La nature et l'écologie

  • Iroise

    Iroise

    Mer d'Iroise, mer bretonne

    Petit bijou ou les bateaux volent

    Entre le grand large de l'océan

    Et les îles de l'extrême Bretagne

     

    île de Sein et île d'Ouessant

    Avec des navigateurs de terres fermes

    Entre deux tempêtes de vents

    Et des touristes incrédules

     

  • Deux Roses

    Deux roses

    Ce sont deux roses entre deux âges de leurs courtes  vies
    Il y a une rose qui est épanouie depuis un peu de temps
    Et une autre aussi et  celle là, elle a vécu plus longtemps
    Elles illuminent  ma vie  car toutes deux, elles me sourient

    A l'origine elles sont toutes les deux d’un beau jaune d'or
    Mais en vieillissant, elles changent aussi, et elles bougent
    La plus mûre, elle est pâle et liserée d’une fine bordure rouge
    Tandis que la plus jeune, elle est un beau jaune sans remord

    Je les aime ainsi toutes les deux car elles sont d'âges divers
    Entre une femme mûre qui reste  belle malgré le temps qui passe
    Et une fleur fraîche et  celle ci,  c’est encore tout le temps qui se  lasse
    Je sais des femmes mûres et toutes les fleurs de givre de mes hivers

    Mais je ne saurais jamais la quelle choisir… Ho oui ! Ça non!
    A choisir entre l’éclat tragique de cet amour toujours canon
    Et la tendresse fragile donnée par cette fleur douce d’un été
    Je ne saurais jamais toutes celles là… Je ne les ai jamais rejetées

    Le quotidien dans une vie banale…. Oui ! C'est bien de vieillir
    Et d'accorder une place à toutes, cela sans jamais oser les cueillir
    Je sais des fleurs éphémères qui sont  uniques et  qui meurent d’instants
    Et aussi  je connais les lumières étonnantes qui viennent aux bons moments

    Je vois ces deux roses, qui sont différentes avec mes yeux de jardinier
    Et je ne sais bien si je dois accepter leurs offrandes ou bien le nier
    J'aime la fragilité de ces deux roses épanouies qui fleurissent ici
    Et à chacune, toute vivante dans l’instant, je ne sais que leur dire merci

    photo-008.jpg








  • Nature Sauvage

    Nature sauvage

    Dans une nature qui reste toute sauvage et encore incontrôlée
    La mer violemment, elle nous lance toujours toutes ses vagues
    A l'assaut du promontoire rocheux, c'est là où se finit la terre
    Avec quelques marins d'eaux douces dont je suis qui se promènent

    Des vagues qui suivent la digue jusqu'au bout de ses assauts
    Je me retire, sous toutes les  fortes attaques de l'océan
    Et en moi  alors je vois des marins dans des mers lointaines
    Qui vaquent à toutes leurs besognes sous des paquets de mer

    Car moi qui suis un homme de la lointaine montagne alpine
    Oui ! J'aime  toute cette folie déchaînée de la mer en furie
    Je sais une montagne qui reste toujours égale à elle-même
    Avec de temps en temps pour changer quelques petites avalanches

    La mer et la montagne, déjà se sont déjà deux mondes différents
    Mais moi je ne connais pas  toute la mer dans son intimité
    Je sais des marées alternantes et des ports bien protégés
    Loin de ses vagues énormes qui  déferlent sans cesse

    Et je ne connais pas les longues journées de calme plat
    La pétole comme le disent les marins des Glénants
    Je ne connais ni la Mer ni le désert ou la banquise
    Il est des ailleurs qui me parlent à moi marin d'eaux douces

    Un jour je me promets j'irais dans la  grande nature vierge
    Et j'écrirais des sagas interminables  et des histoires fantastiques
    Tellement loin de mon petit chez moi et si loin de la loi d'Internet
    Je serais un chasseur terrible et précautionneux d'animaux fabuleux

    Mais ma chasse elle se fera sans mort et  je les photographierais
    Car avec moi et mon tableau de chasse, cela sera le compte des êtres
    De tous ces êtres fantastiques vivant et peuplant la mer, la savane
    Un jour je serais célèbre pour avoir vu le zingoptère argenté

    Cet animal fabuleux qui vit aussi  bien dans les airs que les herbes
    Et qui nage aussi bien et aussi fluide qu'un poisson de vif argent
    Il me regardera très stupéfait et moi  alors je lui dirais bonjours
    Je serai le premier homme à photographier le Zingoptère

    Il y a sur Terre nourricière plus d'inconnus que sur Internet
    Et la chasse au Zingoptère , elle est ouverte à tous les rêveurs
    Qui écrivent tous leur ennuis en oubliant cette nature sauvage
    Qui génère plus d'étonnements  que la foire continuelle d'Internet

    Je veux être le chasseur du  Zingoptère bien anonyme dans la savane africaine
    Puis j'irais sur d'autres lieux, sur la mer, sur des terres lointaines, dans le désert
    A la recherche de miracles incroyable qui sont  cachés par cette nature étrange
    Où je suis un étranger qui ignore toutes ces existences incroyablement secrètes

  • Poème sur les fleurs

    fleur-souci25.jpg


    Poème sur des fleurs

    Mes soucis sont des très gros problèmes
    Comme d’arroser mes fleurs le soir !
    Avant de me coucher dans mon lit douillet .
    Je pense souvent aux soucis de Jacques Prévert,

    Il n’aime pas ces fleurs fragiles et toutes fripées.
    Pour lui les soucis, c’est des mauvaises pensées.
    Pour moi un souci, c’est un soupçon de fragilité
    Mais je ne cultive pas vraiment les soucis

    J’ai un petit rosier en pot qui me cause des soucis
    Il faut le tailler, l’arroser, admirer sa beauté éclatante…
    Ah! Sentir les roses en septembre, c’est déjà l’immortalité.
    Alors les petits soucis, ben! Ils peuvent aller se faire voir ailleurs…

    Alors entre des fleurs fragiles et des problèmes de rosiers
    J’aime assez les rosiers, les soucis ça dure et ça dure encore
    Petites fleurs fragiles, fripées, aussi immortelles que fragile
    Prévert les comparait a des pensées ou bien des immortelles

    Je laisse le fragile souci aux jardiner,
    Les immortelles aux cimetières
    Il n’est pas dit que je n’aime pas ces petits soucis fripés
    Mais j’aime mieux sentir l’odeur de ces roses qui fanent vite

    Les roses de septembre sentent la chaleur d’un été passé,
    Elles exhalent en elles, toute leur féminité,
    Dans une corolle et laissez donc les petits soucis
    Aux amateurs de provisoire


    Une rose, née un matin,
    Est bien plus immortelle
    Dans la durée qu’une fleur fripée !
    Qui ne dure qu’un certain temps donné !


    NB je vois dans mes références de site
    fleurs et fripées je pense
    que ça se réfère à ce poème ci

    Paris le 31 juillet 2011

  • Le beau temps s'est enfuit

    beau-temps-diparu.jpg

    Le beau temps s’est enfuit

    Le beau temps, il s’est enfuit au loin
    En nous laissant un ciel bien trop triste
    La pluie qui succède sans fin à la pluie
    Le soleil n’est plus là... Hélas non ! Il n’est plus là

    Je vois les jours sombres et moroses qui se suivent
    Et moi ! Dans ma tête j’ai besoin du soleil chaud
    Où  don es tu passé le soleil chaud, lumineux
    La pluie c’est juste bon pour toutes les plantes

    Mais moi Vous savez je l‘attends depuis deux mois
    La lumière,  Le ciel bleu, la chaleur du soleil vif
    Quelques fois ces temps ci  il y a un peu de soleil
    Mais dès le lendemain le temps est à la pluie froide

    En ce mois de mai… Frère Soleil je te convoque
    Viens donc frère rieur du ciel, tout plein d’azur
    Je n’aime ce mois de mai qu’avec des lueurs vives
    Ce mois hélas ! Il me reste comme un mois sombre

    Il faut vous dire que le soleil est juste derrière
    Les nuages gris qui le cachent, encore voilé
    Et le gris du ciel c’est la déprime assurée
    Vient donc frère rieur du ciel ! Toi le soleil…

    Samedi premier juin 2013
    Il y a du soleil sur Paris
    Il fait enfin beau

  • Propos sur l'histoire la géographie

    Lire la suite

  • Conseil en nutrition

  • La nature, le jardin, fleur et légumes

    Bêtise du 16 mars 2013

    Lire la suite