Vagues à L'âme

Vagues à l'âme

J'ai parfois quelques choses d'effrayant en moi
Ce mal qui vient et qui peut paraitre très étrange
Ce Tout petit rien qui donne un grand désarroi
Comme si, l'homme que je suis, il dérange

Alors quelque fois dans ma vie, Celle- là qui se passe
Comme si je vivais trop solitaire dans un grand silence
Pour oublier cette vie trop idiote et toute sa vraie crasse
De mes mots, Il me reste que toute la force de la démence

Je suis un triste poète fatigué, et lui dans le soir il se tait
Il sait trop ces choses tellement effrayantes qu'il redoutait
A savoir, paraitre, bavarder ou encore se savoir être très habile
Mais ne pas toujours vouloir dire ou répéter ce même truc facile

Le vieux que je suis, Il ne vit jamais qu'avec ces propres mots
Lui ! Écrit-il mieux ses poèmes que l'écrirait un petit jeunot ?
Je n'en sais bien que dire ! Ce ne sont que de ces trucs de cabot
Se dire et être Habile ! Certes ! Mais, je ne me fais pas de cadeau

Il me vient des désirs puissants et aussi de ces rêves d'enfant
Où je suis très fort et très aimé comme le serait un revenant
Ce vieux barbon qui vit solitaire avec ces rêves d'un maintenant
Je me sens aussi comme un poète trop solitaire et vrai perdant

Car à vouloir crier très fort, tout seul dans ce soir couchant
En se rappelant et en aimant tout le passé et ce matin charmant
Certes vivre en solitaire mais aussi aimer très fort et toujours
Parfois nos vies, elles ne sont que la somme de tous nos amours


Paris le 2 Novembre 2018 Le jour dit des morts

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire