Chapitre 29 Normes ISO 2017

 Chapitre 29 Normes ISO 2017

Le 31 décembre 2005 en préambule je vous signale la mise en place de la norme ISO 2007 conformément à nos prévisions des années 1995-1997,

 Je vous rappelle la définition et le but de cette nouvelle norme. La définition de cette norme est de normaliser les rapports humains et le but de cette norme est d’améliorer la qualité des productions humaines, voire de faciliter l’exploitation des ressources humaines

La production artistique ? Elle est en études et elle fera l’objet de la norme ISO 2017 qui sera mise en place dans les années 2015-2020, il y a trop de critères chaotiques qui sont à étudier dans les critères de convergences esthétiques,

Nota. Bene. En ces jours d’avril 2015 je songe a toute la mise au pas par les services de l’État français de toutes les notions de culture que cela soit les radios d’information ou que ce soit tous les services de la culture et de tous les services de l’enseignement en France,

Il n’y a qu’à voir le mépris de nos ministres que cela soit madame fleur Pellerin ou bien madame Ségolène royal, on dirait qu’elles ne savent rien de notre belle culture française,

Oui ! Ces deux dames, elles sont d’une grande inculture, mais elles sont aux commandes et elles détruisent toute notre culture par de la pure bêtise économique, cela sans avoir conscience du mal qu’elles font,

Donc des irresponsables à juger devant le tribunal des génocides ethnicité-culturels, le fric et la banque, ils tuent toutes les idées de la révolte,

La norme qui est imposée par ces fous de l’économie, c’est celle du consommateur, cet idiot qui formate, qui jouit et qui consomme sans réfléchir des produits frelatés,

Pour ces fous de l’économie, il n’y a pas d’autres réalités que la valeur marchande de la culture,

Déjà toutes les œuvres d’art, elles sont dénigrées par des idiots utiles, je ne pense rien des entreprises de démolition de l’art en général !

Je dis que vouloir vendre de la merde a des prix élèves par une falsification financière de la cote de ces œuvres, c’est falsifier l’idée de la notion de qualité artistique qui est liée à une œuvre…

Pour certaines de ces œuvres d’art, elles sont vendues très cher pour la marche spéculatif, les banquiers qui ont des goûts de chiottes, de la fontaine de Duchamp il n’a été retenu que le côté scatologique entre la merde la pisse et l’usage commun,

Les vendeurs ils vendent, ils achètent et ils spéculent sur des œuvres d’art vendues très chères, à cause de la cote élevée de ces artistes surévalués

Un tas de charbon ce n’est jamais qu’un tas de charbon et c’est quasi un succès répétitif parmi les artistes, ont-ils des chaudières qui marchent encore au charbon ? Il y a même eut dans les années soixante, un artiste qui vendait ses propres excréments dans des boîtes de conserves scellées

Non ! Moi je suis désolé ! Mais de la merde cela reste toujours de la merde, à savoir que l’argent, il est toujours corrupteur de notre regard sur la réalité, cet argent, il reste encore moins essentiel que notre humanité,

Un jour nous reviendrons au troc et nous oublierons toutes ces mauvaises idées spéculatives qui pourrissent nos vies et toutes ces variations que font nos âmes. L’artiste survivra encore et toujours aux fous du monde de l’argent

Bruno Quinchez Paris le 8 février 1997 rajout le 4 avril 2015 et le 11 août 2017

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire