La Forêt des poètes...

La Forêt des poètes...

Celui-là  Il était bien là dans la forêt et lui il se baladait
Il y avait ce temps agréable, l'air était bon et très doux
Ne se préoccupant pas des autres, ni de rendez-vous
Ici ou là, ils étaient tous cachés, dans cette même forêt

Tous ceux-là,  ils ne voyaient peut être pas, la même chose
Certains n'y voyaient que des biches aux abois et des cerfs
Tandis que d'autres plus suaves, ils ne voyaient que des roses
Entre des chênes centenaires ou de méchants  pèse-nerfs

Tous les mots bavards qu'ils glanaient parfois de ça et de là
Cela ne parlait de leurs propre vision, celle d'un bla-bla-bla  
Où chacun trouvaient sa nourriture, sa vie et  son savoir faire
Entre un vieil Hugo bienveillant et un Rimbaud centenaire

C'était de ces arbres bien plantés et qui touchaient déjà le ciel
Entre un  beau sonnet classique, un rien, ou une reprise à la rime
Parfois  des assauts vers un ciel trop ombragé, mais sans la frime
De jeunes pousses effrontées, y cherchaient un peu de l'essentiel

Ainsi la morne élagueuse de la vie  quotidienne leur rendait ce soleil
Et les jeunes pousses, elles s'épanouissaient ainsi beaucoup mieux
Tandis que ces arbres morts, ils disparaissaient, car bien trop vieux
Il n'y avait pas de places pour tous, et les des chênes immortels

Les jeunes pousses sortaient et elles fleurissaient aux printemps
Des fleurs qui font une vie et elles font  aussi partie de ce temps
Des jeunes arbres qui poussaient avec de  toutes nouvelles feuilles
Nés de pollens du passé, des ces arbustes fécondés par  les abeilles

Dans cette forêt là, il y avait les nombreux poètes et des oiseaux
Ceux-là, ils germaient, ils naissaient, ils évoluaient et ils mouraient
Le temps passait et je savais la nature des poèmes qui changeait
Dans la forêt de mots, des poèmes, des missives ou des rondeaux

Parfois  choisir, entre un distique bien rimé qui se voulait très court
Et de ces phrases toujours très longues dans un  grand discours
Mais y a-t-il de ces branches qui sont  à élaguer ou à couper
Je savais des morceaux aveuglants et des suites entrecoupées

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire