Musiques

  • Musiques...

     

     

     

    Musiques...

    Le soleil était maintenant levé depuis un certain temps
    Et j'écoutais ma petite radio qui est sûrement très bavarde
    Ils parlaient de musique du passé et aussi de Beethoven
    J'aime bien Beethoven mais quels bavards ils sont

    Ils sont ennuyeux tous ces rendez nous la musique
    Je suis un vieux machin, et parfois je songe au passé
    Mais ce n’est ni Beethoven, ni Nietzsche qui sont vivants
    Je ne sais pas quelle est la radio que j'écoute en ce moment

    Dans mes écoutes, je mets souvent France musique
    Mais non c'était France culture et tous ses bavardages
    Dans mon Paris il y a bien cette musique classique
    Et j'entends les camions des poubelles qui passent

    J'imagine parfois une musique céleste qui me réjouirait
    De ces choses comme du ciel qui chante la vie vécue
    Des musiciens français comme Debussy, Ravel et d’autres
    Comme Fauré, saint Saens, Satie et  tous ceux que j’aime

    Je me mets à aimer le silence, qui est un grand calme de mon âme
    Dans les modernes j’aime bien Arvo Pärt le compositeur estonien
    Mais à part lui je ne suis pas très accroché aux modernes  contemporains
    Je sais que j’aime les musiciens français, du début du vingtième siècle

    Bruno Quinchez Paris le 5 février 2020

  • Propos sur de la musique

    J'ai de très nombreuses heures de musiques enregistrées, soient environ  20 Go ou 850 Fichiers MP3 de 5 mo à 115 mo entre divers styles,  j'en ai mis quelques-uns sur le site, mais les choses mises sur le site, elles ne peuvent dépasser 15 mo... Je vous renvoie donc à mon site de cloud Box.Com où j'ai mis tout ça à télécharger

    https://app.box.com/s/xrl8i0bjaxhf2b8auyvmymuwk2u8jdn5

     

  • Sur le temps... Une réponse à un sujet sur Toute La Poésie

    Sur le temps

    Vous êtes bien pessimiste ! Certes on arrive sûrement  à une fin donnée
    Mais il y a encore des myriades de choses nouvelles comme des enfants
    Je me sais vieillir aussi, mais je pense à mes neveux et à leurs avenirs
    Parfois un terminus comme une gare, celle-là où vous pensez arriver

    Celle-ci est aussi avec d'autres moyens de transports comme des bus
    Voyez plutôt  votre vie dans un  grand réseau de vies toutes diverses
    Les mots que j'ai écrits hier, les mots nouveaux, ceux d'aujourd'hui
    Je ne sais pas s'ils seront lus ,mais par eux, moi je me vois lu dans le futur

    Le temps n'est un pas train, et  Il n'y a pas d'horaires ni de rails
    Ce sont quelques choses, qui s'improvisent dans de multiples instants
    Parfois il  y a des histoires tristes et d'autres fois des amours magnifiques
    Ce sont moments à vivre, et à revivre cela quelques soient les conditions

    Sur les rails du temps vous roulez sans doute, sans avoir de vraies illusions
    Car vous n'imaginer pas, tous ces sentiers escarpés, qui sont loin du train
    J'ai beaucoup fait de stop dans ma jeunesse, et j'ai aussi beaucoup marché
    Car  je n'avais pas les moyens, et ma vie a été toute faite d'imprévus

    Peut être un enfant de ma famille, il me lira dans  vingt ou trente ans
    Quelques parts ! Je ne connais plus la nécessité et le temps qui fuit
    Un jour tu verras ! On se rencontrera !  comme nous disait Mouloudji
    J'ignore de quoi je mourrais, je sais que pour moi demain n'est pas écrit

    Le temps qui passe et qui ne roule pas sur des rails toujours parallèles
    Quelques fois je sais des choses de mon passé, celles que j’eusse aimées
    Ces choses là  je les porte dans mon cœur et j'espère encore les revoir
    Pour l'au de-là ! Oui ! j'imagine des myriades de choses toutes aimables

    Paris le 23 janvier 2019

     

  • Une symphonie déconcertantes

    Symphonie déconcertante

    J’entends parfois le rossignol picole et il boit sa gnôle et se dope
    Tandis que le corbeau noir et aigris, il jette sa cigarette et écrase sa clope
    Le concert est fini maintenant et je vois les deux oiseaux qui se taisent
    Ils comptent leurs envolés lyriques, et tous leurs chants de la grande baise

    Là-haut ! Ils volent l’attention des auditeurs, et ils s'envolent sans bricole
    Une colombe passe, on lui tire dessus, et elle se prend des tonnes de plomb
    Non ! les oiseaux, ils ne sont que des fantaisistes sans chef et ils rigolent
    Un chien qui aboie dans ma rue, il exprime une opinion qui est de fond

    Les humains, ils se sont absentés et ils ne sont plus sur la scène
    Le scénariste, il a changé le scénario, et je vois toute la vie qui se démène
    Babar l’éléphant qui revendique le droit d’être un roi et qui soit sans problème
    Je sais bien tous ces personnages du passé parmi tous ceux que j’aime

    La symphonie sibylline des sillons, et des microsillons sans remords
    L’oiseau en moi qui se tait et il laisse aller, cela sans qu’il n’ait fait de torts
    Un chien sage se lève et il déclare que demain, ce sera beaucoup mieux
    J’ignore si les hommes,ils se prennent pour de chiens ou pour des Dieux

    Je vois l’oiseau là-haut sur la branche qui essaye de parler du bonheur
    Un vieil humain regarde l’oiseau et il lui tire dessus avec un regard mauvais
    Tandis que l’oiseau, lui il chante et il chie toute la vie et tous ses airs bien trop niais
    L'homme assis se demande encore : Mon Dieu ! Qu'est-ce que le malheur ?

    Un chien chef d’orchestre qui bat la mesure avec sa queue, le rossignol chante
    Je sais des animaux bien plus vivants que vous et moi, ceux-là qui me hantent
    Un matin de l’an dix-mille je ne savais plus, si sur Terre il y avait des hommes
    Comme je savais ces animaux et ces esprits, je les savais et nous sommes

    Dans une musique tourmentée et absente, j’entendais l’âme des hommes
    Mais où étaient-ils donc ? Je ne connaissais que des médias bavards et des formes
    La symphonie du nouveau monde avec des trilles, des aboiements et des miaulements
    J’oubliais le violon et le piano, je savais certains compositeurs dans les plus déments

    La musique concrète, elle avait oublié l’Homme et elle composait avec les animaux
    Les singes avaient-ils inventé une musique, celle-là qui soit vraiment universelle
    Beethoven, Debussy, Ravel et Mozart, eux ils songeaient à un monde plus beau
    Tandis que moi je connaissais une détresse entre un rien du tout et une pensée virtuelle

    Paris le 30 octobre 2016

    Symphonie deconcertantesymphonie-deconcertante.mp3 (551.73 Ko)

  • Un groupe Musical que j'aime bien los gadjos

    Un groupe de Musiques que je viens de découvrir, ils ont déjà fait plusieurs choses diverses et variées, Ils s'appellent les gadjés ou gadjos en espagnol, je vous mets quelques-unes de leurs musiques

    Behind the wall

    Bal o'gadjos une très jolie musique tsigane entre une valse et une mazurka

     

    Valse Toi-même

    Lady Gavotte

    Vents d'Ouest-Vents d'Est

    Là ! j'arrête ! Allez donc les voir sur scène