Psychologie de bazard, religieux, Philosophie

  • Ma manière de concevoir Dieu

    Ma manière de concevoir Dieu

    Premièrement Dieu est un concept indécidable donc il n'y a aucun support logique pour pouvoir dire ce qu'il est et ce qu'il n'est pas, C'est ce que dit le théorème de Gödel qui parle de citations auto-référencées, Gödel démontre qu'elles sont non-décidables car elles sont soumises à une instance supérieure. Non ! Il n'existe pas de méta Dieu !

    Et cette idée de raisonnements en abîmes est donc absurde. J'exclue donc des gens comme Spinoza qui construisent un système logique sur Dieu et ses propriétés à partir d'une géométrie logique.

    Ce sont des logiques du style de celles de Descartes et autres mathématiciens géomètres de cette époque, avec des hypothèses, des démonstrations et des corolaires, c'est donc toute une logique absurde pour parler d'un sujet qui nous dépasse.

    Maintenant je pense qu'il ne reste aux hommes que l'accès à Dieu par des expériences mystiques... Soient celles de la méditation ou soient celles de la foi....

    La foi nous fait voir ce que l'on  veut croire et pas d'autres choses car les visions elles ne sont jamais que  des choses issues de soi-même... ce moi qui se projette dans les choses de nos vies.

    Il y a ainsi des stigmatisés qui ont des stigmates aberrants dans leurs positions, soient des stigmates de trous des clous dans les paumes des mains, ces stigmates,

    Oui il est à savoir que question de la réalité physique qu'un crucifié avec des clous dans les paumes, il  ne tiendrait pas longtemps sur la croix ses paumes elles se déchireraient,

    J'ai entendu parler d'une personne qui a testé la crucifixion sur des cadavres qu'il a démontré que le crucifié, il ne pouvait tenir sur la croix qu'avec des clous dans les poignets, entre les deux os de  l'avant bras...

    Ben ces stigmates, ils sont surtout incompatibles avec la réalité, ceux-ci ne correspondent en rien à une réalité physique d'un supplicié sur la croix, tel que  l'a été le gars Jésus. J'en conclue que ces stigmates, ils ne viennent que d'eux-mêmes et de leurs sur-moi personnels...

    Certains psychologues contemporains parlent d'hystérie de compensation... Parmi les saints, il y en a beaucoup qui sont très connus par leurs stigmates, je pense,qu'ils sont aussi dans ce genre très malsain qu'est le dolorisme avec des stigmates qui sont toujours recherchés par ces délirants...

    Le dolorisme et ses déviances, c'est une horreur qui existe  bien chez les catholiques, il n'y a pas de douleurs qui sanctifient, nous devons l'accepter mais ne pas la chercher.

    Dans les mystiques, il existe aussi des recherches sur les limites de l'inconscient, le sien personnel et l'inconscient collectif... Cela doit être, d'abord de pures méditations sans les fantasmes propres à chacun... Ces méditations, elles sont une bonne manière de s'approcher de ce Dieu, déjà si proche et encore si lointain.

    Je tiens personnellement Dieu pour un être transcendant, cela par l'idée même qu'il échappe au temps et à l'espace. Pour l'idée du Dieu créateur ? Non ! Je ne sais pas, ce qu'il faudrait vous répondre !

    Les lois de  la physique et les théories darwiniennes, elles expliquent assez bien ce monde et son Histoire depuis les débuts. Mais je n'en n'exclue pas l'idée de quelques choses de ce Dieu qui est encore un possible dans cet ordre des choses...

    Dieu  ? Il fait ce qu'il veut et vouloir le mettre sous le microscope ou le  voir dans télescope cela reste une folie ! Croire ou ne pas croire? A chacun sa vision de ce monde... Cela vu que si ce Dieu échappe à l'espace et au temps, il est du début et de la fin l'âge de l'univers... La lumière et ses photons sont éternels... Alors Dieu est-il  fait de Lumière ?

    Pour moi, l'univers que j'accepte pour vivre avec les autres de cette petite Terre, c'est celui de la science, c'est à dire un univers âgé  de 13.57 milliards d'années depuis les débuts... Pour ce qu'il y a avant, je ne sais pas et je le dis bien, car  je n'ai  de quoi donner pas une réponse. Pour les 5750 ans de la Bible selon les juifs, il y a  là, une idée d'un Dieu qui date de l'âge de l'écriture et pour les histoires sur Dieu, elles datent au minimum de cet âge de l'écriture.

    Je tiens ce Dieu que j'aime comme le garant moral de la justice ! Pour son action, elle peut-être moins visible, et elle est beaucoup plus simple que des grands miracles et tout les tralalas de la Bible... Dieu? Il agit par des actions qui sont plutôt d'une fine psychologie et cela à diverses époques.

    Pour la notion de Dieu, les amérindiens parlent du grand Esprit. Pour les juifs, il s'agit de Yah, l'esprit qui parle à Abraham.... Pour l'idée du Dieu unique, elle ne date que de -1300 avant Jésus Christ  avec le Dieu unique Aton et son adorateur Akhenaton, cela dans l'Égypte ancien, soient à peu près 130 ans avant l'histoire de Moïse

    Nota-Bene les histoires avec les anges, elles peuvent aussi être comprises comme des voyages temporels, ça marche assez bien avec la secte de Raël que je considère comme étant avant tout un super-matérialiste, donc pas vraiment intéressant... Personnellement ma croyance, c'est que je ne crois pas à un grand truc qui nous soit lointain dans le ciel...Je crois à la communion des âmes, qu'elles soient de toutes les époques.

    Je ne fais pas de panthéisme, je crois qu'il n'y a jamais qu'un seul Dieu... L'ordre apparent découle de ses lois. Je sais qu'il y a des athées qui parle de tous les hasards aveugles mais je pense que l'idée d'un Dieu, cela vient d'abord avec l'émergence et l'histoire de l'humanité avec son idée de La Justice (avec Majuscule).

    Je pense aussi que le principe anthropique est une idée assez stupide. Pour cette idée qui est trop  auto-référencée, je ne sais pas si Dieu est un Homme que l'Homme a fait à son image. Giordano Bruno, un dominicain du seizième siècle a été brûlé en 1600 pour avoir parlé de la possible existence d'autres êtres pensants que les hommes sous d'autres astres de cet univers encore inconnu...

    Pour l'instant nous n'en savons pas plus que Giordano Bruno. Je songe souvent à ce Dieu comme étant la dernière âme, celle  qui regroupe tous les êtres qui ont vécus, tous ceux qui vivent et qui vivront, cette âme de  nous tous qui est dans un monde futur lointain. Peut-être, ce sera un Homme ou un plus que l'Homme.

    Pour moi l'idée de Dieu, elle est encore à construire... Ne faisons pas de Dieu une solution d'un passé bloqué mais une clé pour poser des questions! Je vois certaines  personnes devant mes réflexions personnelles sur Dieu qui me posent des questions sur ma propre identité personnelle.

    Je vous rassure! Non! Je ne suis pas Dieu! Je ne suis pas assez paranoïaque pour croire cela, car cela me poserait de très grosses responsabilités dans un monde qui vit de nos jours avec des guerres pour des histoires anciennes et des promesses qui ont été faites aux différents noms de Dieu !

    Et moi je suis prudent et pusillanime, je réponds alors par la fuite, tout comme le faisait Jésus à son époque! Je n'ai jamais eu cette prétention de tous les Jésus divers et variés que j'ai entrevus dans ma vie et vous savez, j'en ai vu beaucoup et pas tous très sains d'esprits !  Alors préservez-moi de cette folie !

    Je me sais limité dans le temps et je l'accepte pour moi-même, j'aime cette idée de l'entropie de vieillir, de me dégrader et de mourir un jour où l'autre ainsi m'échapper de cet univers. Je sais que pour la foi, celle qui sauve et de la vie éternelle, elle se moque bien de l'entropie et que c'est à chacun sa vision personnelle de l'au de-là...

    Je dis qu'il y a des choses permises et je sais qu'il y en a d'autres qui ne le sont pas dans ce monde actuel. Nous humains ne sommes que des étapes du chemin qui évolue dans la communauté des âmes. Il n'est pas bon pour ce temps, où nous sommes de faire des miracles sans en mesurer les conséquences...

    La rédemption reste une idée commune et non pas une chose toute individuelle comme le prêchent des fous avec la prédestination d'élus qui ont ce je ne sais quoi de sectaire voire de foncièrement racistes  donc haïssables...Je suis sûr d'une chose, on ne se sauve pas tout seul... Le salut reste commun sauvez notre petite Terre...Pas de miracle pour sauver ce monde ? Non! Car avec ce que je vois et ce que je sais...

    La vérité! C'est que je vois  beaucoup trop de corruptions et de corrupteurs... Le business de la foi, ce n'est jamais qu'une histoire d'argent et il n'est pas fait pour sauver nos âmes... Soigner le corps, c'est bien mais ne pas faire, une idée d'un pouvoir financier, une idée qui vient du serment d'Hippocrate, dans l'histoire de soigner et de guérir par la foi,  je n'aime pas trop le mélange des deux....

    A savoir que Lourdes parfois, c'est d'abord des histoires de sous ! Où est donc passée la petite Bernadette ? A Lourdes où je suis pourtant allé en 2003 suite à une promesse que je me suis faite après mon opération du cœur, j'ai failli y perdre la foi car Lourdes ça ressemble à un Disneyland catholique avec plein de trucs plus ou moins bizarroïdes

    Paris 21 février 2015 28 mars 2019

    Ma maniere de concevoir dieuma-maniere-de-concevoir-dieu....mp3 (1.98 Mo)

  • Une variation sur un sujet... Des visions, sur le rien

    Des visions sur le rien

    Il n'y avait plus rien et c'en était assez fascinant. A savoir que pour certains, Ils voyaient là un espace noir et plein de vide. Un concept que beaucoup de gens plus ou moins mystique ceux- là avec plus ou moins de foi, ils assimilent à la mort ou à une absence de vision, Bref le non-monde dans un non-lieu un concept Bouddhiste de non-illusion sur ce monde. Tandis que d'autres avec une vision de ce monde plus matérialiste, ils imaginaient une immense poubelle avec des tonnes de déchets, cela dans un désordre incroyable et sans rationalité autre de voir tous ces objets du passé avec toutes leurs spécificités, Il y avait là un journal de papier avec des gros titres de notre histoire passée, plus loin, j'entrevoyais un écran d'ordinateur mais qui était hélas sans utilisation possible car le réseau étant HS. De temps en temps je voyais des plantes de jardin dans des grands pots, Il est à savoir aussi que j'ignorais la Nature et alors pour ce monde avec des forêts vierges et des mers immenses ben vous savez, je l'ignorais. Ma vision elle restait celle d'un pauvre type ordinaire dont l'imaginaire commun à tous ces être trop peu concernés, que ce monde il est issu d'un siècle absurde et sans vraies visions sur ce monde, mais il est à savoir pour ces gens du commun que l'humanité, elle avait disparue et il ne restait visible hélas que tous les déchets de toutes nos histoires

    Paris le 27 mars 2019

  • Sur le Noir

    Sur le Noir

    Le noir c'est une  absence, celle de la lumière nous qui manque
    La privation de la lumière, comme la nuit, où il n'y a pas de soleil
    Mais  heureusement, il y a encore la Lune et les étoiles dans le ciel
    La lumière qui est absente, c'est un état de fait que nous vivons

    Pour moi le noir, c'est aussi un repos, un silence sans les regards
    Nous nous sommes habitués, à dormir la nuit dans nos lits douillets
    Et parfois nous nous touchons et nous nous caressons dans ce lit
    Je ne sais pas te dire si tu es plus belle, le jour que dans la nuit profonde

    Pour le noir, l'absence de lumière, il n'y a rien de vraiment mauvais,
    C'est curieux cette idée de faire du noir un mal opposé à la lumière
    Oui ! Ce truc là ! ça ressemble trop, à des mauvaises idées de races
    La nuit, nous sommes non-visibles et sans aucune couleur de peau

    Le noir c'est un état commun de la vie qui est parfois mal compris
    Avec toutes ses choses présentes, mais parait-il  qu’elles sont cachées
    Je sais bien aussi qu’il ne pas y voir, une véritable absence ou la  mort
    Nous imaginons  trop de choses, dans toutes celles que nous ne voyons pas

    La nuit il y a des animaux nocturnes qui y vivent et qui y chassent
    La chouette qui hulule, c’est un être qui vit  très bien dans la nuit la plus noire
    Ces animaux, ils ne nous craignent plus nous les hommes, car  nous dormons
    Nous sommes là très tranquilles, et bien endormis dans un lit bien chaud

    L’obscur c’est un drôle de concept, certains y mettent une incompréhension
    Les choses obscures, celles qui se veulent, des vérités cachées  et inconnues
    Pour des croyances personnelles sur nos vies ou bien  des choses sur un Dieu
    Certains athées, ils parlent de l’obscur quand ils parlent des croyances humaines

    L’obscur ça vient  aussi de l’idée de l’absence de cette lumière qui nous éclaire
    Un éclairage manquant sur une vérité qui doit rester toute méconnue des autres
    Je ne sais pas si l’obscur, il  cache vraiment ou si c’est une chose toute irrationnelle
    Ou bien n’est-ce qu’une invention qui reste impénétrable et réservée aux initiés

    Paris le 3 mars 2019

     

  • Haïkaïs de la bouffe

    Haïkaïs de la bouffe

    Un bon saucisson
    Avec deux ou trois rondelles
    Une gourmandise

    Cuisine certes
    Mais bien savoir se choisir
    Les ingrédients

    Pour les salades
    Elles deviennent trop rares
    Quelques carottes


    Paris 20 février 2019

  • Une réponse à un sujet sur les curés pédophiles

    Une réponse

    Certes il y a bien des curés pédophiles
    Dans une église catholique un peu hors de la réalité
    Et qui n’existe quasiment plus socialement
    Car elle est beaucoup trop hors de ce monde

    Je sais que pour ces curés qui sont hors du monde
    Ils restent aussi humains avec des désirs de sexes
    Ils ont des choix entre l’homosexualité et la pédophilie
    Pas question de faire des enfants à une femme

    L’Eglise catholique moderne, elle devrait
    Leur permettre ce mariage des prêtres
    Et insérer ainsi ses prêtres dans la réalité
    Deux-mille ans de célibat chez les catholiques

    Les pasteurs, les rabbins, les mollahs ils se marient
    Et le curé, tu le remplaces par quoi donc ?
    Désolé mais pour des histoires de pognons
    Tels que celles que pratiquent les médias

    Et aussi toute notre classe politique
    Ben cela ! Ce n'est pas mon espérance
    J'imagine encore un monde différent
    Qui dépasserait toutes les nécessités

    D'une existence de rente boursière
    Pour quelques-uns qui ont les sous pour eux
    Et les autres qui doivent subir et accepter
    Comme si c'était normal qu'il y ait des très riches

    Et beaucoup de pauvres cons fauchés
    Puis tous les nombrils modernes
    Qui ne se satisfont pas d'un partage
    Ils ne se soucient assez peu de l'autre

    Celui qui n'est pas moi, ni vous
    Mais cet être fragile, mais bien réel
    Celui qui partage notre vie commune
    Celui-là dont Jésus nous parle dans L’évangile

    Jésus, il est beaucoup plus moderne que toi
    Nota Bene pour les curés pédophiles
    C'est bien plus un vieux truc du passé
    Que la réalité moderne des médias

    Où parfois il y a des horreurs aussi
    Les histoires de culs sur fesse bouc
    C'est parfois des choses très dures à vivre
    Avec mille fois la même merde qui est répétée

    Paris le 20 février 2019

     

    Les curés suite...

    C'est marrant J'entends sur ma radio France Inter
    Plein de trucs sur les histoires de cul des curés
    Et même  on entends le pape François et la morale

    Je ne sais pas trop ce qui va vraiment changer
    La tradition elle est lourde et pleine  de trucs pas sympas
    Les curés, ils ne savent pas vivre avec le sexe

    Je ne crois pas aux anges, les hormones sont bien là
    Un jour qui vient ! Là je ne sais pas ! Il y a trop de  choses dites
    Le cul et la morale c'est bizarre car ça ne parle pas du même monde

    Paris le 21 février 2019

  • Aphorismes du 15 février 2019

    Aphorismes du 15 février 2019

    Avant toutes choses sachez choisir entre tous vos choix, soient vos peurs, soient vos joies, soient vos amours, et quelques attentes personnelles… Vous découvrirez avec le temps que votre vie, elle passe par tous ses choix

    Bien que je ne sache pas ce que je deviendrais, je n’ai plus peur de vieillir, j’ai seulement un peu peur de la solitude,

    Certains mots sont plus essentiels pour vivre mais ceux-ci ne sont pas toujours compris parce que nous ne comprenons pas toujours leur importance,

    Dans une vie il y a la naissance, quelques babillages, l’école puis les amours, et puis vient le travail qui vous sert à vivre… Parfois on vit heureux avec une famille et des enfants, Mais personnellement je sais bien hélas tout ce que je n’ai pas vécu dans mon passé, j’ai vu beaucoup d’êtres, d’amis et d’amies et quelques riens… Je ne sais pas si j’aurais pu vivre une autre vie

    Encore eut-il fallu que votre vision de Dieu, vous libère et que vous arrêtiez de croire dans le monde meilleurs qu’il vous propose, je ne sais pas ce qu’est le paradis ni l’enfer

    Flamme éternelle dans un regard aimant, elle suffira pour vous construire un monde qui soit toujours aimable et bien humain

    Gravure dans le marbre, puis écrits dans des traités philosophiques, les lois sont parfois ces choses éternelles, quand je sais la réalité informatique alors je ne suis plus si sûr de la duré de ces lois, De nos jours nous vivons dans le provisoire

    Hiatus dans les concepts, je ne sais pas choisir entre l’ordre et la justice, Je sais cette opposition entre des désirs de partages et de l’histoire de sous

    Indiens mes frères vous vivez encore peu- être dans la forêt amazonienne, dans ce monde qui est de plus en plus dur, je sais aussi, il n’y a pas de religion officielle pour défendre les indiens, Les brésiliens qui se disent chrétiens sont aussi des exterminateurs

    Je n’ai rien contre l’idée d’un Dieu tout puissant, mais j’ai l’âme profondément républicaine; elle est faite qes partages de ce monde où nous vivons

    Je sais bien qu’il n’y a pas de sauveur pour l’Amazonie, car je sais trop des histoires de spéculations sur ces territoires de l'Amazonie à cause de cet argent qui corrompt toutes les idées philanthropiques

    Kiosque à Journaux, voilà la vieille méthode du passé pour partager des informations par des journaux de nos jours, les informations, elles circulent dans des tuyaux qu’on nomme Google, Fire-Fox et différents réseaux sociaux

    La conscience de ce qui est le Bien c’est surtout l’idée que vous gardez de ce confort partagé malgré Le mal qui est bien là et toute ces choses incontrôlées qui détruisent votre confort

    Mystère est une vision d’un spectacle au moyen âge, sur la vie de Jésus, plus tard c’est devenu une de ces choses incomprises de la vie

    Nue elle avait comme seul habit un bon regard fort expressif qui me disait qu’elle n’avait pas peur de sa nudité  de femme libre

    Ors de l’automne, je savais toute ces beautés lumineuses et sucrées dans ces vies mûres et goûteuses

    Palais Idéal, Oui ! Nous avons tous rêvé un jour de le bâtir avec tous nos petits riens de notre quotidien, Je ne sais pas si un jour j’écrirais l’œuvre, celle qui restera quasi immortelle, voire éternelle

    Pour la mort je la vois comme une absence ou un manque, mais je n'ai pas de problème avec car je sais aussi que je ne souffrirais plus et que je ne penserais plus toutes ces chose dans ma tête

    Quelques petits riens et quelques choses immortelles, je ne sais jamais su  ce qui est important

    Rimer et aimer ! C’est fou ce que ces verbes, ils se ressemblent cela à une lettre près

    Suggérer ou choisir ? Non Là ! Je ne sais pas ! ¨Parfois j’y mets des hasards, comme si l’idée poétique elle venait de certains rapprochements

    Tendresse ! Voila un joli mot !  Il est aussi à savoir que c’est aussi un état de l’être qui est plus fragile, oui un tendre ce n’est pas un guerrier, c'est un doux qui vit sans violences

    Ultime réalité ? Là je ne sais pas! Oui je sais diverses réalité que j’ai vécues... Ma fin ce n’est pas une réalité qui soit expérimentée

    Vierge du Ciel, Vestales des temples de l’antiquité, je ne sais pas trop ce que je dois en penser à savoir sue j’aime Marie la mère de Jésus, mais je ne l’ai jamais touchée et elle reste innocente

    Whisky ou cognac, des boissons qui restent fortes mais qui sont mal comprises chez les musulmans qui ont peur de leurs pouvoisr enivrants

    Xylophones sur lesquels on tape dans un rdre donnée avec mesures, cela en créant une musique très simple mais qui est aussi une réalité universelle

     Ysopet ce vieux poème d'un autrefois, j’ignore de nos jours quelle était ta réalité poétique

    Zouave as-tu quitté le pont de l’Alma, Je sais des inondations et je sais des guerres, mais toi je ne te connais pas vraiment !

    Paris le 15 Février 2019

  • Des mots

    Des mots

    Des mots incroyables, tous ceux là incroyables, ceux qui nous dépassent
    Vous savez, je me tais,  je sais aussi que parfois que mes mots ils vous agacent
    Moi !  Je me regarde parfois face à face et tout seul devant une grande glace
    Je vois cet imbécile, celui qui est bien moi, cet incroyable idiot qui agace

    Il n’est rien ce gars, qui n’est  pas très beau, celui-là que je regarde
    Vous savez !  Il y a trop de choses qui sont dites ! Cher camarade !
    Entre la nuit  sans lumière et celle-là  que l’on nomme la camarde
    Je sais de ces choses incroyables,  dans des lieux où parfois je me hasarde

    Cet idiot là, un poète qui écrit de ces mots étranges et parfois si bizarres
    Ce mec là, il est devant la glace, et là son regard il est bien trop hagard
    Il joue avec ses mots et il les écrit, avec le plus grand des hasards
    Il sait qu’il ya  des ces choses parfois écrites dans la vie qui sont si rares

    Miroir ! Gentil miroir dit moi ! Ce que je suis et ce que j’espère !
    Quelques regard qui se posent et parfois le temps qui est prospère
    Entre des myriades de mots et ceux que l’on choisit  car trop pépère
    La lumière! Elle me dit parfois : Dis donc Bruno, Où donc est ta galère ?

    Je rame entre  deux mondes incroyables qui sont plus ou moins vivants
    Le vieux que je suis, il se souvient encore de tous ses mots d’enfants
    Tandis que la psyché, elle  est plus cruelle, quand je suis plus regardant
    Mille milliards de vies sur notre planète,  et n’y aura-t-il qu’un seul survivant ?

    La sagesse, c’est de savoir regarder, et d’oublier entre le pire et le mieux
    Le futur, il ne sera écrit que dans un temps, qui nous viendra sans vrai adieux
    Je sais bien que je ne serais plus là, car hélas, moi je serais bien trop vieux
    L’avenir n’est pas écrit dans les rêves de ceux que l’on nomme des dieux

    Le regard que j’ai sur mon ordinateur, c’est  bien un cafouillis de trucs marrants
    Un réseau qui parle et qui oublie  tout, entre ce qu’est une vérité ou ce qui est aussi du néant
    Gilet jaune ?  Mon cul !  J’ignore qui est donc cet imbécile aux noms changeants !
    La mémoire absente d’un monde où les politiques,  ils ont eut un programme très exigeant

    J’écris quelques mots, de la poésie, pour vous parler de vous-mêmes,  chers lecteurs
    Un vieux machin, qui sait ces choses à aimer, entre la vie choisie et ses amateurs
    Le froid de l’hiver, il me fait aimer ce chaud très sec que me donne ce radiateur
    Un temps avec La saint valentin et une nuit qui tombe de sa petite hauteur

    Paris le 14 février 2019

  • Quelques aphorismes du 10 février 2019

    Quelques aphorismes du 10 février 2019

    Abondance de textes, peut-être quand la tête va bien mais parfois se taire pour ne plus dire des choses qui se sont pas toujours sympathiques,

    Chier des vers ou écrire sur du papier de soie ? Non là je rigole ! Mais qu'est ce donc que l'écriture sinon un trop plein que l'on vide

    Damner quelqu'un, c'est le vouer à l'enfer quelqu'un qu'on n'aime pas, c'est en général un adversaire

    Deux mille ans de christianisme, la Bible et le Coran et autant de guerres ! C'est le Bordel ! Mon Dieu de Justice où es-tu ?

    Fans de Mozart ! N'oubliez jamais sa réalité crasseuse d'une vie pas toujours heureuse avec tous ses petits ennuis vécus

    J'ai beaucoup aimé la Bible mais je ne sais pas pourquoi le peuple des justes, les juifs, ils ont le monopole de la vérité divine ! Moi ! Je n'aime pas l'usage politique d'un Dieu...

    J'aime l'idée de l'immortalité, c'est bien une vision de la foi mais quand je connais aussi la triste réalité de l'entropie et de sa réalité physique, je me dis aussi qu'on ne peut vivre en croyant aux deux en même temps,

    Je me pose des questions sur un Dieu, celui de la Bible, Celui qui nous dit qu'il y a des bons et des mauvais

    Je n'aime pas les nazis ils ont fait des horreurs avec leur haine, mais dans nos contemporains je n'aime pas non plus toutes les haines de ce monde qui se croit permis de faire des horreurs aux noms de leurs croyances

    Je ne sais pas ce que sera demain, tout ce qui sera le Beau le Bien ou bien le Mal, car c'est encore à voir et je ne décide pas, Je n'ai rien d'un dieu et  je connais trop ma fragilité humaine

    Je perds la foi dans un Dieu qui se dit juste, quand je vois la manière dont il juge, car pour lui Il n'est pas bon d'avoir une opinion différente

    Je suis vivant mais j'ignore ce que sera demain, Il y a quelques rêves qui s'ébauchent peu à peu

    J'ignore pourquoi le pouvoir politique et l'argent, ils corrompent toutes les idées religieuses

    La complexité du monde tient dans le fait que si nous rêvons il n'y a pas de raison qu'il n'y ait qu'un seul rêve qui soit écrit dans ce monde physique

    La foi, elle n'est pas totale où alors la réalité de ce monde changerait

    La prophétie, la plus simple c'est de se savoir mortel, mais je ne sais pas pour ce que je deviendrais, il est difficile de croire en demain, 

    Le Bien et le Mal et de multiples guerres pour une Vérité dualiste un peu stupide

    Le brouillard de novembre, le froid de l'hiver et l'attente espérée de la lumière du printemps

    Le chien du Prophète, il était assis là sur son cul et il attendait une gâterie du Prophète

    Le chrétien que je suis, il reste fidèle a ces mot "Aimez-vous les uns les autres!"

    Le diable n'est pas mauvais en soi, c'est juste un contradicteur

    Le génie de l'outre réalité, c'était aussi un monde multiple qui est fait de gens ordinaires et bien vivants

    Le pape pissait dans sa pissotière, et ça me le rendait plus humain

    Le silence est cette chose où il ne se passe rien et ne rien dire c'est se taire, parfois j'aime cette impression d'un repos donné

    L'enfant que j'étais autrefois, il savait un monde qui serait meilleur, le vieux con que je suis devenu, il souhaite maintenant un monde qui soit moins corrompu par les divers pouvoirs et l'argent

    Les mots que l'ont dit comme les instantanés des présents vécus

    Mirages des temps passés, nos rêves, ils n'ont rien de ces affreuses réalités que l'écologie nous sert maintenant

    Musicalement je ne sais pas que dire, je sais trop le pouvoir des mots, j'aimerais une musique pour les accompagner, mais je connais mal la musique

    Notre monde n'est pas explicable par un concept unitaire comme le croyait Einstein il ya des myriades de choses différentes dans la réalité où nous vivons, Le monde réel de sa physique il connait mal les réalités complexes aux sens mathématique des termes

    On nous prévoit un enfer pour demain, il ne sera pas religieux mais il sera aussi fait des afreuses réalités écologiques, toutes celles-là que nous connaissons de nos jours

    Pour demain je ne sais pas mais je sais encore que vous serez bien là avec vos rêves et vos problèmes

    Un ami qui vient, un ami qui reste et tous les souvenirs de nos autres amis d'autrefois

    Une dame qui me sourit, une dame qui me parle et une absence bien réelle

    Paris le 10 février 2019

  • Pas content comme un délire...

    "La femme damnée" un grands attrait pour des dingues voyeurs

    Je ne suis pas content dans mes derniers lecteurs, c'est quasi tous des voyeurs un peu dingues, qui viennent sur un tableau du dix-neuvième siècle  qui est appelé "La femme damnée"... Est-ce que ce sont des fadas tous pleins de préjugés, avec des connotations religieuses ? Je ne le sais pas ! Mais pour moi l'insistance à voir ce tableau, c'est une forme de folie sectaire, la damnation pour moi c'est une toute autre chose... Puis je ne sais pas ce que veux dire ce terme "Damnée".... Je suis désolé pour les dingues sectaires, mais jamais un homme comme le Christ Jésus,  il n'a jamais condamné quelque-un ou quelque-une... A savoir que toutes les connotations sexuelles de ce tableau, c'est  surtout une mauvaise compréhension de notre humanité et de la réalité sexuelle... Ce qui dérange surtout, c'est que cette femme, elle puisse jouir en dehors des conventions communes de notre société et entre autres le mariage et tout le tintouin qui va avec... Ce qui est étonnant pour moi, c'est l'attrait pour ce tableau, avec des connexions en hausse pour voir ce tableau qui est le plus regardé parmi tous les autres que j'ai mis sur mon site

    Un lien vers le tableau

    Paris le 10 février 2017

  • Un Haïku

    Un Haïku

    Un grand silence
    Celui qui nous est donné
    Pour rester libre

    Paris le 3 Février 2019