Allitérations-2

ALLITERATIONS-2

Il posait sa petite Chose, une  cause  qui se repose et pose, cela s'impose
Comme une prière commune dans une soupière que l'on hume et qui  fume
Entre navets et vers neufs, des mots nuances ou essences,  de ces non sens
Les mots, s'agençait, sages et sans ramage mais sagaces gages de marges

J'étais fier de ces fleurs furtives et fulgurantes entre les frustres et le festin
Animal amical, j'allais miracle des mots, de la musique et des  lumières mystique
Bébé babillard, je balbutiais, oubliant la bibliothèque et tous ses bouquins bavards
J'entendais et j'attendais, de quoi  dire et redire,  à  force de lire des délires décadents

Ils étaient si nombreux ombrageux et sombres, me parlant d'hécatombes en nombre
J'étais inquiet, pas content devant ces quêtes et requêtes pour des conquêtes qui m 'affectent
Des Brumes et des brouillards, de la boue, des combats et des trépas, un mauvais débat
Moi calme enfant je me souvenais du beau Rimbaud  et de tous  ces enfants de salaud

Comme je descendais des décades et des drames indécents dans des durées réelles
Je m'attentais à tenter d'attenter aux mots, cela tôt ou tard, torturer la syntaxe  en tentant
Rigolards et grand fêtard, avec  un gros pétard, des mots qui pètent et fument aux hasards
Ne pas se croire, le savoir, miroir de moi-même, le dire et le redire c'est encore à voir

Dans mes mots il ya mes maux, des malaises balaises et des baleines  en ballades
Laissez vivre, entre survivre et suivre, la piste est balisée par des mots de survie
Se savoir vivant, ne pas rester ivre,  s'enivrer en hiver, de joies et  de bons vers
Chaque nuit est un navire qui vient entre des rivages lointains et notre rive présente

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire