Psychologie de bazard, religieux, Philosophie

  • Plaidoyer pour une responsabilité face à l'économie (reprise d'une discussion)

    Plaidoyer pour une responsabilité face à l'économie (reprise d'une discussion)

    Chère madame, sans vouloir vous offensez
    Je préfère payer des impôts que donner mes sous
    A des entreprises qui ne feront
    Jamais de cadeau sur mes prestations sociales,

    Vous me direz que les pauvres n'ont qu'à bosser,
    C'est exactement le même cliché que vous employez
    En disant que si l'état est riche
    C'est par ce qu'il possède beaucoup

    (Ce qui est faux les impôts ont été baissés
    Pour des raison de clientélisme politique)
    C'est grâce à la productivité des entreprises,  
    Ce qui ne prouve rien,
     
    La démocratie c'est la répartition
    Des richesses par la redistribution,
    Aujourd'hui il y a des riches
    Qui sont encore plus riche

    Il y a aussi plus de pauvres
    Et ce n'est pas une bonne philosophie,  
    Ma philosophie viendrait plutôt de celle de Keynes
    Qui était pour une circulation de l'argent

    Et non pas une capitalisation
    Pour fonds de pension comme en ce moment,
    Cela pour dire simple l'épargne elle tue le présent
    Qui est le profit maximum pour fonds de pension

    Et l'appauvrissement général des populations
    Qu'elles soient moyennes et même les cadres,  
    La bourse n'est pas une pensée à long terme,
    Alors je préfère une capitalisation donnée

    A un état qui peut me garantir le long terme,
    Vous êtes de ces gens plein de sous
    Qui n'ont jamais utilisé les services sociaux
    Ne croyez pas que ces services soient inutiles

    Avant mon opération à cœur ouvert j'aurais raisonné
    Comme un égoïste qui ne veut pas payer ses impôts
    Maintenant je raisonne autrement c'est un fait
    Et nul ne peut vous dire tout notre usage des services sociaux

    Mais ne les négligez pas les statistiques sont là
    On dit parfois que les chiffres cautionnent les mensonges
    Ce n'est pas plus vrai qu'un discours politique
    J'aimerais parfois que l'argent devienne serviteur

    Je sais trop de maffieux qui s'enrichissent
    Dans  des sociétés anonymes et la spéculation
    L'impôt dans ces cas là, il n'existe plus vraiment
    La bourse qui monte c'est aussi un truc de fou

    Je ne suis pas prophète mais ce monde est instable
    Les ressource, elles ont beaucoup diminué
    Avec une population humaine qui est  en grosse croissance
    Bref je vois là dans ces faits de notre quotidien mal vécus

    Toutes les conditions elle sont suffisantes
    Pour faire un grand Krach
    C'est de la folie de faire confiance
    A la spéculation maffieuse

    Car elle est capable d'envisager
    Le pire pour pouvoir gagner plus
    De nos jours je ne sais pas,
    A qui je dois faire confiance,

    Dans tous nos politiciens
    Faire confiance c'est donner un pouvoir
    Mais pour nos politiques je ne sais pas
    Parfois j'ai de mauvaises impression

    Paris 30 mars 2005 remis en forme et ajouts le 28 octobre 2019

     

  • Sur le noir Version du 9 octobre 2019

    Sur le noir

    Il me vient des pensées sur le noir, pour certains le mal est lié à l’idée du noir, dans les faits, le noir c’est l’absence de lumière, mais vous savez, pour moi il est idiot, de faire une vérité unique sur la lumière, certes la lumière, elle permet de poser un jugement sur les choses qui sont éclairées mais pour moi, il est complément idiot de juger tout ce que l’on ne connait pas ! À savoir que pouvons-nous dire de l’obscur ? Dans le passé, celui là même qui est encore tout récent, ce mot obscur c'était l’exact inverse de la foi révélée ! Non !  Je ne sais pas si les forces obscures elles existent ! Quesaquo que le diable ? Il est à savoir que Satan, dans les origines de l'ancien testament, c'était un ange parmi les autres, certes il était un grand questionneur face à Dieu.... Puis  Vous savez non moi ! Je ne crois pas trop  à l'obscur comme étant le mal ! Je sais aussi que notre monde, il est plus compliqué que ce monde qui est éclairé par une lumière, il est à savoir qu’il existe aussi des êtres qui vivent sous la terre et qui se contentent de la chaleur de la terre ces êtres là, ils ne connaissent pas le soleil, peut-être aussi doit on dire que la vie, elle est issue d’une histoire où la lumière, elle a permis certains arrangement entre des molécules cela pour constituer des êtres vivants il est sûr que sans la photosynthèse, il n’y aurait pas eut, cette expansion rapide de la vie sur notre planète ! Non ! Je ne crois pas trop à l’existence de bestioles ne vivants que dans le noir et qui seraient purement carnivores et de ces êtres quasi diaboliques qui vivraient sans la lumière! Le noir, c’est un concept qui est encore assez mal compris ! J’imagine des myriades de choses qui sont non-éclairées et qui ne seraient pas forcément mauvaises, vous savez, je songe parfois aux anges ou à des êtres qui sont hors de nos visions j'imagine des êtres non visibles qui agiraient dans notre monde parfois je trouve aussi que ces êtres, ils sont aussi beaucoup trop humains, ou du moins par diverses expériences de mon vécu, je trouve qu’ils sont beaucoup trop faillibles, en voyant des faits qui de passent dans des réalités pas toujours si ordonnées là ! Je ne sais peut être pas ce qu’est la réalité ? Je la crois plus complexe que le concept de dualisme binaire, il est à savoir que vouloir choisir entre le bien ou le mal, ce n'est pas simple ! Dans le ciel immense je n’imagine pas le pire avec des êtres qui seraient vraiment mauvais non ! Je m’imagine des myriades d’êtres avec des manières de vivre et de se mourir très différentes de nous humains, mais y voir le mal ou le bien! Là êtes-vous sérieux ? Vous savez s’il y a un être qui est un très grand prédateur c'est surement nous l'homme cet égo monstrueux ! Pour l’exemple, je pense à nous les hommes qui avons dû faire disparaitre en moins de cent ans des myriades d’animaux et à que je sache depuis 15 ans, il y a aussi cette réalité que les insectes, ils disparaissent connaissez vous cette histoire des vitres de l'avant des voitures qui sont beaucoup moins sales qu'il y a 15 ans et tout ça, ça se joue dans les faits et sur pas mal de réalités entre autre les oiseaux qui n’ont plus cette nourriture que sont ces insectes pour se nourrir,  et il y a aussi la pollinisation par les insectes pollinisateurs, va-t-on un jour pollinniser les fleurs pour remplacer les abeilles absentes

    Bruno Quinchez Paris le 9 octobre 2019

     

  • Marre des gros égos... J'ai envie de disparaitre

    Marre des gros égos et des poètes qui la ramène toujours quoiqu'on leur dise, j'ai envie d'une grande tranquillité donc d'un vrai silence, tant pis si je n'écris plus... Oui ! Vous savez la vie, ça se partage et ce n'est pas une engueulade ! Là j'ai un de mes neveux à qui j'ai envoyé une carte pour son anniversaire et qui m'a oublié, je songe de plus en plus à la mort comme un repos 

     

  • Merci !

     

     

     

    Merci !

    Merci ! C'est assez gentil comme réponse
    Et c’est, je vous le dis, toujours plutôt sympathique
    Que d'être comparé à de grands bonshommes,
    Je ne sais pas, si un jour je serais un grand

    A vrai dire, il est plutôt vrai que là je subis
    De nos jours et cela  hélas depuis un bout de temps
    C'est une trop grande solitude de vieux mecs,
    Vous savez ! J’évite maintenant les lieux publics

    Des lieux où les poètes, ils discutent
    Et de ces endroits où ils disent leur textes,
    Moi je vous dis : Je n’existe que par le net !
    Des endroits connectés, que je fréquente assidument

    Il y a entre autres ce site littéraire Atramenta
    Et aussi d’autres sites comme Toute La poésie
    Mais moi je vais aussi sur mon propre site de blog
    Où je sais très bien que je suis beaucoup lu

    Parfois je me dis en me relisant, ainsi en moi-même
    Sans doute je pourrais peut être, être beaucoup plus connu
    Mais j'évite La publicité et je préfère rester silencieux
    Il y a peut être ce grands désir et de vraies tranquillités,

    Non ! Je n’ai pas envie d’avoir la grosse tête
    Alors vous savez, je me dis que je m’en fous un peu...
    Nota Bene, Il y a un fait, j'évite les réseaux sociaux
    Et tous ce monde des bavard impénitents et terribles

    Oui ce sont des lieux qui sont beaucoup trop bavards
    Où il y a toutes les rumeurs possibles et répétées,
    Celles-là qui ont souvent cours et cela trop facilement...
    Il y a plus de mille manières de dire n’importe quoi

    Vous savez déjà dans les années quatre-vingt,
    Il y a une dame qui me draguait comme poète
    pour que j'entre dans sa boite de Publicité et que je me vende
    Des mots choisis pour son équipe de vendeurs en pub

    Etre vu par elle, comme le créatif de nouveaux slogans,
    Non moi ! Je n'ai pas du tout apprécié du tout ce truc là,
    Non ! Je ne vends pas toute ma poésie ! Oui ! Je la vis
    Faire quelques babillages, et ne pas être toujours sérieux

    j’ignore ce que je deviendrais après ma vie qui passe,
    puis je vous encore merci pour les comparaisons
    Les grands hommes, ils demeurent bien connus
    Les poètes célèbres, ils nous parlent et ils revivent

    Bruno Quinchez Paris le 26 septembre 2019

     

  • Le hasard et les probabilités (Thèse et anti-thèse)

     

     

     

    Le hasard et les probabilités

    Je te joue toi ce temps.
    En échange de mon avenir
    J’hypothèque le doute pour la certitude
    Je perds ou bien je gagne.
    Je suis déjà.. Certain

    Cet instant, cette issue, sont passions
    Je cherche et je trouve
    Cette martingale de prophètes
    Instant de ma vision.
    Comment dans ces secondes
    Voir ! Ce devenir ?

    Je le vois sombre
    Comme une marée noire
    Djihad aux mille noms d’Allah,
    Des guerres, pour libérer.
    La poussière des nations
    Des guerres saintes
    Pour annoncer la bonne nouvelle

    Et de multiples pays.
    Libérés et ruinés,
    Des millions de crèves la faim
    Des abris anti-atomiques
    Pour des sociétés de fourmis

    Des palais incroyables..
    Aux milieux des taudis
    Des rats, qui rongent et qui pullulent
    Et nos sociétés surpeuplées
    Qui survivent semblables à des fourmilières,

    La terre stérile de trop d’hommes
    La terre mortelle,
    Une nouvelle ère,
    La planète
    Sans les hommes,

    Bruno Quinchez (Paris 1988, Morsang sur/orge 1991-juin 1995)

    Le hasard et les probabilités (antithèse)
     
    Faites moi rêver,
    Messieurs les puissants de ce monde,
    De ce cauchemar sortez-moi !
    Souvenez-vous de cette belle terre
    Ce beau jardin qu’elle fut autrefois,

    Peut être, verrons-nous
    De meilleurs lendemains ?
    Que tous nos passés !
    De meilleurs jours,
    Beaucoup plus heureux,
    Mais cela même
    Ce n’est malheureusement pas certain,

    Devrais-je vous croire ?
    De toutes vos promesses,
    Peut-être ! Peut-être !
    C’est encore à voir,
    Le pire, il n’est pas certain,
    Que seront tous nos lendemains ?

    Ces lendemains sont probables,
    Et seule la certitude est d’essence divine,
    La liberté ! C’est douter de demain…
    Pour l’homme il reste
    Cette évanescente problématique,

    Bruno Quinchez Morsang sur/orge 1992

    Paris le 21 septembre2019

  • Petits emprunts bibliques

     

     

    Petits emprunts bibliques

    Au début était le verbe
    Et le verbe dit :
    Que la lumière soit !
    Et la lumière parue
    Et le verbe vit que la lumière éclairait

    Le verbe vit plein de choses bizarres
    Qui étaient avant cachées dans le noir
    Comme des petits homuncules grouillants
    Le verbe compris alors qu'il avait bien fait

    D'éclairer sa lumière pour voir alentours
    Le verbe vit son gourbi et se dit
    Bon Dieu! Il va me falloir nettoyer tout ça!
    Alors le verbe se créa des assistants

    Ainsi il créa les anges qui le servaient
    Mais quelques uns avaient des idées de rangement
    Le verbe n'était pas d'accord
    Pour qu'on touche à ses affaires

    Ainsi fut ! Et depuis
    Le bordel cosmique continue,
    Le verbe dû faire face
    A des revendications diverses
    Et la lutte des crasses commença

    Victor Paris 9 avril 2009 un extrait d'un de mes recueils paru en 2010

  • Quelques réflexions personnelles sur Dieu Version 06-09-2019

     

     

    Quelques réflexions personnelles sur Dieu Version 06-09-2019

    Pour Dieu ? Vous savez ! Je ne vous dirais seulement que : je doute !
    Je n'aime pas du tout; les pensées de leur foi de tous les croyants,
    Ceux là qui maudissent tout ceux-ci qu'ils ne comprennent pas.
    Oui ! Il est à savoir qu'il est plutôt mauvais de vouloir charger de haines

    Et mettre toute sa haine dans ce diable que serait Satan
    Cela en le lapidant avec des pierres, pour moi, c'est plutôt ridicule...
    Oui ! Cela je le vois ! Comme cela se passe, en ce moment à la Mecque.
    Non ! Je ne suis pas musulman, mais je n'y comprends rien à cette lapidation

    Ainsi certaines pratiques religieuses, comme de balancer des pierres
    Je n'ai rien contre Satan, car je sais aussi vaguement, des choses sur cet ange
    OUI ! Il est bien un ange de Dieu, et il n'est pas forcément le mal,
    Car lui, cet ange, il est très libre...Oui ! Il ose poser quelques questions à Dieu,

    Il faut voir cela dans les débuts de la Bible, dans l'ancien testament...
    Donc relisez là avant de définir le mal, comme une vérité absolue
    Pour le mal, vous savez, cela ne reste jamais qu'un truc intime et personnel
    Et puis oui ! Le saurez-vous peut-être un jour ? Non ! Je ne sais pas le mal

    Puis vous savez ? Non ! Moi Bruno ! Je n'ai rien contre votre Dieu
    Mais j'ai vu trop de choses diverses, et qui sont trop mal comprises
    Et puis non ! Ce n'est pas qu'il n'y ait qu'une seule vérité et qui soit vraiment unique
    Mais de qui parlez-vous donc ? Lorsque vous jugez quelqu'un de mauvais?
     
    J'ai plus en plus de mal, avec les livres religieux, qui sont écrits en général
    par des communautés d'intérêts, dans des histoires de religieux qui sont toutes solidaires,
    Cela face à ce monde plein d'oppositions et de conflits qui sont plus ou moins absurdes...
    Pour moi le concept le plus dur, c'est de comprendre, le dualisme du bien ou le mal

    Pour moi ! C'est une connerie ce concept de dualisme ! Je vois trop de gens de nos jours
    Et qui sont généreux pour eux-mêmes et seulement pour la communauté qui est la leur
    Et qui sont souvent haineux pour les autres, je me dis que pour le reste des humains.
    On ne fait pas ce monde parfait sur notre terre qui serait meilleur en jugeant mauvais l'autre

    Ce Monde là ce où nous vivons en recopiant des idées communes,
    On doit pouvoir partager ses idées... Oui la terre elle est surtout faite
    De beaucoup de gens qui y vivent et pour moi la justice, cela reste la seule chose,
    La justice, elle est faite par des lois qui doivent être partagées par tous

     Cette justice ? Est-ce celle, que je donne à Dieu ! Comme s'il n'y avait qu'une seule vérité
    Non ! Je n'aime pas étudier tous les prophètes d'une petite nation qui est trop belliqueuse
    Et de ses religieux qui sont capables du pire, cela pour accomplir une nation sans l'autre
    Ils n'aiment que leurs propres croyances, celles qu'ils ont apprises dans une histoire longue...

    Hélas ce sont des conflits sans fin dans des guerres sans fin et des empires de fous
    Vous savez, moi ! Bruno Quinchez....ce vieux bonhomme de 67 ans bien trop fatigué
    Celui qui se dit poète ! Ben vous savez ! J'ai une culture chrétienne, et un vécu social
    Mais Non Moi ! Je n'aime pas... Toutes les dingueries de la hiérarchie chrétienne

    Et cela depuis les débuts. Il ya un truc que je vais vous dire que je n'aime pas toujours
    Comme des écrits du nouveau testament, cela en lisant les actes des apôtres,
    Un truc admis par tous les chrétiens comme une vérité divine et indiscutable
     Dans ce livre du nouveau testament, je vois que Pierre, il n'était pas un tendre

    Il se comporte mal avec le couple Sapphira et Annamias. Deux chrétiens un peu radins
    Non ! Monsieur Pierre ! Je suis désolé ne rendez pas Dieu qui est le responsable
    C'est vous qui avez décidé de condamner pour des intérêts d'argent et pas Dieu
    Dieu il n'est pas un radin comme vous et je ne comprends pas la condamnation

    Mais non! Je me dis: on ne tue pas ses opposants pour des histoires d'argent !
    La vérité, elle est plus réaliste et cruelle, malgré ces histoires de hiérarchies
    Annamias et sapphira, Ils ne sont des victimes d'une histoire de pouvoir

    Ils avaient peut-être bien quelques choses à dire à la secte de Pierre
    Sur votre répartition de l'argent monsieur Pierre apôtre de Jésus
    Le chef de la secte des chrétiens, des sectaires qui sont prêts à tout
    Et ce choix de les tuer, c'est pourtant bien parait-il, ce qui c'est passé,

    C'est un truc dingue, que je n'aime pas du tout, j'ai un malaise en lisant cela
    Dans les actes des apôtres! Non ! Le gars Jésus ! Il n'a pas établi de royaume,
    avec un roi qui serait au dessus de tous et une hiérarchie et des pouvoirs
    L'empire romain n'est pas un empire à conquérir par la secte chrétienne

    Jésus il nous a surtout suggéré de regarder son prochain dans tous les humains
    Que nous fréquentons, pour moi l'idée de la communion, telle que l'a inventée Jésus,
    Je vous le dis et répète! Non! La vérité ça se partage, ce n'est pas un truc hiérarchique,
    Dans la communion, nous partageons tous, les mêmes choses en Dieu,

    Nous avons là une égalité, et je vous le redis à tous car étant tous concernés.
    Je ne sais pas mélanger le monde politique avec la foi, Jésus, il refusait le fait politique
    Je pense à tous ceux qui sont au plus haut du pouvoir, ils doivent le rendre
    Rendre des comptes à tous les autres, cela n'en déplaise à tous les papes

    Depuis deux-mille ans et aussi plein de guerre, pour imposer la vérité
    Je pense aussi à tous autres chefs des religions quelques soient elles
    Qui se sont imposés par la violence j'ignore où il est dit et écrit
    Et sans quel livre sacré tout ce que disent les curés, pour se justifier

    J'aime ce pape François qui adoucit les horreurs de la vie économique
    Cela n'en déplaise aux américains qui n'aiment pas qu'on leur dise quelque réalité
    La solidarité c'est une réalité profondément chrétienne, l'argent reste un médiateur
    Je ne sais pas s''il ya des concepts chrétiens dans ce monde de nos politiques

    Le marxisme reste une réalité assez mal comprise, car c'est sûrement une vision pour les athées
    Le capitalisme, cela n'a jamais été une réalité de la vie chrétienne plus communautaire
    Le christ ne parle pas de l'argent il sait qu'il existe mais il y a une parabole là dessus
    Où il est dit, qu'on ne peut servir Dieu ou l'argent il faut choisir, et ne pas en être l'esclave

    Paris 15 aout 2019 et le 5 septembre 2019 et le 6-09-2019

     

  • Haïkaïs sur ce monde où nous sommes

    Haïkaïs sur ce monde où nous sommes

    Il me vient en moi
    Ces mots : "je pense donc je suis ! "
    Pour moi ! C'est limite!

    Pour la physique
    Il faut savoir pour ce monde
    Complexe ou réel ?

    La relativité
    Elle se veut très réaliste
    Pas la quantique

    Monde des quantas
    ou peut-être nos âmes
    Vision complexe

    Demain pas écrit
    Et ne pas voir des destins
    Pas de religion


    Paris le 28 août 2019

    Encore et encore des Haïkaïs

    J'étais là hier
    Et puis je serais absent
    La vie qui passe

    Poète écrit
    un petit poème court
    Juste un Haïku

    Savez vous vraiment
    Ce que vous aimeriez dire
    Pour que ça reste ?

    Le crime du jour
    C'est se croire immortel
    Non ! Je ne sais pas

    Paris le 27 août 2019

    Des Haïkaïs

    Des fois bien envie
    Me taire définitivement
    Mais besoin de vous

    Mois de septembre
    celui qui nous vient là
    Mois d'automne

    Là quelques chaleurs
    L'été qui s'en va bientôt
    Le temps qui passe


    Paris le 26 aout 2019

  • La mort...

    La mort...

    Je ne sais pourquoi,
    Ce jour... Je songe à ma mort,
    Pas ma propre mort immédiate,
    Ni d’une négation d’être,   
    Mais la dernière qui viendra,  
    Celle qui arrive avec certitude,  
    Ce n’est pas que je la désire,
    Mais c'est mon espérance,
    Qui doit l’apprivoiser.

     

    Comme beaucoup,
    Je l’imagine étant,
    La souveraine amante,
    J’ai ce mal, en moi-même,
    De me croire immortel.
    Mais je me sens décrépir,
    Et je vois cette fin,  
    Comme une délivrance,
    D'une solitude de vieillard.
     
    Je ne désire pas  vraiment,
    Cette amante morbide,
    Ni que je ne l’espère,
    Mais pour bien vivre,
    Je me dois pouvoir,
    Bien imaginer cet après,
    Et ce monde qui est sans moi,
    Je ne sais rien de l’au-delà,
    Je ne sais rien pas ma vision,
    Cette histoire de la réincarnation,
    Ni de la résurrection,
    Je ne puis raisonnablement imaginer
     
    Mon ennui d’immortel,
    Je sais que la mort,
    C’est de voir disparaître,
    Et cela peu à peu,
    Tous mes amis présents,
    Je ne peux espérer
    Une longue immortalité
    Ou je serais tout seul,
    Car cette immortalité,
    Elle serait sans doute,
    L’enfer de moi-même,
     
    Je veux croire seulement,
    Je veux croire à la communion,
    De tous ceux que j’aime,
    Car je  suis sûr d’une chose,
    C’est que mon paradis,
    C'est cet infini imaginé,
    Qui serait sans borne,  
     
    Je ne peux espérer demain
    Et la vraie destruction,
    De ceux que j’ai aimés,
    Ma grandeur d’être passe,
    Par des myriades de myriades.
    Et notre terre est trop petite,
    Pour contenir l’océan,
    De mes fleuves espérants,
     
    La terre ne peut me contenter,
    De ce petit néant personnel,
    J’espère  dans l’infini,
    J’espère dans l’éternité,
    J’espère dans la vérité,  
    D’un amour de la Justice,
     
    Et aussi être un grand Poète,
    Celui que je veux être;
    Ou que je le sois vraiment.
    Je ne suis rien qu’un grain,
    Dans l’infini des océans,
    Qui me combleront d'espaces,
     
    Je ne puis rien espérer,
    Tout seul et dégradable,
    Si la vie est limitée !
    Ma croyance reste sans limite !
    Ni rien ! Ni servitude !
    Mais la communion des êtres.

    Bruno Quinchez Paris le premier juin 1998 une remise en fore le 19 août 2019

     

  • Quelques réflexions personnelle sur Dieu

    Quelques réflexions personnelles sur Dieu

    Pour Dieu ? Je ne dirais que : Je doute !
    Je n'aime pas du tout les croyants
    Qui maudissent tout ce qu'ils ne comprennent pas.
    Oui ! Il est à savoir que vouloir charger

    Toute sa haine dans Satan
    En le lapidant, c'est plutôt ridicule...
    Oui ! Cela comme cela se passe
    En ce moment à la Mecque.

    Je ne suis pas musulman
    Mais je ne comprends rien
    A certaines pratiques religieuses
    Comme de balancer des pierres

    Je n'ai rien contre Satan,
    Car je sais vaguement
    Que c'est un ange de Dieu
    Et il n'est pas forcément le mal,

    Il ose poser quelques questions à Dieu,
    Cela dans les débuts la Bible...
    Relisez là avant de définir
    La mal ça reste un truc intime

    Et puis oui ! Vous savez!
    Je n'ai rien contre Dieu
    Mais j'ai vu trop de choses diverses
    Et non pas une seule vérité qui soit unique

    Mais de qui parlez-vous donc ?
    J'ai plus en plus de mal avec les livres
    Qui sont écrits en général
    Par des communautés d'intérêts,

    Solidaires face à ce monde
    Plus ou moins absurde...
    Pour moi le concept de dualisme
    Dans le bien et le mal c'est une connerie...

    Je vois trop de gens
    Qui sont généreux seulement
    Pour une communauté
    Et qui sont haineux

    Pour le reste des humains.
    On ne fait pas ce monde
    Où nous vivons en recopiant des idées,
    On partage ses idées...

    La terre elle est faite
    De beaucoup de gens
    Pour moi la justice,
    Cela reste la seule chose,

    Que je donne à Dieu !
    Non ! Je n'aime pas
    Tous les prophètes
    Qui sont capables du pire

    Pour accomplir
    Leurs propres croyances...
    Dans des guerres sans fin
    Et des empires de fous

    Vous savez, Moi ! Bruno Quinchez
    Le vieux bonhomme de 67 ans
    Qui se dit poète.
    Ben vous savez !

    J'ai une culture chrétienne,
    Mais je n'aime pas
    Toutes les dingueries
    De la hiérarchie chrétienne

    Et cela depuis les débuts.
    Un truc que je vous dis
    Cela en lisant les actes des apôtres,
    Dans ce livre du nouveau testament

    Je vois que Pierre, il n'était pas un tendre
    Avec le couple Sapphira et Annamias...
    Monsieur Pierre ! Je suis désolé
    Mais on ne tue pas ses opposants

    Pour des histoires d'argent !
    La vérité, elle est plus réaliste
    Annamias et Sapphira,
    Victimes d'une histoire de pouvoir

    Ils avaient peut-être bien
    Quelques choses à dire
    Sur votre répartition de l'argent ...
    Monsieur Pierre apôtre de Jésus

    Le chef de la secte
    Des chrétiens qui sont prêts à tout
    Et ce choix de les tuer,
    C'est pourtant bien parait-il

    Ce qui c'est passé,
    C'est un truc dingue
    Que je n'aime pas du tout
    Un malaise en lisant cela

    Dans les actes des apôtres...
    Non ! Le gars Jésus !
    Il n'a pas établi de royaume,
    Avec un roi qui serait

    Au dessus de tous
    Et une hiérarchie
    Il nous a surtout suggéré
    De regarder son prochain

    Dans tous les humains
    Que nous fréquentons,
    L'idée de la communion,
    Telle que l'a inventée Jésus,

    Je vous le dis et répète,
    Non n'est pas un truc hiérarchique...
    Dans la communion
    Nous partageons tous,

    Les mêmes choses en Dieu,
    Nous avons là une égalité,
    Et Je vous le redis à tous
    Étant tous concernés.

    Tous ceux qui sont
    Au plus haut du pouvoir,
    Ils doivent rendre
    Des comptes à tous les autres,

    Cela n'en déplaise à tous les papes
    Depuis deux-mille ans et plein de guerre
    Et à tous autres chefs des religions
    Qui se sont imposés par la violence

    J'ignore où il est dit
    Dans quel livre sacré
    Tout ce que disent les curés
    Pour se justifier

    Paris 15 aout 2019