, qui est l'initiateur de toutes les tyrannies sectaires... Toutes celles-ci n’ont fait que plagier, cette idée de saint Paul qui est de faire un monde d’idéalistes purs et durs.

    Malheureusement ! Il faut faire gaffe à tous les contestataires, tous ceux-là qui n‘aiment pas obéir… Connaissez-vous Anamias et Saphira, un couple de deux contestataires qui ont été trucidés sur ordre de saint Pierre parce qu’ils n’étaient pas des partageux comme devraient l'être tous les bons chrétiens de la secte de saint Pierre… Bref encore une grosse connerie qui a été faite aux noms des belles idées… Je me dis que parfois les révolutionnaires les plus purs, les plus idéalistes, ils sont aussi parfois de gros cons…

    Alors que faire ? C’est encore bien de laisser-faire et de laisser-vivre sans imposer sa vérité et cela même pour les cons chiants ! Parmi les cons que vous croiserez ici ou là, je ne serais sûrement pas le dernier…

     

    Une machine qui dit ce texte Sur les conssur-les-cons-2.mp3 (2.07 Mo)

     

  • Histoire de moutons

    Histoire de moutons
     
    Tu n'as pas essayé de compter les moutons
    Là ! Je vois quelques moutons de bonnes origines
    Un mouton très noir avec une bonne grosse tête
    Quelques moutons blancs, nés de la dernière heure
     
    Puis un jour il y a un égorgeur dans un abattoir
    Qui compte tous les moutons qui passent
    Et le terrible égorgeur, il est pris de sommeil
    Et il s'endort irrémédiablement et c'est le chaos
     
    Des moutons qui continuent librement de passer
    Et l'abattoir sanglant qui est déjà tout plein de moutons
    Des moutons noirs et aussi des moutons blancs
    De ces terribles moutons qui broutent, broutent
     
    Ils broutent tout et ils broutent les équarrisseurs
    Les équarrisseurs qui ne savent plus ce qu'est de la bidoche
    Et les terribles moutons, ils font alors la révolution
    On nomme un chef des moutons qui déclare la guerre
     
    Des millions de moutons montent en rangs serrés
    Sur les champs Élysées, ils broutent, ils broutent
    Cinq ans après le chef des moutons, il inaugure
    Un mémorial pour tous les moutons morts à la guerre
     
    L'égorgeur enfin se réveille, il reprend alors  du service
    Et il se dit alors: Il ne faut pas laisser les moutons brouter
    Et dans la nuit, on entend de grands cris très horribles
    Des moutons libres qui meurent dans rémission aucune...

  • Nous, Dieu et l'âne

    Nous, Dieu et l’âne

    Là-haut dans le ciel entre les nuages... Oui ! Tout là-haut
    Le barbu éternel s'il existe et qu'il nous regarde vivre
    Il nous voit de son ciel lointain, en tout petit, petit
    Comme une colonie de fourmis, qui grouille et qui prospère

    Des fourmis qui auraient envahi toute la terre
    Mais y a-t-il un Dieu aussi pour les petites fourmis
    Un Dieu pour les ânes, les carottes et les poireaux,
    Quelque part le jardinier céleste, il est bien absent

    Et je vois ce jardin ou nous vivons, il est en grand désordre
    Mais y a-t-il un vraiment jardinier, qui soit là-bas tout là-haut
    Moi! Un petit homme je me sens parfois responsable de ces vies
    Mais je reste vraiment impuissant et sans réaction comme un âne bâté

    Un âne ? On dit que c'est très intelligent, cela vous le savez
    Car Il a ce pas qui est si sûr qu'il va dans tous les chemins
    Mais qui donc de nos jours connait on vraiment la sagesse de l'âne?
    Je vois des fous terribles, ici, là et là-bas qui ratiboisent tout

    Parce que le ratiboisage de toutes choses vivantes, ça fait de l'argent
    Alors combien vaut-il  ce Dieu? En ces temps de commerciaux
    Cela je ne le sais pas trop, car Dieu il se cache par sagesse
    Un Dieu qui est tout puissant et des marchands aventureux

    Non ! Il vaut mieux car ça serait aussi un marché juteux pour eux
    Déjà on vend cher des trucs insensés aux divers noms de Dieu
    Et les curés, les pasteurs, les mollahs, les rabbins, bref tous les clergés
    Ils nous vendent de la bonne conscience contre une rétribution

    Mais je pense encore à cet âne rétif et sage et à son fardeau
    Dans un monde chaotique et qui est peu sûr, il y a là un homme
    Sur un âne rétif, lui il lui évite tous les obstacles du chemin
    Cet âne sage, il rassure son maitre qui avance sur un chemin escarpé

  • Saouleries

    Saouleries

    Il est assis tranquillement
    Et devant lui le monde à sa portée
    Il traficote, il manipule, il communique
    Qui est-il donc cet anonyme si bavard?

    C'est vous, c'est moi,
    Nous tous qui causons ici
    Avec d'interminable discours
    Sur ce monde et son destin

    J'aimerais boire un café crème
    Avec deux croissants au beurre
    Dans une réalité avec des odeurs
    Avec du goûts, le parfum de la réalité

    Le connecté que je suis en ce moment
    Il voudrait disparaitre à jamais
    Et revivre en vrai pilier de Bistrot
    Patron un autre ! Et qu'il soit bien serré

    Fantômes et fantasmes, je sais aussi
    Des cafés internet avec des connexions
    Du genre Bock de bières virtuelles
    On ne s'y soule pas, on y cause beaucoup

    Ce n'est pas vraiment une fiction
    Parfois je sais de gens soulants
    Avec des gueules de bois, qui sont garanties
    Parce qu'il n'y a pas plus chiant

    Les poètes sont des gens bavards
    Qui causent à tort et à travers
    En croyant avoir réinventé le monde
    Mais ces braves gens s'extériorisent

    Y aurait-il vraiment une différence
    Entre un bistrot dans nos vies
    Et des sites de tchatches internet
    Des fois, c'est la gueule de bois sans alcool,

    Paris le 19 septembre 2015

  • Lectures

    Lectures

    Lulu Berlue, elle avait la berlue,
    Car on l'avait lue et relue,
    Elle reliait ces lectures
    Grâce à des lecteurs éligibles

    Et elle espérait être élue
    Dans des listes de lecteurs,
    Quelques gens qui l'aimeraient
    Et lui ferait savoir sans problème

    Son lectorat, il allait sans problème
    Du rectorat aux poètes irrésistibles
    Ceux qui étaient parfois candidats
    Aux titres des éditeurs de La place

    Les éditeurs libres ou fantasmatiques,
    Des gens si rares et parfois anonymes
    Dans un monde de l'argent roi
    Avec ses passe-droits, sa réalité

    Avec toutes ses préférences
    Lulu, petite dame de grande vertu,
    Elle caressait le rêve insensé d'un prix,
    Était-ce un prix de beauté, un prix littéraire

    Ou pour un coup d'édition de courte durée
    Où des éditeurs folâtres, ils osaient tout
    Et ils se risquaient à faire des folies
    Comme d'éditer une inconnue

    Lulu qui rêvait, car elle se savait lue
    Elle s'amusait et elle en rêvait
    Sans soute, elle avait sa place
    Dans les jeunes auteurs encore inconnus

    Dans tous ceux-là,
    Les écrivains maudits
    Ceux qui avaient bien en eux
    Toute la folie rimbaldienne

    Ou toute cette innocence incroyable
    Celle qui convenaitpour un premier roman,
    Une écriture toute nouvelle
    Ou des délires incroyables


    Lulu, sage enfant discipliné
    Qui écrivait avec ses mots incroyables
    Ou parfois quelques passage surhumains
    Dans ses suites de mots très prenants

    Mais était-ce bien là
    La nouvelle enfant prodige
    Celles là qui écrirait
    Des suites à la tire larigot

    Pour les éditions
    Du grand machin sauvage,
    Vous savez cet éditeur fantasmatique
    Celui-là qui repère tous les talents

    Et cela je ne le savais pas encore
    Lulu, elle croyait simplement en elle
    Elle espérait dans ses lendemains,
    Mais elle ne s'imaginait pas

    Tout ce business,  toutes ces histoires
    Derrière les mots écrits sur le papier
    Ceux-ci qui paraissent innocents
    Et tous ceux-là qu'elle avait écrits,

    Sans bien s'en rendre compte
    La joie, celle toute simple d'écrire
    Une jubilation profonde
    Qu'elle avait en elle

    Et ce monde de requins d'eaux profondes
    Quelques uns, ils reniflaient de très loin
    Le Best-seller ou bien le gogo payant
    Entre Le créateur et le faire savoir

    Entre la nécessité et le souffle
    savoir choisir l'avoir économique
    Ou bien l'être existentiel

    Paris 27 août 2015

  • Traité en Amazonie

    Traité en Amazonie

    Le commissaire Jivaro de la commission secrète des contacts extra-humains à pris contact avec une colonie de fourmis rouges dans la forêt amazonienne pour négocier un traité de non-prolifération dans les territoires de l'Amazonie des produits Monsantos, cette zone  d'expansion de la société humaine et spécialement celle des coupeurs de joints, ces gens qui cultivent des joint-ventures avec des limaces autochtones, des coupeurs de joint qui négocient pour qu'on préserve les fourmis car elles sont leurs alliées privilégiées contre l'expansion alternative des produits Monsantos, cette faction des terroristes OGM, une faction opposée à celle des coupeurs de joints et tous leurs monde stérilisé par le Round-Up et tous les produits Monsantos qui envahissent le marchés des anti-limace et des anti-fourmis, il y a donc eu d'après ce que dit le commissaire Jivaro un traité de la trilatérale amazonienne, un traité d'ententes ultra-secrètes  des ententes mafiosos et nature, donc des négociations d'ententes qui n'existent pas car elles sont restées ultra-secrètes mais qui ont été bien signées entre les  trois parties concernées que se soient les fourmis rouges, les limaces ou les coupeurs de joints... Un secret bien gardé de ce pacte anti Monsantos pour contrer sur le territoire de l'Amazonie l'agression de tous les produits phytosanitaire Monsantos...

  • Une réponse à un poète musulman

    Une réponse à un poète musulman

    Moi! Pour le string républicain...vous savez! Je rigole plutôt
    Le pendant? Est-ce le Voile ?  Mais vous rigolez ou quoi?
    Oui  je ne vois là que des fils et filles de pub  tous déguisés  
    Avec le look et toute la connerie des modes qui vont avec

    Alors Voilée ou violée ?  C'est un monde de machos stupides
    Car pour toutes Les histoires entre ces garçons et ces filles
    Moi j'y vois plutôt une très mauvaise éducation sexuelle
    A choisir ? Entre la vierge et la pute, il y a bien de la marge

    Les strings ? C'et déjà une vision de la femme très stupide
    Savoir parler d'amour à une femme, déjà ce n'est pas la violer
    Non! On n'est jamais ridicule quand à deux, on se parle d'amour
    Trop de gamins regarde du porno comme la seule éducation sexuelle

    Et ne connaissent pas  vraiment cette bonne idée de se parler
    Pour se connaitre, se sentir, parler de soi, de ses rêves, de sa vie
    Cela avant de faire l'amour, un amour expéditif, vécu comme un viol  
    Notre époque, je le constate elle n'est hélas pas vraiment romantique

    Vous savez pour cette vision érotique, du string dans la raie du cul
    Et la femme prude qui se cache et qui reste prétendument vierge
     Mais a-t-elle donc une peur pour sa virginité...Est-ce elle ou la famille ?
    Car conserver sa virginité, cela va très bien avec ce monde des machos

    Non je vous le dis!  Cette vision,,elle n'est pas ma vision des femmes
    J'aime des femmes, celles qui me regardent et celles que je regarde
     celles qui me parlent, sans avoir peur de moi, et avec de la tendresse
    Je n'imagine pas profiter d''une virginité qui reste  toute mesquine

  • Trois Mots

    Trois Mots

    L'homme descendait l'escalier avec la cage d'un perroquet bavard qui avait été celui d'un anarchiste espagnol, Il répétait sans cesse ces mots Libertad, Igualdad, Fraternidad, ce qui agaçait au plus haut point le nouveau propriétaire... Vas-tu te taire maudit volatile, ce qui entrainait des cris répétés, Libertad, Igualdad, Fraternidad... Ces mots  mettaient encore plus en colère le propriétaire, il s'était donc décidé à s'en débarrasser, il descendait la cage dans la rue et il laissa donc le perroquet aux bords du trottoir...Le perroquet continuait de plus belle, Libertad, Igualdad, Fratenidad, ce qui occasionnait un attroupement de gens qui rigolaient en voyant ce perroquet bavard qui proférait des grand mots dans sa cage... Certains se disaient, je le prendrais bien chez moi, tandis que d'autres cherchaient le propriétaire de l'oiseau... Quelques gamins lui donnaient des sandwiches aux cornichons, des fraises espagnoles pour l'entendre et entre deux déglutitions rapides, l'oiseau lançait Libertad, Igualdad Etc. Etc. .Etc. Un vieux monsieur qui passait par là qui était un linguiste distingué, il expliqua aux enfants que ces trois mots qu'ils disaient, c'était la devise de notre république française... Alors les gamins dirent: Ok on l'adopte et on l'amène à l'école, il sera notre mascotte... Ce qui fut fait... le maitre accepta sans problèmes le perroquet et il institua des tours de surveillance du Perroquet ...Tout  ce passa bien pendant un certain temps quand survint l'inspecteur académique qui surveillait les réformes de l'éducation... Il était en pleine séance d'inspection quand il entendit les 3 fameux mots du perroquet et il dit: C'est un scandale, les décrets d'applications des lois nouvelles sur l'éducation nous interdisent d'exprimer une opinion qui soit personnelle... A ces mots les enfants lui dirent que ce n'était que les mots de la devise républicaine, l'inspecteur se tut et il dit: Je vais en référer à mes supérieurs de l'académie, il est indécent que ce perroquet se moque de l'État Français....