Chapitre 65 Le Coq sur son Tas de Fumier

Chapitre 65 Le Coq sur son Tas de Fumier

Un coq se pavanait et chantait du haut de son tas de fumier, il était le roi de la basse cours, en ignorant les intentions du fermier, Le matin il relevait le soleil et il mettait fin à la nuit et ses mauvais rêves de rien du tout, car il est le maître de ses riens qui sont choses brèves entre le purin comme une richesse, il avait les pattes dans la merde,

Moi ! Fils de gaulois, gallicum chez les latins je n’ai rien à perdre ! Que j’aime cette vie très simple et ces presque-riens de nos vies une deux chevaux très loin entre une Maserati, une Lamborghini, une Delorean, Soient quelques envies de voitures de rêve mais la vraie voiture des français c’est une deux chevaux qui reste un vilain petit canard

elle fut achetée, avec les sous qu’on retire de la vente du purin qui suffisent sans petit retard, les belles voitures sont peu intéressantes pour ramasser le fumier un Massey Ferguson ou une deux chevaux sont plus utilisés plus coutumières

Paris le 4 février 2015

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire