Paris au mois d'août

Paris au mois d'août

Le ciel était très bleu  et presque sans nuage
Et mon humeur était  plutôt douce et bien sage
Le temps était chaud certes mais il était aimable
La météo  nous montrait tout ce dont elle est capable

Des nuits calmes où je dormais sans problème
Tout me disait que le beau temps était le même
Mais Je ne savais que dire et que pouvoir faire
À ces gens qui causait trop fort dans  la lumière

Je savais un temps d'août et un mois chaud de l’'été
Il est rare de faire de l'hiver temps froid  un rêve d'éternité
Les anges ils circulaient tranquilles entre les hommes
Comme si la lumière, elle nous donnait quelques sommes

Non pas de grands sommeils, mais de l'or dans les yeux
Peut être dans neuf fois, un bébé pour des amoureux
Je ne suis pas un père et je sais bien que je ne le serai pas
Je n'imagine pas qu'un gamin, il me dise à moi : Papa!

J'assume entièrement mon indépendance sans requête
Je n'aime cette idée absurde de jouer le grand prophète
J'entends trop de choses et cela m'inquiète cette écoute
Les prophètes sont des délirants, et moi je les redoute

En ce calme mois d'août, Les travaux sont fréquents  à Plein
Je songe à Marie et au quinze août une date qui me plait bien
Le calme enfant que je pense être, il sait bien un bon temps
Tandis que le vieux con que je suis devenu, il songe au printemps

Entre ce qui était hier, ce qu’est aujourd'hui, ce que deviendra  demain
Je sais trop de guerres et de conflits pour des mauvais lendemains
Je me souviens toujours des sages conseils de Jésus dit le christ
Il ne me convient pas de choisir pour demain,  c'est mon  choix d'artiste

Le ciel était bleu, la chaleur, elle était  plutôt douce ici à Paris
Pourquoi n'y-a-t-il  qu'en été qu'on fait des grands travaux ici
Entre une perceuse et des marteaux piqueurs qui sont en action
Juillet à été chaud, Août l'est aussi mais sans contradictions

Paris le 6 août 2018

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire