Chapitre 67 Des Œuvres Ephémères, La Mandala et Le Graffiti

Chapitre 67 Des Œuvres Ephémères, La Mandala et Le Graffiti

Je songeais à un truc la Mandala ou plutôt les figures géométriques colorées faites avec du sable très fin comme une relation au divin, une idée qui me plait bien, car dans le Mandala, c’est la communion cosmique dans l’éphémère…

À savoir aussi que les moines qui les font, ben ils mettent 15 jours à les tracer avec une extrême précision dans les tracés et qu’elles disparaissent d’un coup de balais après la cérémonie…

De même, souvenez vous de tous les dessinateurs de rue… je ne sais pas si vous vous souvenez de ces artistes dessinateurs qui nous faisaient un beau dessin avec des couleurs et tout cela dessiné à la craie sur le trottoir ou vous passiez et qui en général il faisait la manche…

Ce sont des œuvres qui disparaissaient avec les services de nettoyage de la ville de Paris, Je ne dirais pas la même chose des tags et des graffitis, il peut y en avoir de très beau, des très travaillés mais c’est surtout la marque durable des egos, des personnes qui font ça comme une signature,

Des fois les graffitis s’accumulent et ça devient laid, les murs salis par les tags, oui ça existe ! Je dis bien que c’est de la salissure parce que ça devient laid par les accumulations,

En poésie, je me suis souvent demandé où était donc l’éphémère, hé bien ! C’est le temps de votre lecture, tout ce que vous lisez comme un graffiti que vous voyez dans la rue, j’aimerais assez arriver à l’impact poétique des œuvres poétiques de Bens ou de Miss-Tic,

Ce sont des dessins avec de très courts textes, je suis déjà plus lyrique et je ne fais pas dans le court, je dis souvent que le net est éphémère mais moins que des Mandalas ou des graffitis aussitôt effacés,

Graffitis ? Graffitis ? Mon cul ! Des œuvres de chiottes dans un monde de merdes… non je rigole ! Mais les paroles publiques ont leurs interdits… il n’est pas permis de dire : dégage pauvre con à Nicolas Sarkozy sur les murs…

Ce pouvoir est celui de gens incultes et vulgaires mais le pourvoir permet des insultes de bas niveaux d’éducation, donc il est interdit par le pouvoir d’avoir la vulgarité de Nicolas s...

Le graffiti-Mandala, c’est une idée qui me plait bien… le verbe qui écrirait sur le sable ou sur le vent dans le temps éphémère d’un soupir, et hélas ! Ce n’est encore qu’un rêve de poète…

Paris le 22 septembre 2013

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire