Humour

  • Propos en passant

    Propos en passant

    Je dis souvent de ces choses banales, toutes celles qui passent dans ma tête et cela je le fais sans trop réfléchir aux conséquences… Et alors quelques gens qui m’écoutent, ils me soupçonnent de vouloir dire plus que les banalités que je dis… C’est l’ère du soupçon en politique, tous les journalistes qui recherchent le petit rien  du poète que je suis … Tout ce qui fait cette différence entre le banal et le significatif… Cela reste une forme de folie furieuse qui est à son comble… Ainsi il n’y a plus de vérité banale et toute simple… Car mes propos sont tous pleins de sous-entendus politiques… Non! Vous savez ! Moi je rigole ! Enfin pas vraiment ! Je n'ai pas la prétention d'être une référence en politique… C’est ce monde des apparences qui vous  rend complètement paranoïaque et  tous ses journalistes ! Mais parfois j’ai cette impression navrante qu’on me fait dire beaucoup d'autres choses et  que je ne contrôle pas… Regardez donc François Hollande notre cher Président de la république... J’ai alors  cette même impression qu’il  y a de vrais soupçons dans tous ses propos même les plus banals… Non je rigole

     

  • Le Hamster

    Le Hamster

    Il tourne, il tourne dans sa cage
    Comme un forcené sans but
    On lui donne quelques graines
    Et il continue de tourner

    Il dépense toute son énergie
    Dans sa petite roue de plastique
    Et il tourne, il tourne et tourne
    Il ronge ainsi tout son ennui

    Dans une  petite cage grise
    Toute faite de fer forgé
    Lui Il ne voit pas passer
    Passer le temps qui passe

    Et de temps en temps
    On lui nettoie sa cage
    Pour que ça ne pue pas
    Et on lui change son eau

    Il n'a jamais connu dehors
    Car le chat de la voisine
    Le boufferait très vite
    Il n’est pas assez discret

    Dans ses bajoues gonflées,
    Il grignote des  graines
    Des tournesols, des sésames
    Et des grains de blés

    Pourtant  s’il vivait en couple
    Ils envahiraient notre  monde
    Un monde plein de hamsters
    Qui grignotent tout alentours

    Mais heureusement pour nous
    Il reste seul, dans sa  petite cage grise
    Et il tourne, tourne, tourne et tourne
    Sans fin sans attendre demain

    On devrait mettre une dynamo
    Pour récupérer son énergie
    Pour qu’il soit vraiment utile
    Les hamsters? Le  rêve d’un compagnon
     
    Mais à quoi donc rêve un hamster
    Cela je ne le sais pas vraiment
    Et la roue, tourne, tourne
    Comme notre planète

  • Le Vampire empoisonné

    Le vampire empoisonné

    Un vampire qui était très vieux et aussi  très décrépit
    Cherchait sur le site "Toute La poésie" des bons amis
    Rien n'y faisait, il n’y avait ni gousse, d'ail ni crucifix
    Sur sa tombe, Paresseux il se prélassait à moitié endormis

    Il vint  alors sur ce site de bavards pleins d'hystéries
    Et ceux-ci, ils lui prirent tellement la tête par tous leurs cris
    Alors que ce n'étaient, paraît-il que des amateurs de poésie
    Mais lui, ils lui prirent tellement la tête qu'alors il se dit

    Par Belzébuth, Lucifer et Satan, et autres alors je les fuis !
    Dans le matin qui vient à l’aurore, il retourne dans son lit
    Le froid le reprend bien mais il est heureux dans  la nuit
    L'enfer ce n'est jamais que les lieux de haines et de cris

    Dans la nuit le vampire repose, mais il a faim aussi
    Il pense aux vierges roses et aux fleurs épanouies
    Ses dents s'agitent, l'air qui passe et la nuit frémis
    Non il n'y a rien, la nuit est froide et c’est l'ennui

    Il se décide, j'irais là où les vierges, elles font les cadis
    Ainsi ce jour à Barbes ou je ne sais où sont mes bons amis
    Un vampire re-trouvait des vierges multiples comme des houris
    Il mourut par ces dames  car sur la qualité il y a des tromperies

  • Dernier jour

    Dernier jour
     
    C'est Saint Sylvestre
    Celui qui finit l'année
    Demain An nouveau

    Alors à vous tous
    Une Bonne Année qui vient
    Et plein de Bonheurs

    En ce dernier jour
    Penser à tous les rêves
    Ceux que nous faisons

  • Moi et encore moi

  • Générosité

     

    Générosité

    T'as pas cent balles
    Juste histoire de te payer
    Une bonne conscience de donateur
    Et je me payerais un verre à ta santé

    Allez! N'ais pas honte! C'est plutôt bien
    C'est plutôt beau, un cœur généreux
    Vous savez moi... Je fatigue aussi
    D'être pris pour une vache à lait

    Il doit y avoir marqué sur mon front
    Gogo donateur... Qui est bon à taxer sans faim
    Vous savez le verre était bon
    Et je vous remercie de votre don

  • La science selon JCVD

    Vous voulez sourire ? Regardez  donc cette vidéo!

    "La science selon Jean-Claude-Van-Damme"

    Total respect vu que c'est un grand costaud

    De 1m 80 qui pratique les arts martiaux

    Et que je suis vachement pusillanime

  • Post Apocalypse

    Post apocalypse

    En ce temps là j'étais encore un trop bon apôtre
    En suivant mon maître à travers tout le monde entier
    Car j'étais capable de vous prêcher et de vous mendier
    Je n'étais hélas pas un militant de la paix ni des vôtres

    Je voyais bien que viendraient des temps nouveaux
    Une grande apocalypse qui était déjà écrite là-bas
    Puis en septembre 2001 un fou, des morts en cadeau
    Les amis de mes amis n’étaient plus tous ceux là

    Je devais choisir entre le pire ou l’atroce suicide
    Des jeunes gens sincères suivaient la voie du guide
    Je n’aimais pas ce choix mortel qui était donné alors
    Je hais l’idée de leurs Dieux très cruels et matamores

    Sans renier celui qui m’avait déjà aidé à bien grandir
    Je regardais tous ces humains totalement prêts à mourir
    Pour une justice d’assassinats et faire toutes les guerres
    Je ne savais plus aimer ce pays, cet Israël de naguère

    Je n’aime pas ce monde où tous mes amis se haïssent
    Je n’ai que le droit de leurs dire que la vie est urgente
    Et qu’importe le pays où la vie reste encore toutes aimante
    Car sans précaution de l’autre, Tous ces périls vous divisent

    Bêtise du 27 mai 2011

  • Te souviens tu, d'hier ?

    Te souviens-tu d’hier ?
     
    Te souviens-tu de ces jours  ?
    Où nous étions les maîtres ?
    Et que nous imposions nos lois
    A tout l’univers asservis

    Notre empire était si puissant
    Qu’on tremblait devant nous !
    Nous les humains tellement puissants
    Nous avions trouvé la puissance

    La force ou la faiblesse, de la foi
    Car nous rêvions tous  tellement fort
    Du royaume de nos cieux, là bas
    Avec un  seul rêve pour  guide

    Oui il n’y avait pas de place
    Pour toutes les vies rencontrées
    Alors nous avons tué beaucoup
    Tous les gêneurs qui étaient là

    Et nous avons pillé la Galaxie
    Et nous avons détruit ainsi
    Des myriades d’extra terrestres
    Cela pour notre seul profit

    Puis un jour, il vint le jugement
    Pour tous nos massacres
    Qui sont à venir demain !
    Ainsi disparut l’Empire

    Te souviens-tu encore d’hier
    Et de toutes les myriades de vies
    Toutes différentes de nous
    Et aussi toutes aussi vivantes

  • Le temps qui passe

    Le temps qui passe

    Certes ! Vous dis-je!  Tout va bien et la bourse est haute
    Nous vivons plutôt mal sur les économies de nos vieux
    Ceux qui firent hier et autre fois les trente glorieuses
    Car nous n’avons plus rien à dire de bien sur ce monde

    Oui ! S’il n’y a pas de travail donnés  ici et maintenant
    C’est bien que nous occidentaux  ne soyons plus assez rentables
    Paraît-il,  il y  a dans ce monde des gens qui sont prêts à tout
    Pour pouvoir manger de la mal-bouffe et avoir un travail

    Notre monde de sept milliards d’humains sur Terre
    C’est un monde sans morale et qui détruit les lois
    Toutes celles qui parlent du travail et de l’argent roi
    L’Amérique de Bush, elle est l’alliée objective d’al qeada

    Et ils n’ont que peu de soucis des droits de l’homme
    La morale la plus réactionnaire de tous les religieux
    Elle a ainsi remplacé la morale des droits sociaux
    Celui qui peut mourir pour Dieu ne se soucie pas

    De savoir ce qui est juste et ce qui doit être fait
    Je vois ces fous qui confondent la vérité et les mensonges
    Il est faux de croire que Dieu, il permet la haine de l’autre
    Et que se suicider, c’est un billet pour le paradis promis

    Il n’y a rien à faire j’aime mieux mes seventies de mes vingt ans
    Avec  ses fous, ses râleurs syndiqués et tous ses idéalistes
    Milton Friedman et l’imam Khomeyni, ils sont les ferments du Chaos
    C’est  vrai que se sont aussi de purs idéalistes parmi les idéalistes

    Pourtant mourir pour des idées, c’est vieux comme le monde
    Et qu’il n’y a pas d’alternance à la vérité quand elle vous est octroyée
    Par des gens qui ignorent la réalité quotidienne du commun
    Je ne suis pas marxiste car j’espère dans l’âme et la vérité de Dieu

    On ne se méfie jamais assez des idées simples données comme vraies
    Comme le paradis d’Allah et le profit par usure de l’argent du travail
    Ainsi tout le reste est balancé pour cette idée d’un avenir idéal
    Le bonheur actuel en Chine et toutes nos trente glorieuse passées

    Je ne connais pas l’avenir, mais méfions-nous des idéalistes ?
    Les écologistes me font peurs avec leurs idées très absurdes
    Il n’y a pas d’économie qui marche avec les idées écolos
    Notre avenir c’est que nous allons tout détruire sur Terre

    Mais heureusement il y a un peu partout des gens biens
    Qui parlent d’économie solidaire et de micro crédits
    Donc je ne dois pas désespérer… L’Afrique  qui m’étonnera
    Où alors l’avenir sera celui qui passe par les femmes libres

    Un jour je le sais Dieu sera une femme et elle sera noire
    Dans une humanité qui redécouvrira tout son quotidien
    Celui de chaque jour comme manger, dormir, faire l’amour   
    Et parler de cette terre si fragile celle ou nous vivons

    Je ne sais pas demain mais je rêve de ce Dieu féminin
    Vous savez les femmes ne font pas la guerre car elles accouchent
    Demain ce Dieu accouchera d’un humain à son image
    Nous oublierons la guerre et le Dieu guerrier de l’apocalypse