Essai d'écriture automatique

Essai d'écriture automatique

Ne sois pas trop intelligent !
C'est ton cœur,
C'est tes tripes
Qui doivent parler

Foutaises vers pervers
Je veux jouir
Dans cette courte vie
Celle-ci où J'écris

Je vis et j'aime
Oui ! Je me bats
Je suce jusqu'à l'extrême
Mais, je n'en sais pas plus

Le petit rien de la vie
Je fantasme sur des fantômes
Je vide la substantifique moelle
Le tout petit rien

Le petit vers de rien du tour
Celui qui fouille de ça et de l)
Et qui grouille de partout
J'automate mes mots dits

Et après je les lèche
J'encense la vis
Et ainsi je crée
Par des blablas

Dieu que cela est bon !
Et cateara ex cathedra
Un ciel bleu quelques nuages
Des anges qui passent

La prima donna
Qui jouit intensément
Entre des vers livres
Oui des vers libres

Tout ! Pour le coquin Paris
Celui là qui rit de mes émois ?
Et moi je suis l’organe
De cet ordinateur neuronal

Sur l'oreiller du mâle
C'est Satan Trigmégiste
Et patati et patata!
Pas Tati! Pas Tchernia !

Pas d'exclus!
Je me rappelle!
Rappelle-toi Barrabas
Tu analyses  sans fin

Sa géométrie curviligne
J'aime les beaux seins
Qui sont tous pleins de lait
J'aime cette courbe des hanches

D'une belle femme que j'aime
A faire apprendre ce nombre tant utile aux sages
Qui de tes remords peut priser le tabac ?
Coups de tabac coups de pub !

Putains de souvenirs
J'ai longtemps vécu
Et longuement rêvassé
Sur ces grandes ondes

Sous mes yeux endormis
Et demi-clos
Dans le temps qui passe
Parmi tous ceux-là

Le soir aux fonds des bois
Le summum de l'orgas-miasmes
Des tendres fillettes phanérogames
Les mâles assis

Les latences de l'incertain
La flatulence du purin dénaturé,
L'obscénité de ce mot anodin
Et avoir le courage de désobéir

L'ordre de cessez
Ce rendez-vous avec la mort
Et le temps qui jamais ne s'arrête
Toujours dans le même sens

Et ce nuage qui s'enfuit au loin
L'horreur chaotique, d'un vécu
La terreur galvanique autrefois
Cinq milliards d'hommes

Aujourd'hui sept milliards
Et quelques cinq cent millions
Notre  temps qui change
Le climat est inquiétant

Et autant de femmes sur terre
Et autant qui reste  à venir!
Dis donc ! Esprit... Es-tu las ?
Et de quoi rêves-tu ?

L'eldorado provisoire
Pour tous les conquérants
De tous les inutiles
D'un monde à quérir

O vers de Rimbaud !
Over the rainbow !
Aux verres deux reins beaux !
Ovaire deux reins beaux !

Paris 1989 Morsang sur/Orge  1995 Paris 26 juillet 2019

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire