Des questions...

Des questions...

Y avait-il une réponse qui soit simple à la question?
Vous savez, cette question bizarroïde qui nous interpelle
Est ce que Dieux plus Dieux cela faisait-il  bien Quiatre ?
Et ta mère, celle qui t'a élevé, était-elle vraiment une bonne mère ?

Dans le silence de ma  vie sereine, je savais un calme repos
Je me dis qu'il faut savoir oublier toutes ces questions idiotes
Et Redevenir un vrai sage en oubliant les problèmes trop idiots
Ou bien savoir enfin c'est toujours vrai dans nos petites vies

Oui Les enfants, ils  ne se posent pas vraiment de questions
Ils regardent vivre  leurs parents et parfois ils les interpellent
Je suis maintenant, devenu hélas un vieux machin trop abimé
Mais j'ai aussi appris à écouter les autres, ceux qui m'entourent

Parfois je subis Des brimades par ce que je ne plais pas
À ces affreux des médias politiques  et de la publicité ciblée
Mais je me dis: Inventera-t-on un jour une vraie démocratie
Où le pouvoir il sera  vraiment partagé par nous tous

Le vieux machin, il ne sait pas vraiment  s'il va bientôt voter
Car j'ignore qui fait quoi et surtout les idées données par les élus
On me traite d'affreux Nazis par ce que moi je n'y crois plus
Sans être un nazi, Non  je n'aime pas cette époque du fric

Le vieux gamin que je suis  parfois il rêve de belles choses
Comme d'une grande  fraternité, et d'une vraie égalité
Mais de nos jours il est encore plus dur de croire à la liberté
Je sais trop de pouvoir politiques  ceux dans tous les médias

Il faudrait ! C'est sûr ! Revoir notre constitution  démocratique
Et demander aux riches un vrai partage de ces richesses immenses
Vous savez J'ai du mal à vivre dans ce monde des banquiers
Jésus qui disait autrefois  qu'on ne peut servir deux maitres

L'argent qui achète les âmes et qui  les détruit, en les ignoranT
Mon banquer se souciera-t-il un jour qui vient de mon vécu
Entre  tout ce que j'aime et ce que valent tous mes beaux rêves
La matière c'est bien ce truc bizarre qui se vend et se manipule

De nos jour Le Jésus, il serait sûrement  étiqueté communiste
Et aucun religieux, dans les institutions ne lui ferait un bon asile
L'argent qui tue les vies, c'est bien une réalité tristement matérielle
Je ne sais pas à quoi rêve un banquier sinon des cours de la Bourse

L'écologie cette chose qui parle de la nature, mais elle est mal comprise
Mais peut-on parler des diverses choses qu'elle étudie et qu'elle préserve
Les orangs-outangs, ils ont  sûrement cette chance de pouvoir être mis en avant
Qui parlera de ce petit oiseau  et de ces insectes qui disparaissent

Parfois je ne sais que dire je sais trop de ces chose pas sympathiques
Le futur, il ne m'appartient pas, demain il échappe à ma vie trop simple
Un gamin qui vit maintenant cela est une vie que je ne connaitrais pas
Il n'ya pas de raisons que je me plaigne pour cette vie parfois fatiguée

Il y a des milliards de possibles et je me dis qu'ils m'échappent tous
Nous n'écrivons rien de ce que nous devrions écrire, La bourse pour horizons
Il ya mille manière de rêver nos lendemains, mais Il y a peu de politique pour demain
J'aime rêver des étoiles mais je sais des réalités qui sont bien trop matérielles

Paris le 11 mai 2019

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire